Remarques sur PHI Latin Texts

Ce site offre une interface d’utilisation très épurée de par la sobriété de la mise en page et le nombre réduit des onglets proposés (4 en tout). Après avoir accepté le fait d’utiliser les ressources pour son propre travail, on accède à la page d’accueil.Elle contient une liste des auteurs accessibles ou de textes d’anonymes principalement de l’antiquité classique et quelques uns tardifs. En sélectionnant une entrée, on accède au texte avec toujours sa provenance: le nom de la personne qui a établi le texte, l’année de parution etc. Les éditions sont en général anciennes car libres de droit.

capture d’écran du site

L’accès à ces textes s’accompagnent de deux fonctionnalités de recherche très intéressantes pour la constitution d’un corpus. La première, Word search, permet de lister touts les occurrences d’un groupe de lettres, très utiles quand il s’agit de chercher un mot dans sous ses formes différentes de la déclinaison ou encore dans une dérivation. Un outil à côté de la barre de recherche précise les signes à insérer pour circonscrire sa recherche à un auteur précis et/ou une oeuvre. Les résultats obtenus sont dans leur contexte ce qui permet à l’accès direct à la source. L’onglet Concordance reprend le principe de Word search en s’attachant cette fois-ci à une forme de mot précise inaltérable. La simplicité d’accès est aussi matérialisée par la présence d’une adresse mail à laquelle sont joignables les administrateurs du site qui

appreciate your comments, suggestions, and inquiries

Pour ce qui est du partage du texte, les administrateurs n’ont pas fait le choix d’utiliser un format qui permet son appropriation car on peut pas avoir accès au texte source et ainsi le modifier. Cette façon d’éditer est donc plus pour la consultation que pour la recherche et on le voit aussi à l’absence d’une vrai interaction avec le texte.

On y cherche certes des syntagmes mais les mots n’appellent pas de références ou citations d’auteurs. L’apparat critique y est absent.

Brève présentation de mon projet d’étude et de mes attentes

Platon et Aristote : genèse de la tension entre utopie et pragmatisme
” Platon et Aristote “, l’école d’Athènes, vers 1510, Raphaël, musées du Vatican

Bonjour à toi, cher lecteur.

     Après trois ans de classes préparatoires aux grandes écoles au lycée La Bruyère de Versailles et une année à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati, j’étudie cette année en première année de master “humanités classiques et humanités numérique ” dans le dessin d’approfondir ma maîtrise des langues grecque et latine, de développer d’autres compétences me permettant d’appréhender ces disciplines et de me tourner progressivement vers la préparation de l’agrégation. Je développe un intérêt particulier pour l’histoire, la philosophie, l’éducation et la pédagogie. À côtés de mes études universitaires, je suis membre actif de l’association ” Légion VIII Augusta ” (association d’archéologie expérimentale et de médiation culturelle s’intéressant à la notion d’ “Antiquité vivante”, notamment autour de la pratique de la reconstitution historique), que je serai peut-être amené à diriger en qualité de président dans les années à venir.

En ce qui concerne mes attente vis-à-vis de ce cours d’humanités numériques et afin d’être le plus sincère possible, Je préciserai seulement que, profane fort peu initié aux doctrines et arcanes de la science informatique, je m’en remets totalement à mon Professeur, Aurélien Berra, pour m’enseigner à comprendre cet univers méconnu, regorgeant d’outils qui, j’en suis sûr, me conduiront à mieux appréhender la recherche scientifique et à me donner de nouvelles idées en matière de pédagogie, notamment par la mise en page et l’édition de textes, d’images.

 

 

 

 

Des canards dans la caverne

Je suis étudiante à Nanterre depuis déjà quelques années et actuellement inscrite en première année de Master Humanités classiques et humanités numériques à distance. Je suis une rescapée d’une autre époque puisque j’ai connu à Nanterre les cours à distance sous forme de polycopiés. Désormais, les humanités se sont mises au numérique et je regarde les cours en vidéo.

Dans mon écran, je vois un écran dans lequel il y a un autre écran. Il se passe là-dedans un cours d’Humanités numériques. J’ai l’impression d’être au fond d’un amphi. Loin devant, il y a des gens tout petits que je ne connais pas et que je vois tout le temps de dos. Tout cela me rappelle l’allégorie de la caverne, qui nous a été transmise par Platon. Comble de la chose, une voix provenant d’une silhouette noire explique que ce que je vois n’est qu’une sorte de réalité virtuelle conçue uniquement à partir de 0 et de 1! Le numérique rapproche, certes, mais tout de même… l’Antiquité ne nous paraît-elle pas encore plus lointaine? Combien d’écrans y a-t-il entre elle et nous?

Quand l’ordinateur de l’enseignant se met en veille, d’autres silhouettes défilent pendant de longues minutes. Je vois alors passer de très belles planches représentant des plantes très variées, des insectes, différentes espèces de trilobites, des méduses de toutes les couleurs, des oursins, des coraux, des poulpes et de nombreux autres organismes dont la nature m’échappe. Comme dans la République, j’entends l’écho d’une voix, mais je sais qu’elle n’appartient pas aux ombres qui passent devant moi puisqu’elle parle des formats de fichier, du problème des boîtes noires et du HTML. Partant à la recherche de l’identité des organismes inconnus, je ne l’écoute plus qu’à moitié.

Il s’avère que les planches sont tirées des Formes artistiques de la Nature, ouvrage publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel au tournant des XIXe et XXe siècles, et que mes organismes inconnus sont des cirripèdes (on en apprend des choses dans ce cours…). Ce sont des animaux marins appartenant aux crustacés, et auxquels est associée, entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne, une histoire abracadabrante d’arbre à canards. Cette théorie – très surprenante pour nous – trouve son origine dans la forme particulière de certains cirripèdes (les anatifes par exemple), qui sont munis de coquilles à double valve (faisant penser à un bec), qui s’accrochent aux rochers à l’aide d’un long pédoncule (faisant penser à la branche d’un arbuste) et desquels sortent de longs poils (pouvant faire penser à un plumage). Une confusion autour de ces observations a fait croire pendant plusieurs siècles à l’origine végétale de certaines espèces de canards. Dans une version de cette théorie, les canards éclosent des fruits de l’arbre lorsqu’ils sont mûrs. Dans une autre, les feuilles de l’arbre s’en détachent et se transforment en poissons ou en canards selon qu’elles tombent dans la mer ou sur la terre. Ces arbres ont été représentés par Claude Duret dans son Histoire admirable des plantes et herbes en 1605 (source : gallica.bnf.fr /BnF).

Hypothèse intéressante. Pourquoi pas, après tout? Je plaisante, en fait je n’arrête pas d’en rire. C’est bien d’une caverne qu’est sorti un pareil mythe !

Humanités numériques : est-ce possible?

Je m’appelle Fanny LAURET et cette année j’ai choisi de faire un Master d’Humanités classiques et numériques.

L’intitulé de ce cours d’humanités numériques m’a longtemps laissé perplexe, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre car pour moi classique et numérique ce sont tout de même des mots contradictoires. Alors la question qui me turlupinait était de savoir comment ce cours allait bien pouvoir concilier ces deux notions (mystère et boule de gomme). De plus la technologie et moi … hum … je galère déjà à installer des programmes sur mon ordinateur alors quand on a commencé à me parler de Markdown je me suis dis :  “mais où suis-je tombée? On est censé traduire des textes vieux comme le monde ici” ! Entre les outils informatiques que nous devons utiliser cette année et la complexité du langage informatique, comment dire que j’ai un peu paniqué. Il est vrai que je n’aurai jamais pensé devoir utiliser mon ordi dans une formation de Lettres Classiques. Mais bon, on apprend à tout âge. Ce cours me permettra peut-être de combattre mes vieux démons. Dans tous les cas je suis enthousiaste pour la suite. Je me rends compte qu’associer les humanités classiques au numérique n’est pas une chose si improbable, au contraire. C’est une façon d’améliorer les humanités classiques avec les moyens que nous disposons aujourd’hui : le numérique.

Tintin à la découverte des humanités numériques

 

mon voyage -courant- avec les Ηumanités Numériques

L’an dernier j’ ai trouvé moi-même plusieurs fois dans une position incommode à laquelle je faudra chercher les mots exacts pour expliquer le sujet de mon master.  C’ est évident la fait que Humanités Numériques est un terme qui se semble un peu bizarre. Est-qu’ il s’ agit d’ une nouvelle science? Est-qu’ il se devient de la domaine de la Informatique et qu’est-ce que sa corrélation avec les Humanités en générale?

Toutefois je trouvais la courage et j’ essayais d’ en expliquer et, afin, après longtemps, souvent les mots m’ ont donne une réponse agréable. La traduction par l’ anglais m’ aidé beaucoup parce que la phrase “Digital Humanities” s’ écoute plus claire aux nos oreilles. J’ai compris que l’ adjectif décrit le format nouveau qu’ on va approcher le noμ: en outre, les humanités, plus spécifiquement la science autour les etudes classiques, sera rapprocher et repenser en utilisant des méthodes numériques. Mais je ne savais pas encore qu’est-ce je ferais dans mon Master exactement.

Maintenant afin je suis en Nanterre Université en assistant le cours Humanités Numériques et ma recherche jusqu’ aujourd’hui m’ a conduit à repenser ma réponse. Notre définition sur le sujet ne doit pas être ni pratique ni très théorétique. Il ne signifie pas qu’ il faut on produit quelque révolution numérique pour changer la manière à laquelle on approche les textes antiques, mais il s’ agit d’une passage différente pour revoir l’ antiquité et sûrement l’ informatique nous offre des éléments nécessaires pour le faire.

Je me considère des différents moyens dont mes histoires préférés ont été rancontés . Je me souviens des performances spectaculaires et des films modernes dont ils s’ inhérent. Je pense que Humanités Numériques me donnera des façons nouvelles pour les revoir.

Orphée et euripidice

Que signifie le terme humanités numériques?

Pour moi, pas du tout une connaisseuse, au début, il semble être une façon d’aider et améliorer les champs de la recherche des Humanités Classiques. C’est un instrument utile pour faire les textes/extraits, classifiés, pour leur observé, le fait d’analyser, l’interprétariat, en un rien de temps en le comparant aux méthodes précédentes. Sauf cela, en perfectionnant un domaine, un domaine qui semble être obsolète et presque abandonné, le domaine des Humanités Classiques, prouve qu’il y a beaucoup encore pour découvrir dans les champs nous avons cru que nous avons terminé avec eux. L’utilisation de l’ordinateur, est devenue une habitude quotidienne pour la plupart du monde. Cependant, combien obtenons-nous vraiment, pour connaître bien au sujet de la science des informatiques, une science  “programmatique ”et rationalisant ? Combien dans l’informatique sont nous ? En parlant de moi, même si je n’avais jamais essayé d’encoder ou créer un site, ou utiliser même un programme pour faciliter mon travail, je me sens très intrigué pour commencer à m’exercer, en commençant même avec des petits pas à chaque fois, parce que c’est non seulement un différend domaine; c’est une différente façon de s’approcher du monde et je veux découvrir autant d’aspects que je peux!

Le doute interroge, la certitude désespère.

   Avete, je suis Betty Latouche et j’ai 24 ans. Cette année je suis assistante de français en Autriche à Vienne et je me suis inscrite à distance dans ce master pour essayer d’enrichir mes études. Il y a deux ans que je n’ai plus côtoyer les lettres classiques, une certaine appréhension me saisit quand les vidéos s’enchaînent. Je dois avouer que ce cours me déconcerte car étant peu douée en informatique, j’ai l’impression d’évoluer dans des sables mouvants. J’espère néanmoins que je trouverai un chemin sûr et que tout ce que nous apprendrons, nous sera profitable pour le reste de nos études et aussi dans notre quotidien.


Le doute, DINET Martine, 2016