Projet numérique collaboratif

Le silence et la parole dans Hippolyte d’Euripide et Phèdre de Sénèque

L’objectif de l’enseignement intitulé « Projet numérique collaboratif » de ce semestre était de nous guider à effectuer des recherches textuelles outillées sur le corpus antique, à l’aide de logiciels que nous avons découverts lors de ce cours et d’autres qui nous étaient déjà familiers : Voyant Tools, TLG, Brepolis, Perseus, Phi latin texts, Hyperbase. Le corpus à exploiter consistait en deux tragédies antiques portant sur le même mythe : Hippolyte d’Euripide pour le grec et Phèdre de Sénèque pour le latin. Pour mener à bien cette recherche étant donné le déroulement de l’intégralité du cours en distanciel et la participation d’étudiants à distance ne pouvant pas toujours le suivre en direct, nous avons formé de petites équipes, organisé des réunions en ligne et crée un dossier partager pour déposer les résultats de nos recherches à fur et à mesure.

Dans un premier temps, et afin de définir les axes de nos analyses, nous avons procédé à une recherche « corpus-driven », qui consistait à faire tourner les outils numériques et statistiques sans hypothèse préalable afin d’observer les éléments qui ressortaient des textes et qu’il serait intéressant d’analyser plus en profondeur, cette fois par une approche « corpus-based ». Ce qui a alors attiré notre attention, c’est le rôle central que semblaient avoir dans les deux pièces les notions de la parole et du silence, ce qui pouvait s’accorder avec l’intrigue des deux tragédies tournant autour du dévoilement d’un secret. Ainsi avons-nous décidé de procéder à une recherche lexicale autour des principaux termes désignant la parole et le silence en grec et en latin dans les deux tragédies, afin de vérifier cette hypothèse et d’éclairer la répartition de ces deux notions dans les textes ainsi que l’articulation entre elles. Les outils nous ayant le plus servi, et que nous présentons ici, sont le TLG et Hyperbase.

I. Recherches sur le TLG

Le Thesaurus Linguae Graecae étant le site le plus important dont nous disposons pour l’étude des textes grecs, grâce à son corpus complet et lemmatisé et aux différents outils qu’il offre, nous nous en sommes largement servies pour notre recherche sur la parole et le silence dans Hippolyte.

Dans un premier temps, c’est grâce à l’onglet Statistiques du TLG que nous avons pu observer, en lançant une recherche par lemme, l’importance du verbe σιγάω dans cette pièce. Nous voyons dans les résultats ci-dessous qu’Euripide est l’auteur qui emploie le plus ce terme, et qu’Hippolyte est la pièce avec le plus d’occurrences :

Nous observons par ailleurs que l’emploi le plus important du terme se fait au théâtre et dans les dialogues platoniciens, les premiers auteurs dans la liste étant Aristophane, les trois tragiques et Platon. La même procédure nous a permis d’observer le même phénomène pour l’adverbe σῖγα et le substantif σιγῆ, qui sont également fréquemment employés par Euripide dans d’autres tragédies.

Dans un deuxième temps, c’est l’outil de Recherche Textuelle du TLG qui nous a le plus servi pour étudier les occurrences des termes signifiant la parole et le silence dans la pièce : nous nous sommes concentrées sur les lemmes σιγῆ, σῖγα et σιγάω pour le silence et φημί et λέγω pour la parole, et une recherche semblable a été menée pour la pièce de Sénèque à l’aide de l’outil Phi Latin Texts, autour des termes sileo et taceo. Ainsi avons-nous pu établir des listes des occurrences de ces termes, dont nous voyons ci-dessous des extraits :

 

Nous avons ensuite effectué le même travail pour trouver les occurrences négatives de ces termes, signifiant « ne pas dire » et « ne pas se taire », grâce à l’option Proximity :

La relecture manuelle des extraits repérés en prenant en compte le personnage qui prononce telle ou telle réplique et le moment de l’action où cela se produit nous a permis quelques remarques d’ordre qualitatif : Dans Hippolyte, tous les personnages emploient au moins une fois les termes qui renvoient au silence (à part Thésée), et il est question du silence de tous les personnages. On dirait que la ‘charge’ de conserver le silence passe d’un personnage à l’autre. Pour le personnage de Phèdre le silence est positif, puisqu’elle le revendique comme étant le seul moyen pour qu’elle conserve son honneur. Son secret étant dévoilé au milieu de la pièce, cela peut expliquer le fait que la plupart des occurrences des termes désignant le silence se trouvent dans la première moitié du texte. Par ailleurs, la première et la dernière occurrence du terme σιγάω dans la pièce se trouvent dans les discours des deux déesses, Aphrodite et Artémis, ce qui peut refléter la symétrie encadrant le récit. En ce qui concerne Phèdre de Sénèque, les termes autour du silence semblent être moins significatifs que dans le texte grec. Les occurrences tournant essentiellement autour des personnages de Phèdre et de Thésée, nous avons l’impression qu’ici le fait de se taire est négativement connoté.

II. Recherches sur Hyperbase

Hyperbase est un site qui permet de faire des repérages lexicaux sur des corpus très variés qui ne sont pas spécifiques à l’Antiquité. Pour notre étude sur le silence et pour compléter les résultats obtenus avec le TLG, nous avons effectué diverses recherches pour voir si la représentation des termes désignant le silence était significative ou non dans notre corpus. L’une des fonctionnalités d’hyperbase permet de calculer l’indice de spécificité d’un terme ; si le résultat obtenu est compris entre 2 et -2 alors le terme n’est pas significatif, et inversement si le résultat est supérieur à 2 ou inférieur à -2 alors le terme est significatif. Ce calcul permet de comparer sur le même plan des œuvres avec un nombre de mots très différents. En ce qui concerne notre recherche, les auteurs font partie des corpus déjà créés ; on peut ainsi choisir de faire des recherches dans la base des tragiques (Eschyle, Sophocle et Euripide) ou seulement dans celle d’Euripide, et pour Sénèque il faut choisir la base tragoediae, et non la base seneca qui se réfère aux œuvres philosophiques de l’auteur. Nous avons effectué une recherche pour les termes σιγάω, σιγῆ, σῖγα, σιωπάω et σιωπή pour le grec, et les termes sileo et taceo pour le latin. Ces analyses révèlent que seul le terme σιγάω est significatif dans Hyppolite avec un indice de spécificité de 3,4. Voyons maintenant quelques captures d’écran illustrant cette recherche.

La première image montre que σιγάω est significatif chez Euripide, tandis que l’image ci-dessous détaille les œuvres d’Euripide et montre qu’Hyppolite est la pièce où l’utilisation de σιγάω est la plus significative.  On voit ici qu’Hyperbase indique les termes significatifs par des couleurs plus foncées.                                       

Pour la recherche sur le terme σιγῆ, on obtient comme résultat que le terme est significatif chez Euripide dans la base des trois tragiques, mais lorsque l’on recherche le terme chez Euripide, il ne l’est finalement pas dans Hyppolite. Les deux verbes latins ne sont pas significatifs. On peut donc en conclure que le silence semble lexicalement plus significatif chez Euripide que chez Sénèque. L’avantage de la plateforme Hyperbase, par rapport à d’autres, est qu’elle permet de comparer les mêmes informations entre les textes grecs et latins.

Pour conclure

La recherche que nous avons menée pour l’étude du silence dans Hyppolite d’Euripide et Phèdre de Sénèque a été principalement une recherche lexicale, facilitée par les outils numériques. Avec les résultats obtenus, et notre manière d’utiliser les outils, il nous a paru difficile de justifier notre hypothèse de départ, à savoir que le silence était significatif dans ces deux œuvres. Bien que les outils numériques facilitent grandement les recherches, il faut tout de même toujours une relecture éclairée des résultats, car ces derniers ne correspondent pas tous à ce que l’on recherche. Il a été plus facile pour nous de faire des analyses sur l’œuvre d’Euripide car les outils numériques pour travailler sur les textes grecs nous ont semblé plus complets et pratiques, notamment parce que l’on peut faire des recherches lemmatisées. Malgré cela, il reste intéressant d’utiliser les outils numériques qui révèlent parfois de nouvelles perspectives analytiques.

Chloé Jager-guyennot
Maria Constantinou

 

 

Thesaurus Linguae Graecae

Si cela s’appelle thesaurus, c’est qu’en effet, une fois arrivés sur le site du TLG, c’est de l’enthousiasme mêlé à la panique que l’on éprouve !

Voici la page d’accueil du TLG, base de données créée à l’Université de Californie à Irvine, rassemblant les textes grecs de l’antiquité à nos jours : 

Qu’est-ce qu’on y retrouve ?

  • Un corpus très complet de textes grecs, de l’antiquité jusqu’en 1453, organisés en trois collections : Full Corpus, TLG Canon et Abridged TLG
  • Une collection de cinq dictionnaires grecs numérisés dans la rubrique Lexica
  • Un excellent outil d’association entre les deux : en cliquant sur n’importe quel mot dans un texte du corpus, nous pouvons consulter directement les lemmes relatifs dans ces dictionnaires. 
En cliquant sur le mot κυανέας dans le texte à gauche, une analyse morphologique ainsi que les liens vers les dictionnaires apparaissent à gauche.

Comment peut-on y accéder ?

Même si tout utilisateur peut accéder librement à une partie importante des données du TLG, l’intégralité du corpus n’est pas ouverte à tous : il faut avoir un compte lié à une institution, par exemple la bibliothèque universitaire de Nanterre, afin de pouvoir consulter toutes les ressources du TLG. 

Quelles possibilités ?

Le TLG est impressionnant en tant qu’outil de recherche. Outre le fait que presque tous les textes grecs dont nous avons connaissance s’y trouvent, nous pouvons effectuer notre recherche de plusieurs manières : par auteur, par époque, par citation… à part les dictionnaires disponibles sur le site, nous pouvons également y trouver des liens vers des traductions des textes sur Perseus

Ce qui est très intéressant, c’est la place des outils numériques dans le TLG. Il suffit d’aller dans la rubrique Statistics pour découvrir les moyens pour une analyse amusante et très utile de la fréquence, entre autres, des termes chez un auteur, ou bien dans une œuvre ou dans une époque. Voici les résultats de ma recherche sur Lysistrata d’Aristophane :

Qu’est-ce qui nous manque ?

À première vue, le site peut paraître difficile à manier, étant donné le grand nombre d’informations toujours présentes sur l’écran. On n’est pas toujours sûrs sur lequel des nombreux liens cliquer, ou quelle barre de recherche est la plus appropriée pour ce qu’on veut faire. À cet égard, les articles des étudiants des années précédentes sur le carnet Classiques et Numériques m’ont été d’une grande utilité ! J’ai été surprise, toutefois, de ne pas trouver un manuel d’utilisation du TLG sur le site même. 

En conclusion…

Le TLG est un site extrêmement intéressant pour les hellénistes, non seulement en raison de son corpus très riche, mais aussi parce qu’il rassemble de nombreux outils et données au même endroit. Assurez-vous de lui accorder quelque temps et il saura vite vous livrer ses secrets !

Une visite sur le site

Pourquoi ces larmes ?

Χαίρετε !

Pardon… J’espère ne pas vous avoir fait peur. Qui l’aurait dit, que je finirais avec un aspect tel ! Cela va certainement vous surprendre quand je vous dis mon nom… Je suis Aphrodite.

Oui, c’est moi, Aphrodite, déesse grecque de la beauté et de l’amour… Vous voulez peut-être savoir mon âge, mais vous hésitez à poser la question… alors je vous le dirai : J’ai 1800 ans. Une carrière de statue vénérable, puis un long séjour souterrain, enfin un nouveau logement plutôt sympathique au Musée de l’Acropole d’Athènes, où j’habite actuellement. Les millions de regards qui se sont croisés avec le mien depuis que je suis ici ! Des yeux venus des quatre coins du monde. Des yeux de tout âge, des visages de toute forme… Mais toujours, toujours la même question. Pourquoi ces larmes ?

« Maman, pourquoi elle pleure ? » Et là, je ne vous dis pas combien je m’amuse avec tout ce que j’entends comme explication. « Parce qu’on lui a coupé son nez, mon chou! » « Parce qu’elle a perdu son corps ! » « Parce qu’elle a peur la nuit dans le musée ! ». Il y en a qui soupçonnent, douteux, un modernisme précoce chez mon créateur. Non, je vous assure, je ne suis pas une œuvre avant-gardiste du IIè siècle ! Les déçus et les pessimistes sont convaincus de leur interprétation : « Mais oui, il ne faut pas s’étonner qu’elle pleure, regarde un peu comment était la Grèce à son époque et comment va le pays maintenant ! » Les plus romantiques se tiennent longtemps immobiles devant moi et ont toujours beaucoup à dire : que je déplore un monde perdu, une gloire passée, que je suis émue de retrouver enfin la lumière du jour après des siècles d’enterrement, que le monde d’aujourd’hui est un spectacle bien triste…

Enfin, j’avoue que cela fait plaisir d’entendre tellement de poésie autour de ma personne ! Gardez donc l’interprétation qui vous plaise, ou créez la votre… ou bien lisez la suite pour savoir ce qu’il en est !

Mais qui l’a ramenée ici, cette Aphrodite ?

Bonjour, je m’appelle Maria Constantinou, je viens de Chypre (comme Aphrodite oui, mais moi je suis de notre siècle!) et je commence cette année le Master Humanités Classiques et Numériques à l’université Paris-Nanterre.

C’est moi qui la ramène sur ce site, sur une carte postale achetée au musée d’Acropole. Je suis l’une de ces millions de visiteurs qui sont passés devant cette Aphrodite et qui se sont arrêtés, interpellés par ses larmes. Je retourne la carte-postale et je trouve enfin l’explication que voici :

The colour that has leaked below her eyes is a product of the oxidation of the statue’s bronze eyelashes.

Je ne l’avais pas imaginé, et vous ? Quoi qu’il en soit, ce qui compte le plus pour moi, c’est la beauté de l’accident, qui fait que tellement de personnes s’arrêtent et s’interrogent… Et je pense que je viens de vous dire les mots-clés de cette petite présentation…

Ce n’est pas toujours facile de répondre quand on me demande pourquoi je fais lettres classiques, ce que je compte faire par la suite avec ça… C’est beau, voilà ma première réponse, ou au moins la plus honnête. Me voilà donc en études de Lettres Classiques, cherchant à connaître et à comprendre ces textes, ces mythes, ce monde avec ses mystères, souvent intriguée par la distance qui nous en sépare.

« On est un peu coupés du monde, nous les classicistes ». On peut ne pas être d’accord, on ne peut pas ignorer l’observation… Quel rapport donc entre les mondes antiques et notre époque immergé dans la technologie ? Quelle interaction entre les lettres et le numérique ? Quand je me pose la question, je ne peux pas imaginer de formation plus pertinente que le Master Humanités Classiques et Numériques pour répondre à ce questionnement ! Les premières séances m’ont immédiatement intéressée : de nombreux outils à découvrir, le choix de faire le cours en anglais que je trouve très utile, de nouvelles perspectives de travail sur le corpus antique déjà visibles,

Je commence cette année déjà très satisfaite de me trouver ici, et très curieuse pour la suite…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search