Mnémosyne : projet collaboratif

Nous présentons ici notre travail du second semestre de l’année universitaire 2017-2018, dans le cadre du séminaire « Humanités numériques 2 ».

L’idée au début du projet était de concevoir et réaliser un site électronique pour publier les textes encodés au premier semestre. La compréhension de plusieurs paramètres était essentielle, depuis la sélection des textes jusqu’à leur présentation en ligne, sur le modèle des sites du projet Perseus (latin et grec).

Puisqu’il s’agissait d’un projet collaboratif en six séances, le communication a largement eu lieu sur le forum en ligne du cours, mais la première étape était de s’organiser en créant un framapad pour définir les tâches, réfléchir sur une thématique possible pour la sélection du corpus et suggérer des auteurs. La thématique choisie dans la première séance était le sujet féminin, avec des textes écrits par des femmes ou destinées à elles, comme des poèmes de Sappho et L’Assemblée des femmes d’Aristophane. Au final, nous avons décidé de nous occuper surtout de textes classiques : ce choix semblait plus pertinent puisque ce site est destiné aux élèves plus tard, pour servir comme une base de données plus vaste. Par conséquent, le nom proposé était Mnémosyne, qui fait allusion à une mémoire diverse du monde antique (Revelio a aussi été suggéré).

Nous avons commencé par une auteure féminine, Sappho, une décision qui a soulevé beaucoup de problèmes. Premièrement, son corpus n’existait pas dans l’entrepôt de Perseus, qui constituait notre source principale pour rassembler les textes, du coup on a récupéré des fichiers XML à partir d’une page Web qui recueillait les fragments de l’édition Lobel-Page. Au niveau de l’encodage, il fallait supprimer les informations inutiles et structurer les métadonnées pour préparer une version TEI. Dans la source, se trouvaient plusieurs versions des textes, dont il fallait garder certaines indications intégrées au grec. En plus, il fallait respecter les conventions papyrologiques pour quelques fragments, en introduisant des balises EpiDoc. Le but était d’harmoniser le fichier, pour l’ajouter enfin dans le dossier partagé où nous avons préparé le corpus de notre site en ligne.

Nous avons créé un tableur sur Framacalc pour faciliter la documentation des textes et des informations qui seraient utiles pour l’avancée de notre projet. Chacun pouvait modifier et suggérer des auteurs supplémentaires. D’ailleurs, on a discuté sur la plateforme Moodle de l’université pour partager des idées et du code CSS pour l’interface de Mnémosyne au moyen de Capitains-Nemo, pour proposer des améliorations, soit esthétiques soit pour la mise en page soit pour la navigation. Le travail principal était d’ajouter et après modifier les fichiers __cts__.xml pour chaque auteur et chaque œuvre de notre corpus. Concernant les modifications, il fallait contrôler les fichiers CTS, en ajoutant au début de chaque fichier la déclaration <?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>, en supprimant les informations sur les traductions, que nous n’avons pas conservées, en ajoutant le nom de l’auteur et de l’œuvre en français. C’était une tâche exigeante parce que le corpus se composait d’un grand nombre de fichiers, et que parfois les métadonnées CTS n’existaient pas encore. L’harmonisation des fichiers demandait de l’exactitude pour que tous les fichiers soient uniformes et cohérents.

Sur notre site, les auteurs sont séparés automatiquement en deux listes : auteurs grecs et auteurs latins, selon la langue déclarée dans les fichiers. L’interface est en français ou en anglais selon les réglages de votre navigateur. Le corpus sur lequel on a travaillé était constitué des auteurs suivants :

  • Aristophane
  • Aristote
  • Athénée
  • Homère
  • Sappho
  • Sophocle
  • Thucydide
  • César
  • Cicéron
  • Lucrèce
  • Plaute
  • Sénèque
  • Virgile

Toutes les informations sur les données et les outils pour la mise en ligne se trouvent sur la page d’accueil de Mnémosyne, qui renvoie aussi au compte GitHub du séminaire. Étant donné que le moyen pour la mise en ligne était l’infrastructure CapiTainS, nous avons également utilisé ses tests automatisés pour vérifier la compatibilité avec ses principes, tests qui donnaient un résultat de 100 % à la fin du projet. Concernant les droits et les licences des textes, dans le site et dans l’entrepôt, une licence Creative Commons a été ajoutée.

Enfin, un résumé du projet collaboratif a été préparé sous forme de « diapositives » en HTML (produites dans un premier temps avec Pandoc au format Revealjs).

Nous espérons que ce projet donnera aux étudiants des prochaines années un exemple concret des compétences d’encodage acquises au premier semestre et du fonctionnement de standards d’édition numérique (TEI-EpiDoc, CTS, CapItainS).

Ioanna Faita, Pauline Hessel, Fanny Lauret, Tsilla Meyer, Aude Perrineau, Cyril Stephan, Melina Tzamtzi

Projet personnel : une histoire de temple

Dans le cadre de mon mémoire sur le temple d’Apollon construit par Auguste sur le Palatin, je travaille essentiellement sur les Res Gestae d’Auguste et sur la vie d’Auguste par Suétone. Dans les paragraphes 19 à 21 des Res Gestae, Auguste fait la liste des bâtiments qu’il a fait construire ou restaurer à Rome. La plupart d’entre eux sont des temples. Pour les évoquer, il utilise deux termes (“aedes” et “templum”). En remarquant qu’il évoque le temple d’Apollon qu’il a lui-même fait construire comme “templum Apollinis” et le temple d’Apollon restauré par Sosius comme “aedes Apollinis”, je me suis demandé s’il y avait une différence entre les deux termes.

D’après le dictionnaire étymologique de la langue latine, le sens premier de aedes est « foyer, pièce où l’on fait du feu. Le singulier désigne spécialement la demeure du dieu, le temple, qui n’est à l’origine composé que d’une seule pièce, et a dû d’abord s’appliquer à l’aedes Vestae » tandis que templum est à l’origine un « espace carré délimité par l’augure dans le ciel, et sur la terre, à l’intérieur duquel il recueille et interprète les présages. Par extension, templum désigne un endroit consacré aux dieux et spécialement le « temple » ».

A ce moment de la recherche, je pensais pouvoir justifier une théorie selon laquelle l’aedes est un temple au sens strict de construction quand le templum était un temple qui avait été voué à un endroit choisi par les dieux. Le temple d’Apollon qu’Auguste a fait construire sur le Palatin semblait répondre à cette théorie puisqu’Auguste a décidé d’y construire le temple alors que la foudre venait de frapper le terrain et qu’il y avait fait prendre les augures.

Liste des monuments dans les Res Gestae et équivalent chez Suétone et Dion Cassius

J’ai alors dressé la liste des monuments cités dans les paragraphes 19 à 21 des Res Gestae puis cherché les paragraphes chez Suétone dans lesquels il était fait mention de ces mêmes monuments, à savoir surtout les paragraphes 29 et 30 de la vie d’Auguste. J’avais dressé une liste pour les équivalents chez Cassius Dion mais il n’y a qu’un seul terme en grec. J’ai ensuite utilisé Rstudio afin de comparer les occurrences des mots dans les deux textes. D’abord en important les textes chacun de leurs côtés afin de dresser des tableaux puis graphiques des occurrences de ces mots, puis en comparant les deux textes ensemble. Cependant ce que l’on remarque est qu’Auguste parle plus des monuments que Suétone.

J’ai ensuite importé les deux textes dans Voyant Tools afin de comparer le contexte que j’ai importé dans un nouveau tableur Excel. On remarque que le terme peut changer d’un texte à l’autre. En effet, Auguste parle du temple de Mars Vengeur en utilisant le terme « templum » alors que Suétone utilise « aedes ». Dans les chapitres étudiés de Suétone, templum évoque uniquement le temple d’Apollon Palatin. Cela semblait donc peu probant puisque la différence entre les deux textes si courts ne prouvait pas grand-chose.

 

 

 

 

J’ai alors cherché les occurrences des deux termes dans l’ensemble du texte de Suétone. Dès lors, il m’a fallu me rendre à l’évidence que ma théorie était peu concluante. Suétone parle de « Hercules templi », « aede Martis Ultoris » (“templum Martis Ultoris” chez Auguste)  ou encore de l’ « aede Capitoloni Iovis ». Ce dernier est d’ailleurs, selon la tradition, un temple construit sur un site comportant des lieux consacrés à d’autres divinités.

Cette recherche me montre que ma théorie n’est absolument pas justifiée. Cependant, si on considère que Suétone utilise le terme « templum Apollinis » pour parler du temple construit par Auguste sur le Palatin, terme qu’Auguste utilise justement dans ses Res Gestae, il semble alors que ce soit cela la différence entre le temple construit par le Princeps et le temple d’Apollon restauré par Sosius. Il est en effet, dans le paragraphe 21 des Res Gestae, question d’un temple à Apollon sans qu’Auguste précise s’il parle de celui du Palatin ou de celui du Champs de Mars : “Dona ex manibus in Capitolio et in aede divi Iuli et in aede Apollinis et in aede Vestae et in templo Martis Utoris consacravi, quae mihi constituerunt (sestertium) circiter milliens.