PHI Latin Texts : Une interface qui a la classe

Quoi ?

Le site que j’ai décidé de décrire pour ce billet tire pour moi son intérêt de la simplicité de son interface.  L’association Packard Humanities Institute nous propose avec leur site PHI Latin Texts, voici le lien https://latin.packhum.org/ une liste de plusieurs auteurs et leurs textes en latin avec une grande sobriété.

Un contenu plus complexe que son allure 

Les textes qui nous sont montrés ici sont donc des textes littéraires en latin qui sont mis à la disponibilité de chacun. Je reconnais ne pas avoir compris un traître mot de ces œuvres. 

Quels sont donc leur emballage ?

En ce qui concerne la présentation de cette liste d’auteurs (et de leurs textes), on a affaire à un cadre central bleu sur fond jaune pâle. Nous sommes tout de même introduits un encadré faisant penser à une délicate lettre d’invitation au savoir. Pour certains, cette esthétique pourrait avoir l’air fade. Pour ma part, je la trouve simplement épurée et elle ne perd pas le visiteur dans un flot de texte trop embrouillés. La recherche semble se faire de manière plutôt intuitive et simple grâce au lien about.

Rédigeant ce billet à partir de mon téléphone et étant amené à visiter le site sur ce dernier ; je tiens à préciser que même sur mobile, l’interface reste plutôt élégante et très claire.

Dans la continuité de la simplicité : une épuration dans la recherche

● La recherche des auteurs se fait par le lien nommé Author (étonnant).

● Il est intéressant de constater que l’on peut faire des recherches par mots sur le site à travers le lien Word Search. Cela doit être fort utile pour les latinistes. C’est donc un outil de lexique avancé qui saura régaler votre soif littéraire latine.

● Le lien Concordance représente le lien d’une recherche lexicale encore plus avancée et filtrée que Word Search.

Que dire de plus concernant ce site ? 

Il est suffisamment clair dans son interface pour que quelqu’un de totalement extérieur à la littérature et à la culture latine comme moi puisse comprendre son intérêt et la façon avec laquelle on peut s’en servir.

Je ne peux que conclure en vous disant ; ALEA JACTA EST (ça n’a aucun lien avec mon billet mais cette phrase est élégante quelque soit le contexte) !

Humanité dans le doigté

 

Je suis conscient du fait que j’ai pris beaucoup de retard pour publier ce premier billet. J’en suis navré. Je me nomme Yousri Bentahar et je suis étudiant en master cinéma et audiovisuel, dans la mention Histoire des Formes et Théorie des Images. En d’autres termes, je ne suis pas forcément amené à côtoyer ce qui se rapproche des humanités numériques dans mon parcours. Je peux même affirmer en toute humilité que l’informatique est un domaine dans lequel je suis loin d’être avancé. En choisissant ce séminaire, j’avais en tête de peut être en apprendre un peu plus sur ces technologies que je ne maîtrise pas vraiment. D’un point de vue culturel ou même pratique, ce cours ne peut apporter que du positif et quelque chose de productif. 

Ce billet ne va cela dit pas se contenter d’une biographie. La première chose à laquelle j’ai pensé en voyant que l’Antiquité était une période historique qui semble centrale comme sujet d’étude, c’est une image qui, bien qu’étant un peu cliché,  la symbolise. il s’agit d’une photo de temple grec.

En effet ce dernier symbolise selon moi une partie de la notion d’humanité mais ce type de construction fait aussi appel à la notion d’artisanat.  L’artisanat, c’est la puissance de la main humaine. J’ai donc fait un lien qui peut sembler capillotracté entre l’étymologie du mot “digital” de “Digital Humanities” que j’ai pris dans son sens français. Le mot “digital” venant de “doigt”, le lien était vite fait. Je me suis dit que le lien entre antiquité, humanité, et construction semblait pertinent dans le cadre de ce séminaire.

SANYO DIGITAL CAMERA
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search