Numériquement vôtre

Une fois licencié de l’université,

Le parcours continue dans les humanités.

Déjà trois ans ici, pourquoi pas deux de plus ?

Côtoyons les vieux livres et autres papyrus.

Attendez, que dites-vous, des cours de numérique ?

Voilà qui promet d’être des plus épique !

Deux époques se rencontrent, se mêlent et se subliment,

En un cours digital tout à fait légitime.

Gérer un carnet et un site, voilà notre devoir

Le résultat, je l’espère, saura être notoire.

Le numérique est à présent l’avenir du passé.

Exegimus monumentum perennius aere.

images

Doutes métaphysiques et numériques

J’ai pris la voie des sages et des classiques pour ralentir le temps, suivre le chemin de ceux qui savaient s’en saisir pour m’en saisir à mon tour, dans une fuite en arrière, vers ceux dont les tablettes n’étaient pas tactiles. J’ai pris la voie des classiques pour échapper au mal du siècle et voici que mon siècle me rattrape, sous la forme hybride de ce Master Humanités Classiques et Humanités Numériques. « Lire des livres sur un écran ? Moi ? Jamais !! », peut-on régulièrement m’entendre dire, invoquant l’odeur de l’objet, le plaisir de tourner la page (la page en papier), et celui de voir le marque-page progresser dans le livre au fur et à mesure de la lecture.ralentir-le-temps

Alors oui, j’ai sciemment choisi ce Master, mais je crois que j’avais malgré tout un peu éludé la partie numérique, son langage codé et son monde parallèle, auquel je ne comprends pour l’instant pas grand chose. J’ai toujours entendu dire que le numérique peut effrayer ceux qui appartiennent aux générations précédentes et qui ne sont pas habitués à ces outils, et, en bonne utilisatrice de Word, je ne voyais pas très bien le côté effrayant (quoique j’aie souvent le sentiment d’être tombée dans la mauvaise génération). C’est maintenant chose faite, entre pads, forums, markdown et autres trésors de l’informatique ! Mais, le vent de panique passé, j’ai bien l’intention de m’accrocher, car c’est avec curiosité et intérêt que j’aborde ces Humanités Numériques.

Quand le Numérique côtoie l’Antiquité

Le Master Humanités classiques et Numériques, c’est d’abord une contradiction pure et simple. Qui aurait pensé lier le numérique à la période classique de notre histoire? On imagine avec difficulté comment relier les deux, cela semble absurde. Et pourtant …

On attribue souvent à l’Antiquité les origines d’une part importante de ce qui fonde nos sociétés alors pourquoi ne pas aller plus loin? Après tout, les anciens écrivaient bien sur des tablettes de cire ; l’ordinateur ne pourrait-il pas s’en inspirer?

De surcroit, nous vivons aujourd’hui dans une ère où tout (ou presque) passe par le numérique. Il n’y a alors aucune raison pour faire des enseignements classiques une exception. Surtout si cela peut rendre la matière plus accessible. Dans une époque où l’on veut tout, tout de suite, où on a un accès instantané à d’énormes bases de données, ça permet de se rapprocher de cultures, de textes, de traditions éloignées. Ca permet de donner un accès constant à une période non négligeable de l’Histoire, de ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Pour moi, choisir le master Humanités classiques et numériques, c’est faire le choix de ne pas choisir entre un passé qui nous définit et un futur que l’on écrit. C’est choisir de partager ce qui nous plaît, ce qui nous touche. C’est choisir de transmettre à échelle mondiale les recherches d’un petit nombre.

1540-0

Humanités numériques

humanites-numeriquesNumérique. Un mot qui me rebute et m’intrigue. Dans une société de plus en plus tournée vers les nouvelles technologies je désespère du désintérêt porté aux livres, surtout chez la jeune génération. Aussi j’ai toujours été heureuse de me casser le dos en restant plusieurs heures penchée sur mon Gaffiot ou mon Bailly plutôt que de m’abîmer les yeux devant un ordinateur. Et voilà qu’on m’impose d’abandonner stylo et papier au profit de celui-ci pour un cours intitulé Humanités numériques.

Trahie par mon master d’Humanités Classiques ? Non. Je n’avais tout simplement pas songé au moment de mon inscription au nom complet du diplôme. Que puis-je donc attendre d’une matière qui n’avait auparavant pas suscitée mon attention ? Pas grand-chose, si ce n’est que j’ai tout de même l’espoir de parvenir un jour à mieux comprendre les supports et outils que nous utilisons chaque mardi en salle 420.

Le miracle se produira-t-il ? Affaire à suivre…