Jeux Cosmiques…..

Hérodote d’Halicarnasse, Enquête, Livre I, «  Clio », Préambule.

Hérodote d’Halicarnasse, féru d’ethnologie et d’ethnographie, nous fait part, dans ces premières lignes, de la tenue prochaine d’un concours sportif d’envergure mondiale= les Jeux Cosmiques….. Témoin privilégié, en tant que reporter, il nous expose en avant-première, les arcanes de cette manifestation sans précédent.

 Hérodote d’Halicarnasse expose au sein de cet ouvrage, les conclusions de son   Enquête  sur les Jeux cosmiques,  afin que les aristies humaines ne s’envolent tels les mots  ou bien finissent dans le Léthé, qu’elles aient été réalisées  soit par les Perses, vaincus  quelques années plus tôt soit par les Grecs, défiés par les premiers, leurs ennemis de toujours, soit par les Barbares, Je dépeins également dans ce tableau, l’origine et le cadre de ces fameux Jeux.

 

Les Perses les plus érudits, aussi bien, quant aux affaires internes, liées à leur contrée, que concernant l’actualité internationale, expliquent le fondement de leur projet, par un désir de vengeance manifesté depuis fort longtemps, envers les Hellènes. Ils affirment, en effet, que la dernière et cuisante défaite, subie par leurs compatriotes, causée par les Grecs, demeure gravée dans leur mémoire. Comment un empire si puissant et aux ressources militaires abondantes a- t-il pu atteindre l’acmé de la déchéance ?  Non satisfaits de leur réputation entachée dans toute la terre habitée, les Mèdes, établis en assemblée à Ecbatane, prennent le temps d’examiner leur situation, empirant de jour en jour. Deux de leurs représentants, des hérauts d’un certain âge, concluent cette rencontre, par l’instauration de ces Jeux Cosmiques, ce qu’ils ont proposé, ou plutôt devrais-je dire, réussi à imposer à leurs homologues grecs. Enfin, la réunion s’achève, mais l’envie de vengeance hargneuse alourdit l’atmosphère. Alors ces Jeux débuteront dans deux mois.

 

 

Les Grecs, quant à eux, semblent vivre, depuis les derniers événements, dans un univers complètement à part, déraciné et déconnecté du monde connu.  En effet, après la fin de leur conflit avec les Perses, ils se mirent à célébrer de manière pompeuse et extravagante, leur victoire. Seulement l’ambiance, excessivement festive, a perduré au fils des années. Sans le souci du lendemain. L’orgueil hellène fut rapidement contrecarré par l’habileté rhétorique dont sont doués les Mèdes, qui finissent par les contraindre à participer auxdits Jeux. L’obligation édictée, ne permet pas la fin des hostilités, dans la mesure où les Grecs, méprisant profondément cette nation, leur adressent continuellement insultes et quolibets, tous plus  originaux  les uns que les autres : « poulettes », « femmelettes » « poupettes », «  tapettes », soulignant  de ce fait, l’apparence  efféminée   des guerriers perses. Par ailleurs, les cités grecques cherchent à préserver leur renommée, notamment dans  le domaine des exploits  accomplis à la guerre, en acceptant de prendre part à la manifestation sportive.

 

Venons- en aux peuplades barbares. Par les temps qui courent, elles se montrent très discrètes, et ce n’est pas du goût de la maison, de chercher querelle aux autres ethnies, à commencer par les Etats voisins, Pourtant dès lors qu’il s’agit d’acquérir une certaine aura, un certain prestige, les Barbares, chevelus, sont les premiers arrivés, donc les premiers en scène. Ils rapportent qu’un jour, les messagers perses ont réalisé une expédition, en terre lointaine, avec la ferme intention de les contraindre à entrer en lice. En vérité, les Mèdes voulaient rallier « leurs voisins du bout du monde », désignés de cette façon d’après un célèbre sobriquet, à leur cause, contre la Grèce. Mais ce ne fut pas une mince affaire. Parce que, des « guerres persiques », les Barbares s’en moquent : cela ne les concerne pas, cela ne les intéresse pas. Malgré tout, lorsqu’il s’agit d’obtenir un certain renom, comme je viens de l‘exposer, ces peuplades du bout du monde sont les premières arrivées. Pour la première fois, à leur humble avis, cette compétition serait l’occasion de graver leurs aristies, à jamais dans l’histoire de l’humanité tout entière […].

Voilà donc les éléments déclencheurs, motifs de ces Jeux Cosmiques.

 

Méthodes de travail:

Suite à une longue réflexion, quant au choix de mon corpus, j’ai fini par opter pour l’Enquête d’Hérodote, en particulier les premières lignes.  Je vais instamment, vous exposer ma vision de ma question. Tout d’abord,  perçu tel le père de l’Histoire, il est en effet le fondateur d’un savoir,  d’une science fondamentale, à son origine et par la suite, aux yeux des hommes, en vue de les aider à comprendre le monde qui les entoure, et à en saisir les enjeux qui y ont trait.

Ensuite, les procédés utilisés par cet auteur émérite, pour concrétiser son entreprise m’ont d’emblée plu.  Premièrement, il affirme la validité  de ses opinions en les assumant ( recours à la première personne). Puis, le caractère  consciencieux  de son ouvrage s’explique par la primauté donnée à l’expérience, à ses sens, en particulier la vue, symbole du témoignage, puisqu’il est contemporain des faits racontés.

Autre point: Bien que, dans l’oeuvre originale, il prenne  parti en faveur des Hellènes,  il rapporte les dires des autres peuples évoqués.

Enfin,  pour l’époque, le conflit gréco-perse, recouvre une “dimension internationale”, à l’instar des deux guerres mondiales qui ont divisé la terre habitée, au début du siècle dernier. Pour illustrer ce commentaire, j’ai recouru à l’outil Voyant Tools. Celui- ci  a permis de rendre compte de l’ampleur du différend entre les nations, ce que montre le graphe inséré ci-dessous.

 

L’événement contemporain réunissant tous les pays du globe,  calqué ici, dans le style d’Hérodote sont les Jeux  Olympiques qui, par ailleurs se dérouleront à Paris en 2024!

 

 

Project Gutenberg

DEFINITION/FONCTIONNEMENT

 

C’ est un projet bénévole de numérisation des œuvres culturelles et de promotion de la création et la distribution de e –books Cette bibliothèque privilégie le texte brut mais inclut aussi des formats traditionnels, tels PDF, HTML… et d’autres moins connus comme MOBIet ou Plucker. Les données trouvées sont majoritairement les textes complets de livres tombés dans le domaine public. L’ autorité des sources, est contrôlée( validation du statut des e-books). Elles ne sont intégrées à la collection qu’après approbation par le droit d’auteur .

 

 

CONTRIBUTIONS

On peut contribuer à l’enrichissement de la collection par le téléchargement de e-books issus de la littérature, et provenant du domaine public. Le téléchargement s’opère  par un navigateur, ou bien  grâce à un client ftp /wget . 

ERGONOMIE

 Les e-books sont classés par auteurs, thématiques…..il existe des indicateurs permettant d’observer,  par exemple, le nombre de livres téléchargés dans la collection dans des délais précis et prédéfinis.

 

 

 

DISPONIBILITE

Les métadonnées sont disponibles au format XML/rdf. Cependant certains formats, comme le format  de catalogage, MARC, ne fonctionnent plus. Une copie locale, Kiwix,  de  la collection est disponible  sur ordinateur, tablette et mobile. La collection Project Gutenberg est disponible à partir de dizaines de sites d’hébergement offrant un accès via http/ https, ftp, rsync.

 

DIFFUSION

Le projet possède d’autres canaux de diffusion de ses actualités tels les flux Rss et les réseaux sociaux Facebook et Twitter.

https://www.facebook.com/gutenberg.new

Project Gutenberg (@gutenberg_org) / Twitter

 

 

 

CRITIQUE

Quant à la plateforme, elle est d’apparence fade et constitue un bloc informe simpliste, notamment    concernant les fonctionnalités. Gros avantage : Une liste annuelle GUT Index est mise à jour très régulièrement

HumaNum……



Myriam DEUBRAS, Master Humanités classiques et Humanités numériques 1ère année, aliis discipulis   magistroque salutem dat,

« Salvete amici mei, χαίρετε φίλοι μου !/ Bonjour à tous ! »

Je m’appelle Myriam DEUBRAS. Passionnée depuis  fort longtemps par les lettres classiques, j’ai décidé d’intégrer  cette année le Master Humanités classiques et  Humanités numériques 1ère année, afin de poursuivre l’étude du latin et du grec ancien, et tout ce qui y a trait, mais aussi , et surtout pour en saisir les  applications concrètes : installation d’un clavier grec polytonique, découverte de différents outils d’édition de texte……Dans la suite de mon billet, tout en expliquant pourquoi j’ai choisi l’entête qui  l’accompagne (Une peinture issue d’un vase grec, représentant Démêter et Hadès à la manière d’un diptyque), je donne mon avis sur les  Digital Humanities/ Humanités numériques. 

Ante diem XV Kalendas Octobribus MMDCCLXXIV Ab Urbe Condita, Myriam DEUBRAS, scripsit :

« -Démêter, la Terre -Mère, terre nourricière et Hadès dieu infernal de personnification des Enfers, dont la demeure renferme tant d’âmes de vaillants héros . …………Le commencement et la fin du monde…….

D et H deux lettres hautement porteuses de sens,  ce sont comme l’alpha et l’oméga du κόσμος / mundus  qui nous entoure. Et lorsque nous semblons atteindre la fin du monde, autrement dit les Inferi, Démêter / Cérès vient à notre rescousse, du fait de son rôle nourricier, Alma Mater. Ainsi par ses soins, la nature/ φύσις évolue de natura naturata en natura semper naturans, éternellement féconde, nous invitant à un perpétuel mouvement, à un cycle permanent. Elle neutralise la rupture dans et par une dynamique de continuité. De ce fait, elle abolit les querelles, en scellant une union solide entre tradition et modernité.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ENTETE.mdeubras5.jpg-500x117.png.

D et H deux lettres très sibyllines, acronyme usité pour Digital Humanities/ Humanités numériques ! Ce périple initiatique au cœur de l’univers légendaire de la Grèce et de la Rome antiques, m’ont rendu la significations de ces deux symboles de longévité, plus aisément accessible. A l’instar de la Terre -Mère, les humanités (classiques) sont nourricières de la culture  européenne occidentale. De même que,  Démêter  a nourri  les êtres vivants, notamment par la mise en place de l’agriculture et des moissons, les humanités classiques une source d’inspiration   universelle au sein de laquelle les grandes figures occidentales, dans les domaines du savoir, sont venues, viennent  et viendront encore et toujours s’abreuver.  « Et le numérique, dans tout ça ? » me direz- vous….  Eh bien, il garantit, telle la Terre-Mère, une poursuite, pouvant aller jusqu’à la transposition des humanités classiques traditionnelles, dans un monde contemporain qui meut et qui mue sans cesse.

Voilà, selon moi, le sens profond des Digital Humanities/ Humanités numériques. »

Valete.