Résumés des projets personnels

Les projets personnels de cette année n’ont pas donné lieu à des billets, car les étudiants ont réalisé des diaporamas en HTML (issus d’un fichier en Markdown transformé avec Pandoc ou dans RStudio), sur le mode du Pecha Kucha, pour présenter leurs corpus, objectifs, méthode, outils et résultats durant la dernière séance du séminaire.

Voici cependant, pour la mémoire du master, un résumé des projets. Leurs résultats ont ensuite été intégrés aux mémoires de recherche.

Christophe Chassanite, « Recherches sur le vocabulaire du procès de canonisation d’Yves Hélori de Kermartin ». Le projet portait sur un corpus de 18 témoignages en latin recueillis lors d’un procès qui a eu lieu en Bretagne en 1330 ; un éclairage comparatif a été apporté par l’étude d’un procès postérieur, celui de Charles de Blois. Les textes ont été obtenus par OCR (avec Tesseract, en R) d’une édition disponible sur Gallica, puis traités dans Voyant Tools et dans Excel sous un angle statistique. Divers aspects ont été observés : les termes caractérisant les personnages sujets des enquêtes, le style formulaire et répétitif des témoignages et les différences sociales perceptibles entre deux groupes de témoins, certains pouvant être des locuteurs du breton dont l’idiome était susceptible de transparaître dans la traduction latine.

Youssouph Diockou, « La figure de l’empereur Claude dans les Vies des douze Césars de Suétone ». Il s’agissait de relever les qualités, positives et négatives, prêtées à cet empereur, pour observer ensuite la distribution des termes dans les différentes vies, grâce à Voyant Tools.

Ioanna Faita, « Les questions génériques dans Les Métamorphoses d’Ovide ». Ce projet utilisait le texte latin non lemmatisé du PHI et un texte lemmatisé avec le CLTK. Il a consisté en une sélection de termes relatifs aux genres et aux sexes à l’aide de Voyant Tools, la réalisation d’une concordance en R et un essai de topic modelling.

Sarah Krauss, « Cataloguer les citations d’Aristophane dans Les Deipnosophistes d’Athénée de Naucratis ». L’objectif du projet était de répertorier et d’identifier les citations, de les aligner avec des sources librement accessibles en produisant des URN suivant le protocole CTS, pour étudier ensuite avec R, dans le mémoire de master, la répartition des citations d’Aristophane sur l’ensemble de l’œuvre. Le catalogue lui-même a été réalisé dans un tableur, en lien avec un encodage plus approfondi d’un texte en XML-TEI dans Oxygen et des extractions en XQuery.

Tsilla Meyer, « Comparaison entre des textes de manuels et leurs sources latines ». La méthode a été de constituer un corpus comprenant les textes de quatre manuels d’initiation au latin assez différents et leurs sources latines, puis d’étudier le rapport entre les originaux et leurs adaptations. L’analyse linguistique en R, à partir des textes bruts et de données recueillies dans un tableau, a mis en valeur la comparaison des nombres de mots et de phrases, ainsi que la fréquence des phrases complexes, ce qui a supposé un encodage ad hoc des propositions et un emploi fin d’expressions rationnelles. Une lemmatisation contrôlée manuellement a commencé à être exploitée.

Dimitra-Melina Tzamtzi, « Le vocabulaire de la cognition dans l’Odyssée ». En se fondant sur des textes non lemmatisés et lemmatisés, puis sur une sélection de termes pertinents – avant tout les verbes γιγνώσκω, νοέω et οἶδα –, ce projet a recouru à Voyant Tools et à un script en R pour réaliser une étude statistique et des visualisations de la distribution des termes dans le poème.

Elsa Vinet, « Orpheus und Eurydike : la matière antique comme source d’inspiration pour la danse moderne », ou : Virgile, Ovide et Gluck comme sources de l’adaptation d’Orphée et Eurydice par Pina Bausch. Après avoir esquissé une analyse des textes latins et des livrets d’opéra en allemand, français et italien, ce projet s’est concentré sur l’étude, sous Excel et en R, de la captation vidéo du spectacle, à travers un relevé de la durée des scènes, de la présence des personnages sur scène et de la participation des personnages à l’action. Il a permis d’étayer l’intuition selon laquelle le personnage d’Eurydice fait l’objet d’une amplification dans la chorégraphie.

C’était un plaisir d’accompagner ces explorations de corpus, toujours formatrices.