PHI Latin Texts

The Packard Humanities Institute (PHI)

PHI Latin Texts

Présentation de l’association :

Le Packard Humanities Institute est une association américaine à but non lucratif crée vers la fin des années 90. Elle est basée à Los Altos, en Californie.

L’association a édité des bases de données d’abord sous forme de CD puis en ligne. Le corpus PHI porte sur la littérature latine (Le PHI Latin Corpus ou « PHI #5 » – en référence au cinquième CD réalisé) composée des oeuvres complètes et des fragments couvrant une période allant du 3e siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque impériale (vers 200 ap. J.-C.: limite chronologique arbitraire). Ce corpus intègre également une sélection de textes datant de l’Antiquité tardive. Selon Daniel Kozakthe virtually complete coverage of literary texts for the selected period is remarkable, and makes PHI (to my knowledge) the only FREELY available database (je souligne) allowing representative and reliable corpus-wide searches for that much of surviving Roman literature.

PHI héberge aussi un corpus d’épigraphie grecque antique, et , dans un tout autre registre, le fonds Benjamin Franklin, dédié aux  « Pères fondateurs de la démocratie américaine ». 

PHI a élargi ses activités d’édition numérique au mécénat en accompagnant des projets de restauration archéologique, cinématographique et patrimoniale. L’association finance également des résidences d’artistes-musiciens.

Faire une recherche sur la base de données (PHI Latin Texts) :

Le site de PHI propose une mise en forme minimaliste ; le texte latin est proposé “brut”, sans introduction ni appareil critique. Par défaut, le moteur de recherche engage l’ensemble des éléments inscrits dans la barre de recherche; il faut alors utiliser des opérateurs de recherche (#rosa# par exemple), des opérateurs logiques (&, etc.) ainsi que des filtres (Auteur et titre : [Ov:Met] arma) pour voir apprécier les résultats de sa recherche.

La rubrique “Concordance” est particulièrement utile pour rechercher les occurrences d’un terme dans l’ensemble de la base de données de PHI. Elle peut faciliter l’élaboration d’un corpus d’extraits littéraires autour d’une thématique précise.

L’accès au texte latin brut :

Avant d’accéder à la lecture et l’exploitation des textes latins, il faut accepter la licence proposée par PHI…mais sans la lire… Il est possible de visualiser les textes latins en betacode ; est-ce vraiment utile pour l’alphabet latin ? Par ailleurs en contrepoint du betacode apparaît l’unicode dont la syntaxe est exactement similaire à notre grammaire de la langue… ?!

Le référencement “canonique” des auteurs, comme des oeuvres, par PHI fonctionne comme suit : chaque auteur est nommé par un numéro et voit son nom abrégé. Ces informations synthétiques possèdent une balise et un attribut HTML : la balise <span>  pour les auteurs et un attribut (<span class=”wnam”>) pour les oeuvres (Source: DLL).

Selon le site digital classicist : “This is probably the standard research tool as it is readily available in libraries and departments. Like TLG it also needs search software to make it work, like Musaios or Diogenes (the latter is free of charge and open source)”. Avec Diogenestexts can be exported as TEI-compliant XML for use with other text-analysis software.

 

Présentation

Bonjour chers collègues,

Je m’appelle Patrick, je suis enseignant de Lettres et étudiant en première année de master Humanités classiques et numériques. Je rejoins le groupe avec quelque retard et j’espère grandement réussir à vous rattraper parce que je compte beaucoup sur cette U.E. pour développer mes compétences en  pédagogie TICE.

TIC, TICE, NTIC…pour enfin aboutir au “numérique”, et plus précisément aux Humanités numériques. L’enseignement des Lettres classiques (des Humanités classiques) est peut-être le lieu le plus adéquat pour réfléchir et mettre en place des outils pédagogiques novateurs en vue de l’apprentissage d’une culture humaniste et d’une technique de l’apprentissage. 

L’illustration que j’ai choisie est une photographie que j’ai réalisée lors d’une promenade. Le hasard de la rencontre et la capture de l’évènement – la photographie d’une “peinture” murale – font écho à notre pratique quotidienne du numérique qui oscille entre deux pôles opposés: l’un qui est raisonné, ordonné, l’autre aléatoire, dispersé, ludique.  Mais quel que soit son usage, la rencontre peut se faire, celle avec l’Autre. Le promeneur se perd d’abord, identifie un territoire, établit un chemin pour enfin découvrir un monde autre. Ce n’est pas un mythe – pas de promeneur solitaire ni de caverne – mais bien une réalité quotidienne. 

L’élève et l’apprenant, comme l’instituteur, l’enseignant ou le professeur sont des promeneurs 2.0.

 

 

Master Class-Hic 2018

A l’occasion du Master Class-Hic 2018 qui se tient actuellement sur le campus de l’université Paris Nanterre, Humanités Classiques et Humanités Numériques se sont prêtées au jeu du questionnaire (adapté) de Proust lors de la séance de présentation.

Humanités Numériques et Humanités Classiques

Le principal trait de mon caractère.

Humanités Classiques (H.C.): la philanthropie.

Humanités Numériques (H.N.): la générosité.

La qualité que je préfère.

H.C.: l’érudition.

H.N.: le partage.

Ce que j’apprécie le plus chez mon interlocuteur.

H.C.: son universalité.

H.N.: son patrimoine.

Mon principal défaut.

H.C.: j’ai la mémoire défaillante! Mes souvenirs sont malheureusement fragmentaires.

H.N.: je suis hypermnésique, je me souviens de tout et j’ai du mal à garder un secret.

Mon occupation préférée.

H.C.: transmettre.

H.N.: tisser des liens.

Mon rêve de bonheur.

H.C.: être “in”, dans le coup.

H.N.: la transparence.

Quel serait mon plus grand malheur?

H.C.: perdre le peu qu’il me reste.

H.N.: un Beug Bang!

Ce que je voudrais être.

H.C.: le vent; pour rentrer dans tous les foyers.

H.N.: un livre en papier numérique pour le plaisir de mouiller son index et tourner les pages.

Le pays où je désirerais vivre.

H.C.: au  pays des Clouds.

H.N.: je citerai Proust,

Celui où certaines choses que je voudrais se réaliseraient comme par un enchantement.

 

La couleur que je préfère.

H.C.: je suis davantage en nuances qu’en couleurs.

H.N.: le bleu de la Méditerranée.

Ma devise.

H.C.: Hasta siempre!

H.N.: Je reprendrai les mots d’Amadou Hampâté Bâ lors de son discours qu’il a prononcé à l’UNESCO en 1960,

Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search