Mnémosyne : projet collaboratif

Nous présentons ici notre travail du second semestre de l’année universitaire 2017-2018, dans le cadre du séminaire « Humanités numériques 2 ».

L’idée au début du projet était de concevoir et réaliser un site électronique pour publier les textes encodés au premier semestre. La compréhension de plusieurs paramètres était essentielle, depuis la sélection des textes jusqu’à leur présentation en ligne, sur le modèle des sites du projet Perseus (latin et grec).

Puisqu’il s’agissait d’un projet collaboratif en six séances, le communication a largement eu lieu sur le forum en ligne du cours, mais la première étape était de s’organiser en créant un framapad pour définir les tâches, réfléchir sur une thématique possible pour la sélection du corpus et suggérer des auteurs. La thématique choisie dans la première séance était le sujet féminin, avec des textes écrits par des femmes ou destinées à elles, comme des poèmes de Sappho et L’Assemblée des femmes d’Aristophane. Au final, nous avons décidé de nous occuper surtout de textes classiques : ce choix semblait plus pertinent puisque ce site est destiné aux élèves plus tard, pour servir comme une base de données plus vaste. Par conséquent, le nom proposé était Mnémosyne, qui fait allusion à une mémoire diverse du monde antique (Revelio a aussi été suggéré).

Nous avons commencé par une auteure féminine, Sappho, une décision qui a soulevé beaucoup de problèmes. Premièrement, son corpus n’existait pas dans l’entrepôt de Perseus, qui constituait notre source principale pour rassembler les textes, du coup on a récupéré des fichiers XML à partir d’une page Web qui recueillait les fragments de l’édition Lobel-Page. Au niveau de l’encodage, il fallait supprimer les informations inutiles et structurer les métadonnées pour préparer une version TEI. Dans la source, se trouvaient plusieurs versions des textes, dont il fallait garder certaines indications intégrées au grec. En plus, il fallait respecter les conventions papyrologiques pour quelques fragments, en introduisant des balises EpiDoc. Le but était d’harmoniser le fichier, pour l’ajouter enfin dans le dossier partagé où nous avons préparé le corpus de notre site en ligne.

Nous avons créé un tableur sur Framacalc pour faciliter la documentation des textes et des informations qui seraient utiles pour l’avancée de notre projet. Chacun pouvait modifier et suggérer des auteurs supplémentaires. D’ailleurs, on a discuté sur la plateforme Moodle de l’université pour partager des idées et du code CSS pour l’interface de Mnémosyne au moyen de Capitains-Nemo, pour proposer des améliorations, soit esthétiques soit pour la mise en page soit pour la navigation. Le travail principal était d’ajouter et après modifier les fichiers __cts__.xml pour chaque auteur et chaque œuvre de notre corpus. Concernant les modifications, il fallait contrôler les fichiers CTS, en ajoutant au début de chaque fichier la déclaration <?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>, en supprimant les informations sur les traductions, que nous n’avons pas conservées, en ajoutant le nom de l’auteur et de l’œuvre en français. C’était une tâche exigeante parce que le corpus se composait d’un grand nombre de fichiers, et que parfois les métadonnées CTS n’existaient pas encore. L’harmonisation des fichiers demandait de l’exactitude pour que tous les fichiers soient uniformes et cohérents.

Sur notre site, les auteurs sont séparés automatiquement en deux listes : auteurs grecs et auteurs latins, selon la langue déclarée dans les fichiers. L’interface est en français ou en anglais selon les réglages de votre navigateur. Le corpus sur lequel on a travaillé était constitué des auteurs suivants :

  • Aristophane
  • Aristote
  • Athénée
  • Homère
  • Sappho
  • Sophocle
  • Thucydide
  • César
  • Cicéron
  • Lucrèce
  • Plaute
  • Sénèque
  • Virgile

Toutes les informations sur les données et les outils pour la mise en ligne se trouvent sur la page d’accueil de Mnémosyne, qui renvoie aussi au compte GitHub du séminaire. Étant donné que le moyen pour la mise en ligne était l’infrastructure CapiTainS, nous avons également utilisé ses tests automatisés pour vérifier la compatibilité avec ses principes, tests qui donnaient un résultat de 100 % à la fin du projet. Concernant les droits et les licences des textes, dans le site et dans l’entrepôt, une licence Creative Commons a été ajoutée.

Enfin, un résumé du projet collaboratif a été préparé sous forme de « diapositives » en HTML (produites dans un premier temps avec Pandoc au format Revealjs).

Nous espérons que ce projet donnera aux étudiants des prochaines années un exemple concret des compétences d’encodage acquises au premier semestre et du fonctionnement de standards d’édition numérique (TEI-EpiDoc, CTS, CapItainS).

Ioanna Faita, Pauline Hessel, Fanny Lauret, Tsilla Meyer, Aude Perrineau, Cyril Stephan, Melina Tzamtzi

“Séduire et détruire!” L’acte savant.

La nuit est calme et l’atmosphère brillante, c’est presque Noël. L’année 1989 se finit, une nouvelle décennie se lève avec des nouvelles chances pour tous, surtout pour les hommes américains. Nous sommes dans un petit amphithéâtre, des paroles intenses occupent la salle, c’est évident qu’on attend  un personnage extraordinaire. Ross Jeffries se tient derrière les rideaux rouges, il fait ses exercices préférés de méditation pour se concentrer sur son but sacré; aujourd’hui il a apporté “la bible” pour ouvrir les yeux aux hommes hétérosexuels américains, le livre duquel tout procède, le livre qui constate la base pour tous les manières de la Séduction. Il porte dans ses mains l’Ars Amatoria d’Ovide. Saisi d’émotion, il se place lentement au centre de la scène tandis que ses spectateurs l’acclament. Pour aujourd’hui Ιl a préparé une présentation du début d’Ars Amatoria avec quelques conseils généraux, toujours annoncés par le Maître. Même s’il le désirait franchement, il ne lira pas la traduction du texte original parce qu’ il croit que cela en serait “trop” pour les oreilles des jeunes hommes hétérosexuels américains. Il a donc fait un pastiche, une imitation des quelques fragments. Le silence immédiat qui suit son entrée métamorphose la salle. Le temps ainsi que l’espace ont perdu leur normalité. Tout est prêt et Ross commence:

Ross

S’il est quelqu’un dans cette salle à qui l’art d’aimer soit seulement

un rêve, qu’il écoute mes paroles et instruit jusqu’à la fin, qu’il aime.

C’est l’art avec lequel les avions ont été faits,

 qui permet aux voitures de courir rapidement

qui permet aux boxers de se battre fortement :

c’est tout à fait normal,

L’Amour doit être gouverné par l’Art.

Moi, Ovide m’a donné comme le maître de notre siècle

Don Juan est celui qui me nommera !

L’amour n’est pas qu’un enfant imprudent avec des intentions incontrôlables,

Et je m’explique tout de suite afin que tout devienne faisable:

Ça veut dire  que ce n’est pas du tout facile,

 Le savoir précis pour contrôler les filles.

Mais malgré que je crie «  l’amour ce n’est pas juste une maladie ! »

Mais au contraire c’est une bataille pour les garçons qui ont le style

Croyez-moi, il n’était pas toujours comme ça.

Plus violemment l’Amour m’a transpercé,

Plus violemment il m’a embrasé, mieux je saurai me venger des blessures qu’il m’a faites.

Je n’irai pas prétendre faussement que le Dieu m’a inspiré ce traité;

Ce ne sont pas les pasteurs qui m’ont instruit ni les académiciens qui m’ont conduit.

Mais il est logique de demander qu’est la source de ma sagesse ?

L’expérience en effet est ce qui m’a amené ici.

Εcoutez, mes amis, et nul méfait d’amour ne vous arrivera.

Voici les étapes sacrées pour mettre en lumière notre projet:

Au début tu trouves l’objet ;

Ca veut dire « the girl »

La femme destinée à se dédier elle-même à toi qui est le soldat persistant qui pour la première fois

Affrontes des combats où tu es neuf.

Ensuite consacre tes efforts à tenir dans tes bras la jeune fille

Et après fais les durs travaux nécessaires pour conserver ton amour.

Il n’y a pas besoin d’être méfiants

mes chers amis, soyez confiants !

Je vous réassure  que tous les femmes peuvent être prises.

Il vous faut réfléchir  vous -mêmes, ce n’est pas une devinette.

Qu’est-ce qu’il se rend habituellement les femmes heureuses ?

Mais les promesses, ce sont elles qui toujours entraînent les femmes.

Et les dieux de la mythologie grecque sont de cela les témoins !

Jupiter, l’idole de chaque vrai homme au sommet

Ce dieu-modèle possédait vraiment l’Art d’aimer !

Et son comportement en incarne l’exemple meilleur.

C’est qu’il n’était pas honnête avec son épouse. 

Si vous êtes sages, suivez son exemple rassurant et efficace

Dites-vous toujours « au nom du dieu je te promets ma fidélité ! »

Et après jouez avec des jeunes filles qui sont à disponibilité

Amusez-vous ! Lorsque vous posséderez l’art d’aimer

Vous comprendrez qu’il n’y a pas besoin d’être timides

Les femmes, pour la plupart, sont une race perfide,

Allez ! Trompez des trompeuses

Et elles vont tomber dans les pièges qu’elles-mêmes ont dressés.

Je vous révélerai maintenant encore un outil adorable aux femmes

Et Je parle à propos des larmes !

Rassurez-vous alors que vos maîtresses voient vos joues baignées et salées

même si vous avez besoin d’eau et de mouchoirs.

Je suggère que vous vous présentiez surtout sensibles,

Observez l’ennemi et copiez ses méthodes

Écoutez mes paroles suivez-les jusqu’a la fin

Séduisez, détruisez et restez les dominants!

 

Ars Amatoria

Vers: 1-45

Dans le prologue, Ovide présente lui-même, son œuvre didactique et son bût ; il désire d’instruire l’amour aux jeunes parce qu’il constate qu’en effet l’amour est une manière, un artifice. Ayant suivi ses conseils, les hommes seront capables à séduire les filles et les garder pour toujours. Il présente donc le plan du manuel.

Vers : 630-670

Ovide afin de persuader les Romains d’avoir confiance à lui, prend les thèmes de la mythologie grecque ou d’élégie. Les aventures des dieux sont les exemples qui prouvent que les promesses fausses sont un moyen propre pour séduire les filles. Zeus lui-même est le modèle parfait avec son comportement manipulateur.

Ross Jeffries

Ross Jeffries est  l’un des fondateurs de la communauté de séduction Américaine. Ses articles publiés en ligne l’ont progressivement mené à créer un site Internet de référence sur la séduction, le première du genre.

Ars Amatoria, une illustation par Victor Reinganum, 1965

 

Ross Jeffries a servi de modèle au personnage caricatural joué par Tom Cruise dans le film « Magnolia ».

Commentaire sur le choix de traiter Ars Amatoria avec ce contexte particulier

En traitant l’ouvrage ancien de cette façon, je ne voulais pas imposer l’impression qu’il existe en effet une corrélation entre Ars Amatoria et la communauté américaine de Séduction. En apparence, Ovide donne une série des conseils aux amants pour réussir en amour mais il est évident aussi que l’ouvrage n’est pas si sérieux et Ovide reste affectivement détaché du contenu de son texte dans lequel la satire ou l’ironie sont très présents. En plus, il sera d’anachronisme si on traite le texte ancien selon les concepts de sexisme ou de la réification de la femme. N’est-il pas vain de vouloir apprendre à aimer comme si l’amour était une technique à acquérir ? C’est la question cachée sous les distiques élégiaques d’Ovide. Au contraire, il est évident aussi que la communauté de séduction est fondée sur le principe de la supériorité d’homme et elle s’adresse à ceux qu’ils ont l’impression qu’ils vont conserver leur dominance sur les femmes s’ils possèdent la connaissance suffisante. Cet épisode imaginaire décrit comment un manipulateur comme Ross Jeffries, amené par son regard court et sexiste, a utilisé l’ Ars Amatoria comme encore un utile destiné à servir son bût.

Voyant Tools

En utilisant le site Voyant Tools , j’ai choisi à examiner trois œuvres d’Ovide qui constituent la première période de son œuvre, c’est-à-dire la période dans laquelle il vivait à Rome comme un homme jeune et déterminant à imposer son style poétique très personnel et en exprimant  sa morale libre et controversée  pendant le temps d’Auguste. Les Héroïdes, l’Ars Amatoria et les Amores sont les ouvrages les plus « légères » d’Ovide où le thème d’amour joue un rôle essentiel. En exploitant des thèmes par la mythologie grecque et latine, Ovide consacra à une carrière de poète érotique et mondain. Le caractère de son écriture était très contemporain pendant une époque qui semblait en apparence “rafraîchissante”  mais elle était en réalité encore très conservatrice comme il le témoigne l’exile suivant d’Ovide. Le Voyant Tools m’a aidé à trouver de traits communs parmi ces trois œuvres en ce qui concerne le style avec lequel Ovide a choisi d’écrire ses premiers ouvrages. Premièrement, l’outil des « Phrases » m’a montré qu’Ovide a utilisé certaines phrases plusieurs fois dans le même œuvre. Cependant, J’ai choisi à répéter aussi la phrase qu’il écoute mes paroles et instruit jusqu’à la fin en le modifiant à la phrase Ecoutez mes paroles les suiviez à la fin. J’ai remarqué aussi que le poète utilisé beaucoup des phrases avec des pronoms personnels, l’outil « Cirrus » nous montre que deux par les mots les plus fréquents étaient « mea » et « tua ». L’usage des pronoms personnels renforce effectivement le style très directe d’Ovide, les expressions comme pro se/pro nobis/ quae mihi/ quae tibi montrent un désir de créer une intimité davantage entre lui et le lecteur. Il utilise évidemment beaucoup le pronom « mea », plus précisément il l’utilise 192 fois dans les 3 ouvrages, en créant beaucoup des corrélations comme mea est, mea vota ou mea verba. Il est évident donc qu’Ovide prend le personnage d’un “confesseur” dans son œuvre, il prétend qu’il commence à partir ses expériences personnelles pour parler à propos des concepts plutôt catholiques et mondiales-comme l’amour. Il est en plus évident son esprit didactique dans ces ouvrages ; l’outil de « Contexts » m’a indiqué 8 occurrences ou le mot «este » apparaît et les 5 concernent l’œuvre Ars Amatoria. L’usage d’impératif affirme l’attitude incitative du part d’Ovide qui caractérise en général son œuvre primordial. J’ai utilisé donc aussi beaucoup d’impératif et de subjonctif dans mon syntaxe pour souligner le style consultatif. L’outil de « Contexts » m’a indiqué aussi plusieurs syntagmes avec le schéma « opus est » qui se trouve également dans les trois œuvres. Un syntagme qui apparaît 3 fois avec cette phrase est le suivant ; nil + opus est et je l’ai copié dans la phrase Il n’y a pas besoin d’être méfiants. L’usage d’adverbe semper est ainsi apparente, un choix qui indique aussi le caractère mondiale de son œuvre. En examinant cet adverbe avec l’outil « Trends », j’ai vu que semper est plus fréquent dans Ars Amatoria par rapport aux Amores et Héroïdes alors j’ai utilisé beaucoup le mot toujours dans mon pastiche afin que j’imite le style absolu et mondial du poète.

Project Gutenberg- la charme(?) discret des ebooks

http://www.gutenberg.org/

Comme le projet il-même le souligne dans la première phrase de sa présentation “Gutenberg: about“, il s’agit du premier fournisseur des livres libres électroniques, les ebooks. Son but n’est pas si ambitieux ou compliqué, le projet était créé pour “encourager la création et la distribution des ebooks”.
En explorant le site, je pourrais dis que son but est achevé au premier niveau. Le projet n’adresse pas aux personnes individuelles ni aux institutions académiques, comme le Thesaurus Linguae Graecae, il n’a pas en générale un “public visé”. Je dirais que son destinateur est quelqu’un qui cherche à enrichir son bibliothèque en Kindle, et, complètement par hasard parce que les dernières semaines j’essaie à utiliser le Kindle- moyen à lire, ça marche pour moi.
à propos l’ergonomie du site dont je pense c’est la première chose qu’on observe, elle me semblait premièrement satisfaire, parce que le site est très facile a l’utiliser. Le moteur de recherche est haut et à gauche et tous les informations autour le projet sont regroupés dans la page d’accueil. Le design est simple et classique avec des couleurs basiques (rouge, noir et leurs nuances). Il s’agit pas d’un site qui semble intéressant en fait, même si qu’il mentionne instantanément ses offres,  c’est a dire les 55.000 eBooks. La cause est qu’ il manque la capacité d’ attirer les passants en ligne.

La chose la plus décevante s’arrive quand on commence notre recherche. Les livres ne sont pas organisés d’une manière spécifique et t’ as de plus en plus l’impression que tu es entrée dans une librairie qui d’un part te donne l’accès aux milliards des livres mais, d’autre part il ne possède pas des étagères proprement mets. Quand tu cliques par instance l’option search, tu trouves seulement trois prochains options;

En suivant, les sous-catégories sont organisés dans l’ordre alphabétique et leur contenu n’est si clair. Un exemple qui s’adresse à nous plus spécifiquement est la catégorie des “Classics” qu’ inclut seulement de la littérature latin tandis qu’ au même temps il y a une autre catégorie disponible sous le nom “Classical Antiquity” dont il y a des ebooks grecs anciens et latins. C’est évident la fait qu’on ne puisse pas à dépendre notre recherche académique ou philologique sur le Projet Gutenberg qui manque l’abilité à nous orienter efficacement.

Mais quand on trouve enfin le livre souhaitable, nous sommes satisfaires par les formats avec lesquels on puisse telecharger ou lire les ebooks. Οutre le HTML qui permet la lecture en ligne et le très utile texte brut qui permet sa modification potentielle, on trouve les formats nécessaires pour lire les ebooks,  l’extension .epub avec laquelle on lit les ebooks (quelques programmes qui permettent la lecture sont le B&N nook et le Cobo e-reader ) et l’extension .mobi pour la lecture en Kindle.

le site nous permet aussi d’envoyer immédiatement le texte à notre compte au Dropbox, GoogleDrive et onedrive

Ma conclusion sur le projet Gutenberg est ce que le titre suggère; la conception et le design du site est si simple et négligé et du coup n’ entraîne pas l’exploration du monde des ebooks, mais définitivement il aide les utilisateurs de Kindle à améliorer leur collection.

 

mon voyage -courant- avec les Ηumanités Numériques

L’an dernier j’ ai trouvé moi-même plusieurs fois dans une position incommode à laquelle je faudra chercher les mots exacts pour expliquer le sujet de mon master.  C’ est évident la fait que Humanités Numériques est un terme qui se semble un peu bizarre. Est-qu’ il s’ agit d’ une nouvelle science? Est-qu’ il se devient de la domaine de la Informatique et qu’est-ce que sa corrélation avec les Humanités en générale?

Toutefois je trouvais la courage et j’ essayais d’ en expliquer et, afin, après longtemps, souvent les mots m’ ont donne une réponse agréable. La traduction par l’ anglais m’ aidé beaucoup parce que la phrase “Digital Humanities” s’ écoute plus claire aux nos oreilles. J’ai compris que l’ adjectif décrit le format nouveau qu’ on va approcher le noμ: en outre, les humanités, plus spécifiquement la science autour les etudes classiques, sera rapprocher et repenser en utilisant des méthodes numériques. Mais je ne savais pas encore qu’est-ce je ferais dans mon Master exactement.

Maintenant afin je suis en Nanterre Université en assistant le cours Humanités Numériques et ma recherche jusqu’ aujourd’hui m’ a conduit à repenser ma réponse. Notre définition sur le sujet ne doit pas être ni pratique ni très théorétique. Il ne signifie pas qu’ il faut on produit quelque révolution numérique pour changer la manière à laquelle on approche les textes antiques, mais il s’ agit d’une passage différente pour revoir l’ antiquité et sûrement l’ informatique nous offre des éléments nécessaires pour le faire.

Je me considère des différents moyens dont mes histoires préférés ont été rancontés . Je me souviens des performances spectaculaires et des films modernes dont ils s’ inhérent. Je pense que Humanités Numériques me donnera des façons nouvelles pour les revoir.

Orphée et euripidice