L’emploi de « Manus » dans l’Hercule furieux de Sénèque

Introduction : la démarche d’analyse, les outils et les corpus employés

L’étude a commencé « corpus-driven », par Voyant Tools. Le texte choisi a été celui proposé par PHI Latin texts (« L. Annaei Senecae Tragoediae, Incertorum Auctorum Hercules [Oetaeus], Octavia, ed. O.Zweirlein, 1987 », beaucoup plus récent que celui de Perseus datant de 1921).

C’est cette première enquête qui a permis de déterminer le sujet : en dehors des mots considérés comme « vides » (dont la liste n’est pas sans prêter matière à discussion), « manus » est le mot le plus fréquent de la pièce. Elle a aussi permis d’émettre deux premières hypothèses de lecture.

Pour examiner de façon plus pointue les emplois de « manus », on a eu recours à un outil permettant de travailler sur un corpus lemmatisé : Hyperbase.

Le texte intégré est celui du LASLA (Laboratoire d’Analyse Statistique des Langues Anciennes de l’Université de Liège) qui présente quelques différences avec celui de PHI. C’est la raison pour laquelle on trouve 56 fois « manus » dans un cas et 55 dans l’autre.

1. Premier constat par Voyant Tools : fréquence du mot

La liste des mots les plus fréquents sans « mots vides » permet d’observer une prédominance des noms, parmi lesquels « manus » est le plus employé.

Il figure sous plusieurs formes : « manus (20) » (nominatif, vocatif ou génitif singulier ou bien nominatif, vocatif ou accusatif pluriel), « manu (19) » auquel il faut ajouter une occurrence de « manuque » (ablatif singulier), « manibus (9) » (datif ou ablatif pluriel), « manum (7) » (accusatif singulier) figurent dans la liste des 59 mots les plus présents avec la liste de mots vides la plus large. Ni le datif singulier « manui », ni le génitif pluriel « manuum » ne se trouvent dans le texte. Au total, le mot apparaît donc 56 fois.

Dans ses différentes formes, « manus » est réparti sur l’ensemble de la pièce.


Le texte a été divisé en 12 segments car il compte 12 scènes, du moins selon la traduction française http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm, même si, ces scènes étant de longueurs différentes, un segment ne peut correspondre à l’une d’elles.

2. Premières hypothèses, par Voyant Tools : corrélation entre la main et la violence et emploi fréquent par Lycus

Dans l’outil de « Corrélation » entre les termes, il est expliqué que, pour la colonne « Corrélation (r) », des « scores voisins de 1 signifient que les fréquences des termes varient d’une façon synchronisée » et que, pour « Signification (p) », « il est courant qu’une signification de 0,05 ou moins soit le signe d’une corrélation forte ». La corrélation répondant le mieux à ces deux critères est : arma – manum, avec l’accusatif de « manus », les corrélations aux autres cas étant moindres.

Les courbes de tendances des deux mots confirment cette corrélation entre l’arme et la main, même si elle n’est pas parfaite.

Le segment 4 est celui où Lycus intervient le plus de fois, comme l’indique le nombre de « Ly », abréviation introduisant ses répliques (après la première intervention où son nom est en entier), par segment.

Or ce personnage incarne le tyran et la violence. Il ne serait pas étonnant qu’il emploie un langage guerrier. On peut émettre l’hypothèse d’une utilisation plus importante de « manus » par ce locuteur.

3. Premières analyses par Hyperbase: dans le corpus des tragédies à sujet grec de Sénèque

L’analyse par « Lemme » de l’ensemble de la tragédie, par rapport au corpus des pièces de Sénèque proposé dans Hyperbase1, fait apparaître ainsi « MANUS 1 » :

2,31 est un écart-réduit (qui mesure la probabilité que la distribution constatée soit le fruit du hasard). Cet écart étant supérieur à 2, il est significatif.

Des 9 pièces du corpus, seule Hercule sur l’Œta a un indice de spécificité supérieur et ce sont les 2 seules à avoir un indice supérieur à 2, donc avec un écart positif significatif : remarquons que ces 2 tragédies portent sur Hercule.
5 pièces, soit une petite majorité, ont un indice négatif.

Si en nombre d’occurrences, notre Hercule furieux est deuxième derrière Hercule sur l’Œta, avec 55 contre 81, il est premier en fréquence relative, avec une très petite différence de 66,6 % contre 66,49.

L’analyse par « Forme » donne le détail ci-contre.

Le datif-ablatif pluriel est particulièrement surreprésenté.
L’écart pour le nominatif singulier n’est même pas significatif.

4. Nombre d’occurrences par scène

La répartition par scène, bien commode mais pas dans le texte latin, a été effectuée à partir de la traduction française http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm.

Il faudrait pondérer ces chiffres en fonction de la longueur des scènes, très variable.

Ne comportant pourtant qu’une seule scène, l’acte V concentre la majorité d’occurrences du lemme, comme une forme de paroxysme.

Les 2 seules scènes où le lemme n’apparaît pas sont la première intervention du chœur (passage assez lyrique au sens courant, sur la vie et la mort, la sagesse du peuple) et II, 2 avec Amphitryon et Mégare. On est au début de la pièce (environ dans le premier tiers), avant l’arrivée d’Hercule (personnage qui prononce le plus de mots correspond à « manus », comme l’indiquera le tableau suivant).

Ce tableau est à corréler avec le suivant.

5. Nombre d’occurrences par personnage

Le nombre de mots est calculé à partir du travail d’une autre étudiante, Nadine Rakofsky, qui n’a pas utilisé le même texte, ce qui pourrait légèrement fausser les résultats.

* Des pourcentages d’emploi du lemme chez chaque personnage, c’est Amphitryon qui obtient le plus gros chiffre, le seul à dépasser 1 %. Quant à Hercule, il est à la 4ème position sur 7, soit au centre. Lycus est à la dernière place.

** Ces rangs sont identiques pour les écarts-réduits, même si aucun ne dépasse 2 et n’est donc vraiment significatif.

6. Infirmation de l’hypothèse sur Lycus

Ces résultats indiquent que, contrairement à l’hypothèse émise, le personnage qui emploie le moins le lemme « manus » est Lycus.

L’ensemble de ces résultats, plus précis, notamment quant à la répartition par scène, permet d’affiner ce qui avait été trouvé avec Voyant Tools, où il n’était pas possible de découper le texte par scène mais seulement par segments de longueur égale (on avait choisi 12 segments car le texte est constitué de 12 scènes, mais sans pouvoir faire coïncider un segment avec une scène). Il semble que le segment 4 où l’on avait remarqué la corrélation entre « manus » et « arma » corresponde à la scène II, 3 (7 occurrences du lemme). C’est bien une scène où Lycus est présent et parle (comme constaté dans le segment 4 de Voyant Tools) mais, attention, ce n’est pas lui qui emploie majoritairement des mots correspondant au lemme. Aux vers 341-342, il dit « rapta sed trepida manu / sceptra optinentur », traduit par « un sceptre usurpé tremble toujours dans la main qui le porte » sur http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/seneque/herculefurieux.htm. Il parle donc ici de sa situation à lui. Par contre, aux vers 469-470, il parle d’Hercule, dont il met en question la virilité, défendue par Amphitryon : «  laude qui notas manus / ad non uirilem tympani mouit sonum », traduit de manière peu fidèle par « qui tira de ses mains guerrières les sons efféminés des tambours de Phrygie ». La main sert donc à tenir un sceptre ou à jouer d’un instrument de musique. Dans aucun des deux cas elle n’est liée aux armes et à la guerre.

7. Place de manus dans le vers

Par ailleurs, on peut chercher si le lemme « manus » a tendance à occuper une place particulière dans le vers. La visualisation est la plus nette par l’option « CONCORDANCE », avec « Paragraphe » en « Choix du contexte ». En effet, il semble que l’outil informatique interprète chaque vers comme un paragraphe à cause du retour systématique à la ligne. Il faut toutefois se méfier car le nombre de mots proposés ne correspond pas toujours au vers complet.

Sur l’ensemble des résultats dont le début est présenté ci-dessus, on peut compter que, sur 55 occurrences, le lemme se trouve seulement 3 fois comme premier mot du vers et 40 fois comme dernier mot du vers.

Est-ce spécifique à l’Hercule furieux ou commun à tout le corpus des tragédies à sujet grec de Sénèque ?

Dans HF (Hercule furieux), 72,73 % (arrondi à 2 décimales) et dans le corpus complet, 29,84 % (arrondi) des occurrences du lemme « manus » se trouvent en fin de vers, soit, arrondi, 2,43 fois plus, c’est-à-dire plus du double, près de deux et demi fois plus.
L’écart-réduit est de 5,82 (arrondi à 2 décimales) : la différence ne peut être le fruit du hasard.

8. Corrélats

Hyperbase comporte également un outil appelé « Corrélats ». Voici la position du lemme « manus » parmi les 50 mots les plus fréquents de l’Hercule furieux.

On peut regarder par cadran. Le lemme « manus » se trouve avec les lemmes « possum » (verbe pouvoir), « natus » (né), « vinco » (vaincre), « noster » (notre) et, plus loin, « ipse » (en personne), « ille » (celui-ci) et « rex » (roi) ; ces trois derniers mots peuvent peut-être être rapprochés quant à leur signification si l’on tient compte de la possible valeur laudative de « ille » (propre à désigner un roi). En tout cas, « manus » est assez proche de « possum » et « vinco », qui marquent la puissance. Mais, le lemme n’est pas dans le même cadran que « scelus » (crime), « arma » (arme) ni « telum » (arme de jet), même si ce dernier est sur le trait entre les deux cadrans, donc à la limite. Il semblerait que « manus » soit lié à une forme peut-être de pouvoir mais pas (forcément) guerrier, même si c’est à nuancer à cause de « vinco » qui suppose un combat préalable. Il convient d’être prudent avec cette conclusion car « telum » est sur la ligne entre les deux cadrans et « scelus » et « arma » vraiment proches de celle-ci, donc pas si loin que ça de « manus ».
Les lemmes à gauche ont plutôt à voir avec ce qui est naturel (on peut relever « terra » (terre), « dies » (jour), « tellus » (terre) et « caelum » (ciel) en particulier) et à droite avec le pouvoir, tandis qu’en haut se trouve plutôt ce qui correspond au sentiment, à l’intériorité par différence avec ce qui est en bas.
« manus » n’est pas lié à « labor » (qui se trouve dans le cadran en bas à gauche) correspondant aux travaux d’Hercule, ni à la sauvagerie (on peut noter « saevus » (cruel), à gauche, tout en haut).

Conclusion

Le lemme « manus », contrairement à ce que l’on aurait pu croire, n’est pas lié à la violence.

En particulier, il est peu employé par Lycus, le personnage qui semble le plus violent, le moins respectueux de l’ordre établi et de la moralité (le seul qui est prêt, de sang froid, à tuer des innocents) ; dans les deux seuls occurrences où il prononce un mot correspondant au lemme, la main sert à tenir un sceptre ou à jouer d’un instrument de musique, non à frapper ou à utiliser une arme.

Ce lemme ne semble pas non plus particulièrement lié aux travaux d’Hercule.

Il se trouve plus à la fin de la pièce (même s’il apparaît dès le prologue).

Il est très majoritairement situé en fin de vers (pour plus de 70 % des occurrences et c’est d’autant plus remarquable que ce n’est pas le cas dans l’ensemble des tragédies de Sénèque). Pourquoi ? Comment interpréter ce constat ? Seule une analyse pointue directe du texte, au-delà des outils numériques, pourrait permettre de répondre à ces questions.


1« La base TRAGOEDIAE comprend l’ensemble des tragédies de Sénèque traitées par le LASLA – Laboratoire d’analyse statistique des langues anciennes de l’Université de Liège, disponibles au 1er mars 2017. » Ce corpus comprend les 9 tragédies à sujet grec attribuées traditionnellement à Sénèque  : Hercule furieux (Hercules furens), Thyeste (Thyestes), Les Troyennes (Troades), Agamemnon, Les Phéniciennes (Phoenissae), Hercule sur l’Œta (Hercules Oetaeus), Œdipe (Oedipus), Médée (Medea) et Phèdre(Phaedra). Octavia, tragédie prétexte, à l’authenticité d’ailleurs discutée, n’en fait pas partie.

Projet commun sur Hercule

Contexte : cours de master 1

Tous les billets de ce blog ayant comme étiquettes « projet personnel » et « Hercule » ont été rédigés par les étudiants de première année (du master d’humanités classiques et numériques, comme pour l’ensemble du site) de l’année 2018-2019. Ils constituent l’aboutissement du projet collaboratif d’analyse textuelle outillée du cours d’humanités numériques du second semestre, par Mme Denizot en collaboration avec M. Bortolussi.

Outils

Les étudiants ont pu apprendre à manier des outils, statistiques (moyenne, variance, écart-type, écart-réduit et chi carré) et, dans la continuité du cours d’humanités numériques du premier semestre, numériques. Certains de ces derniers avaient déjà été présentés sur ce blog, au premier semestre (seuls les liens vers les billets de 2018 sont donnés ci-dessous, mais les travaux des années antérieures sont également toujours en ligne).

Pour le latin, PHI Latin Texts (cf. billets des 14.10.18, 16.10.18 et 22.10.18) est une banque en ligne gratuite de textes latins, libres de droits. Le site permet de trouver toutes les occurrences d’un mot ou d’une partie de mot dans un corpus (un auteur ou une œuvre), en le situant dans son contexte, et de visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.

Pour le grec, le TLGThesaurus Linguae Graecae : « A Digital Library of Greek Literature » – (cf. billets des 19.10.18 et 21.10.18) est payant (accessible notamment par la B.U. de l’Université de Nanterre) mais offre plus d’outils d’analyse textuelle et, surtout, des textes lemmatisés (avec des lemmes regroupant toutes les formes d’un mot, par exemple, pour un nom, singulier/pluriel et les différents cas).

Perseus (cf. billets du 19.10.18 et, pour la nouvelle plateforme, Scaife Viewer, du 08.12.18) permet d’accéder à une édition scientifique des textes grecs ou latins en version originale mais aussi en traduction anglaise, avec une analyse du vocabulaire, notamment statistique, des références et des notes. Il est possible de chercher par mot. Comme PHI Latin Texts, le site est en anglais.

Voyant Tools, open source, est un outil d’analyse de texte qui ne contient pas de corpus, mais permet notamment d’obtenir facilement des graphiques. Il est présenté comme « a web-based text reading and analysis environment ». Il n’est pas possible de travailler sur un lemme.

Hyperbase, autre outil d’analyse, propose, lui, des corpus et permet d’utiliser des lemmes. Selon sa présentation en page d’accueil, il « combine deux types de fonctions, documentaires et statistiques, qui permettent à l’analyste de décrire, caractériser, classer et interpréter les textes ».

Méthodes

Il existe deux logiques d’analyse d’un corpus avec ces outils numériques. En « corpus-based », on teste une hypothèse, formulée préalablement par une lecture non outillée du texte. Au contraire, en « corpus-driven », on commence par une analyse numérique des données du texte, afin de formuler une hypothèse à tester ensuite.

Corpus

Le corpus était constitué de deux œuvres similaires à comparer, l’une en grec et l’autre en latin : les tragédies Héraclès d’Euripide et Hercule furieux de Sénèque, qui s’en inspire.

Une étudiante du groupe, Nadine Rakofsky, a été chargée de faire le plan des deux pièces. Son travail est disponible en ligne sur ce blog, dans les billets « Plan: l’Hercule Furieux de Sénèque » et « Plan: l’Hercule Furieux d’Euripide ».

Les éditions imprimées ou numériques des deux textes sont assez nombreuses mais présentent des variantes. En particulier, chez Sénèque, certaines répliques sont attribuées à des personnages différents. Comme la difficulté n’a pas été repérée immédiatement, les étudiants ont travaillé sur des textes différents, ce qui fausse légèrement certains résultats.

Billets réalisés

Voici les liens vers les différents billets publiés à l’issu du projet.

L’emploi de « Manus » dans l’Hercule furieux de Sénèque
par Sandrine Rieu

Une première analyse du texte par Voyant Tools a permis de repérer la surreprésentation de « manus » (main) et d’émettre les hypothèses d’une corrélation entre la main et la violence et d’un emploi fréquent du lemme par l’un des personnages (Lycus). Une analyse plus poussée par hyperbase a cherché à valider ou infirmer ces pistes et a permis de compléter les observations (notamment sur la place du lemme dans le vers).

Le personnage de Mégare chez Euripide et chez Sénèque

Ce travail thématique met en lien l’Hercule furieux de Sénèque et l’Hercule furieux d’Euripide. Il a été mené en collaboration entre Nadine Rakofsky (pour la partie grecque) et Constance Détroyat (pour la partie latine). C’est suite à une première analyse du texte de Sénèque via Perseus qu’il est apparu qu’il semblait y avoir une grande concentration de négations dans la scène qui opposait Lycus et Mégare, scène qui n’existe pas chez Euripide (étude corpus-driven, donc). Cet élément nous a poussées à faire une étude de l’usage des négations pour le personnage de Mégare, à la fois chez Sénèque et chez Euripide. Nous avons ensuite tenté de voir par le recensement des lemmes les plus courants s’il était possible de dégager des thématiques  propres à Mégare chez Euripide et chez Sénèque. Ce travail a permis d’aboutir à une intéressante caractérisation du personnage de Mégare, à la fois chez Euripide et chez Sénèque. 

Le vocabulaire de la maison dans l’Héraclès d’Euripide
par Sarah Muller

Une première approche corpus-driven de l’Héraclès d’Euripide ayant révélé la fréquence des lemmes δόμος et δῶμα, leurs occurrences et cooccurrences ont été étudiées afin de repérer un emploi du vocabulaire de la maison spécifique à Héraclès ou à la tragédie classique, notamment en rapport avec la représentation théâtrale et la désignation de la skênê.

La nécessité dans l’Hercule furieux d’Euripide et de Sénèque
par Kévin FRAIR

Une première approche « corpus-based » a permis de soulever l’hypothèse selon laquelle la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement le corpus, avec notamment la récurrence remarquée de l’impersonnel χρή  chez Euripide.  Une approche « corpus-driven »  a cherché à confirmer cette hypothèse.

L’analyse de l’ombre et la lumière dans l’Hercule furieux de Sénèque
par Paul Beaumarchais et Julien Matteï

À travers l’alternance jour/nuit qui traverse la pièce, il est possible de s’interroger sur la place et le rôle de l’ombre et de la lumière.  L’étude a notamment été menée avec le logiciel TXM.

Présentation de PHI Classical Latin Texts

Sommaire
1. Présentation générale
2. Accès et droits
3. Origine et financement
4. Langues
5. Design et ergonomie
6. Formats des textes
7. Description du site : le corpus
8. Description du site : les recherches
9. Conclusion : public et usages

1. Présentation générale

PHI Classical Latin Texts est une banque en ligne gratuite de textes latins, libres de droits parce qu’issus d’éditions tombées dans le domaine public.

2. Accès et droits

La page d’accueil, http://latin.packhum.org/index, uniquement en anglais, demande d’accepter une licence “Fair Use” pour un usage privé uniquement.

3. Origine et financement

On aura déjà compris que le site est américain.

La page d’accueil indique que la ressource est proposée par “The Packard Humanities Institute” auquel il est possible d’écrire. Mais, aucune explication sur cette organisation n’est fournie, ni dans cette page, ni dans le reste du site.
A l’intérieur du site, “About” explique que les textes étaient auparavant disponibles sur un CD-ROM.

Le site de The Packard Humanities Institute explique qu’il s’agit d’une association à but non lucratif américaine, qui mène des actions dans les domaines de l’archéologie, de la musique, de la conservation des films et des archives historiques. La page d’accueil indique également que la majorité de ses fonds vient de la société HP, tout en revendiquant son indépendance1.

4. Langues

Outre le latin pour les textes, la seule langue est l’anglais (américain). Je n’ai trouvé aucune possibilité d’avoir les explications dans une quelconque autre langue.

5. Design et ergonomie

Le site est caractérisé graphiquement par une très grande sobriété.
Il ne comporte aucune illustration.
Les textes sont en gris foncé avec les noms des auteurs et les titres en bleu, sur un fond bleu pâle, entouré d’un fond jaune paille2.
Aucune surcharge ne peut perturber la lecture. Outre son contenu particulier, la page ne comprend qu’un bandeau de liens en haut.

Concernant le texte, on peut noter que la page web ne correspond pas à celle du livre imprimé. Par exemple, pour De rerum natura de Lucrèce, l’ensemble du texte est découpé par livre, c’est-à-dire que s’affiche sur une même page web (avec l’ascenseur, évidemment) tout un livre, soit plus de mille vers (jusqu’à 1457 pour le livre V).
Par contre, les repères de vers de l’édition imprimée sont reportés avec le texte.
Il n’existe aucun outil de recherche à l’intérieur de la page web. Mais, il est bien sûr possible d’utiliser ctrl+F.
Il existe tout de même un glossaire (latin-anglais), accessible par le lien “PHI Latin Texts” en haut à droite, mais uniquement sur les pages de textes. Sur les autres pages, le même lien renvoie à l’accueil. Cet outil n’est pas indiqué dans “About” et je ne l’ai trouvé présenté nulle part dans le site. Son fond est gris clair et le texte écrit dans le même gris foncé ou noir que les textes des auteurs.

6. Formats des textes

Chaque texte peut être affiché en Unicode ou Betacode.
Pour passer de l’un à l’autre, il suffit de cliquer sur un lien explicite en haut à droite de la page de texte.

7. Description du site : le corpus

Il est écrit sur “About” :
“This website contains essentially all Latin literary texts written before A.D. 200, as well as some texts selected from later antiquity.”


La première page, lorsque l’on a cliqué pour accepter la licence, est intitulée “Authors” et affiche, comme son nom l’indique, la liste des auteurs.

L’ordre est alphabétique, mais selon le nom dans lequel l’auteur est connu de nos jours, le nomen ou le cognomen. Par exemple, Cicéron est classé à Cicero (Marcus Tullius Cicero) mais Lucrèce à Lucretius (Titus Lucretius Carus).
La liste comporte également des œuvres anonymes.

En cliquant sur un nom, on obtient la liste de ses écrits disponibles dans le site, avec l’abréviation du nom de l’auteur et de chacun de ses ouvrages (utile pour la recherche, voir le point 8).

Exemple de Lucrèce.

En passant la souris sur un titre, on peut connaître l’édition d’où est tiré le texte.

Pour accéder à l’un des textes, il suffit de cliquer sur son titre.

En cliquant sur le nom de l’auteur, s’ouvre le canon, liste complète avec les références précises.

Lucrèce et les auteurs qui le suivent immédiatement dans le “Canon of Classical Latin Authors and Works” (URL : http://latin.packhum.org/canon#a550).

8. Description du site : les recherches

Les abréviations et références sous forme de nombres indiquées dans ce canon sont utiles pour la recherche.
Par exemple, pour chercher dans le De rerum natura de Lucrèce, il suffit d’écrire “[Lucr:DRN]”.

La particularité de l’outil est de chercher sur des ensembles de lettres et non des mots complets, ce qui permet de connaître les occurrences de plusieurs mots comportant une racine commune.

Le premier onglet de recherche est intitulé “Word Search” et sa présentation détaillée est accessible à partir de About. Un rappel des opérateurs et de l’utilisation des abréviations est disponible directement à partir de la page de recherche.

La recherche (http://latin.packhum.org/search).
Exemple de recherche : “Venus” dans De rerum natura de Lucrèce.

En cliquant sur les petites barres bleues à droite du nombre de résultats, entourées en vert dans l’image ci-dessus, on peut visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.
Il est possible de classer les résultats par auteur ou bien par nombre d’occurrences ou par pourcentage.

Exemple de statistique : “Venus”.

Le second onglet de recherche est appelé “Concordance” et est également expliqué à partir de About. La différence tient dans la présentation des résultats, qui permet de situer le(s) mot(s) dans son(leur) contexte.

Exemple de liste de concordance : “Venus” dans De rerum natura de Lucrèce.

9. Conclusion : public et usages

Un site qui, d’une part, ne propose que le texte antique, sans aucune traduction ni aide de lecture (à l’exemption du glossaire latin-anglais, même pas signalé dans la présentation et dont je n’ai pas trouvé l’auteur), et, d’autre part, permet des recherches lexicales pointues, s’adresse évidemment aux chercheurs et étudiants et non au grand public, même à des personnes qui étudieraient le latin.
Rien n’étant prévu pour exporter ni imprimer le texte (qu’il est évidemment possible de copier-coller), l’intérêt3 du site ne me semble pas résider dans l’accès aux textes, disponibles dans d’autres banques, mais dans les outils de recherche lexicale.
Ceux-ci semblent performants et utiles pour ceux qui, comme nous en master, ont un mémoire à préparer sur des textes antiques. Existe-t-il l’équivalent pour le grec ancien et le latin médiéval (dont le site Classical Latin Texts ne contient que quelques auteurs) ?

Notes

1. Une étudiante du master des années précédentes a développé ce point dans un billet au style très différent du mien : A la découverte du PHI – Latin Texts publié le 4 novembre 2015.

2. Je m’étendrai pas plus sur le visuel car il semble que les couleurs puissent différer d’un écran à l’autre : l’un de mes prédécesseurs a vu le fond rose (Commentaires sur la bibliothèque “PHI latin classical texts” publié le 13 novembre 2017) tandis que pour un autre “l’aspect des textes […] évoque le papyrus”, ce qui me laisse supposer qu’il a vu comme moi le fond jaune clair (Commentaires sur le site PHI Classical Latin Texts publié le 23 novembre 2015).

3. L’intérêt du site a même été mis en doute par une étudiante d’une année antérieure (De l’utilité du PHI publié le 9 décembre 2014). Je partage ses analyses mais pas sa conclusion : il me semble que les sites sont complémentaires et non “concurrents”.

Premier billet

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sandrine Rieu et je viens du même monde que la personne qui se prénomme Nadine et a publié son billet le 25 septembre.

J’ai utilisé pour la première fois un traitement de texte sur ordinateur pour mon mémoire de maîtrise, en philosophie, voilà plus de 20 ans.  Je garde encore au fond d’un placard, comme un précieux souvenir, ma machine à écrire… électronique, tout de même ! Si j’arrive à trouver des cartouches, elle fonctionne encore.

Les étudiants que j’ai vus de dos dans les vidéos de cours semblent en âge d’avoir été mes élèves, car je travaille à l’Education nationale. Je suis professeur documentaliste. Je m’occupe du CDI (bibliothèque, pour ceux qui ne connaîtraient pas le système éducatif français) d’un lycée, où je suis en poste pour la quatorzième année. J’aurai peut-être l’occasion de faire bénéficier mes élèves d’une partie des connaissances que je vais acquérir dans ce master.

Rassurez-vous : les livres de mon CDI sont moins antiques !
(Image de https://pixabay.com, CC0, libre de droits et sans attribution requise.)

Passionnée par la civilisation antique, en particulier romaine, je cherchais depuis longtemps un moyen de développer mes connaissances dans ce domaine. Mais, je n’ai malheureusement pas le niveau en grec ancien pour des études de lettres classiques. La souplesse de la structure du master “Humanités classiques et humanités numériques” m’a permis de ne choisir que des enseignements en latin. J’ai, surtout, été séduite par l’alliance de l’Antiquité et de la modernité dans une perspective historique à long terme. Dans un monde qui semble souvent axé sur la rapidité et l’innovation sans recul réflexif, l‘esprit critique (constructif, évidemment) me semble essentiel. En tout cas, ce master, à la pointe de la technologie mais ancré dans la tradition, prouve que les langues anciennes ne sont pas mortes et que ceux qui les pratiquent ne sont pas des dinosaures poussiéreux !

Je sais qu’il me sera difficile de trouver le temps de concilier études et travail à temps plein (et j’ai déjà du retard !). Mais, si je parviens simplement à visionner les vidéos de cours, j’aurai atteint mon objectif principal : m’enrichir intellectuellement. Les examens (pour lesquels je ne suis même pas certaine de pouvoir me libérer) constitueront juste un challenge supplémentaire… et me donneront l’illusion d’avoir 20 ans ! Mais, telle que je me connais, je vais stresser quand même… par habitude.