Campagne publicitaire

Le concepteur de la startup Clother, sur le point d’être lancée sur le marché, prononce pour cette occasion un discours en interne.

« Le marché du prêt à porter est divisé en plusieurs groupes de consommateurs : les habitués des magasins qui renouvellent leur garde robe en permanence et ceux qui consomment modérément, en fonction de leurs besoins. Parmi ce deuxième groupe on observe deux sous-catégories, les premiers, ceux qui suivent la tendance et qui savent où aller chercher les produits qui les intéressent, et les seconds, qui n’achètent que des produits qui correspondent parfaitement à leurs attentes, mais qui sont parfois déstabilisés par l’ampleur de l’offre existante. Ces trois groupes diffèrent par leurs pratiques de consommation et leurs attentes vis-à-vis du marché, cependant Clother peut être utile à chacun d’entre eux. Nous pourrons, grâce à elle, répondre leurs envies vestimentaires encore plus rapidement. Les consommateurs les plus difficiles à satisfaire et qui ont peu l’habitude de faire les magasins ont tendance à ne pas savoir où aller chercher les vêtements qu’ils repèrent en croisant des gens dans la rue. Clother les aide à retrouver précisément ce qu’ils cherchent, avec rapidité et efficacité.

Clother est le nom de notre startup et de l’application gratuite que je lance aujourd’hui. Elle a pour but de combler la distance entre le consommateur et ses désirs immédiats.

Clother est une application qui propose à son utilisateur de repérer dans sa vie quotidienne des vêtements et des accessoires, de les prendre en photo et de les lui soumettre. Clother identifie l’article dont il s’agit, indique à l’utilisateur où il peut leretrouver, en lui proposant l’adresse de la boutique la plus proche ainsi qu’un lien vers son site internet.

Le numérique est devenu omniprésent dans le marché du prêt à porter. C’est en effet en ligne que se fait désormais la plus grande partie de la publicité et une part croissante des transactions. Les grandes enseignes de distribution tentent de prendre l’avantage sur leurs concurrents, en proposant à leurs clients des plateformes au design sophistiqué et des modes de livraison de plus en plus rapides et performants. Cette raison explique que les entreprises luttent sur tous les fronts pour être de plus en plus présentes dans le quotidien de leurs clients et pour leur proposer une offre personnalisée.

Les entreprises de prêt à porter sont à la fois les alliés et les adversaires de Clother, car cette dernière occupe un terrain jusque là négligé : la reconnaissance instantanée des produits aperçus au quotidien. Ces entreprises de prêt à porter veulent sortir de leurs boutiques pour pénétrer dans le quotidien de leurs consommateurs, et mettre en place des stratégies de plus en plus ciblées.

Apprenant que trois géants de la distribution se concertaient pour lancer une plateforme de repérage en ligne, Clother a avancé son lancement de trois mois, afin de ne pas perdre son avantage sur le terrain. Clother était encore en cours d’élaboration lorsque ce groupe l’a contactée pour la racheter et l’utiliser afin d’y faire sa publicité. En plus du fonctionnement basique de Clother, il voulait proposer systématiquement aux utilisateurs leurs propres produits. Pour mener à bien cette entreprise, ce groupe a envoyé des représentants négocier avec Clother à plusieurs reprises, chaque fois avec une offre plus avantageuse. Mais Clother, qui savait que ce genre de rachat ne tourne presque jamais au bénéfice du concepteur, a jugé qu’elle ne devait pas céder. Cependant, pour avoir le temps de mettre au point l’application, elle ne leur a pas donné sa réponse tout de suite, mais elle a avancé son lancement de trois mois. Une fois le lancement annoncé, elle a dissuadé les entreprises de poursuivre leur tentative d’annexion, leur montrant que l’application, qu’elle leur appartienne ou non, serait un vrai bénéfice pour elles, et qu’il vaudrait mieux désormais passer un accord publicitaire avec Clother, et lui permettre d’identifier les articles issus de leurs catalogues en échange d’une rémunération fixe. Les négociations ont été engagées d’un commun accord pour rendre ce contrat officiel.

La rumeur courut alors qu’une application concurrente de Clother était sur le point d’être créée en Belgique. Clother étant à vocation européenne, même internationale, son développement était menacé. En poursuivant l’enquête, Clother découvrit que cette application concurrente, Vêtemaintenant, avait fait une offre de fusion aux entreprises avec lesquelles elle négociait alors, et que celles-ci se concertaient poursavoir s’il fallait l’accepter. Clother a donc réuni toutes les informations disponibles sur Vêtemaintenant afin de se préparer à lutter pour conserver sa part du marché.

Pour mener à bien cette entreprise, Clother a mobilisé ses effectifs, et a mené une campagne publicitaire auprès des entreprises qui semblaient prêtes à se tourner vers la startup belge.

Une fois les préparatifs terminés, Clother a réuni celles dont elle voulait s’assurer le soutien. Elle a entreprit de leur exposer les avantages d’une alliance avec elle, mettant en avant ses atouts pour mieux supplanter son concurrent. Elle avait apprit que Vêtemaintenant se consacrait presque exclusivement au repérage d’articles fournis par la grande distribution, réduisant par là même son offre par rapport à celle de Clother. Elle a donc insisté sur la variété de son catalogue, puisqu’elle regroupe également des marques de luxe et des vêtements produits en séries limitées. Elle propose même des articles qui ne sont plus produits : l’utilisateur est alors redirigé vers les boutiques de vêtements d’occasion susceptibles de proposer ces articles, ou vers les boutiques qui vendent des collections comparables.

Cette présentation a provoqué un changement considérable chez les entreprises présentes. Elles ont alors manifesté un grand enthousiasme et le contrat entre les deux parties a été signé d’un commun accord. Moins d’un mois plus tard, Clother était prête à être lancée sur le marché.

Clother s’est assuré le soutient de quatre des plus grandes entreprises de prêt à porter au monde, avant le lancement de son application. Ce qui n’était encore jamais arrivé à aucune startup. »

C’est d’abord par la simple relecture de l’oeuvre que nous avons commencé notre travail. Nous avons essayé de dégager les différents mouvements du texte, les différentes formes du discours. Il s’agit d’une part de commentaires militaires, d’explications et de récit des campagnes de César en Gaule, autrement dit de notes d’un général romain sur ses décisions, ses succès comme ses échecs. Nous avons donc choisi de reprendre cette rapidité et cette clarté du discours, en transposant la guerre en Gaule en guerre commerciale. D’autre part, il s’agit de descriptions géographiques (la Gaule, les itinéraires empruntés par les troupes, les lieux de bataille…), de remarques ethnologiques (description des peuples, autant par leurs caractéristiques physiques que par leurs coutumes) mais aussi d’explications des raisons qui poussent les peuples à entreprendre telle ou telle action belliqueuse. C’est donc également cet aspect méthodique et rigoureux que nous avons voulu retranscrire.

De manière plus précise, nous avons examiné le texte de la Guerre des Gaules dans Voyant Tools, ce qui nous a permis d’affiner notre étude du texte.

Les phrases sont majoritairement longues (en moyenne 24,4 mots par phrase), très construites, avec des conjonctions de subordinations en cascade, tout en restant claires et efficaces. Le vocabulaire est peu varié, d’une densité assez faible (0,214), etles mots les plus fréquents sont des conjonctions (« sed », « tamen »,…), de pronoms («eorum », « eius », « sibi », « ipse »…), des compléments circonstanciels (« in », « ad », «ex »,…) et ensuite un vocabulaire militaire (« hostes », « bellum », « castris »…).

La fréquence élevée (plus de 500 occurrences dans le texte) du nom de César nous a également frappées : César écrit sur lui-même à la troisième personne du singulier, ce qui est difficile à adapter dans un discours contemporain. C’est pour cela que nous avons choisi de placer l’entreprise Clother comme sujet et objet du discours, pour tenter de rendre au mieux ce trait caractéristique du style du fameux général romain.

Nous avons également noté une alternance des temps utilisés. Ce sont principalementdes temps narratifs : il y a une alternance entre le présent de narration et le passé simple. Il y a en outre quelques occurrences du présent utilisé dans les descriptions.

Nous avons par ailleurs utilisé l’outil « Phrases » dans Voyant Tools pour trouver des expressions récurrentes. Nous avons ainsi pu trouver des syntagmes de deux, trois, quatre ou même cinq mots qui revenaient fréquemment. Nous les avons traduit à l’aide des différentes traductions proposées par les éditions variées que nous avons consultées et nous les avons insérés dans notre pastiche. A titre d’exemple, nous avons remarqué la récurrence de l’expression « ad unum omnes » (traduit par « d’un commun accord ») ; « quod satis esse uisum est » (traduit par « qui semblent suffisantes ») ; « ad eas res conficiendas » (traduit par « pour mener à bien cette entreprise »). Nous avons inséré plusieurs fois ces expressions tout au long de notre essai.

Et de manière plus significative nous avons repris la dernière phrase du livre II de La Guerre des Gaules qui nous paraissant véritablement caractéristique de l’oeuvre: «quod ante id tempus accidit nulli ». Cela nous semblait également parfaitement adaptéà la conclusion du discours de lancement de notre start-up.

Pasticher César, en le plaçant dans un contexte moderne, en transposant ses guerrescontre les peuples Gaulois par une guerre commerciale entre start-ups et entreprises n’a pas été une mince affaire mais une façon d’approfondir notre découverte de La Guerre des Gaules de manière instructive et surtout… ludique !

Kassandre Fradelin et Nina Guérif

Scaife Viewer, l’avenir de Perseus Digital Library

Préambule

Je vous renvoie au billet de Constance, « Perseus, bibliothèque numérique », pour une chronologie du projet Perseus et une approche détaillée de ses principales fonctionnalités. Je vais donc exposer les principales nouveautés que le site Scaife Viewer présente par rapport àPerseus, puisque le projet Scaife Viewer a vocation à remplacer Perseus dans un avenir proche.

Perseus

Perseus est une bibliothèque numérique en libre accès. Elle regroupe différents types de documents, textes et images. L’utilisateur peut chercher un texte précis dans sa bibliothèque, et évoluer d’un corpus à l’autre grâce à des mots clefs.

Si l’accès aux textes est à la portée de tous, l’un des principaux défauts de Perseus est la quantité d’outils qu’il propose, et le manque de clarté dans la hiérarchisation de ces outils au niveau visuel.

Perseus Digital Library, page d’accueil

L’utilisateur peut vite se sentir submergé par la multiplicité d’options proposées par le site.

C’est l’une des principales améliorations que présente Scaife Viewer, la nouvelle plateforme destinée à prendre le relai de Perseus, et lancée le 15 mars 2018.

Scaife Viewer

Scaife Viewer est déjà mise en service, mais tous les textes auxquels Perseus donne accès n’ont pas encore été transférés sur cette plateforme et il y a encore quelques erreurs de redirection. Elle a pour vocation de donner accès à tous les textes auparavant accessibles sur Perseus, mais aussi à de nombreux autres textes et documents, compte tenu du fait que la question du stockage et de la limite de support est l’une des raisons pour lesquelles Perseus devait à terme être remplacée.

Scaife Viewer, page d’accueil

Visuellement, la nouvelle plateforme est plus épurée, et ce dès la page d’accueil (voir la photo ci-dessous) et les commandes sont par là même plus accessibles, notamment parce qu’elles sont hiérarchisées, et que, contrairementà ce qu’il en était sur Perseus, tout n’apparaît pas en même temps.

Heracles d’Euripide sur Scaife Viewer

On le voit sur l’image ci-dessus. Le texte n’est plus automatiquement interactif comme sur Perseus, on peut voir en bas à droite le lexique correspondant au texte affiché, et la fréquence d’apparition des mots dans le texte. Pour obtenir plus d’informations sur une forme, il faut passer en « highlight text mode ». Le texte devient interactif, on peut alors trouver la description morphologique d’un mot, comme ci-dessous. La recherche morphologique est d’ailleurs étendue au grec sur Scaife Viewer.

Texte passé en Highlight mode

Des commentaires pourront à terme se greffer sur les fragments de texte, mais il semblent qu’ils n’aient pas encore été insérés.

Comme Perseus, le site est codé en JavaScript et les textes en XLM.

Le site est encore en construction, certains liens ne mènent nulle part (mais surtout parmi les textes arabes, car en ce qui nous concerne la plupart des textes ont l’air de bien être accessibles). L’utilisateur a accès aux textes en grec, latin, arabe… et aux traductions en anglais, allemand ou français. Les concepteurs du site proposent à n’importe quel utilisateur bénévole de les contacter afin d’agrandir le corpus, mais surtout afin d’améliorer les fonctionnalités du site, que ce soit pour rendre les recherches plus performantes ou le site plus agréable à parcourir et à utiliser.

Conclusion

A terme Scaife Viewer pourra devenir un outil pratique et indispensablepour les latinistes et les hellénistes, et dès maintenant, si vous cherchez un texte sur Perseus, vous pouvez vérifier s’il n’a pas déjà été mis sur Scaife Viewer.

Le hasard fait bien les choses

Bonjour à toutes et à tous,

Je m’appelle Nina et je suis arrivée ici par hasard, en quelque sorte. J’ai fait un bac ES par curiosité, sachant pourtant que je souhaitais faire des études de lettres, puis, en deuxième année de classe préparatoire, j’ai choisi de me spécialiser en lettres classiques, encore une fois par curiosité, et parce que je pensais que ce serait là la dernière occasion pour moi de faire du latin et du grec (je ne savais pas encore à quel point je me trompais!). 

J’ai choisi ce master en partie à cause de son intitulé, à cause du mot “humanités” qui a de si belles résonances, et de l’ouverture qu’il promet. J’avoue que l’adjectif “numériques” n’a pas attiré mon attention au premier abord, et que je me suis satisfaite dans un premier temps du descriptif de la formation. Je commence seulement à comprendre l’importance du numérique dans ces études classiques, et la pratique que nous allons en avoir se précise peu à peu. 

Enfin en ce début d’année je suis à la fois intriguée, motivée, et curieuse de la suite.