DH 2017 Poster

Embedding Digital Humanities in a Classics Master Programme
(Poster, PDF)

This is the poster I presented at the Digital Humanities 2017 conference. Three years after the creation of the Master, I outline the genesis, the principles and the current structure of the digital humanities seminars. In Montreal the goal was to start discussions: please get in touch with me if you have questions or comments.

Il s’agit du poster que j’ai présenté au colloque Digital Humanities 2017. Trois ans après la création du master, je résume la genèse, les principes et la structure actuelle des séminaires d’humanités numériques. À Montréal, le but était de susciter des discussions : n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou des commentaires.

Embedding Digital Humanities in a Classics Master Programme: Aurélien Berra's poster at the Digital Humanities 2017 conference

Notre odyssée

Cette année, notre projet du second semestre repose sur deux collaborations. En partenariat avec le master « Création et édition numérique » (université Paris VIII, Vincennes Saint-Denis) et dans le cadre de l’IDEFI CreaTIC, nous concevons une édition numérique augmentée de l’Odyssée. Dans le même temps, nous participons au programme Sunoikisis Digital Classics (université de Leipzig, chaire Humboldt de Digital Humanities), consortium international qui réunit actuellement vingt-deux institutions de treize pays dans le but d’élaborer en commun et de proposer aux étudiants une initiation aux humanités numériques appliquées à l’étude de l’Antiquité.

Si la forme finale de notre exposition virtuelle sur l’Odyssée sera définie chemin faisant, notre point de départ est le thème de la séduction. Notre groupe est plus particulièrement responsable de la « curation » du corpus. Il s’agit ainsi de sélectionner des passages dans le texte original, de les aligner avec des traductions françaises, d’encoder les entités nommées et spécialement les noms de lieux – la cartographie est une dimension essentielle du projet – et de compiler les documents textuels, visuels ou multimédias qui nous paraissent pertinents.

Pour collecter et communiquer les métadonnées, nous utilisons une base de données Omeka, tandis que nous partageons les tâches et les fichiers au moyen de Trello et de DropBox. La partie textuelle enrichie sera au format XML TEI. Nous utiliserons également d’autres outils ou méthodes proposés par les membres de SunoikisisDC.

Bientôt plus d’informations sur ce carnet…

Ulysse_mosaique

Pelagios : géolocaliser les textes antiques

Texte rédigé par les étudiants à l’issue du projet collaboratif (master 1, second semestre).

Dans le cadre de notre master « Humanités classiques et humanités numériques », nous nous sommes proposé de contribuer au projet Pelagios (Pelagios: Enable Linked Ancient Geodata In Open Systems). L’interdisciplinarité et le caractère contributif de cette base de données intelligente de lieux anciens en faisaient un objet idéal pour des étudiants en humanités numériques. Littéraires de formation, nous nous sommes immédiatement intéressés au traitement que Pelagios réservait aux textes littéraires : l’idée était de marquer les noms de lieux d’un texte de notre choix via l’outil Recogito. Cela devait nous permettre d’avoir une expérience concrète des problèmes que pouvait poser le balisage d’un texte littéraire, activité élémentaire et essentielle des humanités numériques. Au cours de notre balisage, puis de notre vérification, du De reditu suo de Rutilius Namatianus (voir la carte), nous nous sommes aperçus qu’il n’était pas si simple, dans certains cas, de déterminer s’il s’agissait ou non d’un nom de lieu et, le cas échéant, s’il fallait le marquer. Les textes anciens ont cela de particulier qu’ils évoquent fréquemment des lieux mythologiques : un lieu mythologique est-il un lieu ? Faut-il marquer l’Olympe quand il s’agit du séjour des dieux ? Lorsqu’un lieu est désigné par le peuple qui l’occupe, des cas se présentent où l’on ne peut pas dire clairement si le narrateur désigne le pays ou s’il désigne le peuple. Baliser un texte s’est donc révélé être une activité passionnante, tout à fait philosophique, et ceux qui la disent fastidieuse ne sont sans aucun doute que des mauvaises langues.

Classiques et numériques

Depuis 2014, le master « Humanités classiques et humanités numériques » de l’université Paris-Ouest intègre des enseignements d’humanités numériques. À travers ces séminaires, les étudiants découvrent l’histoire et la situation actuelle de ce champ, après plus d’un demi-siècle de recherches, et conçoivent des projets articulés avec leurs autres séminaires, leurs sujets de mémoire et les stages qu’ils ont choisis.

L’apprentissage se fait d’une manière essentiellement active, par des comptes rendus de lecture, par l’analyse de projets existants et par l’élaboration de projets aussi bien personnels que collectifs. De nombreuses dimensions des pratiques savantes numériques sont explorées : identité numérique et socialité savante, nouveaux modes de collaboration et de contribution, relations avec les bibliothèques et les institutions patrimoniales, transformations des cadres professionnels, économiques et juridiques, renouvellement épistémologique de l’étude du passé.

Le master propose ainsi une initiation aux compétences mises en œuvre dans le domaine des Digital Classics : création et usage des documents, publication en ligne, maniement des bases de données, encodage des textes, traitement des images, étude et visualisation des corpus. L’objectif est de comprendre l’évolution des sciences de l’Antiquité en se familiarisant avec les méthodes et les outils qui s’inventent aujourd’hui.

Ce carnet de recherche est le lieu numérique de ces travaux : en les rendant possibles, sur un mode collaboratif, il les rend également publics.