Project Gutenberg

DEFINITION/FONCTIONNEMENT

 

C’ est un projet bénévole de numérisation des œuvres culturelles et de promotion de la création et la distribution de e –books Cette bibliothèque privilégie le texte brut mais inclut aussi des formats traditionnels, tels PDF, HTML… et d’autres moins connus comme MOBIet ou Plucker. Les données trouvées sont majoritairement les textes complets de livres tombés dans le domaine public. L’ autorité des sources, est contrôlée( validation du statut des e-books). Elles ne sont intégrées à la collection qu’après approbation par le droit d’auteur .

 

 

CONTRIBUTIONS

On peut contribuer à l’enrichissement de la collection par le téléchargement de e-books issus de la littérature, et provenant du domaine public. Le téléchargement s’opère  par un navigateur, ou bien  grâce à un client ftp /wget . 

ERGONOMIE

 Les e-books sont classés par auteurs, thématiques…..il existe des indicateurs permettant d’observer,  par exemple, le nombre de livres téléchargés dans la collection dans des délais précis et prédéfinis.

 

 

 

DISPONIBILITE

Les métadonnées sont disponibles au format XML/rdf. Cependant certains formats, comme le format  de catalogage, MARC, ne fonctionnent plus. Une copie locale, Kiwix,  de  la collection est disponible  sur ordinateur, tablette et mobile. La collection Project Gutenberg est disponible à partir de dizaines de sites d’hébergement offrant un accès via http/ https, ftp, rsync.

 

DIFFUSION

Le projet possède d’autres canaux de diffusion de ses actualités tels les flux Rss et les réseaux sociaux Facebook et Twitter.

https://www.facebook.com/gutenberg.new

Project Gutenberg (@gutenberg_org) / Twitter

 

 

 

CRITIQUE

Quant à la plateforme, elle est d’apparence fade et constitue un bloc informe simpliste, notamment    concernant les fonctionnalités. Gros avantage : Une liste annuelle GUT Index est mise à jour très régulièrement

HumaNum……



Myriam DEUBRAS, Master Humanités classiques et Humanités numériques 1ère année, aliis discipulis   magistroque salutem dat,

« Salvete amici mei, χαίρετε φίλοι μου !/ Bonjour à tous ! »

Je m’appelle Myriam DEUBRAS. Passionnée depuis  fort longtemps par les lettres classiques, j’ai décidé d’intégrer  cette année le Master Humanités classiques et  Humanités numériques 1ère année, afin de poursuivre l’étude du latin et du grec ancien, et tout ce qui y a trait, mais aussi , et surtout pour en saisir les  applications concrètes : installation d’un clavier grec polytonique, découverte de différents outils d’édition de texte……Dans la suite de mon billet, tout en expliquant pourquoi j’ai choisi l’entête qui  l’accompagne (Une peinture issue d’un vase grec, représentant Démêter et Hadès à la manière d’un diptyque), je donne mon avis sur les  Digital Humanities/ Humanités numériques. 

Ante diem XV Kalendas Octobribus MMDCCLXXIV Ab Urbe Condita, Myriam DEUBRAS, scripsit :

« -Démêter, la Terre -Mère, terre nourricière et Hadès dieu infernal de personnification des Enfers, dont la demeure renferme tant d’âmes de vaillants héros . …………Le commencement et la fin du monde…….

D et H deux lettres hautement porteuses de sens,  ce sont comme l’alpha et l’oméga du κόσμος / mundus  qui nous entoure. Et lorsque nous semblons atteindre la fin du monde, autrement dit les Inferi, Démêter / Cérès vient à notre rescousse, du fait de son rôle nourricier, Alma Mater. Ainsi par ses soins, la nature/ φύσις évolue de natura naturata en natura semper naturans, éternellement féconde, nous invitant à un perpétuel mouvement, à un cycle permanent. Elle neutralise la rupture dans et par une dynamique de continuité. De ce fait, elle abolit les querelles, en scellant une union solide entre tradition et modernité.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ENTETE.mdeubras5.jpg-500x117.png.

D et H deux lettres très sibyllines, acronyme usité pour Digital Humanities/ Humanités numériques ! Ce périple initiatique au cœur de l’univers légendaire de la Grèce et de la Rome antiques, m’ont rendu la significations de ces deux symboles de longévité, plus aisément accessible. A l’instar de la Terre -Mère, les humanités (classiques) sont nourricières de la culture  européenne occidentale. De même que,  Démêter  a nourri  les êtres vivants, notamment par la mise en place de l’agriculture et des moissons, les humanités classiques une source d’inspiration   universelle au sein de laquelle les grandes figures occidentales, dans les domaines du savoir, sont venues, viennent  et viendront encore et toujours s’abreuver.  « Et le numérique, dans tout ça ? » me direz- vous….  Eh bien, il garantit, telle la Terre-Mère, une poursuite, pouvant aller jusqu’à la transposition des humanités classiques traditionnelles, dans un monde contemporain qui meut et qui mue sans cesse.

Voilà, selon moi, le sens profond des Digital Humanities/ Humanités numériques. »

Valete.