Les noms divins dans les traités de magie attribués à Salomon. Edition numérique du Liber Hynotheon (ADIV 5fb 1)

         Dans le cadre de mon master HCHN, j’ai pour objectif d’éditer un manuscrit de magie encore inédit, le Liber Hynothéon, conservé au sein des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine sous la côte 5 Fb 1. L’auteur indique que ce livret serait la traduction en latin d’un ouvrage plus ancien écrit en chaldéen et recèlerait la magie du très sage Salomon, mais à en juger par son écriture, il a dû être rédigé au XVII-XVIIIe siècle et saisi par la justice avant la Révolution française. La source principale de ce texte semble être l’Almadel. Ce traité de magie rituelle est fameux : il servait à invoquer et à conjurer les anges. Il tirerait ses origines de l’Iran ancien et de l’Extrême Orient, mais ses versions médiévales ont été tout à fait christianisées. Cependant, tout comme l’Almadel avait fait l’objet d’un profond processus de réécriture et d’acculturation à partir d’un prototype arabe, l’élaboration de ce manuscrit s’apparente par de nombreux côtés à un « bricolage » au sens de C. Levi-Strauss. L’auteur s’est arrangé avec les « moyens du bord » pour construire son texte. Il a eu recours à des éléments recueillis et conservés au cours de ses lectures : des extraits des différents livres de la Bible, – Genèse, Psaumes ou Apocalypse -, des notes prises à partir de textes de magie rituelle, ou bien encore des concepts empruntés à Aristote. À terme, l’édition numérique en ligne de notre manuscrit, devrait permettre de faciliter la comparaison avec d’autres textes similaires, et ainsi déterminer comment les traités de magie se construisent, et d’une certaine manière, préciser les modalités de transmission et d’innovation des connaissances.

         L’élaboration d’une édition diplomatique et interprétative de ce manuscrit a nécessité tout d’abord un travail de toilettage et de préparation minutieux. À l’issu de la transcription du manuscrit, il était tout d’abord nécessaire d’encoder la texte en langage XML, ou « extensible markup language » et suivant les règles de la TEI (Text Encoding Initiative). Dans l’en-tête, représenté par élément <teiHeader>, sont rassemblés les métadonnées qui décrivent le document : taille, origine, lieu de conservation… Le texte lui-même a ensuite été structuré et encodé selon un certain nombre de balises relativement courantes. L’élément <div> nous a notamment permis de diviser le texte selon un certain nombre de « livre » et de « chapitre » qui n’existaient pas à l’origine, mais que nous avons défini afin de faciliter le repérage au sein du Liber. La particularité du texte nous a amené à repérer plus spécifiquement les noms qualifiés dans le texte de « divins ». Sur le modèles des « noms barbares » des formules magiques, du type abracadabra ou hocus pocus, ces noms correspondent en théorie aux noms secrets des anges ou de Dieu. La plupart du temps, ils n’ont aucun sens véritable et leur étymologie est la plus souvent fantaisiste, du moment qu’ils résonnent à l’oreille comme des vocables d’origine hébraïque, grecque, ou arabe. Sur le modèle de la théurgie, leur prononciation permettrait à l’opérant d’entrer en communion avec les puissances divines. La balise <name type= « divin »> les signale tout au long du texte, ce qui permettra à terme l’élaboration d’un lexique, et une comparaison avec les manuscrits magiques qui ont recours à ce même type de vocable.

      Sur les conseils de M. Berra, j’ai commencé à utiliser GitHub, une plate-forme open source qui permettait d’héberger en ligne sur un certain nombre de dépôts ou repositeries, tels que le ‘HN4-Liber-Hynotheon’ qui regroupait les images du manuscrit en format jpeg, la version du texte en format hmtl et xml. Monsieur Berra a ensuite été désigné comme administrateur afin qu’il puisse m’aider à résoudre les principaux problèmes rencontrés. L’utilisation de l’application open-source GitHub Desktop me permettait d’interagir directement avec GitHub : sur mon ordinateur personnel, je pouvais organiser et encoder progressivement le Liber Hynotheon à l’aide du logiciel Visual Studio Code, et ensuite, à l’aide de la fonction Push, envoyer directement les modifications sur le dépôt en ligne. Inversement, grâce à Pull, il m’était possible de mettre à jour mes fichiers en fonction des corrections proposées par Mr Berra. Une fois que le manuscrit a été encodé, j’ai pu poursuivre le même travail sur les versions parallèles de l’Almadel accessibles sur le site de Jospeh H. Peterson, Esoteric archives. De plus, deux versions françaises de l’Almadel sont conservées au sein de de la Cabale Divine ou la Stéganographie. Ces manuscrits sont actuellement à la Bibliothèque Wellcome (Wellcome 4666) à Londres, et à la Bibliotheca Philosophica Hermetica (BHP 277) à Amsterdam. Sur les sites de ces deux bibliothèques, le chercheur a accès à leur reproduction en format jpg ou pdf, ce qui m’a permis de les transcrire et de les encoder ensuite sous le format xml-tei. GitHub m’a donc permis de mettre en œuvre un travail collaboratif particulièrement efficace et de rassembler sur un même espace l’ensemble des données nécessaires.

       Afin de mettre directement en ligne l’édition du Liber Hynotheon en XML-TEI, il a finalement été décidé de recourir à l’outil EVT (Edition Visualization Technology). Ce logiciel en open source est relativement aisé d’utilisation : l’administrateur peut notamment modifier l’apparence de n’importe quel élément portant une certaine balise TEI, et agir sur la présentation de l’apparat critique, les corrections réalisées par le scribe, les annotations marginales, et les propositions de correction. À l’aide d’EVT, GitHub peut ensuite mettre en ligne l’édition du manuscrit rennais. Ceci offre plusieurs avantages. L’Almadel jouit en effet d’une certaine popularité sur Internet : on peut acheter un autel portatif destiné à invoquer les anges sur Amazon, des groupes de rock présentent certains clips sous ce nom sur Youtube, mais le texte français n’est pas directement accessible. Par rapport à une édition classique, de style Belles Lettres, ou par rapport à l’édition en ligne proposée par Jospeh H. Peterson, cette édition numérique a l’avantage de faciliter de l’inclusion des images et de mettre en œuvre un traitement automatisé des index. Les changements de configuration proposés par M. Berra permettent de plus de travailler tout aussi bien sur une édition diplomatique qu’interprétative. J’ai fait le choix de présenter aussi sur le même site la traduction du texte, ainsi qu’un ensemble de notes qui facilitent la compréhension du manuscrit. C’est un travail relativement agréable à réaliser car il donne rapidement  des résultats : afin de se rendre compte des conséquences des modifications et des choix effectués, il est notamment possible de visualiser le site en local sur Google Chrome, en transmettant les commandes adéquates par le biais de l’application  Terminal.

       L’édition numérique du Liber Hynotheon est en voie d’achèvement. Par contre, l’intégration de la traduction en français et des autres manuscrits transcrits est plus complexe que prévue et nécessite encore des aménagements d’EVTViewer. A terme, j’ai encore bon espoir de pouvoir comparer directement le Liber Hynotheon avec les différentes versions de l’Almadel (latines, anglaises et françaises). Mon hypothèse est que cela permettrait, au-delà de la diversité des langues, d’établir des généalogies ou plus exactement d’un manuscrit à l’autre. Sur une base aussi étroite d’un point de vue quantitatif, il ne s’agira pas de prouver scientifiquement quoi que ce soit, ou de mettre en œuvre automatiquement un stemma. Par exemple, la citation de la Donation de Constantin porte uniquement sur deux mots accolés diadema corona. De plus, la comparaison s’effectue sur des textes en langues étrangères. Pour l’instant, quelques analyses telles que l’établissement de lexiques des noms divins et la comparaison entre les différentes représentations de l’autel d’invocation devraient souligner des liens de parenté à travers le temps et l’espace européen. Comme il n’est pas possible de lemmatiser ces « noms divins » et comme chaque scribe les comprend à leur manière, il est encore nécessaire de recourir à l’intuition humaine pour penser par exemple que Hynotheon correspond à l’Honoyteon retrouvé sur un manuscrit italien du XVe, ou à d’autres noms bizarres tels qu’Onoytheon, Onaypheon ou Onayefeon. D’une certaine manière, c’est réconfortant à l’heure où l’IA commence à s’implanter dans tous les domaines de la recherche.

Nicolas CORRE

Catulle, le vivant

Comme on peut le voir dans ce nuage de mots obtenu grâce à l’application Voyant Tools (un outil numérique permettant l’analyse de texte en ligne), parmi les mots les fréquents dans l’œuvre de Catulle, apparaissent en tête la conjonction de coordination et (194 reprises), puis le verbe est (181) et ensuite  in (161). Cela peut s’expliquer tout simplement par l’usage fréquent de ces termes dans la langue courante latine, mais on peut toutefois être plus surpris de voir apparaître la négation non en cinquième position (141), comme s’il fallait y voir une tension entre l’union nécessaire des êtres, symbolisée par l’emploi de et, et la difficulté de sa mise en œuvre, voire son impossibilité absolue. Comment peut se justifier cette importance de la négation dans l’œuvre de Catulle ? Faut-il y voir le regard d’un pessimiste ? Le peu que nous connaissons de la vie du poète nous autoriserait à le croire. Si sa passion pour Lesbie/Clodia fut assurément le grand événement de sa vie, l’œuvre même de Catulle nous apprend qu’à l’ivresse des premiers jours de cette liaison succédèrent bientôt les jalousies, les querelles, les raccommodements ; puis le mépris, les déchirements cruels, enfin une rupture définitive, à laquelle le poète ne survécut guère. Les autres évènements connus de sa vie n’incitent guère davantage à l’optimisme. Vers 60, il perdit un frère tendrement aimé, qui mourut en Troade dans un voyage dont le motif nous est inconnu. Trois années après, avec son ami Helvius Cinna, il accompagna Memmius, préteur de Bithynie, mais ce voyage ne lui apporta pas la fortune qu’il avait pu espérer. Ces évènements tragiques incitèrent-ils le poète au désespoir ?

 

Lawrence Alma-Tadema, Catullus at Lesbia’s, 1865, 39,5 × 54,5 cm, huile sur bois, collection particulière Une image contenant Graphique, cercle, Police, logo

Description générée automatiquement

Les termes qui expriment la négation sont fréquents, non seulement non, mais aussi nec (92). Nequepar contre n’arrive qu’en 42 eme position (29 occurrences). La répartition de ces deux négations est relativement équivalente au sein de l’œuvre de Catulle (à l’exception de la fin du recueil), mais on peut dire la même chose quant à la répartition de non et sed. Ceci peut à première vue suggérer que Catulle pose un regard globalement pessimiste sur ses sujets, mais la forte présence de sed (80 occurrences) pose la question de l’utilisation de ces négations par le poète, et la construction de ces phrases. 

La recherche sur Voyant Tools sur les différentes corrélations de sed met surtout en avant le lien entre sed et ne ,de l’ordre de 0,9526942 (même si ne peut désigner un adverbe d’affirmation, d’origine grecque, il est plus fréquemment employé comme adverbe et conjonction de négation), puis entre coniugis et sed. Rappelons que le coefficient de corrélation quantifie la force de la relation entre deux variables, et qu’il varie entre -1 et 1. Egale à 1, la corrélation est dite parfaite. Non est corrélé essentiellement avec hic (0,851919) puis avec me (0,84704566). Plus surprenante, et intéressante peut-être, la corrélation entre conuigo et non est de 0, 668996474, est la même qu’avec qu’adulterio. L’évolution pratiquement synchronisée entre sed et ne, quand bien même ne n’est utilisé qu’à 26 reprises, suggère d’aller de voir plus près l’usage que Catulle peut faire de ces deux termes.

Si VoyantTools permettait de montrer la fréquence de sed au sein de l’œuvre de Catulle, une recherche menée sur Hyperbase, au sein du corpus des poètes latins, montre bien que l’adverbe sed est largement employé chez Catulle (écart réduit de 5), mais avec une fréquence que l’on retrouve aussi à un niveau comparable chez Tibulle, un peu moins chez Ovide. Le poète latin qui y a le plus largement recours est le satiriste Juvénal (8,2). Rappelons que, l’écart réduit est l’écart à la moyenne, pondéré en fonction de la longueur respective des œuvres. On considère que cet écart est significatif c’est-à-dire qu’il exclut l’« hypothèse nulle » (résultat dû au hasard) s’il est supérieur ou égal à 2 en valeur absolue. Ces deux écrivains disposent chacun d’une forte personnalité, et d’un univers caractéristique, cet emploi commun de sed peut être interprété comme la conscience d’une disjonction entre l’idéal qui guide leurs vies, leurs aspirations, et la réalité potentiellement décevante, voire désespérante. Cela ne signifie pas pour autant que des deux hommes en tirent la même conclusion, et la morale philosophique qu’il faut adopter.

L’étude de la réparation et de l’usage d’autres conjonctions de coordination adversatives semble indiquer l’importance des oppositions dans l’œuvre de Catulle. Par rapport à l’ensemble des poètes latins, uerum est largement sur-representé chez Catulle (coefficient de corrélation : 4). Le seul poète à en faire un usage aussi fréquent est Horace, et plus particulièrement au sein de ces Epitres (4,7). Par contre, Catulle ne se démarque pas dans l’utilisation d’autres conjonctions qui marquent moins nettement l’opposition (autem : 1, 1). L’utilisation d’aut est à peine au-dessus de la moyenne chez Catulle, alors que Virgile (8,8) ou Horace (7) l’emploient bien davantage.

Par rapport à l’ensemble des poètes latins, Catulle se distingue par un usage fréquent de l’adverbe nihil(coefficient de corrélation : 3,6), supérieur en tout cas à ce que l’on peut retrouver chez les autres poètes élégiaques, pour lesquels l’emploi de nihil est davantage dans la moyenne. Pour autant, Catulle ne peut être traité de nihiliste. En effet, d’une manière générale, l’usage de la négation ne semble pas caractériser particulièrement Catulle. L’utilisation de la négation principale, non, est importante chez Catulle (coef. 3,6), mais ces chiffres se retrouvent pour l’ensemble des poètes élégiaques, plus particulièrement chez Properce (7,8). Catulle se situe sinon dans la moyenne dans l’usage d’autres particules, comme les coordinations négatives telles que nec (0,7), ou neque (2,4). Catulle ne voit pas les choses en noir, mais joue davantage sur les oppositions entre le noir et le blanc. C’est peut-être dans ce balancement permanent entre le positif et le négatif que se joue le secret de l’œuvre de Catulle. Mais il reste à savoir ce qui l’emporte, et la leçon à en tirer.

Sur les 23 phrases qui comportent à la fois sed et non, à trois reprises la négation est dans la deuxième partie de la phrase : 

– « Chacun de nous a reçu une erreur en partage, mais de notre besace, nous ne voyons pas ce qui est dans notre dos (suus cuique attributus est error ; / Sed non uidemus manticae quod in tergo est) » (22, 20-21)

– « Mais nous ne croyons pas en avoir assez dit (sed non tamen hoc satis putandum) » (42, 15)

– « Nous savons bien que les plaisirs permis te furent seuls connus ; mais à un mari, ils ne sont plus permis comme auparavant (Sciumus haec tibi quae licent / Sola cognita : sed marito / Ista non eadent licent) »(61, 146-148). 

Lesbia and her sparrow, huile sur toile d’Edward Poynter,1907, collection particulière. Une image contenant Graphique, cercle, Police, logo

Description générée automatiquement
 

A chaque fois, la construction de la phrase semble bien exprimer un regret sur ses propres actions, ou une incapacité à changer les choses. Dans un seul cas, les deux composantes de la phrase comportent un non : « Je n’y vois pas de mal ; au contraire, il est bon, il est heureux que tes travaux ne soient pas perdus (non est mi male sed bene ac beate quod non dispereunt tui labores) »  (14, 10-11 ). Dans la très grande majorité des cas (soit donc 19 cas sur 23), Catulle insiste sur l’aspect positif des choses. Le première utilisation dans son recueil de ce jeu d’opposition est assez représentative. Dans le troisième poème, Catulle évoque la mort du moineau de Lesbie. Au centre de ce passage qui compte 18 vers, le poète évoque l’animal de sa maîtresse : il ne s’éloignait jamais de son sein « mais sautillant de-ci, de-là (Sed circumsiliens modo huc modo illuc)» (v.9), il ne cessait de pépier pour elle seule. A première vue, le poème est tragique, ou du moins mélancolique. Le sens s’éclaire cependant si on considère que le moineau est une métaphore pour désigner le sexe de Catulle. Le poème évoque en fait une panne qui aurait affecté le poète et refroidi ses relations avec Lesbie. Le vers au centre de notre poème, le sed qui contrebalance l’ambiance nostalgique du poème, rappelle qu’il n’en fut pas toujours ainsi. Le moineau savait sautiller de-ci de-là autour de la jeune femme, tout comme Catulle a su à ne nombreuses reprises honorer sa maîtresse. Tout espoir n’est donc pas perdu, le moineau ne pourra pas ressusciter mais la flamme peut donc revenir. Le vers est finalement un avertissement adressé à Lesbie à ne pas se décourager et à garder espoir : les joies du passé annoncent les passions du lendemain. 

La mort du moineau (3)

Lugete, o Veneres, Cupidinesque,
Et quantum est hominum venustiorum !
Passer mortuus est meae puelloe,
Passer, deliciae meae puellie,
Quem plus illa oculis suis amabat :
Nam mellitus erat, suamque norat
Ipsam tam bene, quam puella matrem
Nec sese a gremio illius movebat,
Sed circumsiliens modo hue, modo illuc,
Ad solam dominam usque pipilabat .
Qui nunc it per iter tenebricosum,
Illuc, unde negant redire quemquam
At vobis male sit, malae tenebrae
Orci, quae omnia bella devoratis
Tam bellum mihi passerem abstulistis .
O factum male ! O miselle passer,
Tua nunc opera, meae puellae
Flendo turgiduli rubent ocelli !


Traduction de Maurice Rat :

Pleurez, Vénus, Amours, et vous tous, tant que vous êtes, hommes qui aimez Vénus ! Le moineau de mon amante est mort, le moineau, délices de mon amante, lui qu’elle aimait plus que ses propres yeux ! Il était aussi doux que le miel, il connaissait sa maîtresse comme une petite fille connaît sa mère ; il ne quittait jamais son giron, mais sautillant tantôt par-ci, tantôt par-là, pour elle seule il pépiait sans cesse ! Et maintenant, il va par la route ténébreuse au pays d’où l’on dit que ne revient personne . Ah l maudites soyez-vous, males ténèbres d’Orcus, qui dévorez tout ce qui est joli ; il était si joli le moineau que vous m’avez enlevé ! O malheur ! Pauvre petit moineau l c’est pour toi que maintenant les beaux yeux de mon amie sont gonflés et tout rouges de larmes!

Malgré l’échec de sa relation avec Lesbie, ou son amour non partagé pour Juventius, malgré la phtisie qui devait l’emporter à près de trente ans, malgré l’échec de ses rêves de fortune en Bithynie ou la mort de son frère, Catulle affirme un amour de la vie qui fait finalement tout le sel de son œuvre.

Nicolas CORRE

Catulle, novus poeta

Catulle (84 av. n. è. ; 54 av. n. è) a fondé sa poésie sur l’esthétique de l’Alexandrie hellénistique et les écrits de Callimaque qui utilisait un langage familier et des traits d’esprit. Mais s’il admire la poésie grecque, il est aussi l’initiateur de l’élégie à Rome, un genre lyrique qui a pour thème la fuite du temps ou l’amour. Cicéron définissait les membres de son cénacle comme les « noui poetae » ou les « neoteroi (les nouveaux poètes) ». Si pour l’Arétin, de tels qualificatifs sont péjoratifs, ils soulignent bien le caractère original du citoyen de Vérone. Catulle est le premier poète latin à se prendre lui-même comme sujet de son œuvre, à décrire ses élans amoureux aussi bien que ses peines de cœur. Les thèmes abordés sont nouveaux, mais la langue est aussi originale : elle se caractérise par l’utilisation de termes rares ou de néologismes, une métrique recherchée inspirée de la poésie grecque -le distique élégiaque-, et enfin des hellénismes abondants. Son œuvre devint une source d’inspiration pour de nombreux poètes, et à partir du règne d’Auguste, l’élégie latine devint enfin un genre à part entière, illustré par Tibulle, Properce ou Ovide, voire même Horace. Notre propos sera de montrer, ce qui constitue toute l’ambivalence de Catulle, partageant à la fois la même esthétique que celle des autres élégiaques, et malgré tout original.

https://classnum.hypotheses.org/files/2023/04/1_page-0001.jpg

Lawrence Alma-Tadema, Catullus Reading his Poems at Lesbia’s House, 1870, collection particulière

 

L’œuvre de Catulle qui est parvenue sous le titre de Carmina comporte 116 pièces écrites en vers. Elles sont de tailles diverses : les premières pièces sont très courtes, généralement en vers iambiques, les pièces 61 à 68 sont les plus étendues, et les dernières sont plus courtes, des épigrammes en distiques élégiaques. Les thèmes sont aussi extraordinairement divers : on passe de l’éloge d’une femme à la critique de César ; le poète évoque ses amis comme ses ennemis, son amour pour Lesbie comme pour son mignon. Le ton varie aussi de l’obscène au plus léger. L’agencement de ces 116 poèmes continue aujourd’hui à nourrir les réflexions des critiques littéraires en raison de leur diversité, mais derrière cet apparent désordre du recueil, nous entendons retrouver une certaine forme de logique et de cohérence à partir de l’édition en ligne des carmina (Latin Library), et en nous appuyant sur les outils numériques suivants, Hyperbase, et Voyant Tools.

Hymen et/ou amor

La démarche suivie est dite corpus-based, c’est-à-dire une approche basée sur les corpora pour l’étude du “style” de parole propre à un écrivain. Selon Voyant Tools (un outil numérique permettant l’analyse de texte en ligne) les noms les plus fréquents dans l’œuvre de Catulle sont ceux d’hymen et apparentés, sous différentes formes (hymen et hymenae, à 48 reprises chacun), hymenaeshymenaeus (1) et hymenaeos (2). Cette égalité parfaite entre hymen et hymenae s’explique par la réitération persistante dans l’épithalame de Julie et de Manlius, au poème 61, de cette invocation « hymen hymenae (O Hymen, dieu d’hymenée) ». L’épithalame constitue une sorte de poème lyrique composé à l’occasion d’un mariage et à la louange des nouveaux époux, et l’importance du lexique du mariage est normal. Mais cette présence de l’hymen au centre de l’œuvre de Catulle peut surprendre chez un peintre du sentiment amoureux, d’autant plus que, parmi les lemmes surreprésentés chez Catulle, il y a par exemple amo, cupio, ou cupido. Comment ces deux notions, du mariage et de l’amour s’arrangent-elles chez Catulle ? On peut émettre l’hypothèse qu’il exprimerait une forme de sentiment tragique de la vie, non plus l’impossibilité d’une fusion des êtres, du moins la disjonction entre la représentation sociale et les institutions (l’hymen) et les sentiments personnels (l’amor). Nous entendons ainsi explorer le lien entre institution du mariage et sentiment amoureux chez Catulle en particulier, et dans l’Antiquité en général.

https://classnum.hypotheses.org/files/2023/04/2_page-0001.jpg

Une comparaison menée avec les autres poètes élégiaques souligne la particularité de Catulle. Tout d’abord, l’importance donnée à l’hyménée est particulièrement originale par rapport aux autres poètes élégiaques, et même par rapport à l’ensemble de la littérature latine. Hyperbase, un logiciel d’exploration documentaire et statistique des textes, accessible par le Web ou utilisable sur micro-ordinateur, indique qu’un tel usage est plutôt symptomatique du genre épique (L’Eneide de Virgile) ou tragique (les pièces de Sénèque). D’un autre côté, les mentions du sentiment amoureux, de l’amor proprement dit, sont loin de caractériser les élégies de Catulle, alors que ce registre est beaucoup plus présent chez Tibulle, Properce, et plus particulièrement chez Ovide, qui est à ce titre le grand peintre latin de l’amour. On peut en conclure que Catulle, dans ces mentions de l’amour, ou de l’hymen, est bien plus proche des tragédies de Sénèque, que des autres élégiaques. À la différence des autres élégiaques, Catulle était-il avant tout un poète tragique ?

Les autres termes qui soulignent l’aspect juridique du mariage, comme le matrimonium ou des noms plus rares comme la confarratio ou la coemptio, sont pratiquement absents de l’œuvre de Catulle comme de celles des autres poètes. Catulle n’est pas un juriste, mais à la différence de ses confrères, il se plaît à souligner l’aspect formel du mariage, comme institution représentative du mos maiorum. C’est d’autant plus intéressant que d’autres poètes élégiaques, comme Properce ont recours relativement fréquemment à la notion de fides, « la foi jurée », mais cette valeur ne s’applique pas spécifiquement à celle du mariage ou de l’union entre un homme et une femme (écart réduit supérieur à 3, par rapport à l’ensemble du corpus latin). Rappelons que, l’écart réduit est l’écart à la moyenne, pondéré en fonction de la longueur respective des œuvres. On considère que cet écart est significatif c’est-à-dire qu’il exclut l’« hypothèse nulle » (résultat dû au hasard) s’il est supérieur ou égal à 2 en valeur absolue.

Si on se rapporte au texte de Catulle lui-même, l’intérêt porté sur le mariage peut être relativisé. Conubia n’est utilisé qu’à trois reprises, conubium, une seule fois. Le poète utilise davantage le lexique des époux, coniunx (4), – qui désigne aussi bien l’époux que l’épouse), ou ses dérivés, coniugis, à 4 reprises, tout comme coniuge (4). A l’opposé, le concubin ou la concubine sont évoqués à 5 reprises eux aussi. Le poète au sein de son œuvre semble s’intéresser aussi bien à l’amour libre, à l’adultère qu’aux relations entre époux basées en théorie sur le respect mutuel. Ces remarques préliminaires portent sur un faible effectif, mais cela permet peut-être de remarquer que Catulle porte un intérêt en apparence particulier aux formes juridiques qui unissent ou séparent les amants.

Ce qui distingue vraiment Catulle des autres poètes latins, dans le rapport au mariage, c’est son insistance sur le cadre légal et le rappel au droit. Le terme conubium est sur-représenté chez Catulle, bien plus que chez ses confrères. Ce terme évoque bien le mariage, mais avant tout le mariage légal, réservé aux seuls citoyens romains. Il s’agit, du moins avant l’édit de Caracalla, d’un terme de droit, ce qui peut expliquer le peu d’appétence des élégiaques pour ce terme. Son emploi chez Catulle marque un certain attachement aux formes, même si une analyse plus poussée doit permettre de savoir s’il le fait d’un point de vue ironique, ou pas. Cette utilisation de conubium est d’autant plus remarquable qu’une recherche étendue à l’ensemble du corpus latin montre bien que ce terme est davantage réservé à des historiens comme Tite-Live, voire même Tacite.

 

L’accent mis par Catulle sur la notion d’hymen pose aussi nécessairement la question de l’image de la femme dans l’œuvre du poète, et d’une manière générale, le rapport entre individu (en tant qu’entité sociale), et la personne, (comme être unique et dotée d’une intériorité). Pour désigner la femme, il existe de multiples termes dans la langue latine qui peuvent renvoyer aussi bien au statut qu’à l’âge de la personne ainsi désignée, ou aux relations entretenues avec l’interlocuteur. Femina désigne la femme par opposition au mâle, elle est celle qui infante. Si on s’appuie sur le corpus Poetae d’Hyperbase, Ovide en fait fréquemment l’emploi, de même que Properce (coef. de corrélation respectivement de 7,5 et de 3), mais pour Catulle, Horace ou Tibulle, l’écart-type reste inférieur ou atteint à peine 2, ce qui est dans la moyenne. Puella désigne ainsi la personne dont on est amoureux, la maîtresse. Une femme de ce genre est théoriquement au centre des réflexions des élégiaques. Catulle en use et abuse (coef. de corrélation supérieur à 4), mais moins que Tibulle, Properce ou Ovide. Horace se distingue nettement à cet égard, ce qui souligne encore une fois la particularité de ce poète.

À l’inverse, Catulle n’a pas ou peu recours au terme de matrone, terme dans la langue latine qui renvoie le plus nettement au statut de femme mariée, et au respect qui est censé entourer ces femmes. Juvénal y a recours fréquemment (coef de corrél. de 2,7) pour dénoncer justement l’avilissement des matrones et l’écart entre l’idéal matronal et les pratiques de son temps. Horace lui aussi l’emploie dans ses poèmes, ce qui le distingue encore des autres élégiaques. L’originalité de Catulle tient à la figure de la mulier. Ce terme s’emploie pour désigner proprement et spécifiquement la femme en général. Mulier désigne donc exclusivement (jusqu’à la fin de la République romaine) un être de sexe féminin appartenant à l’espèce humaine. Puis, peu à peu, mulier est employé dans le sens d’épouse (équivalent d’uxor) et de femme ayant eu un rapport sexuel, par opposition à virgo (la vierge).



Tout comme le terme d’hymen, mulier joue donc sur l’ambiguïté entre statut social et pratiques sexuelles. Il n’est donc pas surprenant de le retrouver sous la plume de Catulle. Comme le rappelle Marine Bretin Chabrol (2012), dans l’épithalame 62, où se retrouve de manière presque obsessionnelle cette invocation d’hymen hymenae, un choeur de jeunes filles et de jeunes garçons s’affrontent pour définir justement la condition féminine idéale (vierge ou mariée). Il est difficile de dire quelle était la réponse de Catulle et sa préférence, car il joue en permanence sur l’ambiguïté et oppose les points de vue. Il suffit de rappeler que l’hymen désigne à la fois l’institution du mariage, et aussi la membrane qui doit être déchirée lors de la nuit de noces. Cette tension est constitutive de la vie et de l’œuvre même de Catulle. La grande passion du poète, sa maîtresse Lesbie, était mariée, et cette relation l’a fait souffrir. Pourtant dans le poème 62, il souligne l’idée que l’amour et le mariage ne sont pas incompatibles. En perdant sa virginité, la jeune fille n’en est que plus chère à son époux et n’en devient pas moins chère à son père (v. 58 : cara uiro magis et minus est inuisa parenti). Au contraire même, l’amour ne semble subsister que par le mariage. Le mariage est une illusion et en même temps une réalité parfois décevante, et c’est peut-être ce mélange particulier entre idéalisme et cynisme qui fait le charme particulier de Catulle. 

 

Bibliographie indicative : 

Bretin-Chabrol, Marine (2012). Vigne mariée ou fleur coupée : La mise en scène d’une parole féminine dans le carmen 62 de Catulle. Cahiers « Mondes anciens », 3



Manuel de défense

Pastiche

 

Dispositifs de défense à destination des villes ukrainiennes et de leurs défenseurs

 

Préparer des moyens de protection contre les machines, véhicules de combats blindés, canons auto-propulsés et autres du même genre, qui viennent affronter les défenses ; déposer en avant des « hérissons tchèques », des « dents de dragons », des obstacles antichar faits de n’importe quel matériau et autres choses analogues. Et lorsqu’une porte ou une portion du système de défense est battue en brèche, il faut viser la tourelle du char T-72 au lance-roquette FGM 148 Javelin pour que la machine ne puisse plus frapper et se tenir prêt à faire tomber un projectile portant une charge utile de 8 kilogrammes et plus sur la machine et à l’écraser. Contre les machines de grande taille, sur lesquelles beaucoup d’hommes sont amenés en première ligne, et depuis lesquelles des engins, comme des lance-missiles, lancent des projectiles et ou des drones destinées à mettre le feu aux maisons ou aux immeubles, contre tout cela, il faut d’abord que les défenseurs de la ville minent en secret les voies d’accès de ces machines pour que leurs roues, tombant dans les galeries, s’y enfoncent, ou soient détruits par des engins explosifs du genre mine anti-char russe PTKM-1R ou la POM 3. En même temps, les défenseurs doivent avoir recours à des radars et des systèmes anti-missiles comme le S-300, protection contre les traits qui pleuvent. Les missiles ou les drones qui n’auront pas explosé doivent être ramassé rapidement, afin qu’aucun ne traîne et ne mette en danger les défenseurs. Faire de même pour tous les points du rempart et du système de défense de la ville où les projectiles, l’ayant franchi dans leur vol, gênent et blessent ceux qui y sont de service. Là une unité blindée, amenée près du rempart, est en passe de le percer ou d’y ouvrir une brèche, il faut prendre des dispositifs pour contrecarrer l’ennemi. Contre le percement du système de défense, mettre en place un déluge de feu grâce aux fameux canons César ; contre l’écroulement, creuser une tranchée à l’intérieur, pour les assaillants n’entrent pas, et en même temps, élever une nouvelle ligne de défense à l’endroit où le front est sur le point d’être battu en brèche, avant qu’il ne tombe, si l’on ne peut prévenir sa ruine par une autre manœuvre.

 

Choix du corpus

J’ai décidé de réaliser un pastiche de la Poliorcétique d’Enée le Tacticien, appliquée à la guerre en Ukraine. En dehors de rendre compte tout simplement de l’actualité, plusieurs raisons m’y ont poussé. Tout d’abord, des motivations personnelles. J’ai eu ce printemps l’occasion de participer à un convoi humanitaire à destination de l’Ukraine, et je voulais, à ma façon, rendre hommage à la résistance de ce pays. Ensuite, il me semble que la Guerre en Ukraine résonne beaucoup aussi avec l’Antiquité, ne serait-ce qu’en raison du cadre géographique. Lorsqu’Enée le Tacticien a rédigé son ouvrage, la Poliorcétique, le littoral de l’Ukraine était peuplée et par les Scythes et les Daces, et les rives de la mer noire colonisée par les Grecs. De grandes cités y furent fondées, comme Olbia, Boristhénis ou Theodosia. Le royaume du Bosphore dirigé par les Spartocides s’étendait jusqu’à la Crimée. La présence grecque est donc très ancienne dans la région et surtout, elle s’est maintenue jusqu’à nos jours : la communauté des Grecs dit Pontiques était jusqu’au déclenchement de la guerre surtout présente dans la région de Marioupol, sur les rives de la mer d’Azov. L’Ukraine est aussi présente dans l’imaginaire et la mythologie grecque. Après avoir échappé à son sacrifice grâce à l’aide d’Artémis, Iphigénie trouva ainsi refuge en Tauride, dans l’actuelle Crimée. Mais réciproquement, l’imaginaire grec est encore fortement présent en Ukraine : la ville d’Odessa est un hommage au héros de l’Odyssée, mais dont le nom fut féminisé sur décision de l’impératrice Catherine II.

 


Présentation du corpus

Le traité d’Énée le Tacticien consacré à la « Défense des places » (ou Poliorcétique) me semblait le mieux indiqué pour décrire la guerre en Ukraine. En effet, ce conflit se joue dans la prise et ou la défense de cités (Marioupol, Kherson…), ce qui constituait le quotidien des Grecs à l’époque classique et hellénistique. Énée le Tacticien était un spécialiste de l’art de faire la guerre et de prendre les villes. Dans son traité militaire rédigé vers 357 av. n. è, Énée traite de stratégie militaire, de tactique et de logistique, et donne des conseils pour préparer la guerre et pour défendre les villes assiégées. Il s’est intéressé aux aspects politiques de la guerre, (conspirations, manipulations, espionnages), mais aussi aux aspects techniques : comment résister aux machines, aux mines ou aux incursions. Qu’elles soient offensives ou défensives, les machines de guerre décrites dans son ouvrage (tours, béliers, chariots à feu…) font largement appel aux techniques en tout genre inventées à cette époque. Le texte d’Enée par moment se montre étonnamment moderne. Le plus long chapitre traite notamment de l’art de transmettre des messages. Une large place est ainsi donnée à la cryptologie et stéganographie (procédé de dissimulation d’un message dans un autre message). D’après Polybe, Enée avait même décrit dans un chapitre perdu le premier système de télécommunication au monde, le « télégraphe hydraulique ». Et par un curieux effet de miroir, les armes employées en Ukraine renvoient à l’Antiquité : c’est évident pour les fameux canons César de la France, mais les ‘dents de dragons’, obstacles anti-chars utilisés notamment par l’armée russe, me font aussi irrésistiblement penser à Cadmos et à la fondation de Thèbes.

Méthodes de travail

Pour la réalisation de ce pastiche, j’ai eu recours au fichier correspondant dans la base de données Perseus. Le texte d’Enée est relativement déconcertant à certains égards : il est court, 92 pages aux éditions des Belles Lettres, mais surtout les 40 chapitres qui nous sont parvenus sont de longueur très irrégulière, de 4 à plus de 200 lignes. Grâce à l’outil Cirrus, nous remarquons qu’Enée a surtout recours des mots très courants en grec ancien, tels que ‘καί’ ou les particules ‘δέ’. Très logiquement, le lexique renvoie généralement aux villes. Le terme πόλις, et ses formes déclinées (πόλει,πόλεως…) revient plus de 150 fois, tout ce qui est relatif à la guerre, plus de 50 fois (πολεμίων, 35- πολεμίους,17) et enfin les évocations de forteresses ou de fortifications (le terme Τείχους « murs fortifiés » est présent 29 fois dans le livre d’Enée). Par ailleurs, l’analyse lexicale montre bien que l’auteur envisage bien la guerre comme une affaire politique (il revient régulièrement aussi bien sur les aspects techniques, -comme la communication, avec le nom σύνθημα (« signal ») ou γραμματα-, ou politiques, en évoquant les dirigeants de cité. Ses phrases sont longues (132, 2 mots en moyenne par phrase selon Voyant Tools) ; il accumule les propositions principales coordonnées, et insiste sur l’action (εὐθὺς,14 fois). Il a fréquemment recours aux verbes à l’infinitif (γιγνεσθαι) comme pour donner des conseils, …ou des ordres. Comme le fait remarquer Anne-Marie Bon, Enée n’est pas un homme de lettres : « Il n’a cherché-cela saute aux yeux- ni la nouveauté de la composition, ni le piquant de l’expression… bref rien de ce qu’enseignent les rhéteurs à tous ceux qu’enfiévrait le désir de la gloire littéraire ». On a bien affaire à une écriture de militaire avec ses défauts, mais aussi ses qualités. Pour moderniser le texte, je me suis essentiellement appuyé sur le chapitre XXXII consacré aux dispositifs de défense des villes. Je n’ai pas cherché à moderniser le style, qui est d’une certaine manière intemporel, mais il m’a fallu au contraire effectuer des recherches sur le lexique militaire le plus récent possible. J’ai dû notamment rechercher le nom des armes utilisées actuellement en Ukraine, aussi bien par l’armée russe que par les Ukrainiens, ou bien le nom des armes fournies par l’OTAN. Cela donne un résultat qui je l’espère sonne très ancien, mais pourrait en même temps être distribué aux population des villes actuellement assiégées ou prises sous le feu des bombes russes.

Nicolas CORRE

Library of Latin Texts (LLT)

La Library of Latin Texts (LLT) est la principale base de données mondiale de textes latins. Il rassemble des textes latins de tous genres et de toutes époques, de l’Antiquité à nos jours. Créée en 1991 sous le nom de Bibliothèque Cetedoc de textes latins chrétiens, elle continue d’être développée par le Centre «Traditio Litterarum Occidentalium» et est hébergée par Brepols Publishers. Les textes sont tirés de la série Corpus Christianorum et de nombreuses autres éditions phares. La LLT (un projet lancé en 1991 sous le nom de Cetedoc Library of Christian Latin Texts, CLCLT) est produite par le Centre ‘Traditio Litterarum Occidentalium’(CTLO). La LTT fait partie de Brepolis Latin Complete, un ensemble de bases de données relatives à l’étude du latin.

La LLT est proposée en français : elle donne de nombreuses informations très utiles (contenu de la base de données, fonctionnalités) ; la ‘syntaxe’ offre un résumé utile de certaines fonctionnalités. L’onglet “Recherche rapide” permet d’avoir accès à l’ensemble des occurrences pour un terme précis. La LLT classe les résultats par auteur, de manière très lisible (mais ce classement rend l’exportation de plusieurs références d’auteurs différents plus compliquée) ; On peut également filtrer par siècle. La “recherche de textes similaires” inclut toutes les formes du mot, qu’il se décline (nom commun ou nom propre, adjectif) ou se conjugue (verbe). Elle permet de trouver les origines de citations, paraphrases, etc., mais elle ne peut pas être utilisée avec des recherches complexes (opérateurs de proximité, etc.). Les réponses sont classées par période/auteur/titre, et sont surlignées en jaune. Le mot cherché toujours situé dans un contexte large. La mise à jour est très régulière (la date de mise à jour est visible).

Contrairement à des initiatives similaires, comme Corpus Corporum et The Latin Library, la Libray of Latin Texts n’est pas une base de données en libre accès et elle est disponible sur abonnement (notamment par le biais du portail de la BIU de la Sorbonne). Cela permet l’adoption d’éditions protégées par le droit d’auteur. En fait, alors que les initiatives de libre accès doivent s’appuyer sur des éditions non protégées par le droit d’auteur, voire obsolètes, la politique de la LLT est de sélectionner des textes qui ont été édités conformément aux meilleures pratiques savantes contemporaines. Les textes édités dans la série Corpus Christianorum de Brepols forment le noyau de la LLT, même si numériquement, ils sont plus nombreux que les textes édités dans les séries d’autres éditeurs et, si aucune édition moderne n’est disponible, par les éditions sans droit d’auteur. Néanmoins, à des fins scientifiques, la LLT doit être utilisée conjointement avec les éditions imprimées, car l’appareil critique n’est pas inclus dans la base de données.

Nicolas CORRE

L’empire des signes

« C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière »

Edmond Rostand

Cérémonie des Compitalia (fresque de Pompéï)

Poupées de laines suspendues de nuit aux carrefours lors des Compitalia, chiens crucifiés chaque été, Vestales ensevelies vivantes en cas d’inceste, tout cela peut sembler n’être que de la superstition, mais ces rites nous en apprennent beaucoup sur la manière dont les les Anciens se représentaient le monde qui les entourait, et finalement, comment ils se représentaient eux-mêmes. Docteur en histoire des religions, je me suis spécialisé dans l’étude des rites. Je déchiffre les images comme les textes que nous ont légués les Romains dans l’espoir de donner un sens à leur réalité. Jusqu’à maintenant, je me travaillais plutôt dans mon coin, en amateur, sans véritablement faire usage du numérique. Je contournais l’obstacle. Le besoin était pourtant là, ne serait-ce que pour pouvoir comparer et éditer les manuscrits de textes magiques sur lesquels je travaille. Mais je repoussais sans cesse. La curiosité m’a finalement poussé à aller plus loin et à m’inscrire à ce Master. Encore des codes à déchiffrer, une nouvelle manière de pensée, de nouveaux usages à interpréter : un nouvel empire des signes s’ouvre à moi. J’espère juste ne pas me perdre dans un immense labyrinthe 🙂

Nicolas CORRE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search