La représentation du personnage d’Alexandre le Grand dans la Vie d’Alexandre de Plutarque et les Parekbolai sur l’Iliade d’Homère d’Eustathe de Thessalonique (XIIème siècle).  Analyse lexicale

Présentation du corpus choisi et orientation initiale du projet 

Alexandre le Grand reste, sans doute, une des plus grandes figures de l’histoire et de la culture grecques. Pendant les douze années de son règne (de 336 jusqu’ à 323 av. J.-C.) a réussi non seulement de transformer l’image du monde antique, comme on le savait avant avec l’existence des cités-états grecques, en inaugurant l’ère des grandes monarchies hellénistiques et en répandant l’influence de la civilisation et de la culture grecques jusqu’au cœur d’Orient, mais aussi de donner naissance à un mythe autour de sa personnalité qui continue à fasciner jusqu’à nos jours.  

Dans le cadre du cours Humanités numériques 4. Projets personnels (enseignant M. Aurélien Berra) du master Humanités numériques – Humanités classiques de l’université Paris-Nanterre pour l’année universitaire 2023-2024, j’ai décidé de réaliser une recherche liée au sujet de mon mémoire de recherche M2 : L’évolution et la métamorphose de la figure d’Alexandre d’un empire à l’autre : de l’époque impériale jusqu’à Byzance.  

Néanmoins, comme mon sujet de mémoire contient déjà un très grand corpus de textes et décrivains assez différents entre eux, qui s’étend sur une longue période [de l’époque impériale avec Plutarque jusqu’au XIIIème siècle avec l’éloge de Théodore II Doukas Laskaris (1254-1258) pour son père l’empereur byzantin Jean IV Doukas Vatatzès (1222-1254)], j’ai pris la décision de me concentrer seulement sur deux textes de mon corpus pour amener des recherches qui seraient fructueuses pour mon sujet

Pour cette raison, j’ai choisi de travailler sur la Vie d’Alexandre de Plutarque et les commentaires homériques sur l’Iliade d’Homére d’Eustathe de Thessalonique et d’effectuer une recherche lexicale en examinant de termes, d’adjectifs qui témoignent la vision adoptée de chaque époque sur la personnalité d’Alexandre le Grand. Plus précisément, j’ai choisi pour ma recherche lexicale les adjectifs φιλόμηρος/qui aime Homère, μέγας/le grand et Μακεδών/le Macédonien qui sont déjà liés par la tradition au personnage d’Alexandre.  Le premier adjectif exprime l’amour d’Alexandre pour lIliade qui était pour lui non seulement son œuvre littéraire préféré, mais aussi l’ultime guide guerrier (pendant son expédition il avait toujours dans sa cassette l’édition de l’Iliade qu’Aristote avait préparé pour lui), le deuxième désigne sa supériorité en tant que monarque et conquérant et le troisième son origine.

À propos de mon corpus pour le projet, il s’agit d’une œuvre de la littérature érudite, la Vie d’Alexandre de Plutarque, un texte biographique de l’époque impériale et d’une autre de la littérature érudite également, les Parekbolai sur l’Iliade d’Homère dEustathe de Thessalonique, un texte des commentaires homériques à l’Iliade qui s’inscrit sur la tradition exégétique d’Homère.  

En ce qui concerne le premier texte de mon corpus, la biographie d’Alexandre par Plutarque (vers 40-120 av. J.-C.), un érudit grec de l’époque impériale, nous avons une représentation du personnage historique d’Alexandre. La Vie d’Alexandre, une œuvre biographique qui fait partie de la paire biographique Alexandre-Caesar, Plutarque fait la comparaison entre les deux grandes figures monarchiques, constitue jusqu’à aujourd’hui une œuvre de référence pour esquisser la personnalité d’Alexandre à travers la présentation d’anecdotes et d’incidents de la vie du Conquérant pour lesquelles l’œuvre plutarquienne est la source unique. 

Plutarque comme nous indique lui-même dans le prologue de la Vie d’Alexandre, ne vise pas à une simple présentation de la vie de ces hommes célèbres, mais à la présentation de leur caractère et leur destin, comme ils sont esquissés eux-mêmes à travers l’illustration d’événements et d’incidents particuliers de leur vie qui mettent en lumière ces aspects de leur personnalité. Il ne s’agit pas donc d’un éloge de la vie d’Alexandre où il n’y avait que des points positifs sur la personnalité d’Alexandre. Dans la Vie d’Alexandre, nous trouvons aussi les faiblesses du caractère d’Alexandre, comme sa colère ou son ivresse. Plutarque, parmi cette dualité du caractère oscillant, entre le bien et le mal dans la droite ligne de la conception platonicienne, invite ses lecteurs non seulement à imiter les bons éléments du caractère qui se présentent, mais aussi d’apprendre par les fautes, d’après le modèle platonicien. Donc, nous constatons un objectif largement pédagogique à travers cette double présentation.    

Quant au deuxième texte, les Parekbolai sur l’Iliade d’Eustathe de Thessalonique, il s’agit d’une œuvre très importante pour la tradition éxégetique d’Homère. L’écrivain, Eustathe de Thessalonique, érudit et ecclésiastique byzantin du XIIème siècle, est une de plus grandes figures de l’érudition byzantine. Il est largement connu grâce à ses scholies homériques à l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, une œuvre d’importance cruciale pour la tradition homérique, étant donné que l’érudit, au sein de ses commentaires, inclut et sauve finalement des commentaires homériques antérieurs, aujourd’hui perdus, dont son œuvre est déjà la source unique. De plus, ses scholies constituaient un manuel ‘universitaire’ pour préparer ses élèves au cadre de ses cours à l’École patriarcale de Constantinople. Son objectif était de transférer à ses élèves, la future élite de la cour impériale, non seulement son amour pour Homère, mais également des exemples moraux avec l’espoir de constituer un bagage précieux pour leur avenir, comme il le précise dans l’introduction de ses Parekbolai 

En travaillant sur les commentaires homériques d’Eustathe de Thessalonique, la première question est de savoir s’il fait référence à Alexandre le Grand, et si oui, pourquoi ? Il est vrai que la première personne qui vient à l’esprit en étudiant les scholies homériques d’Eustathe sous le nom dAlexandros est Alexandre ou Paris, le fils de Priam de Troie. Pour quelle raison Eustathe de Thessalonique fait-il référence à Alexandre le Grand ? Pour des raisons géographiques liées à ses conquêtes ou parce que l’image d’Alexandre le Grand, comme philhomèros, a survécu dans les cercles d’érudits jusqu’à Byzance ? 

Méthode et outils utilisés 

Tout d’abord, la première étape que j’ai faite a été de trouver les textes qui constituent mon corpus en format électronique afin de pouvoir procéder aux analyses lexicales que je voulais faire. J’ai trouvé mon premier texte, la Vie d’Alexandre de Plutarque dans la bibliothèque digitale de Perseus (http://www.perseus.tufts.edu/hopper/) sous le format d’un fichier XML et mon deuxième sur la base de données TLG [Thesaurus Linguae Graecae] de l’Université de Californie à Irvine.  

Ensuite, la deuxième étape a été de préparer mes textes en format électronique afin que je puisse les utiliser pour mes analyses lexicales. Concernant le premier texte, la Vie d’Alexandre, la procédure était simple. Il fallait bien nettoyer le texte qui était en format XML des symboles inutiles pour ma recherche et le sauvegarder en format .odt. Pour l’autre texte, les Parekbolai sur l’Iliade, la procédure était plus compliquée et à la fois pénible. Je devais diviser le fichier contenant les Parekbolai en autres petits fichiers .odt pour pouvoir passer plus facilement à l’étape suivante de ma recherche, qui était la lemmatisation des textes, étant donné que mon fichier initial était trop lourd (le livre en format papier dépasse déjà les 1300 pages !) et, par conséquent, très difficile à manipuler dans les environnements en ligne pour la lemmatisation et l’analyse lexicale de textes. J’ai effectué donc une division par chant pour faciliter ma recherche (25 fichiers au total avec l’introduction des Parekbolai).

La troisième étape était la lemmatisation –une analyse lexicale qui nous permet de regrouper ensemble tous les mots d’une même famille. Il s’agit donc d’un regroupement par lemme- des textes qui constituent mon corpus. Pour la lemmatisation de mes textes, j’ai utilisé l’environnement en ligne Deucalion, le service de lemmatisation de l’École nationale des Chartes (https://tal.chartes.psl.eu/deucalion/grc) qui nous permet d’avoir nos textes lemmatisés après avoir y introduit notre texte nettoyé et avoir appuyé sur le bouton tag!. [image 1].Par la suite, j’ai sauvegardé les résultats de la lemmatisation dans un fichier .odt en faisant un simple copier-coller et j’ai créé à nouveau un autre fichier .odt en gardant que la colonne lemma qui était utile pour ma recherche. Cette colonne me permet d’avoir une très claire image des lemmes rencontrés dans les deux textes, afin de pouvoir me réfléchir sur le vocabulaire utilisé par les auteurs autour le nom ‘Alexandros’. 

Image I

La quatrième étape était l’analyse lexicale de mes textes avec l’aide de l’environnement en ligne Voyant Tools (https://voyant-tools.org/?lang=fr) pour la lecture et l’analyse des textes. D’abord, j’ai introduit dans l’environnement de Voyant Tools les deux textes, qui constituent mon corpus pour le projet, pour avoir simultanément non seulement une image précise et complète de différences et similitudes qui se présentent autour le nom Alexandros et les adjectifs employés pour désigner le Conquérant, mais également du vocabulaire utilisé ou des fréquences des termes précis dans les deux auteurs. Ensuite, j’ai supprimé les stopwords ou ‘mots vides’ de mon corpus pour avoir des résultats plus précis sur le vocabulaire dominant. Comme nous observons sur l’image ci-dessous [image ii] le lexique dominant de notre corpus vient de la rhétorique et de la tradition de l’exégèse homérique (σημείωσαι, ἰστέον, ἐρρέθη etc.) et des noms des protagonistes de l’Iliade comme Hector, Achilles ou Troyens.  

Voyant Tools_image II

 

Par la suite, j’ai continué ma recherche avec les occurrences du prénom Ἀλέξανδρος (dans tous les cas du singulier) chez les deux auteurs pour bien observer toutes les références qui se réfèrent à Alexandre le Grand et à Alexandros-Paris et les distinguer. La recherche par contexte [image III] nous aide à bien distinguer toutes les références entre les deux héros, comme nous avons la possibilité d’observer toutes les colocations (adjectifs ou noms caractéristiques) autour ces héros en cherchant de mots clés qui facilitent la distinction entre eux, par exemple le prénom Hélène à côté dAlexandros signe Alexandros-Paris ou l’adjectif μέγας caractérise traditionnellement Alexandre le Grand.

Voyant Tools_image III

L’étape suivant était de continuer ma recherche par contexte avec les adjectifs φιλόμηρος/qui aime Homère, μέγας/le grand et Μακεδών/le Macédonien (en tapant que la racine de chaque adjectif à la fois pour avoir tous les cas du singulier et du pluriel), qui s’adressent à Alexandre le Grand pour observer s’il y a des différences entre les deux auteurs -qui appartient dans deux époques différentes de la culture grecque οù les enjeux et les exigences politiques différent considerablement- par rapport à l’emploi de ces adjectifs.  

Pour finir, le dernier étape de mon travail était une simple recherche textuelle de la colocation μέγας Ἀλέξανδρος [image IV] dans tous les cas du singulier sur TLG pour trouver toutes occurrences de cette colocation dans le corpus d’auteurs grecs de la platforme et observer la fréquentation de son emploi entre les deux époques (deuxième sophistique et époque byzantine) en essayant de determiner quand cette colocation a été établie.  

TLG_image IV_Alexandre le Grand_simple recheche textuelle

Problèmes rencontrées et solutions adoptées 

Le principal problème auquel j’ai été confronté était la trés grande taille du fichier .txt contenant les Parekbolai sur l’Iliade d’Homère d’Eustathe de Thessalonique. Comme mon fichier était trop lourd et pour cette raison difficile à manipuler, il m’était impossible de réaliser la lemmatisation du texte d’Eustathe de Thessalonique sur l’environnement de Deucalion. C’est pourquoi j’ai décidé de diviser mon fichier en 25 fichiers (L’introduction et les commentaires homériques des 24 chants de l’Iliade) de format .txt. Un autre problème était egalement l’impossibilité de me connecter sur l’envirronement en ligne TLG avec mon compte universitaire pendant quelques semaines en raison du retard de paiement de la cotisation annuelle par notre établissement. La solution était bien évidemment d’attendre que la connexion soit rétablie pour finir avec ma recherche.  

Découvertes et perplexités 

Grâce à mes recherches pour le projet, je suis arrivée à des conclusions importantes qui m’ont aidé également pour ma recherhe liée à mon sujet de mémoire, et j’ai l’intention de les inclure dans mon argumentation.  

Tout d’abord, concernant l’adjectif φιλόμηρος nous ne trouvons aucune occurrence dans la Vie d’Alexandre de Plutarque. Bien entendu, au sein même de la Vie d’Alexandre nous trouvons d’éléments et de citations ou références homériques qui composent le portait d’Alexandre comme monarque philhomèros, comme par exemple la référence de Plutarque sur l’admiration d’Alexandre pour Achilles qui prétendait lui descendre, sur son pèlerinage à Troie pendant son expédition et sur sa préférence pour la lyre d’Achilles ou sur son amitié avec Héphestion qui pourrait être comparait avec celle d’Achilles et de Patrocle.  Au contraire, dans les commentaires d’Eustathe de Thessalonique nous trouvons quatre occurrences au total de l’adjectif au datif du singulier (trois occurrences avec le nom du Sophocle et une occurrence en colocation avec Alexandre le Grand) [image v]. Certes, il faut présicer que cet adjectif, employé par Eustathe de Thessalonique pendant l’époque byzantine, fait écho à l’image que les érudits byzantins avaient pour Alexandre le Grand. Alexandre le Grand, le Conquérant, qui fondait des villes à l’Orient, le grand admirateur d’Homère.  

Voyant Tools_image v_philhoméros

Ensuite, en ce qui concerne l’adjectif μέγας nous ne trouvons aucune occurrence dans la Vie d’Alexandre. Au contraire, Eustathe de Thessalonique emploie quinze fois l’adjectif μέγας en colocation avec le prénom Alexandros (cinq occurrences au nominatif du singulier, quatre occurrences au génitif du singulier, une occurrence au datif du singulier et deux occurrences à l’accusatif du singulier), pour désigner le Conquérant. Il est également important de dire que Eustathe de Thessalonique emprunte cet adjectif toujours en colocation avec de prénoms de grands héros homériques comme Ajax, Hector ou Achilles qui sont admirables pour leurs grands exploits [image VI]. Mais, nous ne trouvons jamais sur ses commentaires cet adjectif en colocation avec le prénom d’Alexandros-Paris. Nous constatons que cet adjectif quand il désigne le Conqérant reflète l’image ultra-positive que les byzantins avaient pour le Conquérant grâce à ses exploits sur les champs de bataille et ses vertus, dejà très répandues par le monde plutarquien. Il s’agit certainement d’une utilisation de l’adjectif avec le prénom ‘Alexandre’ bien ancrée pour désigner le Conquérant chez les auteurs byzantins. Cepandant, nous ne savons pas avec certitude quand cet emploi a été établi pour Alexandre. 

Voyant Tools_image VI_adjectif μέγας

 

Pour finir, quant à l’adjectif Μακεδών nous ne trouvons que trois occurrences au nominatif du singulier au sein des commentaires d’Eustathe de Thessalonique pour désigner Alexadre le Grand. Grâce à Voyant Tools, nous observons facilement que Plutarque n’emploie jamais cet adjectif pour caractériser l’Alexandre. Au contraire, il emprunte cet adjectif au nominatif du singulier (deux occurrences), qui souligne l’origine de quelqu’un, que pour d’autres gens qui étaient originaires de Macédoine. Pour Plutarque Alexandre était un Grec, un héros grec d’exellence qui suivait les traces des grands héros de l’Iliade. Donc, nous pouvons dire que Plutarque parle par sa silence en évitant la colocation de cet adjectif avec Alexandre. Bien etendu, il faut mentionner que nous rencontrons quatre occurences de cet adjectif en colocation avec le nom Alexandros au sein de deux textes. Mais ici, il faut souligner la différence sémantique du génitif pluriel par rapport au génitf du singulier, comme le pluriel peut indiquer une partie d’un ensemble de personnes ou d’objets. En d’autres termes, Plutarque emprunte cet adjectif au génitif du pluriel pour désigner Alexandre, comme il était le roi des Macédoniens, comme également de tous les Grecs. De plus, pour les écrivains byzantins cet adjectif ne posait pas de problémes d’identité, étant donné que les Macédoniens étaient considérés, sans aucun doute, comme de Grecs.  

Paraskevi DIMITRA

L’amour peut tuer ? Médée se confesse à Égée.

Nous nous éloignons de Corinthe. Nous sommes à Athènes. Une nuit d’aout. La lune était toute brillante dans le ciel. La serenité. Une douce brise caresse les feuilles darbres. Soudain, une femme arrive dans un char doré tiré par des créatures mystérieuses. Un moment. Il sont de dragons. C’est le char doré des dragons ailés du roi Soleil ! Mais qui est cette femme en tenue orientale ? C’est Médée. La petite fille du Soleil. Il n’y a aucun doute. Elle avance en se penchant. Elle semble calme. Elle frappe à la porte d’Égée. Une servante arrive. Elle demande à se recontrer Égée. Μédée lui explique l’urgence de cette recontre. Égée lui a accordé l’asile et sa protection. La servante l’amène à Égée. Il se semble content de la voir.

ÉgéeSois heureuse, Médée. Nul ne connait

plus beau prélude pour s’adresser à ceux qu’on aime.

ΜédéeSois heureux toi aussi Égée, fils de Pandion, le sage.

J’espère que tu te souviens de la promesse que tu m’as faite à Corinthe.

Égée – Absolument.  Ne t’inquiète pas, Médée. Après tout, j’ai juré par la Terre,

par la lumière brillante du Soleil et par tous le dieux. Comment pourrais-je violer ces voeux?

Μédée – Je suis heureuse d’etendre ça, mon cher ami.

Égée – J’espère que tu n’as pas oublié ta promesse, ma chère Médéé.

Je t’en supplie. Aide-moi. Aide-moi de touver la semence qui fasse des enfants !

Il n’y a pas de plus grand bonheur dans le monde entier que les enfants !

Μédée – Mon cher ami, tes paroles me saignent le cœur !

Égée –  Pourquoi Médée ? Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu

peux m’en parler! Tu sais, tu peux me considérer comme ton ami.

Notre amitié est liée par des vœux forts !

Μédée- Tu ne peux pas m’aider…Personne ne peut

pas m’aider.Tout est en vain.

Égée – Pourquoi ? Je te comprends pas.  

Parle-moi !

Μédée – Ah! Tout à coup, plus rien !

Mes enfants, mes amours, sont morts !

Égée –  Quelle horreur ! Quelle impiété !

Qui a osé cette impiété ? Les Corinthiens ? Créon ? Jason ?

Μédée – Mes enfants, mes amours, ont été tués par cette main impure !

Égée –  Pourquoi Médée ?

Μédée – J’étais obligée….

Égée –  Qui t’a obligé ? Les dieux ?

ΜédéeL’amour !

Égée – L’amour pour qui ? Pour tes enfants ? Tu te fous de moi ?

Qui tue par amour ? Je sais que tu ne tues que pour l’amour !

Pas l’inverse !

Μédée – Parfois, on tue par amour ! Je devais les protéger.

Égée – Par qui ?

Μédée – Par mes ennemis ! Ils sont nombreux ! La famille de Pélias est mon ennemi, les Corinthiens aussi ! J’ai donné l’amour et gagné la haine ! Τrahison ! Mensonges! Des ennemis !

Égée – Et comment les as-tu protégés ?

Μédée –  Je les ai protégés d’une mort cruelle et atroce ! Mes ennemis les tortureraient !  Tu sais assez bien que les Grecs font aux barbares ! Μes enfants étaient la semence d’une barbare !

Égée – Et l’amour t’a forcé à les tuer ?

Μédée –  Absolument. Je ne m’attends pas à ce que tu me comprennes ! Arrêtons cette conversation ! Ça ne mène pas nulle part !

Égée – D’accord. Tu as raison ! Parfois on tue pour l’amour ! Vous les barbares vous avez des mœurs étranges !

Μédée –  Égée, mon cher ami, je suis là pour t’aider…

Égée – Je le sais. Tu es une magicienne célèbre ! Aide-moi, je t’en supplie!

Μédée – Égée, mon cher ami, tu peux compter sur moi ! Grâce à moi, ta génération sera glorifiée par des descendants célèbres dans la Grèce entière ! C’est assez pour le moment ! Où puis-je laisser mes affaires ? Je suis tellement fatigué ! Les meurtres m’épuisent !

Égée –  Par ici, ma chère amie !

Ma méthode

Cette année, au cadre de mon mémoire de recherché de Master 1, je fais une analyse linguistique, afin de examiner l’évolution du personnage de Médée dans la pièce d’Euripide. En effet, il s’agit d’un travail de caractérisation du personnage de Médée basé sur l’analyse linguistique de son discours. Mais pourquoi la Médée ? Qu’est-ce que cette pièce d’Euripide peut offrir au lecteur ou au spectateur de notre époque ? La réponse est en même temps complexe et simple. Moi, je choisirai la voie de la simplicité.

Médée, la FEMME avec les plusieurs visages. Tout d’abord, Médée est une femme qui veut survivre dans un monde, qui a été créé par des hommes et pour les hommes. Elle est étrangère, une barbare dans une cité grecque, Corinthe. Quelle horreur ! Elle est magicienne –parmi les meilleures, pour ne pas dire la meilleure ! Elle est manipulatrice… Trahie par l’amour… Trahie par l’homme qu’elle adorait et qu’elle a aidé à devenir un héros… Jason a trahi ses vœux de mariage. Il a choisi une autre femme, plus jeune, fille du roi de Corinthe et Grecque. Le monde des valeurs et de la morale a été bouleversé. Médée choisit par sa vengeance mortelle de rétablir l’ordre moral et de punir le parjure Jason.

Tous ces visages de Médée, ainsi que les trois syntagmes que résultent grâce à l’analyse de mon corpus avec le Voyant Tools, m’ont inspiré de créer la suite de l’histoire de Médée. Cette fois, elle est à Athènes et se rencontre avec son ami Égée. Elle présente son propre point de vue par rapport à l’infanticide et à l’amour. On peut tuer par amour ?  

Les outils

À partir du site Perseus, j’ai téléchargé la pièce entière d’Euripide, ce qui m’a permis de créer sur Voyant Tools un corpus de 8 296 mots.  

  1. L’outil « Cirrus » m’a permis d’avoir une première idée, très rapidement et avec efficacité, les mots les plus fréquents qu’Euripide choisit à utiliser dans sa pièce. Sans surprise, il s’agit des particules καί (183),  δ’ (155), γάρ (106),  δέ (88)  et du prénom de la protagoniste, Médée μήδεια (104).   Les autres termes qui apparaissent sur le nuage des mots comme τέκνων, παίδων, Ιάσων, κακῶς ου Αιγεύς, ils ne me semblent avoir une signification particulière, car ils sont directement liés aux noms des personnages principaux et à la question de l’infanticide.  

Par la suite, j’ai continué mes essaies sur l’outil « Cirrus ». En augmentant le nombre de mots présentés sur le nuage, je constaté que l’outil ne fait pas la distinction entre les nombres (pluriel et singulier) et les cas (nominatif, génitif etc.). Dans une de mes tentatives, j’ai trouvé le nuage suivant :

Dans ce nuage, j’ai distingué trois syntagmes qui me semble intéressants par rapport au sujet de la tragédie : le mot φίλος (8 occurrences; φίλων 8 ; φίλοις 7 ; φίλαι 6), le mot τέκνων (28 occurrences ; τέκνα 19) et son synonyme παίδων (20 occurrences) et le mot πατρός (13 occurrences ; πατέρα 8; πατρός 13).  

Le choix « stopwords » est très efficace si on veut supprimer tous les particules et garder que les noms et verbes. En supprimant les particules, j’ai trouvé le nuage des mots suivant qui nous donne une approche plus thématique (les enfants et leur meurtre, les dieux, le père, la terre, les mortels, les femmes de Corinthe et bien sur les protagonistes de la Médée). Après l’étude de cette image, j’ai pris la décision de continuer mon travail sur la base de ces trois mots, φίλος, τέκνα και πατέρα. Ces mots m’ont rappelé trois personnages, le roi Créon, Jason et le vieux Égée. Mais, le dernier me parait plus idéal pour l’utiliser dans mon pastiche. Il est ami (φίλος) de Médée et il désire de devenir père.

ΙΙ. Par la suite l’outil « trends » (ou « tendances» en français) met en évidence la distribution d’un ou plusieurs termes sélectionnés dans notre corpus. Plus précisément, il m’a permis de constater comment ces trois syntagmes fonctionnent dans mon corpus et si leur utilisation évolue pendant le drasis de la tragédie. En observant le diagramme, il me semble que l’utilisation de ces trois syntagmes s’intensifie lors des moments les plus décisifs de la tragédie : lorsque Médée veut manipuler Créon, Égée et Jason afin d’accomplir sa vengeance. En plus, l’utilisation du syntagme τέκνων culmine au moment que Médée est en train de tuer ses enfants. Donc, ce syntagme semble être étroitement lié à l’idée de l’infanticide.  

ΙΙΙ. Pour finir, l’outil « Bubbleslines » (ou « Bulles » en français) fait apparaître par granularité la fréquence de ce trois syntagmes (dans leurs différentes formes) dans notre corpus. Comme on observe, la présentation de ces syntagmes sous la forme des bulles confirme ce qu’on a remarqué plus haut. C’est-à-dire, la fréquentation de leur utilisation est sans doute liée à l’évolution de notre histoire et au moment le plus décisif de la tragédie, l’infanticide.

Thesaurus Linguae Graecae (TLG): un outil essentiel pour les hellénistes

Page d’accueil de la base des données TLG

Présentation Générale du TLG

Le Thesaurus Linguae Graceae (TLG) consiste à un programme de recherche de l’Université de Californie, Irvine. Il s’agit d’une base des données regroupant l’ensemble des textes écrits dans la langue grecque depuis l’Antiquité (8ème siècle av. J. C.) jusqu’à la chute de Constantinople par les Ottomans en 1453. Le projet a commencé en 1972 et il est en ligne depuis 2001. Le site du TLG est régulièrement mis à jour, il contient actuellement 3700 auteurs et plus de 12000 œuvres. L’objectif de ce programme est la création d’une bibliothèque numérique complète de la littérature grecque depuis l’époque d’Homère jusqu’à nos jours.

Les usages du TLG

Grâce au TLG nous avons la possibilité de lire des textes du corpus, de trouver leurs traductions à travers Perseus, d’effectuer des recherches lexicales et morphosyntaxiques dans l’ensemble du corpus ou dans un seul auteur grec, de conseiller les différents dictionnaires de la langue grecque (LSJ, Lampe, Powell, Kriaras, Triantaffylides etc.) ou faire des études lexicométriques sur un corpus précis. Toutes ces possibilités sont accessibles sur le menu horizontal de la page d’accueil du site :

  • TEXT SEARCH pour la recherche lexicale
  • CANON et BROWSE pour l’exploitation d’un corpus
  • LEXICA pour la consultation d’un mot dans les dictionnaires disponibles
  • VOCAB. TOOLS pour la recherche de la fréquentation d’un mot dans un certain corpus
  • NGRAM et STATISTICS pour la recherche lexicométrique ou la comparaison de textes

En plus, toutes les requêtes pour les auteurs, les titres d’œuvres grecs etc. se font en latin (par exemple EUSTATHIUS Thessalonicensis). Pour les requêtes en grec (par exemple pour la recherche textuelle), elles se font par le clavier grec de notre ordinateur ou par un clavier visuel disponible dans le site.

Pour finir, il faut noter que l’accès sur la plateforme du TLG n’est pas entièrement libre, car l’accès au corpus entier (CANON, TEXT SEARCH) demande une souscription. Cependant, nous pouvons avoir accès au corpus entier sans payer à partir du portail de la BU de notre université.  

Les sources utilisées 

Toutes les sources utilisées du corpus des textes du TLG sont repris d’éditions papiers, qui font autorité. Cependant, la plupart des ces sources, parfois très anciennes, ne sont pas libres de droits d’auteurs. C’est pourquoi nous ne pouvons pas télécharger ces textes ou faire un simple copier-coller en évitant d’ indiquer nos sources. Dans ce cas-là, il faut citer l’édition papier originale de notre texte. 

Ergonomie et esthétique du TLG

Le TLG  est un outil indispensable pour la recherche des hellénistes. La couleur principale du site, qui est le rouge, attire l’attention du visiteur, évoque la chaleur et suscite des forts réactions émotionnelles. Donc, il devient attirant. En plus, une utilisation fructueuse de la plateforme demande de passer du temps dessus, afin de se familiariser avec les différents outils proposés et de les maîtriser. 

 

Un air de Grèce…

Une nuit de pleine lune sur l’Acropole d’Athènes

Tout a commencé un après-midi d’avril. Je ne me rappelle pas l’année.  Peu importe. Je rangeais la bibliothèque de ma mère et je suis tombée sur l’Axion Esti d’Odysséas Elytis. C’était un coup de foudre…Grâce à sa poésie, j’ai réalisé que je voulais étudier en profondeur la culture, la civilisation et la langue grecque de l’Antiquité jusqu’à nos jours.  

Mon parcours a commencé à l’Université Aristote de Thessalonique où j’ai étudié les lettres, je suis spécialisée en littérature néo-hellénique et byzantine.  Par la suite, je suis arrivée en France pour continuer mes études.  J’ai été diplômée  d’un Master 2 en études néo-helléniques à l’Université Paul-Valéry de Montpellier et d’un deuxième Master 2 en histoire byzantine à l’Université  Paris 1 Panthéon-Sorbonne.  Et puis le Covid est arrivé ! C’était le moment de faire une pause… 

Cette année je me suis inscrite au Master 1 Humanités numériques et humanités classiques, afin d’atteindre mon objectif qui est d’étudier et d’approfondie les lettres grecques dans sa globalité… Antiquité, Byzance, Grèce moderne…. À travers le séminaire des humanités numériques, j’espère apprendre à utiliser tous les outils numériques qui m’aideront dans mes recherches!  

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search