In Amorem

 

Au nom des dieux immortels, jusqu’à quand encore, Amour, nous soumettras-tu à tes vols et à tes méfaits? En cherchant à nuire à quelques uns, c’est à l’âme elle-même de la République que tu t’attaques, c’est dans les fondements les plus solides de notre communauté que tu envoies tes flèches corruptrices. Je ne parle pas seulement de ton avidité dévorante, mais de ta volonté sans faille de mettre à mal toutes les lois, de ton affreuse obstination à détruire ceux qui te sont le plus dévoués et le plus soumis. Combien de fois as-tu dépouillé les plus pauvres d’entre nous pour ton propre intérêt, les condamnant à offrir des cadeaux hors de prix, réclamant des fleurs sans fin, des tableaux de maîtres, des bijoux en diamant ? Les lois derrière lesquelles tu t’abrites sont celles là même que tu cherches à corrompre insidieusement, jusqu’à la loi la plus importante qui soit, celle du mariage, transmise par nos ancêtres. Les dieux immortels ont fondé cette législation sacrée qui permet des taxes communes et un contrôle de la procréation. Aucun individu portant le nom de citoyen vénitien ne saurait remettre en cause son bien-fondé.

Et pourtant lui, Amour, se joue des lois sacrées, plus encore, cherche à les détruire sciemment. Tout le laisse insensible, rien ne l’émeut : ni les maris trépignant, ni les maîtresses éplorées se mouchant bruyamment, ni même cette digne assemblée des Amants Délaissés réunie pour le juger. Le chaos entre ses mains succède à l’harmonie, les enfants se retournent contre la loi de leurs ancêtres. Et nous, Amants Délaissés, que faisons-nous pour contrer cette maladie infectieuse et terrible qui s’étend et divise la République? Lorsqu’Amour s’en prend aux hommes les plus honnêtes, les plus probes, les plus valeureux, accepterez-vous qu’il s’en tire aussi facilement ? Non, l’heure est venue aujourd’hui de répondre de ta malhonnêteté, de tes méfaits, de ton insolence.

Je me lève aujourd’hui devant vous, messieurs les Amants Délaissés, pour contrer le danger qui se fait de plus en plus pressant pour la République en jugeant l’accusé avec toute la rigueur nécessaire. Je vais vous dire et vous exposer, en pleine lumière, ce que mon enquête m’a permis de découvrir, pour qu’un jour vous me remerciez de vous avoir sauvé de ses machinations malhonnêtes.

Des témoins sûrs m’ont rapporté qu’il y a quelques siècles à peine, ce piètre faux dieu semait la discorde dans la Méditerranée  en obligeant hommes et femmes à céder leur argent par la force ou la persuasion: pendant le règne d’une fameuse souveraine de Carthage, il s’est introduit subrepticement, lors d’un banquet, dans le but mesquin de détourner de façon anti-constitutionnelle plus de dix mille cesterces des coffres de l’Etat afin de réparer un bateau. Il a maquillé les comptes publics, laissé vide et nue la maison de la reine et, suprême attaque injurieuse, son traître complice a ensuite pris la fuite. Personne n’aurait pu tant attrister la ville tout entière, en faisant fi à ce point de toutes les législations sur l’abus de bien social et le détournement de fonds publics.

Il s’est ensuite déplacé dans les cours de France et d’Angleterre, et cherchant à acquérir toujours plus par le crime, il a ordonné et exigé de recevoir de l’argent et des biens pour les fins du plus futile divertissement, empêchant ses victimes récréantes et leurs héritiers de s’adonner aux joutes guerrières les plus sanglantes et sacrées. Quelques trente mille écus ont alors été dépensés pour toi. Pensais-tu réellement, lorsque tu agissais dans l’ombre, que tes petites menées nous resteraient inconnues ?

Mais la liste de tes larcins et de tes vols, je parle bien de vols, ne s’arrête pas la !

Lorsque tu étais accueilli et célébré en Normandie, c’est le pauvre Charles, médecin de profession, homme des plus sérieux et des plus valeureux, grand garant de nos mœurs, qui a été dépouillé par ta faute de plus cinquante Louis et d’un champ de blé de plusieurs hectares que son épouse a dépensés en chapeaux.

Plus récemment encore, tu as eu pour complice un citoyen français, qui tout en briguant le mandat suprême de président de la République, a osé entâcher le nom d’amant en profanant en son nom les lois de la République : il a donné à l’objet de sa flamme un emploi fictif. Diras-tu que tu a agi selon les règles et que tu as bien fait ?

Si je suis ici aujourd’hui, c’est par la volonté du peuple. Tout cela est vrai et je le sais de source sûre, malgré les tentatives d’Amour pour s’en prendre à moi et me faire taire, pas plus tard qu’avant-hier, utilisant parfois des méthodes douteuses et tendancieuses. J’ai résisté à ces épisodes fâcheux d’énamoration et me voilà prêt à témoigner contre lui en m’appuyant sur l’autorité de la loi. Vous savez désormais, Amants Délaissés, à présent que vous avez entendu à découvert la liste de ses crimes qui sont désormais patents, de quoi Amour est réellement capable. Moi, membre éminent de l’assemblée des Amants Délaissés, ayant fréquenté vos rangs à de multiples occasions, je vous le dit aujourd’hui : c’est à nous de nous dresser contre le péril de sa mise en liberté, en faisant appliquer les lois existantes et en en créant de nouvelles. En vertu de toutes les réglementations en vigueur sur la propriété privée, il vous faut aujourd’hui trancher en déclarant l’accusé coupable pour préserver l’autorité des lois et de la religion : il s’agit de rendre aux amants l’estime et la faveur du peuple vénitien.

Pour rédiger ce pastiche, j’ai utilisé plusieurs outils de Voyant Tools, après avoir selectionné le corpus des discours In Catilinam et In Verrem. D’abord, le cirrus et l’outil « liens » m’ont permis de mettre au jour les grands thèmes des discours et leur entrelacement général : l’argent et la cupidité (pecuniam, HS pour sesterce, cupiditate), sont associés au crime (« scelus », « crimen ») et renvoient à l’accusé. Le moment de l’énonciation dans sa dimension juridique est mis en valeur par les termes « nous », « entendre », « lois » (« rupiliam », « voconiam », « hieronicam ») et par les pronoms démonstratifs. Le champ lexical de la religion est présent, avec les « dieux immortels ». J’ai également remarqué l’alternance entre le « tu » et le « iste », entre première et troisième personne.

J’ai ensuite cherché des évolutions de fréquences de termes dans le corpus. Il s’est avéré que le mot « publica » revenait surtout au début et à la fin, de même que la première personne du singulier. « Salutem » est de plus en plus fréquent à la fin du discours. « Sceleris » et « periculis » se retoruvent plutôt au milieu.

Puis j’ai cherché des expressions grâce à l’outil « syntagme » : même dans un corpus relativement grand, les syntagme de plus de trois mots ne revenaient souvent que deux ou trois fois. Malgré tout, ils m’ont semblé assez significatif du style de Cicéron, notamment parce qu’ils étaient relatifs au contexte romain et parce qu’ils reprenaient des procédés de style remarqués par ailleurs, comme par exemple l’usage du rythme binaire. J’ai ainsi relevé :

« cum populo romano et in laude et in gratia »,

« dare coacti sunt »,

« hominis amplissimi » (qui ne fut intéressant qu’en découvrant en contexte que les mots « honestissimi » et « improbissimi » lui sont souvent associés, et une fois en rythme ternaire),

« recte factum esse defendes »,

« per summam injuriam »,

« populi romani nomen »,

« ab maioribus traditam »,

« negare non potes »…

Presqu’à chaque fois, il a été indispensable de remettre le syntagme en contexte pour comprendre sa signification et son usage. Ce sont les recherches en contexte qui m’ont permis à chaque fois de me poser de nouvelles questions.

Je me suis enfin penchée sur les corrélations entre les termes : elles m’ont permis de mettre au jour un certain nombre d’antithèses, notamment entre « omne » et « nihil », sociis » et « hostis », etc. J’ai découvert les différents verbes avec lesquels l’important « pecuniam » pouvait être employé : accipere, quaerere, abstulisse, etc. et j’ai également relevé son association intéressante avec « publicam ». En cherchant le terme « urbe », je l’ai trouvé lié à « patefacta », « inlustrata », « comperta » : si cela a été difficile à interpréter par rapport à « urbe » (trop peu d’occurrences), cela m’a permis d’associer ces mots-là entre eux. L’association d’ « injuria » et « imperavit » m’a également semblé interessante : l’orateur lie sans cesse la situation de pouvoir de l’accusé à la gravité de sa faute.

J’ai utilisé les outils en faisant des recherches par hasard, en allant « à la pêche », ou en vérifiant/infirmant des hypothèses de départ. Souvent, un aller et retour s’instaure entre les deux méthodes. Les hypothèses infirmées laissent souvent place à la découverte, dans le contexte proche, d’un nouvel élément que l’on ne cherchait pas mais qui s’avère interessant.

Un des problèmes auquel j’ai été confrontée est celui de la traduction : les expressions chères à Cicéron sont des expressions marquées contextuellement et propres à la langue latine, qui perdent de leur identité à la traduction alors que le pastiche voudrait garder toute leur expressivité : le pronom « iste » perd son aspect péjoratif en français, la locution « res publicae » perd de sa polysémie.

L’expériencedans son ensemble fut intéressante : passée la déception initiale de n’être pas surprise à première vue par ce que je découvrais, je suis entrée petit à petit dans le détail du texte et les choses deviennent alors plus instructives.

Commentaires sur PHI Classical Latin Texts

Le site de la bibliothèque virtuelle phi latin texts me semble particulièrement clair et simple à utiliser.
C’est probablement dû au fait qu’il propose moins de possibilités que d’autres bibliothèques: il n’y a pas d’accès à des oeuvres autre que textuelles (contrairement à Perseus project qui propose des accès à des sculptures, etc). Il n’y a pas non plus de traductions des textes ou de liens vers des éditions multiples. L’édition utilisée est indiquée.

On peut utiliser les textes dans le cadre de recherches personnelles uniquement, ce que précise le site à son entrée: la législation du « fair use » y est adoptée (seuls de courts extraits peuvent être cités). On ne peut pas télécharger les textes mais seulement les lire.

La bibliothèque permet d’accéder à des textes grâce à une liste alphabétique d’auteurs. Elle permet également de faire une recherche par mots. Celle-ci peut être restreinte à un ou plusieurs auteurs et à une ou plusieurs oeuvres de l’auteur (grâce à un filtre mis entre crochets). Contrairement au Thesaurus Linguae Grecae, il n’y a pas de lexique associé. Il est également possible de faire une recherche par concordance: dans ce cas, les contextes d’apparition du mot (mots précédents et suivants) sont indiqués.

La recherche dans les textes latins s’effectue par groupe de lettres, ce qui permet de trouver toutes les occurrences du mot même décliné. On peut ainsi également rechercher des répétitions sonores ou des familles de mots.

Les textes indiquent l’édition de référence lorsque l’on passe la souris sur le lien. Les textes sont accessibles en unicode et en betacode.