Abbon, poète du IXème siècle et ami de Virgile : héritier du Moyen-Age ou continuateur de l’Enéide ?

Le fil conducteur de mon projet a été de cerner par des données chiffrées, le rapport entretenu entre l’œuvre d’Abbon, ses collègues médiévaux d’une part, et d’autre, les auteurs classiques qui demeuraient alors la base de l’apprentissage des lettres. Cela dans le but de justifier dans le cours de mon mémoire la mobilisation de tel ou tel autre auteur, ainsi que de cerner lequel se prêterait le plus à une étude comparée pour tel ou tel thème particulier (l’emploi d’un terme ou d’une expression par exemple). Bien entendu, chacune des recherches entreprises et relatées ci-après a été opérée en dialogue et sur les conseils de notre professeur M. Berra.

Choix du corpus, récupération des données exploitables

La première étape fut l’établissement du corpus étudiable. Il me parut opportun de sélectionner les œuvres classiques ayant le plus de lien avec Abbon ; à ce titre furent retenues la Thébaïde et l’Enéide ainsi que les Bucoliques et les Georgiques, mon auteur confessant avoir approché au moins les églogues.  Son œuvre était heureusement disponible en ligne, sur le site Itinera electronica. Virgile et Stace furent quant à eux récupérés depuis la Latin library. Les auteurs médiévaux étant nombreux et ne bénéficiant pas d’une édition en liœœgne, furent de ce fait laissés un temps de côté. Après avoir purifié les textes latins de tout leur apparat sur VScode grâce à une série de recherches par expressions régulières, je procédai à une analyse stylographique, à partir d’un script R. Les résultats certifièrent l’opposition stricte entre Abbon et les classiques, et appelèrent à un nécessaire enrichissement du corpus devenu par-là stérile.

La deuxième étape consista donc en la récupération des textes médiévaux. Ne furent retenus des poètes du IXème siècle, c’est-à-dire de peu antérieurs à mon auteur, seuls les textes qui partageaient soit la teneur épique du Bella Parisiacae urbis (c’est là le nom de l’œuvre d’Abbon): Ermold le Noir, Poèmes sur Louis le Pieux, Angilbert, Karolus magnus et Leo papa (poème à teneur épique quant à Charlemagne et le pape Léon III) ; soit son attachement aux récits miraculeux (Alcuin, De patribus regibus et sanctis euboricensis ecclesiae, récit des prélats du diocèse d’York). Ces derniers se trouvaient en une version numérisée (« Poetae Aevi Carolini »), dont il fallut télécharger les images des pages. L’inspecteur de page donnait justement l’adresse de récupération desdites images jpg, lesquelles demeuraient accessibles. En fonction des numéros de page recherchés, je créai sur VScode une liste d’adresses, chacune correspondant à une page. Puis, ayant téléchargé l’outil wget et procédé aux ajustements nécessaires, je téléchargeais automatiquement ces fichiers. La chose faite, je continuai par l’utilisation d’un script R permettant par OCR de détecter et créer des fichiers textes à partir de l’image. Il fallut à nouveau les purger de leur apparat et des confusions fréquentes entre les c, les o et les e par exemple. Pour ce faire, j’utilisai VScode. Pour Abbon, l’outil diff me permit par comparaison avec la première version trouvée sur Itinera electronica, d’identifier rapidement les erreurs de forme, chose qui permit ensuite de faire aisément des recherches ciblées sur les mots concernés pour chacun des autres textes médiévaux.

Analyses des textes aux lemmes

Ceci étant fait, la majeure partie du travail l’était aussi. Du reste, il s’agissait de remployer le script R relatif à la stylographie, afin de pouvoir désormais situer plus précisément mon texte. L’arbre ainsi obtenu permet plusieurs interprétations :

Si nous y constatons toujours la distinction entre classiques et médiévaux, la présence d’Angilbert démontre combien l’imitation de ceux-là se montre efficace. En effet, après de nouveaux tests étendant le nombre de mots employés pour établir l’arbre d’analyse de groupes (des 100 aux 1000 premiers), les résultats se sont confirmés. Quant à Abbon lui-même, nous pouvons remarquer que, des deux chants composant son œuvre, le second apparaît plus proche des sources médiévales. Afin de mettre en relief ces résultats, je produisis un nouvel arbre en divisant cette fois le texte en groupes de mots via l’option n-grams. Voici l’arbre obtenu pour 3 n-grams (celui pour deux étant très semblable) :

Quoique les résultats soient très sensiblement divergents, nous observons la confirmation de l’originalité d’Abbon par rapport au tout, et de son chant II par rapport à l’ensemble.

C’est néanmoins à partir du premier graphique que je cherchai à déterminer avec quel auteur il serait le plus opportun de lier Abbon. Ermold et Alcuin se situant sur un pied d’égalité, je dressai à nouveau un arbre d’analyse de groupes, mais à partir des lemmes et non-plus des mots (tableaux des lemmes extraits grâce à l’outil Deucalion, réduits à la colonne « lemmes » grâce à VScode). Le résultat obtenu témoignant d’une plus grande proximité avec Alcuin, je choisis de poursuivre mes analyses avec ces deux seuls auteurs.

Le script R frequencies correlation me fut d’une aide singulière. Par ce dernier, je pus comparer par les présents tableaux les mots d’une part et les lemmes de l’autre, les plus couramment attestés chez chacun d’eux. Les résultats que voici montrent toutefois que, hors des procédés d’écriture que renseigne l’étude des lemmes, les deux œuvres sont très différentes l’une de l’autre. Praesul et rex qui font le lien entre les deux s’expliquent davantage par les realia partagés de l’époque.

En outre, la différence de préoccupations des deux écrivains apparaît évidente à la lecture de ce graphique basé sur le calcul des scores TF-IDF des poèmes : ressortent ici les mots distinguant le plus les deux ouvrages. Paris, décrit par son titre urbs, ses lieux et ses défenses se distingue de la patria d’Alcuin, illustrée quant à elle par ses prélats et ses mœurs.

Cet état de fait invitait à repenser la proximité entre Abbon et Alcuin, et à interroger le texte d’Ermold à son tour, bien plus empreint de récits de bataille. De nouveau, seuls deux termes sont identiques : arma et rex. Cela renvoie en fait à la situation décrite dans notre premier arbre : Abbon se distingue de tous ces auteurs avec lesquels il ne semble pas entretenir une relation de continuité.

Analyses des lemmes aux textes

De cette série de test ressort la difficulté posée par la différence de taille des corpus, les épopées classiques étant considérablement plus grandes, et la seule recherche de mots pour déterminer la proximité entre écrivains étant très limitée. Pour enrichir la chose, je cherchai donc sur les conseils de M. Berra, la liste des termes déterminants à la construction des arbres d’analyse de groupe.

Nous voyons ici que le premier substantif exploitable est arma. Or, grâce au script R frequencies correlations nous pouvons faire ressortir pour chaque auteur les mots les plus employés hors stop-words. Les résultats obtenus indiquent, en observant pour chacun la position de arma, combien différemment il est employé par les uns et les autres. En particulier, nous constatons que, en tant que mot, arma relie plutôt les pratiques d’Abbon et d’Angilbert (emploi relativement fréquent qui se différencie de son omniprésence chez les classiques et Ermold, et de son absence chez Alcuin). En tant que lemme toutefois, il isole Alcuin de tous les autres.

Cette méthode de travail peut s’avérer très utile dans le cours de mon mémoire, afin de pouvoir cerner rapidement, dans l’étude d’une expression particulière, quel auteur a le plus de chance d’offrir des éléments de comparaison intéressants. Pour affiner encore les recherches, le script R distribution permet, en visualisant les occurrences d’un terme, ici arma, dans chaque œuvre, d’identifier lesdites occurrences offrant le plus de similarités (ici les trois finales). La distribution de ce genre de termes saillants peut s’avérer tout à fait pertinent pour mettre en relief et distinguer des épisodes particuliers ; ici de batailles. Par exemples, nous voyons que nos deux auteurs utilisent surtout arma à l’ouverture et à la conclusion de leur poème, ce qui peut correspondre à la convocation de topoi semblables d’incipit et d’excipit de récits de bataille.

Pour finir, une dernière idée fut d’employer le TF-IDF afin de montrer l’originalité d’Abbon par rapport à tous les autres poètes médiévaux sélectionnés regroupés en un document unique :

Cela donne quelques indications, dans l’étude d’expressions chez cet auteur, quant aux termes les plus propres à son écriture (Odo par exemple, nom d’un personnage), et ceux ayant le plus de chance d’avoir été empruntés à tel ou tel autre (Ordine, munera), eu toutefois égard au fait que les corpus demeurant relativement brefs, ces résultats ne sont que relatifs et fournissent au mieux des axes de recherche ultérieure.

 

En conclusion, nous pouvons dire que les différentes études que permettent les outils numériques invitent à la prudence : les corpus sont en effet très différents et par la langue et par la taille, ce qui invite sans cesse à affiner les observations. Dans le cadre de mon mémoire, toutefois, cela permet d’orienter des études de vocabulaire et d’expressions afin d’avoir accès plus immédiatement aux bons textes. Quant aux essais de rapprocher Abbon, soit plutôt des Antiques, soit plutôt des poètes médiévaux, nous sommes contraints dans l’état actuel de notre utilisation des ressources sus-dites de le faire mot à mot, sur des cas bien précis. Cependant, nous pouvons tout de même certifier qu’il faut envisager toutes les œuvres médiévales épiques comme autant de manifestations du génie particulier de poètes qui faisaient chacun une œuvre assez novatrice pour leur époque, avec un rapport particulier et propre aux classiques qu’ils étudiaient.

“Mourir” et ses composés : comique et tragique comme appuis narratifs

En consultant les divers outils statistiques proposés par le TLG afin d’obtenir un aperçu des lemmes les plus fréquemment employés dans le Cyclope d’une part, le corpus d’Euripide, des autres tragiques et d’Aristophane d’autre part, pour voir d’éventuelles similitudes avec la comédie et la tragédie, le constat s’est présenté que certains verbes attendus par ces genres étaient quasiment absents. Parmi eux, le verbe θνῄσκω, “mourir”, pourtant caractéristique de l’action tragique, n’était présent qu’en trois endroits. Cependant, en opérant un retour au texte et en étudiant ces trois occurrences dans leur contexte, force fut de constater que ces trois rares occurrences étaient investies d’une importance toute singulière que nous présentons maintenant. Les occurrences susmentionnées se répartissent ainsi sur deux répliques d’Ulysse ; leur lemme (c’est-à-dire l’ensemble des formes qu’un mot peut prendre, rassemblé sous un seul terme, en général l’entrée de dictionnaire) étant en corrélation avec un verbe de nécessité (χρή et δεῖ, “il faut”). Cet usage semble propre à la tragédie, puisqu’on ne le rencontre que chez Sophocle (11 fois) et Euripide (34 fois, hors Cyclope). On ne relève à l’inverse qu’une unique occurrence de cette corrélation chez Aristophane en Paix, v.375 : δεῖ γὰρ μυηθῆναί με πρὶν τεθνηκέναι. (Il faut que je sois initié, avant d’être mort. Il s’agit d’une réplique de Trygée à Hermès le menaçant de mort tandis qu’il essaye de libérer la déesse Paix, avant de se lancer dans de comiques négociations avec le dieu.) Ces chiffres ayant été obtenus par l’outil du TLG “advanced proximity”, permettant de rechercher une suite de mots ou lemmes plus ou moins espacés entre eux. 

Quant aux deux répliques d’Ulysse où le lemme θνῄσκω est employé, la première v.198 à 202 marque l’arrivée du Cyclope et donc des tribulations des personnages : Οδ. οὐ δῆτ’· ἐπεί τἂν μεγάλα γ’ ἡ Τροία στένοι, εἰ φευξόμεσθ’ ἕν’ ἄνδρα, μυρίον δ’ ὄχλον Φρυγῶν ὑπέστην πολλάκις σὺν ἀσπίδι. ἀλλ’, εἰ θανεῖν δεῖ, κατθανούμεθ’ εὐγενῶς ἢ ζῶντες αἶνον τὸν πάρος συσσώσομεν. (Il n’en sera pas ainsi. Troie aurait trop à se plaindre, si nous fuyions devant un seul homme : j’ai plus d’une fois, les armes à la main, résisté au choc d’une multitude de Phrygiens. S’il faut mourir, nous mourrons en gens de cœur ; ou en sauvant notre vie, nous sauverons aussi notre gloire. – traduction de Artaud). La deuxième à l’inverse, v.570 en annonce la fin par la mention ironique de la mort du Cyclope, déjà ivre et ayant cédé aux ruses du héros : Οδ. ἰδού, λαβὼν ἔκπιθι καὶ μηδὲν λίπηις· συνεκθανεῖν δὲ σπῶντα χρὴ τῶι πώματι (Prends et bois, et ne laisse rien. Il faut mourir quand la coupe est vidée. – Artaud) L’emploi du lemme θνῄσκω est donc visiblement traité avec une importance toute particulière quant à son rôle dans la narration, dont il contribue à marquer les temps forts. On peut ajouter que la première occurrence relève davantage du registre tragique, et que la deuxième est teintée de comique. En effet, les v.198-202 adoptent un ton martial, rappelant la guerre de Troie et l’épopée, et annonçant le récit pathétique de la mort douloureuse des compagnons d’Ulysse,  tandis que le v.570 est quant à lui intégré dans la scène de l’ivresse que Silène rend amusante en plusieurs endroits, et annonce la prochaine libération des héros. En cela, il me semble que cette pièce se démarque du corpus dramatique.

Voici également un tableau, montrant l’originalité du Cyclope dans l’emploi du lemme θνῄσκω. Pour construire ce dernier, nous avons fait, grâce au TLG, le ratio suivant : nombre d’occurrences du lemme et de ses composés par auteur (εἰσ- ἀτνι- ἀπο- ἐκ- προ- ἐν- συν- συνεκ- κατα- υπερ- ἀμφι- et ἐπι-) sur le nombre total de mots de l’oeuvre de chaque auteur (sans les fragments), ou du Cyclope seul ; le tout mutliplié par 100, ce qui nous donne le pourcentage de présence du lemme dans l’oeuvre de chaque dramaturge.

Ici apparaît que le fait que la fréquence d’apparition du lemme dans le Cyclope est comparable à celle des œuvres d’Aristophane, et donc de la comédie. Toutefois, le retour au texte semble avoir montré que l’emploi de ces termes héritait peu de ce genre, mais plutôt de la tragédie, en annonçant à chaque fois une mort véritablement envisagée (celle des nautes / celle du Cyclope), et lourde de conséquences pour les héros. Une preuve de l’originalité du Cyclope est ainsi peut-être à trouver ici, dans la tension entre parole tragique et comique, exprimées par un même lemme investi d’un rôle structurant dans la narration. La brièveté de la pièce (4333 vers contre 7936 en moyenne pour le corpus tragique et 9240 pour Aristophane) a sûrement demandé à l’auteur un choix des mots plus resserré, investissant ces derniers d’une plus grande charge de sens.

La boisson dans le Cyclope d’Euripide

De même que pour la nourriture, l’analyse du lexique et des emplois de la boisson dans Le Cyclope a montré combien cette pièce convoquait à la fois des éléments empruntés au comique, et d’autres à la tragédie. Bien plus, ces éléments en question ont paru être employés de façon structurante dans l’œuvre, et caractériser significativement chacun des personnages. 

I) Éléments empruntés au comique

i) le lexique des boissons par rapport à la comédie

Dans le texte du Cyclope, nous observons un nombre important de noms autour des boissons. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de faire une recherche textuelle par lemme dans le TLG, afin d’examiner leur rapport à la comédie. Les fruits de notre recherche sont présentés dans le tableau suivant, qui contient trois colonnes : les noms des boissons avec leur traduction en français et le nombre de leurs occurrences dans le Cyclope et dans le corpus d’Aristophane.Sur la base du tableau ci-dessus, nous observons deux types des boissons, le lait (γάλα) lié à l’élevage et le vin (οἶνος), lié à la viticulture. Concernant le deuxième type de boisson, il y a trois autres noms qui désignent la même chose, le vin (ἄμπελος, πῶμα, ποτόν).  Par conséquent, pour la catégorie de vin, nous pouvons distinguer deux sous-catégories, une générale (οἶνος) et une concrète (ἄμπελος, πῶμα, ποτόν).

La catégorie générale est celle qui est la plus représentée chez Aristophane (35 fois) par rapport à la catégorie concrète (10 fois au total). Le lait n’a été attesté que 6 fois. Nous pouvons considérer ces résultats comme attendus concernant l’objectif de la comédie. Le lait peut fonctionner dans un contexte domestique, mais il ne peut pas créer une atmosphère détendue et joyeuse comme le vin. C’est peut-être la raison pour laquelle dans le Cyclope le vin (26 fois) semble dominer sur le lait (4 fois). De plus, le vin symbolise la forme évoluée de la société où la viticulture est un des résultats de la culture de la terre, tandis que le lait symbolise une société primitive où l’élevage règne. 

Ce qui nous amène à faire une distinction au-delà de la classification des genres : c’est l’opposition entre sauvagerie et civilisation. Et c’est de cette confrontation entre ces deux mondes qu’il faut sans doute voir une des particularités du Cyclope.

ii) Les emplois comiques du verbe πίνω

Etudions à présent l’exemple du verbe πίνω (boire). La qualité des personnages l’employant, ce à quoi il s’applique et la façon dont il est utilisé distinguent en effet les personnages entre ceux qui versent dans le registre comique, et les autres. Le personnage empruntant le plus à la comédie semble ainsi être Silène. En effet, le rapport que ce dernier entretient avec la boisson est caractéristique, ce qui transparaît particulièrement dans le fait que le verbe “boire” est systématiquement assimilé aux plaisirs du vin, comme en témoignent les exemples suivants. Des six occurrences du verbe “boire”, les trois premières sont liées à l’arrivée d’Ulysse, et à la volonté de Silène de goûter au vin apporté par le héros : 

v.152 : la proposition finale contenue dans ce vers marque donc son envie de goûter au vin d’Ulysse : φέρ᾽ ἐγκάναξον, ὡς ἀναμνησθῶ πιών (Allons, verse à grand bruit, afin qu’après avoir bu j’en conserve le souvenir – trads. de Artaud.)

v.164 : la proposition principale marque son empressement à acquérir le vin, le verbe ἐκπιεῖν étant complément du potentiel μαινόμην ἄν, au sens hyperbolique  :   ὡς ἐκπιεῖν γ’ ἂν κύλικα μαινοίμην μίαν… (car pour boire un seul coup, [je donnerais de bon cœur tous les troupeaux des Cyclopes]). 

v.168 : Nouvelle proposition principale introduite par un ὡς explicatif venant développer le v.164 (et donc sa soif de vin), en reprenant le verbe μαίνομαι : ὡς ὅς γε πίνων μὴ γέγηθε μαίνεται· (Il faut être fou pour ne pas aimer à boire)

Ces trois premiers exemples illustrent bien le personnage de Silène, et sa qualité de suivant de Dionysos, en donnant à voir le vin comme objet de ses espoirs et cause de son empressement. Les trois autres occurrences du verbe “boire” ont le Cyclope pour destinataire, et soutiennent la ruse d’Ulysse. En effet, Silène cherche par son langage à persuader le Cyclope de s’enivrer, et de s’endormir sur place. Toutefois, la chose permet encore de montrer le rapport comique de Silène avec le vin, dont il n’abandonne pas (au contraire) l’espoir de le goûter aussi. 

v.542 : Ici, Silène emploi le verbe πίνω afin de soutenir l’entreprise d’Ulysse, visant à faire se reposer le Cyclope après avoir bu, en invoquant la chaleur du soleil. Le terme ajoute ici le comique à la ruse du héros, puisque l’efficacité de ce conseil de Silène tient dans le fait qu’il se présente, et apparaît souvent, comme un spécialiste de la beuverie : καὶ πρός γε θάλπος ἡλίου πίνειν καλόν (Et quand le soleil est ardent, il est à propos de boire.) 

v.561 : cette proposition finale marque cette fois son inquiétude face aux mauvais usages du Cyclope par rapport au vin : ἀπομυκτέον δέ σοί ἐστιν ὡς λήψῃ πιεῖν (Il faut aussi que tu te mouches, pour mieux boire. ).

v.564 : cette proposition comparative sert la ruse de Silène pour boire, en se présentant comme exemple : θές νυν τὸν ἀγκῶν’ εὐρύθμως, κᾆτ’ ἔκπιε :  ὥσπερ μ’ ὁρᾷς πίνοντα—χὥσπερ οὐκ ἐμέ (Range donc ton coude comme il faut, et ensuite bois, comme tu me vois faire…, et comme tu ne me vois plus). 

Ainsi, que Silène soutienne ou non la ruse d’Ulysse, ce dernier verse constamment dans le comique, grâce au rapport qu’il entretient et manifeste avec le vin. Quant à Ulysse, ce dernier semble lui aussi verser dans le comique, en parlant abondamment du vin. Toutefois, ce registre illustre à l’inverse la ruse de ce dernier, comme en témoignent les exemples suivants : 

v.412 : cela se place dans le récit que fait Ulysse à Silène de son action pour tromper le Cyclope. Le verbe est donc naturellement le complément du verbe προσφέρω (j’apporte), renvoyant à la fois à son rôle d’échanson forcé du monstre, et à sa ruse en marche : Μάρωνος αὐτῷ τοῦδε προσφέρω πιεῖν (Je remplis une coupe de vin pur de Maron, je l’offre à boire au Cyclope).

v.520 : il s’agit d’une adresse faite au Cyclope, encourageant ce dernier à l’écouter vanter les mérites du vin et donc boire et s’assoupir, afin d’accomplir sa ruse. Κύκλωψ, ἄκουσον· ὡς ἐγὼ τοῦ Βακχίου /  τούτου τρίβων εἴμ’, ὃν πιεῖν ἔδωκά σοι (yclope, écoute-moi, car je connais dès longtemps ce Bacchus que je t’ai donné à boire). 

v.530 : nouvelle adresse faite au Cyclope, pour les mêmes raisons, ici plus insistante du fait de l’emploi de l’impératif présent (insistant sur le fait qu’Ulysse souhaite que le Cyclope prenne son temps afin de prendre le plus de vin possible) :  μένων νυν αὐτοῦ πῖνε κεὐθύμει, Κύκλωψ (Reste donc là, Cyclope, à boire et te réjouir.).

v.536 : ce vers marque une nouvelle étape dans la ruse d’Ulysse puisque le Cyclope est maintenant saoul (ce que laisse entendre l’emploi du participe parfait). L’invitation n’est donc plus de boire, mais de se reposer. L’emploi de χρή marque la nécessité pour le héros que le monstre écoute ses conseils, en présentant cette dernière comme une loi, ou du moins une maxime de sagesse : ὦ τᾶν, πεπωκότ’ ἐν δόμοισι χρὴ μένειν (Mon cher, celui qui a bu doit rester chez lui.) 

v.570 : adresse au Cyclope. Ici, le verbe est à l’impératif et annonce le prochain achèvement de la ruse. La présence du verbe “mourir” joue ici sur les sens concrets et métaphoriques, témoignant de l’habileté du héros, sûr de la réussite de son plan Ἰδού· λαβὼν ἔκπιθι καὶ μηδὲν λίπῃς· / συνεκθανεῖν δὲ σπῶντα χρὴ τῷ πώματι (Prends et bois, et ne laisse rien. Il faut mourir quand la coupe est vidée). 

Nous voyons donc que le comique de cette pièce peut être réel (Silène) ou simplement de façade (Ulysse), afin de souligner les qualités de chacun des personnages en présence, et de refléter la ruse du héros. 

II) Éléments empruntés au tragique

i) Le verbe πίνω dans la tragédie

A ce stade de notre réflexion, il nous est apparu important d’étudier le rapport des personnages de tragédie à la boisson. Nous avons tout d’abord interrogé le lemme πίνω sur le logiciel Hyperbase. Il obtient un indice de spécificité de 9,5 dans Le Cyclope, indice qui montre sa surreprésentation.Hyperbase : le lemme πίνω dans le corpus Euripide

Il est intéressant de voir que les deux textes où le verbe πίνω ressort de façon manifeste sont les deux œuvres qui sont considérées comme à part dans le répertoire d’Euripide : Le Cyclope qui, comme on le sait, est un drame satyrique et Alceste qui est une tragédie au dénouement heureux. La présence d’Héraclès qui festoie chez Admète explique l’importance de ce verbe. Si l’on considère Alceste comme un moyen terme entre la tragédie et la comédie, l’intrusion de la boisson – un élément trivial – dans le texte ne serait-elle pas l’indice d’une dégradation de la tragédie ? Voire d’une dégradation vers le burlesque ?

Pour aller plus loin, nous avons interrogé  les lemmes qui se trouvent dans le tableau n°1 afin de voir leur représentation dans Le Cyclope, dans le corpus d’Eschyle et celui de Sophocle.

Tableau 2 :

Le tableau ci-dessus indique que les personnages de tragédie ne consomment, en général, pas de boissons. Comme nous l’avons déjà dit pour la nourriture, les personnages élevés de la tragédie ne s’abaissent pas au plaisir de l’ivresse. Les personnages du Cyclope – Ulysse et ses compagnons – sont donc éloignés des personnages de la tragédie et sont représentés par Euripide comme plus humains, plus proches de leur public. La tragédie rejette la nourriture et la boisson, ingrédients qui entrent incontestablement dans la composition du drame satyrique. 

ii) Le rapport plus complexe des personnages du Cyclope à la boisson

Mais, en revenant au texte, il nous est apparu que les personnages, à l’inverse de Silène, entretenaient un rapport plus complexe avec la boisson. Nous verrons la chose en reprenant l’analyse des emplois de πίνω. Ulysse utilise donc pour sa part le verbe “boire” majoritairement dans le cadre de sa ruse à l’encontre de Cyclope. Toutefois, nous pouvons relever une occurrence de ce verbe, empruntée au registre tragique : 

v.305 : ce vers s’inscrit dans la demande faite par Ulysse pour obtenir l’hospitalité. Ici, le terme au participe désigne métaphoriquement les carnages de la guerre de Troie, et essaye donc d’encourager le Cyclope à ne pas y être assimilé en faisant bon accueil à ses hôtes : ἅλις δὲ Πριάμου γαῖ᾽ ἐχήρωσ᾽ Ἑλλάδα, / πολλῶν νεκρῶν πιοῦσα δοριπετῆ φόνον (Assez longtemps la terre de Priam a dépeuplé la Grèce, en s’abreuvant du sang de tant de morts versé par la lance – traduction de Artaud).

Cela témoigne des capacités oratoires et persuasives du héros, puisque ce dernier essaye de renverser l’attrait du sang comme boisson, en convoquant des images épiques. Le chœur, quant à lui, utilise deux fois le verbe “boire”, mais dans un registre nettement tragique, ou qui du moins ne prête pas à sourire. Par ailleurs, ces deux cas marquent de façon significative les étapes de la libération des suivants de Dionysos : 

 v.217 :  le verbe est ici intégré dans une consécutive marquant l’abondance de lait, boisson propre au Cyclope, (et donc évoquant leur captivité dans un monde qui leur est contraire) dans le cadre d’une réponse qui lui est faite : ὥστ’ ἐκπιεῖν γέ σ’, ἢν θέλῃς, ὅλον πίθον (Si pleines [de lait], qu’il ne tient qu’à toi d’en boire un tonneau entier.)

v.618 : ce vers illustre le piège qui se referme sur le Cyclope et dont la boisson est le principal élément. Le verbe πίνω est donc intégré dans une proposition finale introduite par ὡς joint à l’adverbe κακῶς. Ce vers marque donc une opposition entre la servilité des suivants de Bacchus exprimée au v.217 (forcés de parler de lait plutôt que de vin), et leur proche libération qu’ils appellent de leur vœu ; le verbe boire peut donc être métaphorique “pour qu’il boive pour son malheur” : ὡς πίῃ κακῶς. 

III) Originalités du Cyclope dans la distinction comédie / tragédie 

L’originalité du Cyclope semble tenir dans le jeu que fait Euripide entre registres comiques et tragiques. En ce qui concerne l’étude menée sur le verbe “boire”, nous pouvons observer que le personnage du Cyclope entretient avec lui un rapport qui témoigne de l’efficacité grandissante sur lui de la ruse d’Ulysse. Le verbe en question passe donc progressivement d’un registre ironique à un registre plus franchement comique : 

v.327 : le verbe en question s’inscrit ici dans le discours du Cyclope présentant son ventre comme son unique souci. Il renvoie donc à l’action du Cyclope lui-même et au liquide qui lui est propre, à savoir le lait. ἐπεκπιὼν γάλακτος ἀμφορέα ([j’arrose mon ventre étendu], en vidant une amphore pleine de lait – traductions de Artaud).

v.336 : ce vers s’inscrit dans le même discours et présente la maxime de vie suivie par le Cyclope. Le verbe est ainsi substantivé et l’action qu’il représente remplace la piété due à Zeus :  ὡς τοὐμπιεῖν γε κἀμφαγεῖν τοὐφ’ ἡμέραν /  Ζεὺς οὗτος ἀνθρώποισι τοῖσι σώφροσιν (Boire et manger chaque jour, et ne s’inquiéter de rien, voilà le Jupiter des sages). 

v.537 : ce vers marque la réussite progressive de la ruse d’Ulysse, puisque le verbe renvoie ici au vin, et que le participe aoriste marque une action déjà bien entamée. On assiste donc ici au changement d’état du Cyclope, marqué par le changement de boisson.  Ἠλίθιος ὅστις μὴ πιὼν κῶμον φιλεῖ (Bien sot celui qui n’aime pas les festins quand il a bu). 

v.546 : ce vers marque une prise de conscience du Cyclope, mais très partielle, dans la mesure où il s’aperçoit du stratagème de Silène fait pour boire, mais par de la ruse d’Ulysse : πίνειν μὲν οὖν /  κλέπτων σὺ βούλῃ· (C’est que tu veux boire à la dérobée : pose-la au milieu)

v.569 : le verbe confirme ici l’emprise grandissante du vin sur le Cyclope, de son aveu même. Ce dernier emploie en effet une relative au subjonctif marquant l’éventuel, qui place ce dernier dans le groupe général des buveurs (ce qu’indique la valeur itérative du subjonctif), dont le public connaît les habitudes. Cela annonce la réussite d’Ulysse : χαλεπὸν τόδ’ εἶπας, ὅστις ἂν πίνῃ πολύν (Tu demandes là une chose difficile à celui qui boit beaucoup).

v.588 : Ce vers va dans ce sens puisqu’il marque le retour du Cyclope dans sa grotte. On y discerne la victoire du vin sur ce dernier puisqu’au Silène qui représente le plus le pouvoir de cette boisson, il pose cette question qui marque la parodie de jeu amoureux propre aux banquets. On remarquera qu’il utilise cette fois pour lui même le participe parfait, marquant l’emprise acquise du vin :  μέμφῃ τὸν ἐραστὴν κἀντρυφᾷς πεπωκότι; (Quoi ! tu te fâches contre ton amant, et tu te moques de son ivresse ?) 

Nous constatons donc la richesse qu’offre le personnage du Cyclope qui, soumis à la ruse du héros et au pouvoir progressif du vin, semble passer de l’horreur tragique qu’il représentait, à la bêtise comique, tout berné qu’il est. La douleur infligée par Ulysse aura pour effet de rendre le Cyclope à son état premier. 

La boisson comme prisme d’analyse de la pièce s’est ainsi avérée être un angle d’approche intéressant. Cette dernière nous a en effet permis de distinguer la pièce elle-même au sein du corpus dramatique, et les personnages eux-mêmes, au sein la pièce. Ces études ont également mis en valeur la complexité du lien entretenu entre registres tragiques et comiques qui paraissent dans l’emploi des termes liés à la boisson. 

 

Frédérique, Paraskevi et Thibault

Introduction aux travaux

Le présent billet a pour objet d’introduire le travail qui a été le nôtre durant ce semestre. Il s’est agi d’étudier collaborativement deux œuvres, l’une grecque, l’autre latine, et ce par divers outils numériques. Nous nous sommes en effet répartis en deux groupes, latinistes d’une part pour analyser le recueil de poésies de Catulle, et hellénistes d’autre part, pour le drame satyrique d’Euripide, le Cyclope

En ce qui concerne l’œuvre de Catulle (poète du Ier siècle ap. J.-C.), le constat de la diversité générique de ses carmina (ou poèmes) a guidé la recherche entreprise à ce sujet. En effet, le recueil en question se subdivise entre petits poèmes amoureux, épithalames (c’est-à-dire chants de noce), épylia (petites épopées raffinées) et satires.  Après avoir récupéré le texte sur la Latin Library, les étudiants concernés ont entrepris des recherches lexicales (en l’occurrence, substantifs et conjonctions), afin de mettre en lumière l’originalité de l’auteur par rapport à ses successeurs élégiaques (Properce, Ovide) ou lyriques (Horace) d’une part, et d’autre, afin de voir si certains mots spécifiques choisis par Catulle pouvaient nous renseigner quant à la conception que ce dernier entretenait avec des thèmes majeurs de son oeuvre, comme le mariage. Les outils utilisés furent principalement Voyant Tools et Hyperbase. Le premier est un outil d’analyse statistique permettant de quantifier la présence de lemmes, de corrélations de lemmes, etc. et de présenter les résultats de façon claire, sous la forme de listes, graphiques, schémas… situant les objets recherchés dans le texte étudié, ce qui en facilite l’analyse. Le second consiste également en un outil d’analyse statistique, mais qui est pourvue d’une base de données regroupant un certain nombre d’auteurs. Cela a pour avantage de permettre la comparaison de données entre un auteur ou une œuvre en particulier, et un corpus plus large, et d’ainsi mettre en évidence les sur- ou sous-représentations de lemmes. Voici donc quels sont les billets à lire à ce sujet : 

Pour la partie grecque, l’œuvre était donc le Cyclope, unique exemplaire complet de drame satyrique : pièce plus courte que celles qui nous sont parvenues, vraisemblablement à mi-chemin entre tragédie et comédie, venant clôturer la trilogie tragique présentée par chaque auteur durant les représentations théâtrales. Toutes ces pièces étaient exécutées au moins un première fois devant le public athénien, lors des Grandes Dionysies, fête dédiée au dieu Dionysos, durant la période classique (Vème siècle av. J.-C.) Euripide, auteur du Cyclope, est l’un des “trois tragiques”, c’est-à-dire l’un des dramaturges, auteur de pièces tragiques et de drames satyriques ayant été reconnus par la postérité comme les plus dignes d’être transmis, raison pour laquelle nous disposons de certaines de leur pièces, à la différence des autres auteurs de cette époque dont nous ne gardons au mieux que de maigres fragments. Là encore, le point de départ des différentes recherches fut cette tension entre tonalité tragique et comique. Il s’agissait en effet de savoir dans quelle mesure le Cyclope se rattachait davantage à l’un ou l’autre genre, et en quoi il se démarquait. Les différentes investigations ont ainsi eu pour objectif de cerner précisément l’originalité de ce texte dans le corpus dramatique. Ce dernier fut récupéré sur Perseus, et, outre Voyant Tools et Hyperbase qui furent là aussi employés, le TLG (thesaurus linguae graecae) fut d’une aide particulière. Cet outil consiste en une riche base de données regroupant l’ensemble des textes grecs antiques et byzantins, (il existe une version payante et gratuite, laquelle permet tout de même de travailler les textes les plus connus), et autorisant de nombreuses recherches par lemme (sur un corpus défini, avec possibilité de chercher aussi des enchaînements de lemme), le visionnage des textes, et certaines analyses statistiques et quantitatives, là encore sur un corpus de son choix. Les études furent lexicales (verbes et lemmes significativement sur- ou sous-représentés), thématiques (nourriture, boisson, piété…) et métriques (versification du texte). Lesdites études lexicales ont cherché à identifier les termes précis traités de façon originale (se signalant par leur surreprésentation ou à l’inverse leur sous-représentation par rapport au reste du corpus dramatique) ; les études thématiques ont quant à elles isolé des objets et situations semblant emprunter à la comédie, à la tragédie ou  même être développées là encore de façon originale et les études métriques, enfin, ont mis en lumière la manière dont les différentes manipulations du trimètre ïambique (vers utilisé tant par la comédie que la tragédie) pouvaient aider à situer plus exactement le Cyclope entre les deux genres du théâtre.  Les résultats de ces différentes approches présentés ci-dessous permettront de mieux apprécier l’originalité de ce texte dans la littérature grecque. 

Pastiche des épinicies de Pindare – Thibault Legois

Athletics pictogram.svg

Pour la réalisation de mon pastiche savant, j’ai opté pour l’étude des Olympiques et des Pythiques de Pindare. Ayant entré ces textes sur Voyant Tools, j’ai pu observer, après avoir exclu l’analyse des très nombreuses prépositions courantes telles que καί, μέν, δέ, etc., les mots revenant le plus souvent (sous l’onglet « termes »), et de façon égale sur chacun des textes (outil « tendances »). Cela a permis de dégager des mots représentatifs des grands thèmes abordés par Pindare : χάριν, πόλιν, διός, ἀνδρῶν, ἀέθλων, πατρὶ, θεῶν, ζήνος, παῖς, κλέος. Ces substantifs et adjectifs laissent en effet voir les sujets favoris de Pindare, dans l’écriture de ses épinicies, que sont : la nécessité de la grâce divine : χάριν, διός, θεῶν, ζήνος (et celle de Zeus en particulier), l’adresse à un groupe humain fort : πόλιν, ἀνδρῶν, πατρὶ, παῖς, et surtout la mention de la victoire : ἀέθλων, κλέος. Quant aux syntagmes, aucun n’a émergé de l’ensemble ; seules deux corrélations sont à observer : καὶ νιν et καὶ γὰρ, sans qu’elles soient pour autant significatives, au vu de la fréquence d’apparition des termes qui les composent. Toutes ces premières analyses m’ont ainsi permis de choisir les mots français que j’utiliserais pour mon pastiche.

Quant à la forme, c’est ma propre lecture des textes qui m’a permis de la transposer dans mon travail. La structure la plus commune des odes de Pindare est en effet la suivante : adresse aux Muses ou à une divinité tutélaire, qui permet de mentionner ou plutôt d’évoquer le nom du vainqueur et les modalités de sa victoire ; pars epica à sujet mythologique qui se rattache à la victoire par un lien thématique ; conclusion, enfin, sous la forme d’un retour au sujet principal, le tout émaillé de sentences sapientales. Je me suis donc appliqué à appliquer cette formule à ma réalisation. J’ai en particulier veillé à reproduire l’enchaînement triadique strophe, antistrophe, épode, en écrivant mon épinicie en vers, suivant deux sections de trois strophes chacune.

Il convenait également de s’approprier un peu le style et le ton de l’auteur. Pour que la chose prête à sourire, j’ai opté pour représenter avec force autosuffisance, le caractère métapoétique de l’œuvre de Pindare, caractère qui apparaît surtout dans l’idée que l’auteur développe lui-même au sujet de la portée de ses odes, et dans le zèle qu’il porte à la présentation juste et convenable des mythes. De façon plus sérieuse, j’ai aussi essayé de transcrire la piété qui se lit au-travers de toutes les odes, en ouvrant mon épinicie par une invocation des Muses (très courante chez Pindare, et qui rapproche ce dernier de la tradition épique), par une intervention de Zeus dans le récit, et par une « maxime de sagesse » sur la nécessité pour l’homme de la présence divine.

Pour finir, il était aussi demandé de songer, dans l’écriture de notre pastiche, à un thème d’actualité que nous pourrions adapter au genre du texte. Pour conserver l’allure antiquisante que je souhaitais conférer à mon ode, j’ai dissimulé un peu mon sujet moderne qui préside au choix des conditions de la victoire, de la pars epica, et des « maximes de sagesse » ; il s’agit du non-contentement chronique qui, quoiqu’universel et intemporel, m’apparaît pourtant assez symptomatique du modèle social actuel. Les modalités de la victoire (la course) sont ainsi métaphoriques et évoquent la constance observée tout au long de la vie (métaphore courante que l’on retrouve déjà chez St Paul par exemple) ; quant à ma « correction » du mythe de Persée, celle-là développe également cette pensée (notamment le fait qu’il ait demeuré tout au long de sa vie dans la « boîte » dans laquelle il avait été enfermé plus jeune). Le travail que je propose se veut donc être surtout un développement de ce thème de la difficulté actuelle de se contenter de ses biens, chose accrue par la multitude et l’organisation des réseaux sociaux actuels que j’ai regroupé sous le terme elliptique de “Rumeur”.

              Voici donc mon ode, à laquelle j’ai joint une deuxième, plus brève (en une seule triade), qui permet de souligner davantage les liens de parenté qui unissent de nombreux vainqueurs dans les odes de Pindare.

 

ΕΙΣ ΜΕΤΑΘΑΝΤΟΝ ΛΑΚΕΔΑΙΜΟΝΙΟΝ

 

Ô Muses qui savez toutes gloires humaines,

Qui, peuplant les sommets fertiles et ombreux,

Descendez nous chanter, en dansant sur nos plaines,

Les exploits de nos pères, et quel prix fut à eux,

Après un long effort. Venez-donc souveraines !

Honorez la cité de ces gens courageux ;

Le geste du passé dans nos chants et nos peines,

Soit rendue à nos temps ; répondez à mes vœux !

              Car oui ! sires spartiates, à mon art poétique,

Fut confiée la mémoire, de Zeus un grand héros,

Métathanthe à tout dire, qui la course olympique,

Sous les pluies et les vents, les chaleurs a d’un saut,

Remportée, sous le mont du grand dieu, magnifique,

Et couronnes et chants. Réveillez-vous ! Eho ?

N’allez croire que moi, génial hôte delphique,

Je parle en souples vers ; fainéants ! Car le beau,

Mérite qu’on digresse, et qu’au long je me risque.

              M’oyez bien, je le vaut, car les anciens poètes,

N’ont, – je crois – rien compris des légendes passées. 

Le jour, en Sériphos, que Persée vit les vertes,

Collines que les gens couvraient d’orge et de blé,

Voilà que sur l’airain de sa geôle entr’ ouverte,

Il vit des salles d’or, combats et Renommée,

Et des hommes nombreux courir tous à leur perte,

Et un vieillard assis dans les champs Élysées.

             

 

              Restée dans le couvercle, en larme et soulagée,

Sa mère vit-il là, et au loin quelque champ,

Que l’humaine industrie, aux bois avait laissée,

Qu’il arracha, pour lui, au féroce habitant.

Ils bêchèrent à deux, et récoltant le blé,

Se nourrissaient le soir, dans leur coffre couchant.

C’est Zeus qui les porta aux splendeurs des palais,

De l’Argos reconquit, par la force des vents.

              Et lorsqu’il rendit l’âme, en Argos, sa patrie,

Que Zeus avait soumise entière à sa justice,

Printhanos, d’Apollon, cet an prêtre lui dit :

« Ta bravoure t’honore, et ta bonté exquise,

Mais si demain ton lot sera le paradis,

Dois-le à Hestia, qui en ton âme sise,

A mis la Satiété » Sa geôle fut son lit,

Toujours. « Tu fut content : Constance t’est acquise ! »

              Et certes que soit dit, qu’au cœur de tous les hommes,

Zeus, en dieu magnanime, a laissé pure et stable,

Le contentement saint ; mais si l’on court en somme,

Après Rumeur, Richesse et gloire, il est probable,

De passer de l’enfance, à l’inquiétude énorme.

Vois-donc Persée nouveau, je t’offre cette table ;

C’est mon art fantastique, sonnant, fier comme rhum ;

Que voulez-vous ? Pour moi, je suis content d’être louable !

 

*

 

POUR BIOTES, LE FILS DE MÉTATHANTE, ÉGALEMENT PLUTÔT DOUÉ A LA COURSE

 

Ô Muse au pas agile, à la voix pure et claire,

Mets en moi Souvenir, Hommage et le Talent ;

L’exploit de Bïotès, puissé-je ne le taire !

Car sa course a vaincu sous le temple éclatant,

De Zeus père des lieux, mille aux-jambes-de-fer.

La grâce du Cronide a porté cet enfant,

Sans défaut. Et son cœur, s’est joint à ce dieu fier.

Chante, ô Muse, chantons, ce digne descendant !

              Pareil à Héraklès à qui rien ne s’oppose,

Qui ne brille aujourd’hui, ni pour l’or ou l’argent,

Ni pour quelque couronne au monde qui s’impose,

Ni pour sa place ou pour son goût, mais car longtemps,

Sous les froids hivernaux que les pluies drues arrosent,

Sous la chaleur extrême, et qui sèche, et qui fend,

Il combattait l’effroi et ne disait que « j’ose »,

Je chanterai le fils comme son père avant !

              Hercule alors, par le soin des poètes,

Laissa le temps exalter ses travaux.

Hélas, de toi, qui dira la tempête,

Dont tu vainquis dans le stade les maux ?

Hélas encor ! Mais j’ai ceci en tête :

Pindare est là ! Pas de panique, égaux !

Hop, te voilà immortel, ô athlète,

Et je m’en vais ! Bien content de ces mots !

Prise en main du TLG

Pour accompagner et approfondir mes recherches, j’ai également choisi d’explorer le Thesaurus Linguae Grecae ; je retiens comme avantage la possibilité de saisir en une seule page l’ensemble des occurrences d’un lemme dans la littérature grecque, avec possibilité d’intégrer ou non ses variations casuelles, et, pour une occurrence en particulier, de pouvoir accéder à l’extrait du texte, et à une proposition de traduction. Cela pourra donc s’avérer utile afin de comprendre, dans un corpus prédéfini, les emplois courants ou inhabituels d’un terme-clef. 

Thibault Legois

Petite présentation

Bonjour ! Je m’appelle Thibault,

C’est ici que les vents favorables de la littérature grecque m’ont porté. Quant à mes premières impressions sur le versant numérique, je reste dans l’expectative d’apprendre à manier les divers outils qui me permettront d’avancer dans mes recherches.

Voici donc une photo du tableau L’apothéose d’Homère (Jean-Auguste-Dominique Ingres, 1827, Louvres), en espérant que l’aède m’insufflera du Parnasse un peu d’inspiration.

Jean Auguste Dominique Ingres, Apotheosis of Homer, 1827.jpg

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search