PHI CLASSICAL LATIN TEXTS

Analyse de projet

Ci-dessus, la page d’accueil.
  • Le style

On découvre une page d’accueil, épurée ce qui donne l’impression de se retrouver devant un faire part !  

Néanmoins, cette simplicité et cette élégance ne désorientent pas le tout jeune navigateur car elles le guident aisément vers la seconde page où se trouve la base des données. 

  • Comment l’utiliser ? À quoi peut-il bien nous servir ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-decran-phi-latin-base-de-donnees-2-1-500x333.png.

La plateforme dispose d’une liste plutôt bien fournie de plusieurs auteurs Latins (et ceux-là enregistrés sous leur orthographe latin). On pourrait noter que le nombre d’auteurs répertoriés n’est pas indiqué au navigateur et se présente sous la forme d’une longue liste. Etant donné qu’il n’y a pas beaucoup d’auteurs, cela ne représente pas un problème majeur pour la recherche. De plus une barre de recherche est mis à disposition pour toute recherche ciblée, mais on pourrait regretter un lexique par ordre alphabétique ce qui optimiserait de l’espace sur la page et éviterait que l’on ne se retrouve avec une longue liste à faire défiler. 

Il faut donc connaître les noms des auteurs en latin pour toute recherche. Et cela nous paraît maintenant plus claire, le “CLASSICAL LATIN TEXTS” permet  de retrouver des oeuvres entières mais également de les comparer entres elle grâce à la fenêtre “CORCORDANCE”, ici on peut écrire un mot ou plusieurs et la plateforme cherchera à comparer les sources entre elles dans sa base de fichiers. C’est une aide précieuses pour celui qui ne possède pas tous ces ouvrages et qui souhaite entrer dans le monde de la recherche, et procéder à des analyses globales entre les textes. Nous pourrions noter que contrairement au TLG, le plateforme LATIN TEXTS, ne propose que peu de moyen d’analyser les textes. Nous n’avons pas la possibilité de mettre deux textes en tensions par exemples, et l’on se retrouve vite envahi par la longue liste des textes et auteurs. 

 

Concluons,

Mon expérience sur le PHI, me laissa trois  impressions, style agréable, simplicité, mais trop peu d’outils d’analyses. 

 

 

Pour lire les beaux textes et comprendre les beaux arts

Gian Lorenzo Bernini dit Le Bernin, L’enlèvement de Proserpine par Pluton

paene simul uisa est dilectaque raptaque Diti 

Ovide, 5,395

Je me prénomme Lorine et je suis cette année en Master d’Humanités classiques et numériques. C’est en hypokhâgne que j’ai pris conscience de mon inclination pour les langues anciennes. Aux premiers abords les trouvant peu séduisantes et accessibles elles devinrent très vite à mes yeux pour celui qui les maitrisait, le symbole d’un esprit concis et synthétique et le reflet de l’agitation et du désordre dans le mien. Eh bien oui, à défaut de pouvoir formuler des pensées savantes il était mieux déjà de savoir me rendre intelligible à moi-même et puis aux autres. Et le travail qui m’était jusqu’alors pénible me devint agréable, et ce fut dans la joie et la solitude de ma chambre monacale, à la lumière de la grammaire que j’ai pu cueillir les cadeaux des immortels. Et tout ceci avec l’aide sans relâche de professeurs passionnés. Aussi aujourd’hui, j’aimerais à travers ce cursus, me former au métier de la recherche et essayer de trouver les clés pour savoir transmettre avec amour et intelligence le monde antique comme ils l’ont fait pour moi.

Ainsi comme on peut le voir, j’ai choisi d’illustrer mon premier billet avec la statue représentant, le rapt de Proserpine (Perséphone) par Pluton. En effet, J’apprécie par dessus tout dans les arts retrouver des références antiques. On peut y voir la douceur avec laquelle Pluton saisit les flancs de Proserpine, horrifiée cherchant partout du secours. En effet, il m’est toujours amusant de voir comment une oeuvre a pu être interprétée dans le temps.

j’aime à croire que ce monde souterrain est toujours présent parmi nous et que risquer d’y descendre peut parfois apporter un gain de temps considérable pour le travail de l’esprit.