Fluctuat nec mergitur

Sénèque, à son cher Lucilius, ses plus sincères salutations.

[1] Combien honnêtes, mon très cher Lucilius, ces pensées que tu me partages ! Comme ton esprit, fruit d’une recherche attentive et minutieuse de la vérité, fait état d’une inconditionnelle constance ! Comme la vertu apparaît dans tous ses éclats, éclairée par les lumières de la raison ! C’est en ces termes que je te louerais, Lucilius, meilleur des hommes, si tu ne te laissais corrompre par les tentations de la gloire et de Fortune.

[2] « Soyez des hommes ! disent-ils. Révoltez-vous !  Cette nouvelle loi agraire ne fait qu’accroître les inégalités entre les citoyens et diminuer le pouvoir du peuple ! En effet, notre Empereur Le Très Grand n’a même pas consulté la droite opinion de nos pères conscrits ! » et guidés par la raison, il leur est bon d’ajouter « Une seule voie s’ouvre pour les justes : la grève ! N’allez pas à l’université ! Occupez-en les marches ! Les péristyles ! Les bancs ! Que les colonnes, recouvertes de peintures, affichent notre message et notre mécontentement ! » Ainsi, c’est en ces mots que fréquemment des étudiants de l’Universitatis Lutetiae Decimae[1], alors que tu viens à peine de descendre de ton char, t’interpellent avec un zèle manifeste en distribuant nombre de tablettes de cire pleines d’âcres paroles. Sinon, si par hasard les temps se montrent plus cléments, se plaisent-ils régulièrement à se réunir pour se préparer à résister à la prochaine conjuration impériale, et ne manquent pas de faire irruption dans les salles de classe pour exhorter les étudiants à les rejoindre.

[3] Quant à toi, mon cher Lucilius, toi qui désirais te repaître des litteras ingenuas[2] afin de devenir grand poète, toi qui brûles de mener une vie heureuse dans la droiture et la vertu, tu ne sais plus où donner de la tête. « Tout cela, me dis-tu, sème le doute dans mon esprit. Les temps sont durs ; autant de l’intérieur que de l’extérieur, l’empire est menacé. Quand je fais face à l’ardeur et à la conviction de ces jeunes, je deviens aussitôt conquis. Voici enfin venu l’occasion de me mettre à l’épreuve, de me battre pour la justice ! Pourquoi devrais-je continuer à perdre mon temps avec ces études inutiles, ce culte des lettres, des Muses et de la poésie, propre uniquement à délecter les âmes sensibles et à les détourner des véritables combats ? Tout le monde s’occupe des droits et de son propre patrimoine. N’est-ce pas là ce qui est digne d’être cultivé par l’homme de bien ? Si tout le monde agissait ainsi, la société des hommes ne serait-elle pas meilleure ? »

[4] Par Hercule ! Ce voyage à Lutèce et ce séjour en province ne te réussissent guère. Eh quoi ? Si la plupart des hommes naissaient en connaissant le juste et le bon, ou même, s’ils l’apprenaient par eux-mêmes, alors notre monde serait semblable à celui des dieux, parfait et confondu avec la félicité, et il n’y aurait ici-bas nulle place pour la philosophie ! Mais puisque malheureusement il n’en est pas ainsi, il est nécessaire que la plupart ignore ce qu’est le bien et que, ne sachant comment il faut agir, en agissant, ils agissent mal ! Et si toi, cher Lucilius, tu sais ce qu’est le bien et ce qu’il faut faire, quelle raison y a-t-il pour que tu te laisses convaincre par le nombre ? [5] Il ne convient pas à un soldat pas encore équipé ou équipé seulement d’un couteau d’aller en première ligne, ni à un gladiateur qui ne s’est pas encore entraîné de descendre dans l’arène. Si j’étais dans la région, je te récupérerais tout de suite chez moi. Mais puisque je ne le suis pas, je t’exhorte, moi, à rentrer chez toi, à inviter des précepteurs de confiance ou bien à échanger avec eux par lettres, et à solliciter la compagnie de tes amis.

[6] « Mais Sénèque, répondrais-tu, tu trahis là ta secte ! Ne sont-ce pas les stoïciens qui font de l’action le principe de leur philosophie ? Pourquoi donc me conseilles-tu la retraite ? » Je ne peux que consentir ; l’action est le fondement de nos décrets. Mais il y a pire que de ne pas agir ; il y a mal agir, puisqu’en agissant mal, on ne nuit pas seulement à soi-même, mais aussi à autrui. Ainsi, de même que le soldat et le gladiateur s’équipent des armes adéquates et s’entraînent avant d’aller au combat, de même l’homme de bien doit apprendre ce qu’est le bien avant d’agir. Et tu cherches ce qu’il est ? Vivre selon la nature. Tu demandes ce qu’elle est ? Ce qui nous est propre et est en notre pouvoir, siège de la liberté : notre esprit, et nos pensées. Ainsi, tu voudrais renoncer au culte des belles lettres ? Certes, comme pour tout ce qui est, ce sont la cause et la finalité qui déterminent la conformité à la vertu : il y a – par Hercule ! –  autant de différence entre un avare désirant l’argent pour lui-même et afin de l’utiliser pour baigner dans les plaisirs et un homme préférant les richesses pour les distribuer et faire preuve de générosité qu’entre un ancien khâgneux boutonneux cultivant les lettres pour rester assis toute la journée en bibliothèque universitaire[3] et fuir la société et un honnête citoyen qui s’en sert pour rechercher la vertu à travers ses parties. Crois-tu en effet qu’il est moins utile pour la société que ces étudiants révoltés, celui qui recherche et enseigne ce qu’est la nature, le courage, la bravoure, la paix, la compassion, l’altruisme, l’humanité, les dieux ? Continue donc à étudier sur cette voie qui te sied, pourvu que la vertu soit la torche qui te permette de réviser la nuit avant tes partiels.

[7] « Mais alors, dis-tu, d’où ces étudiants tirent-il cette ferveur ? ». La plupart des hommes, ignorant tout de leur nature, ne peuvent pas s’aimer, puisqu’ils ne savent pas ce qu’ils sont. Ainsi veulent-ils être vus pour fuir cette errance intérieure. Et plus ils attirent le regard des autres, plus ils les voient approuver les invectives, plus ils pensent agir droitement, et plus ils redoublent ainsi d’énergie ; l’orgueil ne fait qu’accroître cette errance, mais l’enfonce encore plus dans l’âme, et s’il la rend moins manifeste, il n’en renforce pas moins son emprise. Crois-tu vraiment, mon cher, que chacun sache, puisque la politique n’est pas l’affaire d’un groupe particulier, mais l’affaire de tous, ce qui convient le mieux et ce qui est juste pour plus de soixante-millions de Gallo-romains ? Et comme les Gallo-romains font partie de l’Empire européen, qu’il sache également ce qui est bon pour celui-ci ? Et comme les décisions de l’Empire européen influencent la vie du monde connu, crois-tu qu’il sache ce qui est bien pour celui-ci ? Heureux serait l’empire, si chacun savait déjà ce qui était bien pour lui-même !

[8] Mais puisque je dois m’acquitter de ma dette quotidienne en te prescrivant à chaque lettre une sentence digne d’être retenue, voici qu’aujourd’hui j’ai entendu maître Yoda dire à Luke dans l’Empire contre-attaque : « Do or do not. There is no try. » Tu veux t’engager pour la société ? Engage-toi pour toi. Réfléchis-y à deux fois, mais quand tu auras décidé, donne-toi corps et âme. Vale.

[1] Universitatis Lutetiae Decimae  GALL. 1968. 05 ; Univ. Lut. X PIGRIT. 123. 4 ; Universitatis In Legatorum Atque Fabrorum Patriae Custodiendae Operam Dantium Castris Nanterriae Collocatis Inque Decimo Ad Occasum Solis Vergente Lutetiae Vico Sitae  STUD. 666, 999.

[2] litteras ingenuas STUD. 666, 999 ; belles-lettres GALL. 1968.05

[3] Bibliothèque universitaire GALL. 1968. 05 ; B.U PIGRIT. 123. 4 

 

 

Malheureusement, l’effet de surprise ne pouvait surgir de mon projet, reposant sur un échange épistolaire : le nom de l’auteur et du destinataire sont déjà éloquents. J’ai donc essayé de lier mon intérêt pour la philosophie morale, politique et éducative avec une expérience que j’ai vécu sur le campus de Nanterre, assistant à la mobilisation d’étudiants militant pour des questions sociales, en me demandant ce que Sénèque aurait-pu en dire. Si je me suis servi, pour la forme et le contenu, des lettres à Lucilius, je me suis également inspiré du De Otio.

Pour la réalisation de ce pastiche, et suivant la consigne, je me suis appuyé sur les analyses de Voyant tool (https://voyant-tools.org/). Après avoir obtenu le corpus intégral des Epistulae Morales ad Lucilium à partir de The Latin Library  (http://www.thelatinlibrary.com/), je l’ai donc inséré dans le programme statistique : avec 121,227 mots, j’étais sûr d’avoir de la matière à interpréter ! J’ai commencé par activer la liste des stopwords et, suite au conseil du Professeur Berra, par l’accroître des mots les plus fréquents que je jugeais inutiles pour mon propos (ex : nihil, alia, ista, quemadmodum, habet, potest …). En effet, c’étaient les concepts philosophiques que je recherchais avant tout. Voici ceux qui apparaissent le plus fréquemment dans le corpus : bonum (x390), animo (x148), animus (x145), vita (x129), natura (x123), virtus (x119). Pour les syntagmes, j’ai commencé par chercher ceux concernant le destinataire : « Lucili virorum optime » (x2) et « Lucili carissime » (x7) ; un abus de ces expressions pouvait peut-être créer un petit effet comique, surtout au premier paragraphe. Ensuite, j’ai également sélectionné ceux se rapportant aux reprises par Sénèque des questions de Lucilius : « quaeris quae sit » (x2), « quaeris quid sit » (x3), « quaeris quod sit » (x3). Pour l’argument du pastiche, je fis une découverte intéressante ; si je savais que le terme « natura » revêt d’une importance capitale dans la philosophie stoïcienne et ne cesse d’apparaître dans le corpus, je ne pensais pas qu’il y aurait autant de syntagmes : « secundum naturam est » (x9), « secundum naturam esse » (x2), « secundum naturam suam (x2), « secundum naturam sunt » (x3). Enfin, grâce à l’outil correlations, j’ai remarqué que veritas et virtus étaient fréquemment corrélés, avec un indice de 0,89 ; cela m’a donné de l’inspiration pour mon premier paragraphe.

Ainsi, si je dois avouer que j’étais plutôt sceptique à l’idée d’utiliser un outil de statistiques comme Voyant tool, j’ai été heureux d’avoir pu finalement en tirer de nombreuses idées tout au long de l’utilisation de ses principaux outils. Un exercice des plus agréables ! Dixi.

Luke et Yoda, dans "Star Wars V : l'Empire contre-attaque"
“Age quod agis.” Luke et Yoda, dans “Star Wars V : l’Empire contre-attaque”

Commentaires sur la bibliothèque ” PHI latin classical texts “

J’ai choisi de commenter cette bibliothèque car, étant encore fort peu familiarisé à l’usage de tels outils qui peuvent parfois se montrer encore bien complexes, c’est justement la simplicité de celle-ci qui m’a intéressé.

Tout d’abord, il est nécessaire de remarquer que l’on trouve uniquement des textes latins écrits avant le IIIe siècle av. J-C, en plus de quelques textes datés de l’antiquité tardive. Ceci constitue, à mon avis, la différence principale avec la bibliothèque ” Projet Gutenberg “, qui propose des ouvrages de la littérature mondiale parmi lesquels on trouve peu de textes en latin et grec, mais surtout des traductions, et ” Perseus “, qui se concentre sur les textes écrits en langue latine, grecque, et arabe.

La page d’accueil est on ne peut plus simple, et très explicite : voici qu’est proposée la liste de tous les auteurs latins dont on propose les œuvres, un ouvrage, un simple fragment. Après un rapide “ctrl f” pour trouver l’auteur que l’on souhaite lire et un petit clic sur son nom, voilà que le texte se présente en colonne, dans sa lettre latine originelle, sans traduction, noir sur une fenêtre bleu-claire elle-même au centre d’un arrière fond rose. Cette esthétique crée une atmosphère chaleureuse, avec tout ce que ces couleurs peuvent nous évoquer, comme si elle cherchait à créer un espace de familiarité entre l’auteur, la lettre, et son lecteur.

En effet, l’absence de traduction ainsi que l’impossibilité de cliquer sur un mot-lien qui nous renverrait à une traduction (comme sur la bibliothèque ” Perseus “) obligent le lecteur à être patient, à questionner le texte. Néanmoins, pour profiter pleinement de cette expérience intellectuelle, il est nécessaire de déjà bien maîtriser la grammaire latine et d’avoir assimilé un nombre conséquent de mots afin de pouvoir lire le texte sans grandes entraves.

Pour un travail de recherche ou de statistique portant sur un terme spécifique, les rubriques ” Word search ” et ” Concordance ” permettent facilement et rapidement de trouver les occurrences dudit terme. Exemple : en inscrivant ” [SenPhil] officium ” dans la barre de recherche, je vais trouver un grand nombre de passages extraits des œuvres de Sénèque le philosophe au sein desquels apparaît le terme ” officium “.

Brève présentation de mon projet d’étude et de mes attentes

Platon et Aristote : genèse de la tension entre utopie et pragmatisme
” Platon et Aristote “, l’école d’Athènes, vers 1510, Raphaël, musées du Vatican

Bonjour à toi, cher lecteur.

     Après trois ans de classes préparatoires aux grandes écoles au lycée La Bruyère de Versailles et une année à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati, j’étudie cette année en première année de master “humanités classiques et humanités numérique ” dans le dessin d’approfondir ma maîtrise des langues grecque et latine, de développer d’autres compétences me permettant d’appréhender ces disciplines et de me tourner progressivement vers la préparation de l’agrégation. Je développe un intérêt particulier pour l’histoire, la philosophie, l’éducation et la pédagogie. À côtés de mes études universitaires, je suis membre actif de l’association ” Légion VIII Augusta ” (association d’archéologie expérimentale et de médiation culturelle s’intéressant à la notion d’ “Antiquité vivante”, notamment autour de la pratique de la reconstitution historique), que je serai peut-être amené à diriger en qualité de président dans les années à venir.

En ce qui concerne mes attente vis-à-vis de ce cours d’humanités numériques et afin d’être le plus sincère possible, Je préciserai seulement que, profane fort peu initié aux doctrines et arcanes de la science informatique, je m’en remets totalement à mon Professeur, Aurélien Berra, pour m’enseigner à comprendre cet univers méconnu, regorgeant d’outils qui, j’en suis sûr, me conduiront à mieux appréhender la recherche scientifique et à me donner de nouvelles idées en matière de pédagogie, notamment par la mise en page et l’édition de textes, d’images.