le vocabulaire de la maison dans l’Héraclès d’Euripide

Parmi les termes dont la première approche corpus-driven avait révélé la fréquence particulière et qu’il nous paraissait intéressant d’aborder, j’ai choisi de travailler sur δόμος et δῶμα, deux mots quasiment synonymes, signifiant la maison. Je me suis demandé si l’étude de ces mots pouvait nous renseigner sur la représentation (performance) et si l’emploi était caractéristique et spécifique : que représente la maison dans cette tragédie précisément, dans ce mythe ou dans la tragédie en particulier ? Plusieurs hypothèses pouvaient être envisagées : la maison pouvait être une représentation du domaine privé par rapport au domaine public (en ce concentrant sur l’aspect politique de la tragédie), mais également une représentation de la stabilité face à Héraclès (qui est une figure mythologique de mouvement et de transition, d’initiation et d’errance), une représentation du pouvoir politique (le palais), ou une évocation de la mise en scène.

Afin de tester ces hypothèses, j’ai utilisé trois outils :

Hyperbase, qui permet une analyse à l’intérieur de bases, soit à partir de lemmes ou de mots choisis, soit à partir d’outils de découverte, et qui présente l’avantage notamment de nous informer sur les cooccurrences d’un lemme dans une base,

le Thesaurus Linguae Grecae, un corpus très vaste de textes grecs également lemmatisé, qui présente surtout l’avantage d’être constamment enrichi par de nouveaux textes

et Voyant Tools qui permet de charger un texte et de l’analyser grâce à de très nombreux outils, mais qui malheureusement ne propose pas une analyse lemmatisée.

Δῶμα

La simple recherche du lemme δῶμα avec l’outil Distribution d’Hyperbase nous permet de constater qu’il est particulièrement utilisé dans Héraclès. Par rapport au corpus de la base Euripide, (composé des pièces non fragmentaires d’Euripide) son indice de spécificité est de 2,6, il est donc significatif, puisqu’il est supérieur à 2 : il y a moins de 5% de chances que cette répartition soit le fruit du hasard. On peut remarquer qu’à l’inverse, le lemme est sous-représenté dans la tragédie des Héraclides.

graphique représentant la distribution du lemme δῶμα dans les différentes pièces d'Euripide.

Nous étudions donc ses occurrences dans la tragédie (toujours en utilisant la base Euripide dans Hyperbase).

ἐν
δώμασινv.44
Λύκον περῶντα τῶνδε
δωμάτωνπέλαςv.139
ὀφείλομεν γάρ πολλά
δώμασινκαλάv.287
δώματ᾽οὐ παρόντος .v.435
πρό
δωμάτωνv.525
γύναι τί καινόν ἦλθε
δώμασινχρέος .v.530
καί δός πατρῴοιςδώμασινσόν ὄμμ᾽ ἰδεῖν .v.600
ἦλθες γάρ ὄντωςδώματ᾽εἰς Ἅιδου τέκνον .v.610
μή χρυσοῦ
δώματαπλήρηv.645
θνατῶν
δώματακαί πόλειςv.652
αὐτήν κἀκκόμιζε κἀκκόμιζεδωμάτωνv.720
γεραιοί καί τά
δωμάτωνἔσωv.747
Μουσᾶν θ᾽ Ἑλικωνιάδων
δώματαv.791
Πλούτωνοςδῶμαλιπών νέρτερον .v.808
ἑνός δ᾽ ἐπ᾽ ἀνδρός
δώματασυστρατεύομενv.825
θύελλα σείει
δῶμασυμπίπτει στέγη .v.905
ἐξέβαλε τῶνδεδωμάτωνἩρακλέηςv.924
ἥκειν ἔφασκεδωμάτωντ᾽ ἔσω βεβώςv.955
φυγάν φυγάν γέροντες ἀποπρό

δωμάτωνv.1081
παιδοκτονήσας
δῶμαθριγκῶσαι κακοῖς .v.1280

La répartition entre les personnages se fait ainsi :

chœur   8
Amphitryon   4
Héraclès   3
le messager   2
Lycos   1
Mégare   1
Iris   1

Deux personnages n’utilisent pas le lemme : Thésée et Lyssa.

Le lemme est principalement utilisé au génitif (7 occurrences), et à l’accusatif (4 accusatifs pluriels et 3 accusatifs singulier). On trouve également 4 occurrences au datif. Nous pouvons émettre l’hypothèse que ces cas sont gouvernés par des prépositions ou par des verbes de mouvements, ce qui pourrait être en lien avec l’aspect physique et scénique de la δῶμα. Il y a une occurrence au nominatif et une au vocatif. Ces deux derniers cas sont assez inattendus, surtout le vocatif : il s’agit probablement d’une personnification de δῶμα : il s’agit d’une invocation de la demeure des Muses de l’Hélicon (au vers 791), qui est invitée à chanter la gloire de la cité.

À partir de la simple lecture des vers concernés, j’ai cru pouvoir distinguer plusieurs emplois du lemme :

Premièrement, l’élément du décor : on sait qu’à l’époque classique, il y a eu une évolution de la mise en scène tragique. La skene, baraque de bois construite pour la durée du concours et dans laquelle les acteurs se changent, dans laquelle on entrepose les costumes (un équivalent de nos coulisses), est petit-à-petit devenue un élément du décor de la tragédie, représentant généralement un palais ou un temple devant lequel évoluent les personnages. Dans Héraclès, il semble que ce soit le palais d’Héraclès qui soit représenté. Au vers 138, le chœur : « Mais je vois ce Lycos qui est à côté de la maison » renvoie à une situation précise qui se déroule sur scène, désignant le personnage Lycos devant l’élément connu : la maison/le palais. Les démonstratifs et les prépositions employés avec δῶμα prouvent cet emploi, qui est cependant fréquent dans la tragédie classique.

Un deuxième emploi de δῶμα serait l’emploi symbolique, la maison comme représentation de la famille d’un individu : au vers 530, Héraclès demande : « Femme, quel nouveau malheur est venu dans la maison ? ».

Enfin, un troisième emploi concernerait des maisons qui ne sont pas représentées sur scène, comme le palais d’Hadès (vers 610) ou les demeures des muses de l’Hélicon (vers 791). Ce sont des demeures célèbres dont l’évocation ne nécessite pas de représentation.

En utilisant l’outil Thème d’Hyperbase, on peut étudier de plus près les cooccurrents du lemme δῶμα

schéma des lemmes cooccurrents de δῶμα produit par Hyperbase grâce à l'outil Thème
cooccurrents ayant un indice de spécificité supérieur à 2,5. Le corpus est celui des tragédies d’Euripide.

Concernant le lemme φυγή, il convient de remarquer qu’il est doublé dans le vers : φυγὰν φυγὰν γέροντες ἀποπρὸ δωμάτων. Cela fausse donc son indice de spécificité, puisque sa fréquence est doublée mais c’est le même emploi.

Τὰ ἔσω : à l’intérieur est employé deux fois avec le génitif δωμάτων : à l’intérieur de la maison.

Le verbe λείπω a pour sujet Héraclès dans ses deux occurrences, au vers 44 c’est Amphitryon qu’il laisse dans cette maison, tandis qu’au vers 808 c’est la demeure infernale d’Hadès qu’il a quittée. Ces différents mouvements en fonction de la δῶμα gouvernent bien les cas que nous avions évoqués plus haut.

Le verbe ἐκκομίζω est employé par Lycos : « fais-la sortir de la maison ».

Le vers 905 regroupe plusieurs cooccurrents de cette liste : θύελλα σείει δῶμα, συμπίπτει στέγη « une tempête ébranle la maison, le toit s’écroule ». Ce vers est précédé de l’impératif ἰδού ἰδού : regarde ! regarde ! Cependant, le chœur ne désigne probablement pas quelque chose qui peut être vu par les spectateurs, puisqu’une tempête est difficilement représentable sur scène. Nous avons ici un exemple de l’illusion théâtrale telle qu’elle était convenue à Athènes dans la tragédie classique : e vers associe un élément visible du décor (δῶμα) avec l’évocation de quelque chose d’invisible que le spectateur consent à imaginer. Dans notre conception moderne et réaliste du spectacle, notamment depuis le cinéma, il me semble qu’il est plus compliqué de dire « regarde ! une tempête ébranle la maison » tout en représentant une maison statique, sans que le décor n’en soit affecté, les conventions de l’illusion théâtrale n’étant plus les mêmes. Ici cependant, le simple fait de l’évoquer devait permettre aux spectateurs de l’imaginer.

En cherchant le lemme θύελλα sur le TLG, on trouve trois autres occurrences dans les tragédies d’Euripide[1] : dans le Cyclope, il s’agit d’une véritable tempête qui est évoquée par le personnage qui l’a vécue, dans les Suppliantes c’est la volonté de disparaître dans la tempête, très proche de la volonté de jeter les bandeaux sacrés à la tempête dans les Bacchantes. Dans les trois pièces, ce sont donc des tempêtes qui ont lieu dans un autre temps, passé ou futur hypothétique, mais qui ne sont pas représentées sur scène.

J’ai été étonnée de trouver πλούτων dans cette liste de cooccurrents les plus spécifiques : l’expression δῶμα πλούτωνος semble en effet pratique pour désigner la demeure d’Hadès. Cependant, en cherchant sur le TLG avec l’outil Text Search/Proximity les lemmes δῶμα et Πλούτων, on obtient pour unique résultat le vers 808 d’Héraclès.

Capture d'écran: recherche dans le TLG Proximity lemmes δῶμα et Πλούτων à 20 mots de distance. Seul résultat: Euripide, Hercules, v.808

Ces outils nous ont donc permis de constater que si l’emploi de démonstratif ou de préposition n’est pas spécifique à Héraclès, certaines expressions qui à la lecture ne paraissent pas originales sont pourtant spécifiques. Ils permettent également de faire ressortir un emploi particulièrement intéressant, qui concerne la tempête.

δόμος

Les sens de δόμος se rapprochent de ceux de δῶμα : ils peuvent tous deux désigner une demeure, un palais, une maison et dans la tragédie, la famille. Le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Chantraîne nous indique cependant sous δόμος : « à l’origine, terme d’institution sociale. » et insiste également sur l’aspect de construction de δόμος tandis que δῶμα renvoie plus selon lui à l’étendue d’un palais ou d’une demeure.

Δόμος est très employé dans cette tragédie. En utilisant Vocabulary tools sur le TLG, on constate qu’il apparaît à la 21e place des lemmes les plus utilisés dans Héraclès. Δῶμα est en 32e place.

<img src="https://classnum.hypotheses.org/files/2019/05/domos-vocabulary-tools.png" alt="liste de lemmes les plus fréquents sur le TLG dans Héraclès: δόμος à la 21e place, δῶμα à la 32e place.” class=”wp-image-4524″/>

Cependant, cet emploi n’a pas un indice de spécificité pertinent :

graphique représentant la répartition du lemme δόμος dans les pièces d'Euripide

L’outil Distribution d’Hyperbase nous apprend que son indice de spécificité est de -0,8 dans Héraclès. Il n’est donc ni surreprésenté, ni sous-représenté. Il nous a cependant paru intéressant de l’étudier, afin de pouvoir comparer ses emplois avec ceux de δῶμα. De plus, il n’est peut-être pas surreprésenté par rapport au corpus euripidéen, mais qu’en est-il par rapport aux autres tragiques ou aux auteurs grecs contemporains ?

Réutilisons pour cela le TLG, qui nous offre un corpus très large.

graphique répartition du lemme δόμος par auteurs TLG
0006=Euripide, 5023=scholies à Euripide, 0012=Homère, 0085=Eschyle, 5026=scholies à Homère, 5010=scholies à Eschyle, 7052=anthologie grecque appendix, 0011=Sophocles, 7000=anthologie grecque, 2022=Grégoire de Nazianze, 0001=Apollius de Rhodes, 0008=Athénée, 5034=scholies à Pindare, 5014=scholies à Aristophane, 2046=Quintus, 5037=scholies à Sophocle, 0579=Orphica, 1738=tragica adespota, 0020=Hésiode, 0033=Pindare.

On voit qu’Euripide figure en première place et que les trois tragiques font partie de la liste des plus représentés. Cependant, bien que ce graphique nous montre la part surreprésentée et la part attendue, il classe les auteurs selon le nombre d’occurrences du lemme et non selon l’écart-réduit. On a toutes les données pour le calculer : les données en bleu sont l’écart entre l’effectif réel et l’effectif théorique et les données en ocre sont l’effectif théorique.[2] Nous obtenons ces écarts réduits :

Euripide 260,054161
scholies à Euripide 63,05926251
Homère 52,53706175
Eschyle 98,28784258
scholies à Homère 14,18881886
scholies à Eschyle 30,6740933
appendix anthologie grecque 46,18802154
Sophocle 55,86143571
anthologie grecque 26,83281573
Grégoire de Nazianze 13,03545461
Apollonios de Rhodes 46
Athénée 6,933752453
scholies à Pindare 7,90569415
scholies à Aristophane 1,224744871
Quintus 15,55634919
scholies à Sophocle 7,348469228
Orphica 22
Tragica adespota 21
Hésiode 20
Pindare 20

On peut mettre ces nouvelles données sous forme de graphique, pour comparer avec celui du TLG. J’ai ici conservé l’ordre du graphique du TLG, et on peut constater que ce n’est pas le même classement. Cependant, Euripide est largement en tête, avec un écart-réduit très élevé.

graphique des écarts-réduits

Si le grand nombre d’occurrences du lemme δόμος dans Héraclès ne sera pas forcément intéressant par rapport aux autres œuvres d’Euripide, il est donc significatif en comparaison avec les autres auteurs.

Voici donc les occurrences du lemme δόμος dans Héraclès, classées par cas.

liste des occurrences du lemme δόμος dans Héraclès classés par vers

On trouve 6 occurrences au génitif pluriel, 11 occurrences à l’accusatif pluriel, 1 au génitif singulier, 2 à l’accusatif singulier, 6 au datif pluriel et une au vocatif pluriel. Ce sont donc principalement le génitif et l’accusatif qui sont utilisés, comme pour δῶμα, puis le datif. On pourra probablement faire la même hypothèse concernant ces cas.

Il m’a semblé qu’il y avait également un emploi pour la mise en scène, un sens symbolique (« j’ai ruiné honteusement ma maison » au vers 1423), une évocation d’autres demeures (demeures d’Hadès au vers 117, d’Atlas au vers 405).

À la lecture des vers concernés apparaît également une certaine confusion entre le palais comme lieu statique d’habitation et de famille et le palais comme représentation du pouvoir (« mon palais » dit Amphytrion au vers 12, « le palais du nouveau tyran » au vers 566, et le « palais d’Héraclès » au vers 873 représentent le même palais, celui qui est représenté par la skené).

Il y a moins de démonstratifs qu’avec δῶμα, cependant les prépositions indiquent bien que δόμος est un repère scénographique : devant notre palais au vers 54, dans le palais au vers 622, sur le palais au vers 817…

Les datifs qui indiquent généralement ce qu’il se passe dans le palais peuvent permettre de décrire une situation qui a lieu à l’intérieur et qu’on ne voit pas. Scéniquement en effet, tout le meurtre des enfants n’est pas montré, il est seulement décrit par le chœur et par le messager. Notamment, deux occurrences dans la partie du chœur m’ont semblé dignes d’intérêt, qui se trouvent aux vers 752 et 898, la première évoque les lamentations de Lycos agonisant : « Un chant qui m’est agréable à entendre commence dans le palais » et la deuxième la folie d’Héraclès « Lyssa va lancer la bacchanale dans le palais ». Il est intéressant de constater que ce sont des évocations chorales (chant ou danse). La première est évidente, la deuxième se comprend par son contexte : toute la folie est comparée par le chœur à une danse en musique pour Bromios (épithète de Dionysos particulièrement liée au caractère bruyant du dieu). On peut imaginer que le chœur décrit ce que les spectateurs ne voient pas mais entendent.  

Avec Voyant Tools, on peut regarder la fréquence d’une forme par partie. L’outil divise le texte en 10 parties égales. La pièce comportant 1401 vers, ce sont donc des parties d’environ 140 vers.

schéma représentant la fréquence relative de δόμ* en 10 segments égaux d'Hercule Furieux

Il apparaît clairement que le lemme est surreprésenté dans la partie centrale de l’œuvre, des vers 560 à 980, c’est-à-dire depuis l’arrivée d’Héraclès jusqu’au récit par le messager de la mort du premier fils.

Nous pouvons également mettre en regard les emplois de δόμος avec le plan détaillé que Nadine a gracieusement mis à notre disposition. Les numéros de vers correspondent aux découpages de Nadine.

1-59 : 2 occurrences, une au début liée au passé (vers le palais) et une à la fin liée à la situation actuelle (devant le palais)

60-106 : aucune occurrence

107-139 : 1 occurrence (Maison d’Hadès)

140-251 : 1 occurrence, à la fin (menace de Lycos envers la domos du chœur)

252-274 : aucune occurrence

275-311 : 1 occurrence (Mégare demande que Lycos lui ouvre le palais)

312-315 : aucune occurrence

316-347 : aucune occurrence

348-450 : 1 occurrence (Maison d’Atlas)

451-522 : 1 occurrence (Mégare évoque la domos d’Eurysthée)

523-637 : 5 occurrences de δόμος dans cette partie (certes longue)

638-700 : aucune occurrence

701-734 : 1 occurrence (Lycos demande à Mégare de sortir du palais)

735-814 : 1 occurrence

815-874  4 occurrences (en comptant le chœur qui annonce l’arrivée d’Iris et Lyssa juste avant)

875-909 : 3 occurrences

910-1015 : 2 occurrences

1016-1087 : 1 occurrence (description de la maison qui s’ouvre

1088-1162 : aucune occurrence

1163-1346 : 1 occurrence (Thésée donnera une maison à Héraclès)

1347-1428 : 2 occurrences (Héraclès évoque la domos du passé)

Étude des cooccurrents de δόμος dans Héraclès

schéma des cooccurrents de δόμος dans Héraclès
tableaux classant les cooccurrents de δόμος dans Héraclès selon leur indice de spécificité

Parmi les cooccurrents aux indices de spécificité les plus élevés, ἐν pourrait concorder avec les descriptions de ce qu’il se passe à l’intérieur du palais et qui est invisible aux spectateurs. Cependant, en étudiant de plus près ces emplois, seul le vers 752 du chœur répond réellement à cette attente.

On trouve des verbes de mouvements qui ne nous étonnent pas forcément, puisque la maison est un lieu figé vers lequel on peut aller ou dont on peut sortir.

Enfin, il m’a semblé intéressant de mettre en parallèle καταρρήγνυμι (au vers 864) et κατασκάπτω (au vers 566). Les deux verbes sont employés au futur, la première fois par Héraclès et la deuxième fois par Lyssa. Bien que ce soit la même δόμος qui soit mise en danger, Héraclès n’en a pas conscience, c’est l’ironie tragique. Il renverse le palais, c’est-à-dire le pouvoir, de Lycos, mais son propre palais va être renversé. Or, sur la scène, c’est le même palais dans lequel ont lieu les meurtres.

Conclusion :

Les outils Hyperbase, Voyant Tools et TLG nous ont permis d’affirmer la spécificité des lemmes δῶμα et δόμος, l’un dans Héraclès en particulier, l’autre dans le corpus euripidéen. La polysémie de ces deux synonymes nous apparaît plus clairement grâce à l’étude des cooccurrents. Petit à petit, j’ai centré mon étude sur la question de la désignation de la skené par domos ou par dôma, peut-être en laissant de côté les références au palais d’Hadès ou au sens figuré de domos, plus par manque de temps que parce que les outils numériques m’y astreignaient. Ces outils nous aiguillent vers plusieurs pistes de réflexion et nous permettent de tester certaines hypothèses, cependant l’interprétation reste ouverte. Comment expliquer par exemple que δόμος soit particulièrement présent au centre de l’œuvre ? Peut-on supposer qu’il existait dans la mise en scène une insistance sur ce qu’il se passait dans la skené, des bruits qui en sortaient, ou même de la musique ? Il serait également intéressant de comparer avec une autre tragédie : si la skené représente un temple, sa désignation n’aura pas les mêmes symboliques par exemple. Tant de pistes que la présente étude n’a pas vocation à explorer mais dont une partie a peut-être pu être dévoilée par elle.


[1] Je laisse de côté l’occurrence de θύελλα dans la Mélanippe philosophe, fragmentaire, qui nous rappelle bien entendu que notre corpus ne peut qu’être limité aux œuvres connues d’Euripide. La base Euripide d’Hyperbase n’intègre d’ailleurs pas les fragments.

[2] Nous nous souviendrons cependant que les effectifs théoriques sont calculés en fonction de la moyenne de tout le corpus, ce qui est un peu problématique dans le cas du TLG car le corpus est très vaste. Le lemme apparaît par exemple 330 fois au 12e siècle, dans des textes qui sont difficiles à comparer avec celui qui nous intéresse…

Thesaurus Linguae Grecae

Le site Thesaureus Linguae Grecae fait partie de ces outils qui sont si complets qu’on a toujours l’impression de pouvoir en découvrir d’autres aspects.
Son corpus ne cesse d’être enrichi; on peut avoir un aperçu du rythme de numérisation en cliquant sur “News and Updates” à partir de la page d’accueil du site. Le projet, mené par l’Université de Californie à Irvine, vise à numériser toute oeuvre en grec ancien, depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople.
Mais le site n’est pas uniquement une compilation de texte auxquels on nous donnerait accès (par exemple par une liste alphabétique des auteur). Il permet d’accéder aux textes par différents moyens.

L’onglet Canon:
On peut choisir d’écrire le nom de l’auteur, de l’oeuvre, de l’éditeur, de la date de publication… ou délimiter par siècle, genre, géographie etc. Le résultat s’affiche sous forme de liste alphabétique, de carte ou de graphique chronologique. Dans la colonne de droite, à côté des résultats, on nous offre même des références croisées à d’autres auteurs et oeuvres.

L’onglet Browse:
C’est l’accès au texte le plus naturel pour nous: on entre dans la barre de recherche le nom de l’auteur-ice, puis on clique sur une de ces oeuvres dans la liste qui s’affiche. On a alors accès au texte, mais pas seulement! Chaque mot du texte est un lien sur lequel on peut cliquer et qui renvoie dans la colonne de droite à une analyse morphologique du mot, avec des liens vers de très nombreux dictionnaires numérisés (LSJ, Cunlife, Powell…).
À noter aussi, la possibilité d’accéder à la structure du texte, de citer la source… 

L’onglet Text search:
On peut très bien aussi vouloir faire une recherche par le texte lui-même. Cet onglet permet de trouver dans le corpus les textes contenant un mot donné, un groupe de mot donné ou même un lemme. On peut choisir également l’option proximity, pour chercher un ou plusieurs mots à proximité dans le texte.
Il existe de multiples options, que nous nous garderons peut-être de toutes détailler ici pour ne pas noyer les lecteur-ices de ce billet, mais qui sont détaillées de façon claire par le TLG
( à noter que tous les onglets sont très bien expliqués en cliquant sur la petite ampoule à droite de leur titre)

Outre l’accès au texte, le TLG nous donne également accès à de nombreux dictionnaires (avec encore cette possibilité de faire ses recherches par lemmes), aux statistiques (de tout le corpus, d’un auteur précis, d’un lemme, du corpus délimité chronologiquement…).

Ce qui frappe l’utilisateur-ice du Thesaurus Linguae Grecae c’est la volonté de précision de la base de donnée. Prenons l’outil Browse par exemple: l’utilisateur-ice a accès en cliquant sur un mot au plus de dictionnaires possibles, là où on aurait pu choisir un dictionnaire et le citer directement dans la colonne de droite.

Bien sûr, le site peut paraître un peu surchargé et il faut le connaitre pour en faire la meilleure utilisation. Ceci dit, tout est expliqué, il faut juste y prendre un peu de temps au début. Il est plus adapté à l’étude qu’à la lecture qui pourrait être perturbée par toutes les informations qui entourent le texte.

Cette technologie permet d’effectuer en quelques secondes ce qui aurait été il y a peu de décennies des démarches incroyablement complexes et de pouvoir consacrer plus de temps à la réflexion sur le texte qu’à la recherche d’un terme, d’une citation…

Le Thesaurus Linguae Grecae n’est malheureusement pas en libre accès, mais un abrégé est mis à disposition des utilisateur-rices non rattaché-es à une université, qui peuvent tout de même en s’inscrivant accéder aux textes les plus connus.

C’est donc une bibliothèque numérique de qualité regroupant de très nombreux textes mais permettant de les classer en différentes catégories, le rêve!
Ce qui m’a plu, ce sont surtout les différents moyens d’accéder au texte, par l’outil canon par exemple, cela permet de découvrir des auteurs et des textes et pas seulement de retrouver un texte qu’on avait déjà en tête.

πρεσαντατιον

Bonjour à toustes !

Je m’appelle Sarah et je viens d’obtenir une licence à Paris IV en Culture antique et Monde contemporain. C’est grâce à ce cursus que j’ai développé un grand intérêt pour l’étude du grec ancien et de la littérature grecque et latine. Comme son nom l’indique, cette licence proposait une pluralité d’enseignements et tentait de relier le monde antique occidental avec le monde moderne. C’est donc assez naturellement que j’ai souhaité m’inscrire dans le Master Humanités Classiques et Humanités Numériques pour la poursuite de mes études.

Je suis par ailleurs passionnée de musique. Je consacre beaucoup de mon temps à la pratique du piano et depuis l’année dernière à la danse contemporaine.

J’utilise bien entendu des outils numériques tous les jours, notamment pour lire des textes grecs et latins ou des partitions. Internet a une influence certaine sur mes études et sur ma vie en règle générale (sur celle de tout le monde, non ?).

Pourtant, je n’ai qu’une connaissance superficielle de ces outils et je n’ai jusqu’ici pas cherché à comprendre leur fonctionnement. Cela m’a toujours paru incompréhensible et réservé à une sphère scientifique… Je débute donc cette année universitaire avec une curiosité particulière pour ce séminaire d’humanités numériques ! Pour être tout à fait honnête, je dois tout de même avouer que j’ai eu une petite frayeur en essayant de comprendre l’article Wikipedia sur le système binaire… Mais c’est tellement agréable justement, d’essayer de comprendre quelque chose qui nous est totalement inconnu !