Projet personnel : La bande dessinée et le numérique

Grande passionnée de bande dessinée, je passe mon temps à en lire, à décortiquer les nouvelles théories sur ce genre, à m’immerger dans les nouveaux articles fraîchement publiés sur tel ou tel thème dans la bande dessinée, sur ce nouvel auteur ou dessinateur… Bref ma curiosité n’a pas de limite, mais quand on m’a dit que j’allais étudier la bande dessinée numériquement, un vent de panique est venu en moi ! Comment allais-je faire ça, moi et mon petit ordinateur qui beug deux fois sur trois ?

Tout d’abord il fallait répondre à cette question : comment travailler sur des planches de bande dessinée dans des albums brochés ? Prendre des photos de chaque planche ? Pourquoi pas, si l’on se contente d’un résultat tout juste passable avec des couleurs fadasses. Il fallait une autre solution : c’est alors que mon scanner est devenu mon meilleur ami. J’ai passé de longs moments en sa compagnie, aussi performant que mon petit ordinateur, nous sommes venus, vaillamment, à bout de ces centaines de planches. Le résultat était nettement plus satisfaisant : de belles couleurs mais un texte toujours peu lisible.

Maintenant il fallait passer aux choses sérieuses : les planches étaient scannées et bien rangées en format Jpeg. Maintenant il fallait commencer à analyser tout ça. C’est alors qu’est intervenu Docteur Ernesto Priego de London University : mon côté passionné a ressurgi en voyant toutes les merveilles que certains groupes de chercheurs ont fait : des recherches sur les couleurs, les dialogues, sur les comics, les mangas, la bande dessinée… Tout un monde fait de Data-machin-chose et de maping-truc-muche s’ouvrait à moi ! Puis la réalité est revenue au galop : comment faire un travail digne des « softwer Studies » quand on est une quiche en informatique ? Le programme « How to compare One Million Image » a tout de suite retenu mon attention : pourquoi ne pas faire la même chose avec ma petite centaine de planches ?

image: résultat de la comparaison d’un million de planche de manga One Peace.

Mon thème de mémoire étant : « Hercule dans la bande dessinée européenne », j’avais un corpus bien défini de plusieurs BD : pour cette expérience, j’ai décidé d’étudier plus particulièrement :

  • Héraklès, Tome 1, La jeunesse du héros, Bruneau, Annabel, éditions Glénat,
  • Hercule 01 – Le Lion de Némée, Looky, Morvan, édition Soleil,
  • Herakles, Cours, Akileos,
  • Hercule Moore, Wijaya, édition Milady Graphics
  • Les Petits Mythos, Tome 7, la raclé d’Héraclès, Cazenove, Larbier, Bamboo
  • Socrate le demi-chien, Tome 1, Héraclès,

Avec l’aide du professeur (Merci Monsieur Berra!) j’ai collé les images qui avaient été formatées au préalable de sorte que l’image obtenue contienne la totalité des planches pour que nous puissions comparer les différents jeux de couleurs. L’opération a été exécutée avec des planches en couleur et les mêmes planches avec un philtre noir et blanc.

Image : résultats de la comparaison des planches en noir et blanc et couleurs.

Nous remarquons ainsi que dans la bande dessinée pour enfants, les couleurs sont plus criardes, les cases plus visibles, alors que dans le comics, nous percevons très mal la limite des cases et les couleurs se recouvrent entre elles, formant ainsi une palette de marron-gris. Dans le projet en noir et blanc, nous voyons bien que la bande dessinée enfant a beaucoup de parties blanches, ce qui signifie très peu de couleurs sombres, alors que pour le comics, nous avons une grosse masse noire parsemée de taches blanches, qui nous fait comprendre que l’univers est donc bien lugubre dans ces pages… Le résultat était donc assez satisfaisant : même si je n’avais pas un million de planches à comparer, que le rendu du montage d’images était pitoyable face à celui des Softwer Studies, ma petite centaine de planches me rendit un résultat tout à fait exploitable.

Après avoir étudié les couleurs et la composition des planches, il me fallait étudier le contenu. Les études de Barry Salt ont retenu mon attention : l’étude des plans utilisés dans les cases serait intéressante dans l’argumentation de mon mémoire. Image : tableau de Barry Salt pour l’étude de films.

Cette méthode se rapproche beaucoup du domaine du cinéma : nous utilisons les mêmes noms de plans: plan général, plan d’ensemble, plan moyen, plan américain, plan rapproché, gros plan, très gros plan. J’ai donc fait plusieurs petits tableaux basiques (un tableau par BD) puis, j’ai scruté les planches une par une et ai relevé les plans qui étaient présents.

J’ai classé les résultats dans les tableaux. Les différents plans utilisés révèlent certains aspects de la bande dessinée comme dans la bande dessinée Hercule des éditions Soleil où nous remarquons un maximum de gros plans : on en conclut que l’action qui rythme cette bande dessinée joue beaucoup sur les gros plans pour faire passer des émotions aux lecteurs : gros plan sur un pistolet, sur un regard apeuré, etc. Alors que dans une bande dessinée pour enfant, nous allons principalement trouver des plans d’ensemble qui permettent à l’enfant de voir toute la scène dans sa globalité, il y a donc une certaine facilité de lecture.

Image : tableau de classement de résultats obtenus par bande dessinée : une couleur = une bande dessinée.

Ainsi, même si je n’avais pas un scanner de compétition, ni un ordi super puissant, et encore moins de grandes compétences en numérique, j’ai réussi à avoir des résultats tout à fait satisfaisants avec un simple tableau Open Office Calcul, un montage photo réalisé en majorité… sur Paint (oui oui, c’est un peu la honte mais bon si ça marche, pourquoi s’en priver) et de la patience !

Je reste cependant tout à fait impressionnée par les recherches dans ce domaine, en espérant que ce type de recherches se développera de plus en plus pour la bande dessinée.

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à lire le programme « How to Compare One Million Images»http://softwarestudies.com/cultural_analytics/2011.How_To_Compare_One_Million_Images.pdf

Et pour connaître les recherches de Barry Salt dans le cinéma :

http://www.cinemetrics.lv/satltdb.php

Le berger de l’Université par Virgile

La rosée tout 983742juste dissipée sur les feuilles de fougères ondulées, et le manteau neigeux fondu depuis peu, le berger de Nanterre fit les premiers pas en dehors de la ferme. Son fidèle chien le suivait sur ce chemin paisible, ombragé par les arbres aux bourgeons verdoyants, marchant sur les fleurs parsemées sur l’étendue d’herbe. Regarde, berger, voit ton troupeau qui te suit timidement. Les braves brebis ouvrent la marche, protégeant leurs petits, fruit de la dernière saison. Seul face à eux se dresse le bâtiment de Droit, de sa forme angulaire si sinistre et impressionnante pour ces petits de quelques semaines. Son troupeau ne passe pas inaperçu, la populations toute entière suit d’un regard bienveillant cette procession qui annonce l’arrivée du printemps. Les petits les plus téméraires se laisseront approcher par ces passants qui les photographieront pour garder en mémoire le souvenir de cette douceur de vivre. Leur pelage si blanc et duveteux tentera certain de le toucher, mais cette imprudence leur coûtera peut-être un coup de tête d’une de ces mères protectrices. Le chemin continue, le chien signale d’un cris familier que le troupeau doit s’arrêter sur ce petit terrain d’herbe. Le berger, assis sur l’un des bancs de bois de l’université, s’adonnera à l’une de ses chansons, la fredonnant pour ainsi voir le temps s’écouler lentement autour de lui. Regardant la population des lieux ; tout ces jeunes hommes et jeunes femmes en formation, se cherchant et se croisant. Certains s’assiéront à même le sol pour manger leur maigre repas composé de pain garni et de jus de fruits divers. Le soleil réchauffera l’air pour le rendre plus doux, invitant ainsi à la paresse et au bon temps. Ces étudiants fleurissent d’heure en heure sur l’herbe pour ensuite la recouvrir dans sa quasi totalité. Un air de musique raisonnera alors ; un jeune homme influencé par Apollon montrera son talent aux belles dames qui le regardent timidement, rougissantes tel des boutons de roses. La plus belle d’entre elles faisait tournoyer une mèche de cheveux blond autour de son doigts gracieux, son regard brûlait tel un rayon de soleil, son teint était plus blanc que la neige et sa grâce était semblable à celle d’un cygne. Lorsqu’elle se levait pour se joindre à son amour, sa démarche faisait d’elle une merveilleuse nymphe. Au-delà de cette légèreté, le berger pouvait voir le désespoir envahir un groupe d’étudiants, se rendant à leur examen de rhétoriques, leur visage pâle et leur regard fuyant. La dureté de la vie est parfois visible dans peu de choses. Le chien fit le signalement que la marche allait reprendre sur les chemins paisibles de l’université. Sur leur passage, il croisa quelques vestiges des autres habitants des lieux comme divers papiers et mégots qui s’étaient échoués au sol. Les bêtes firent attention de ne pas en mettre dans leur bouche. Les petits imitèrent les grands et continuaient leur chemin sans y porter la moindre attention. Ils arrivèrent alors devant la grande tour de couleur orangée, jonchée de fenêtres où se situait devant elle une grande place où s’effectuait des rassemblements. La bibliothèque était pour l’université ce qu’un phare peut être à la mer. Elle guidait par sa hauteur les habitants des lieux. Elle accueillait au sein de ses murs les âmes perdues entre deux leçons. Elle nourrissait leur connaissance et leur offrait chaleur et réconfort en dégageant cette odeur de manuscrits anciens. Les ovins n’avaient évidement pas accès à ce lieu mais le berger ne pouvait s’empêcher de s’imaginer à l’intérieur de cette enceinte. Pas après pas, il s’éloigna de cette montagne qui attirait tous les étudiants. Enfin sur son chemin, il rencontra son ami Alexis qui habite le village voisin.

« Voit comme la saison commence bien, l’herbe est tendre et les fleurs sont riches, les pommiers forment leurs fruits et les oiseaux chantent leurs douces mélodies dans les campagnes et les forêts. Amène ton troupeau dans le parc non loin d’ici, tu verras à quel point la nature est merveilleuse et féconde. »

Le troupeau prit donc le chemin du parc en traversant la ville. Cette première procession épuisa les agneaux qui ralentissaient à la fin du troupeau. Le chien les hâtait pour ne pas qu’il se produise un malheur. Les sabots des bêtes claquaient sur le sol dur et noir, l’herbe leur manquait, mais au bout du chemin était la récompense car l’entrée du parc se faisait voir. L’herbe était ici à perte de vue, entourant un grand lac bordé de fins roseaux. Les agneaux suivaient leur mère à l’ombre des boulots et platanes. Les chênes accueillaient des écureuils, maîtres de ces lieux. Le berger alla au bord de l’eau et crut reconnaître dans les pétales roses d’une fleur la couleur des lèvres de sa tendre Amaryllis dont le son de la voix raisonnait alors dans le souffle de sa chanson. Il fredonnait à nouveau un air joyeux dont les hautes tours de la Défenses étaient témoins. A la fin de la ronde du soleil, il était toujours là, assis au bord du lac paisible, parcourut par quelques volatiles. Les roseaux et les fourrés leur servaient de nid pour protéger leur progéniture des dangers de la nuit tombante. Les brebis s’étaient rassemblées, les agneaux étaient réunis au centre de l’épais troupeau. Quant au chien, il s’était assoupi par la fatigue que le voyage lui avait procuré. Tout était calme est paisible en cette fin de journée de printemps, mais le retour devait être amorcé pour être à l’étable avant la tombée de la nuit. Sur le chemin boisé, on croisa quelques abeilles, merveilles de la nature, qui terminaient leur dure journée de travail et rentraient dans leur foyer collectif. L’ombre des tours au loin devenait menaçante dans l’assombrissement du jour, mais la ferme était proche et les agneaux devenaient impatients de retrouver leur maison. Le cher Alexis croisa encore son chemin, le berger lui dit alors :

« Tu avais raison, mon bel ami, quel belle endroit que ce parc verdoyant. Ah ! Que mes agneaux étaient heureux de gambader dans ces fleurs. Cet endroit est meilleur pour mon troupeau que celui où je le mène chaque matin »

« Hélas mon pauvre berger, ta tâche est bien belle ! Même si tes bêtes ne sont pas au plus bel endroit, elles ont le mérite de diffuser du bonheur à ceux qui les croisent. Tes rêves veulent te mener plus loin, si tu le pouvais tu irais tous les jours à ce parc si riche, mais tu priverais toute cette population de ces si beaux moutons. Soit généreux avec les autres, la nature le sera avec toi».

Le ciel s’assombrit alors, les derniers étudiants rejoignaient d’un pas pressé leur transport. Le berger restait là, à contempler une dernière fois la beauté d’une journée éphémère, et à écouter le bruit du vent.

Une journée du berger de Nanterre à la façon de Virgile dans Les Bucoliques.

Pour créer ce billet j’ai tout d’abord commencé par choisir l’auteur : Virgile étant dans la bibliothèque juste à coté de mon bureau, j’ai tendu le bras pour attraper ce fameux titre : Les Bucoliques. Pas besoin de le relire, je l’avais déjà étudié plusieurs fois. Son style me plaît beaucoup donc j’avais trouvé mon auteur !

J’ai ensuite cherché le texte en latin sur Phi Latin Text. Je l’ai ensuite copier/collé dans Voyant Tools et j’ai étudié les mots qui ressortaient le plus. Les thèmes pastoraux étant au cœur des Bucoliques , j’ai décidé d’y rester fidèle en choisissant comme thème le berger de Nanterre. L’histoire étant totalement fictive, je me suis basée sur l’itinéraire qu’il emprunte avec son troupeau à l’intérieur de la fac mais aussi dans la ville de Nanterre où on peut l’apercevoir dans le parc de Nanterre Préfecture.

capturevirgile

Les caractéristiques que j’ai principalement prises en compte sont le rapport avec la nature (végétation, arbres, fleurs, phénomènes climatiques) mais aussi le rapport avec la musique que j’ai incorporé avec les chansons du berger. L’amour est aussi présent à travers les étudiants sur l’herbe : le beau jeune homme digne d’Apollon et la jeune fille dont la beauté se rapporte à une nymphe, mais aussi avec le berger lui même et son Amaryllis. La beauté est présente à travers ces personnages car chez Virgile les personnages ont tous une beauté extraordinaire. De plus j’ai récupéré des prénom du texte original comme Alexis et Amaryllis.

Phi classical Latin texts

Cette bibliothèque de texte latin est très simple d’utilisation : les textes sont ordonnés par auteur mais on peut aussi les trouver avec un mot clef (qui doit évidemment être en latin). Le site a une apparence très sobre, dépouillée de toute fantaisie mais qui s’avère efficace : autant aller à l’essentiel. Il donne également la possibilité d’effectuer des concordances entre les textes. Ainsi, pour la recherche d’un texte il est un excellent outil mais il n’apporte pas de précision sur celui-ci, ni de commentaire, il en donne seulement l’accès.capture1

Il était une fois les Humanités Numériques

Il est vrai que l’on associe rarement le terme « humanités » à celui de « numérique», mais comme on dit : les opposés s’attirent ! Nous voici donc dans le cours qui matérialise leur union, les humanités numériques. En quoi cela consiste-t-il ? Je me suis longuement posé la question.

Sortant de la licence Humanités classiques, arts et patrimoine qui était consacrée à toutes les matières dites d’humanités (histoire, langues anciennes, langues vivantes, histoire de l’art), la question du numérique me semblait bien loin. Mais voici que ce Master s’offre à moi et me laisse délibérément penser qu’aujourd’hui le numérique est partout. Nous allons ainsi apprendre à manipuler des outils informatiques, à gérer des donnés et à donner vie à un site, tout cela en gardant en ligne de mire notre passion numéro un : l’Antiquité. Intéressant, mais à quoi cela sert-il ? À montrer que l’Antiquité est encore présente dans bien des domaines et qu’il faut avant tout transmettre des informations correctes la concernant. En apprenant à utiliser les nouvelles technologies, nous pourrons diffuser ces connaissances de manière efficace et deviendrons par la même occasion les témoins directs du mariage des humanités et du numérique, pour le meilleur et pour l’avenir.wp_20161007_15_15_15_pro2