Projet personnel : La bande dessinée et le numérique

Grande passionnée de bande dessinée, je passe mon temps à en lire, à décortiquer les nouvelles théories sur ce genre, à m’immerger dans les nouveaux articles fraîchement publiés sur tel ou tel thème dans la bande dessinée, sur ce nouvel auteur ou dessinateur… Bref ma curiosité n’a pas de limite, mais quand on m’a dit que j’allais étudier la bande dessinée numériquement, un vent de panique est venu en moi ! Comment allais-je faire ça, moi et mon petit ordinateur qui beug deux fois sur trois ?

Tout d’abord il fallait répondre à cette question : comment travailler sur des planches de bande dessinée dans des albums brochés ? Prendre des photos de chaque planche ? Pourquoi pas, si l’on se contente d’un résultat tout juste passable avec des couleurs fadasses. Il fallait une autre solution : c’est alors que mon scanner est devenu mon meilleur ami. J’ai passé de longs moments en sa compagnie, aussi performant que mon petit ordinateur, nous sommes venus, vaillamment, à bout de ces centaines de planches. Le résultat était nettement plus satisfaisant : de belles couleurs mais un texte toujours peu lisible.

Maintenant il fallait passer aux choses sérieuses : les planches étaient scannées et bien rangées en format Jpeg. Maintenant il fallait commencer à analyser tout ça. C’est alors qu’est intervenu Docteur Ernesto Priego de London University : mon côté passionné a ressurgi en voyant toutes les merveilles que certains groupes de chercheurs ont fait : des recherches sur les couleurs, les dialogues, sur les comics, les mangas, la bande dessinée… Tout un monde fait de Data-machin-chose et de maping-truc-muche s’ouvrait à moi ! Puis la réalité est revenue au galop : comment faire un travail digne des « softwer Studies » quand on est une quiche en informatique ? Le programme « How to compare One Million Image » a tout de suite retenu mon attention : pourquoi ne pas faire la même chose avec ma petite centaine de planches ?

image: résultat de la comparaison d’un million de planche de manga One Peace.

Mon thème de mémoire étant : « Hercule dans la bande dessinée européenne », j’avais un corpus bien défini de plusieurs BD : pour cette expérience, j’ai décidé d’étudier plus particulièrement :

  • Héraklès, Tome 1, La jeunesse du héros, Bruneau, Annabel, éditions Glénat,
  • Hercule 01 – Le Lion de Némée, Looky, Morvan, édition Soleil,
  • Herakles, Cours, Akileos,
  • Hercule Moore, Wijaya, édition Milady Graphics
  • Les Petits Mythos, Tome 7, la raclé d’Héraclès, Cazenove, Larbier, Bamboo
  • Socrate le demi-chien, Tome 1, Héraclès,

Avec l’aide du professeur (Merci Monsieur Berra!) j’ai collé les images qui avaient été formatées au préalable de sorte que l’image obtenue contienne la totalité des planches pour que nous puissions comparer les différents jeux de couleurs. L’opération a été exécutée avec des planches en couleur et les mêmes planches avec un philtre noir et blanc.

Image : résultats de la comparaison des planches en noir et blanc et couleurs.

Nous remarquons ainsi que dans la bande dessinée pour enfants, les couleurs sont plus criardes, les cases plus visibles, alors que dans le comics, nous percevons très mal la limite des cases et les couleurs se recouvrent entre elles, formant ainsi une palette de marron-gris. Dans le projet en noir et blanc, nous voyons bien que la bande dessinée enfant a beaucoup de parties blanches, ce qui signifie très peu de couleurs sombres, alors que pour le comics, nous avons une grosse masse noire parsemée de taches blanches, qui nous fait comprendre que l’univers est donc bien lugubre dans ces pages… Le résultat était donc assez satisfaisant : même si je n’avais pas un million de planches à comparer, que le rendu du montage d’images était pitoyable face à celui des Softwer Studies, ma petite centaine de planches me rendit un résultat tout à fait exploitable.

Après avoir étudié les couleurs et la composition des planches, il me fallait étudier le contenu. Les études de Barry Salt ont retenu mon attention : l’étude des plans utilisés dans les cases serait intéressante dans l’argumentation de mon mémoire. Image : tableau de Barry Salt pour l’étude de films.

Cette méthode se rapproche beaucoup du domaine du cinéma : nous utilisons les mêmes noms de plans: plan général, plan d’ensemble, plan moyen, plan américain, plan rapproché, gros plan, très gros plan. J’ai donc fait plusieurs petits tableaux basiques (un tableau par BD) puis, j’ai scruté les planches une par une et ai relevé les plans qui étaient présents.

J’ai classé les résultats dans les tableaux. Les différents plans utilisés révèlent certains aspects de la bande dessinée comme dans la bande dessinée Hercule des éditions Soleil où nous remarquons un maximum de gros plans : on en conclut que l’action qui rythme cette bande dessinée joue beaucoup sur les gros plans pour faire passer des émotions aux lecteurs : gros plan sur un pistolet, sur un regard apeuré, etc. Alors que dans une bande dessinée pour enfant, nous allons principalement trouver des plans d’ensemble qui permettent à l’enfant de voir toute la scène dans sa globalité, il y a donc une certaine facilité de lecture.

Image : tableau de classement de résultats obtenus par bande dessinée : une couleur = une bande dessinée.

Ainsi, même si je n’avais pas un scanner de compétition, ni un ordi super puissant, et encore moins de grandes compétences en numérique, j’ai réussi à avoir des résultats tout à fait satisfaisants avec un simple tableau Open Office Calcul, un montage photo réalisé en majorité… sur Paint (oui oui, c’est un peu la honte mais bon si ça marche, pourquoi s’en priver) et de la patience !

Je reste cependant tout à fait impressionnée par les recherches dans ce domaine, en espérant que ce type de recherches se développera de plus en plus pour la bande dessinée.

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à lire le programme « How to Compare One Million Images»http://softwarestudies.com/cultural_analytics/2011.How_To_Compare_One_Million_Images.pdf

Et pour connaître les recherches de Barry Salt dans le cinéma :

http://www.cinemetrics.lv/satltdb.php

Projet personnel : Démarches pour une recherche lexicale sur un recueil d’extraits

Si les recherches numériques sur un corpus restreint à une oeuvre ou un auteur peuvent déjà s’avérer délicates, le traitement d’un corpus constitué d’extraits de dizaines d’œuvres appartenant à des dizaines d’auteur répartis entre deux langues l’est encore plus.
Pour ce faire, la première chose a été de créer un tableau récapitulatif de tous les extraits sélectionnés afin d’avoir une base de travail :

L’outil le plus approprié pour traiter un corpus aussi disparate est le logiciel Diogenes. Celui-ci permet de chercher les occurrences d’un mot/lemme selon différents critères et à partir d’une base de données définie.

  

Tous les auteurs de la liste n’étaient pas présents dans la base de données, mais j’ai pu créer des corpus significatifs d’auteurs latins et grecs.
Après avoir constitué une liste de mots-clés dans les deux langues, j’ai lancé des recherches à la fois sur ces sous-corpus d’auteurs sélectionnés et sur l’ensemble de la base de données du Phi et du TLG.

Les recherches sur l’ensemble des corpus latins et grecs ont pour but d’évaluer quantitativement l’importance d’un terme dans la littérature voire son évolution à travers les siècles.
Les recherches sur les sous-corpus ont quant à elles une portée qualitative. La fréquence d’apparition selon l’auteur, l’oeuvre ou l’époque est certes utile, mais c’est avant tout le contexte d’apparition et l’usage qui en est fait qui m’intéressent ici.
De fait, Diogenes permet, pour chaque occurrence trouvée, de la replacer dans son contexte via les bases de données utilisées.

Le travail final de mon mémoire ne tourne certes pas autour de la composante numérique, mais celle-ci permet aussi bien de fournir des données chiffrées que d’aider et de dynamiser la recherche littéraire.

Projet personnel : extraire des participes parfaits

Mon mémoire portant sur le participe parfait, sa morphologie et son emploi, j’avais besoin d’extraire un grand nombre de participes pour les étudier et faire des statistiques.

Afin de présenter ma démarche efficacement, j’ai opté pour un diaporama de slides sous format html : https://classnum.github.io/hchn_slides/ros-guezet_mariane.html#1

Même si cette présentation parle d’elle-même, je tiens à rajouter que ce travail m’a été très utile, bien que j’aie rencontré des difficultés techniques à l’utilisation des différents outils qui m’étaient proposé. Une fois la barrière de l’incompréhension et de la frustration de ne pas y arriver passée, on trouve des résultats intéressants qui nous font gagner un temps considérable : c’est ainsi que les humanités numériques volent au secours des humanités classiques !

Projet numérique : le Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie

S’intéresser à des auteurs non-classiques équivaut souvent à s’aventurer là où la main des spécialistes a rarement mis le pied. Cela peut s’avérer très fructueux dans le cadre d’études de texte traditionnelles, mais dans le cas de traitement numérique des œuvres, cela signifie avancer à tâtons dans un monde peu balisé et où, en particulier, les textes en condition d’être traités sont rares. Ce fut mon cas durant ce semestre, ce n’est qu’à la toute fin d’avril que l’entièreté du Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie, dont nous avons conservé dix livres complets et les fragments de dix autres, a été rendu disponible sur le TLG en ligne. N’ayant avant cette date accès qu’aux deux premiers tomes, mon travail numérique était limité.

J’avais pu bien sûr utiliser les fonctions de statistiques de TLG sur l’ouvrage de Julien, le Contre les Galiléens, que Cyrille réfutait, mais ce n’est qu’en ayant accès à tout l’ouvrage de Cyrille que j’ai pu réellement faire travailler ensemble ces deux textes. Ainsi, si je pouvais déjà constater chez Julien un e surreprésentation des lemmes « θεός » « φημι » ou « Μωυσῆς » ce n’est que récemment que j’ai pu remarqué que ce sont les mêmes qui le sont chez Cyrille.


Cela peut s’expliquer par les sujets traités qui sont semblables (en l’occurrence, l’Ancien Testament dans les 10 premiers livres du Contre Julien d’où la prépondérance de Moïse) et peuvent indiquer que Julien, comme Cyrille le réfutait lui-même, réfutait peut-être un auteur qui lui était antérieur (d’où l’emploi abondant de φημι), comme il a été suggéré par M.-O. Boulnois (« Le “Contre les Galiléens” de l’empereur Julien répond-il au “Contre Celse” d’Origène ? »).

J’avais également tenté d’observer un ensemble de co-occurrences de passages ou d’expressions parallèles entre Julien et ses prédécesseurs païens dans la polémique anti-chrétienne, mais les résultats demeuraient peu pertinents, comme il s’agissait dans la plupart des cas de citations bibliques courantes :

Enfin, le récent ajout des 10 volumes du Contre Julien sur le TLG m’a permis de faire des recherches de lemmes et de termes dans l’ensemble de l’œuvre, ce qui est toujours plus pertinent que de le faire sur deux livres seulement. Ainsi, j’ai pu constater statistiquement ce que déjà je présentais à la lecture, soit un emploi par Cyrille très restreint du nom même de son adversaire.

Grâce à l’interface du TLG, je peux retirer du compte les occurrences du nom de Julien présentes dans les titres (en majuscule) et ne considérer que celles dans le corps du texte, qui représentent à peine plus de 3 occurrences par livre, et qui justifient un commentaire particulier de ma part de celles-ci dans les passages où elles se trouvent.

Ainsi, si mon mémoire ne se centre pas autour de l’analyse numérique des textes que j’étudie, la possibilité de rechercher des termes ou des expressions précises dans l’ensemble du Contre Julien me permet de proposer un commentaire plus riche et surtout plus exact.