PHI Latin Texts

The Packard Humanities Institute (PHI)

PHI Latin Texts

Présentation de l’association :

Le Packard Humanities Institute est une association américaine à but non lucratif crée vers la fin des années 90. Elle est basée à Los Altos, en Californie.

L’association a édité des bases de données d’abord sous forme de CD puis en ligne. Le corpus PHI porte sur la littérature latine (Le PHI Latin Corpus ou « PHI #5 » – en référence au cinquième CD réalisé) composée des oeuvres complètes et des fragments couvrant une période allant du 3e siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque impériale (vers 200 ap. J.-C.: limite chronologique arbitraire). Ce corpus intègre également une sélection de textes datant de l’Antiquité tardive. Selon Daniel Kozak « the virtually complete coverage of literary texts for the selected period is remarkable, and makes PHI (to my knowledge) the only FREELY available database (je souligne) allowing representative and reliable corpus-wide searches for that much of surviving Roman literature.« 

PHI héberge aussi un corpus d’épigraphie grecque antique, et , dans un tout autre registre, le fonds Benjamin Franklin, dédié aux  « Pères fondateurs de la démocratie américaine ». 

PHI a élargi ses activités d’édition numérique au mécénat en accompagnant des projets de restauration archéologique, cinématographique et patrimoniale. L’association finance également des résidences d’artistes-musiciens.

Faire une recherche sur la base de données (PHI Latin Texts) :

Le site de PHI propose une mise en forme minimaliste ; le texte latin est proposé « brut », sans introduction ni appareil critique. Par défaut, le moteur de recherche engage l’ensemble des éléments inscrits dans la barre de recherche; il faut alors utiliser des opérateurs de recherche (#rosa# par exemple), des opérateurs logiques (&, etc.) ainsi que des filtres (Auteur et titre : [Ov:Met] arma) pour voir apprécier les résultats de sa recherche.

La rubrique « Concordance » est particulièrement utile pour rechercher les occurrences d’un terme dans l’ensemble de la base de données de PHI. Elle peut faciliter l’élaboration d’un corpus d’extraits littéraires autour d’une thématique précise.

L’accès au texte latin brut :

Avant d’accéder à la lecture et l’exploitation des textes latins, il faut accepter la licence proposée par PHI…mais sans la lire… Il est possible de visualiser les textes latins en betacode ; est-ce vraiment utile pour l’alphabet latin ? Par ailleurs en contrepoint du betacode apparaît l’unicode dont la syntaxe est exactement similaire à notre grammaire de la langue… ?!

Le référencement « canonique » des auteurs, comme des oeuvres, par PHI fonctionne comme suit : chaque auteur est nommé par un numéro et voit son nom abrégé. Ces informations synthétiques possèdent une balise et un attribut HTML : la balise <span>  pour les auteurs et un attribut (<span class= »wnam »>) pour les oeuvres (Source: DLL).

Selon le site digital classicist : « This is probably the standard research tool as it is readily available in libraries and departments. Like TLG it also needs search software to make it work, like Musaios or Diogenes (the latter is free of charge and open source) ». Avec Diogenes « texts can be exported as TEI-compliant XML for use with other text-analysis software.« 

 

TLG : découverte et commentaires

Bonjour à tous,

Parmi les différentes bibliothèques numériques proposées, j’ai choisi le TLG à cause de la récurrence de son utilisation dans le milieu universitaire des lettres classiques. Et je n’ai pas été déçue. Voici les quelques remarques que j’ai pu faire.

Tout d’abord, j’ai été impressionnée de constater le parti que le TLG prend des outils numériques. Chaque helléniste sait qu’il peut être parfois long de consulter dictionnaires, grammaires, textes et j’en passe. Le TLG propose de multiples outils réunis sur une seule plateforme, ce qui fait non seulement gagner du temps mais permet aussi l’accès à des outils divers. Ceux proposés sur la page d’accueil lorsque n’importe qui y accède sont : le corpus des textes, un version abrégée de ce corpus, un canon qui contient toutes les références des textes contenus dans le corpus, et un lexique.

Voici la page d’accueil du TLG.

Mais un premier bémol apparaît immédiatement aux yeux d’un utilisateur novice de la plateforme, bémol qui en réalité n’en est pas un. Pour accéder à tout le corpus de textes que le TLG propose, il faut y être autorisé en étant dépendant d’une institution qui permet cet accès. Mais si l’on suit le vieil adage d’Internet selon lequel si quelque chose est gratuit, c’est que nous en sommes le produit, un accès restreint est peut-être le signe rassurant d’une plateforme plus sécurisée sur le plan de la collecte des données ? Cependant, mon vieux rêve d’un accès gratuit et illimité à des connaissances si enrichissantes pour tous n’en est pas moins quelque peu frustré.

Mais une fois cet obstacle dépassé, on découvre que le TLG offre les outils habituels de l’helléniste, mais en offre aussi certains qui sont inédits et qui ouvrent de nouveaux horizons à la recherche. En effet, on peut chercher à retrouver un texte à partir d’une citation grâce à l’outil « brower », ou même trouver une sélection de textes à partir d’un mot. Cela permet une approche nouvelle du texte : celui-ci devient un support utilisable bien plus « rapidement » si l’on peut dire, puisqu’il ne contraint plus à une lecture purement linéaire.
 On peut aussi utiliser l’outil « N-Gram » qui calcule la récurrence de certaines associations de mots, dans un texte ou dans un corpus de texte, et peut comparer l’utilisation de ces combinaisons entre plusieurs textes.

Un exemple d’utilisation du « N-Gram » : j’ai comparé l’Iliade d’Homère et les œuvres de Plutarque.

Finalement, il devient vite évident que le TLG est très intéressant d’un point de vue des Humanités numériques. C’est d’autant plus le cas lorsqu’on utilise l’outil « Statistics » qui permet de calculer la fréquence d’utilisation de certains mots selon les siècles et les auteurs par exemple. Ainsi, le TLG permet la « distant reading », donc une autre manière d’aborder les textes qui m’enthousiasme tout particulièrement puisqu’elle apporte un renouveau dans une série de réflexions entamée il y a plusieurs millénaires.

Exemple de statistiques accomplies par le TLG

Pour finir, j’ai une dernière remarque à faire sur les quelques failles que peut présenter le TLG d’un point de vue extérieur et abstraction faite de tout le travail déjà fourni par ses créateurs au fil du temps. Par exemple, l’ergonomie peut laisser à désirer, et le site manque parfois de clarté : on ne peut pas toujours choisir exactement les modalités de comparaison entre les textes par exemple, ou on nous dit que le TLG est « worldwide » avec une carte sans légende qui nous laisse perplexe. Mais ce ne sont que de menus défauts qui mettent en valeur, selon moi, le renouveau continuel du TLG : en attendant de pouvoir offrir de meilleures informations, le site redirige vers d’autres plateformes spécialisées dans d’autres domaines (comme l’iconographie avec le site Diotima par exemple).

Voici comment y accéder à partir de la page d’accueil

En outre, un onglet « news » annonce très régulièrement les innovations faites par les administrateurs de la plateforme, comme les agrandissements de corpus par exemple.

En somme, ce site pourtant connu fut un plaisir à explorer.

Perseus Digital Library

Présentation

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique de langue anglaise qui a comme but d’enregistrer toutes les humanités. Quoique la plupart de ses ressources concerne les humanités grecques et latines, elle propose aussi des collections de textes arabes, germaniques (vieux norrois et vieil anglais), anglais (d’Amérique et de Grande Bretagne), ainsi que de textes latins de la Renaissance italienne.

Voici la page d’accueil :

Le site présente une série de menus, mais seulement les onglets Collections/Texts et l’encadré Search en haut à droite permettent d’accéder aux textes. Les autres onglets donnent des informations sur la mission de la bibliothèque, sur comment contribuer au project (avec des donations, en tant que chercheur, etc.) et sur l’histoire du site. L’onglet Persus Catalog ouvre un autre site qui permet de remonter aux éditions originales en papier qui ont été numérisées.

Les textes sont proposés en langue originale et en traduction (anglaise). Pour y accéder, on peut naviguer le catalogue à partir de l’onglet Collections/Texts déjà évoqué ou faire une recherche utilisant la barre de recherche, en insérant le titre de l’œuvre, le nom de l’auteur ou même n’importe quel mot dans n’importe laquelle des langues supportées. Ainsi faisant, Perseus nous propose une liste de résultats en rapport avec la recherche.

Exemple de recherche

Par exemple, en rentrant le mot « Poenulus » on obtient les deux versions du texte, latine et anglaise :

En rentrant « Plautus » on obtient toutes les œuvres de Plaute numérisées par le site (en l’occurrence toutes les pièces qu’on a conservées intégralement ) ainsi qu’une étude sur la syntaxe plautinienne.

Mais on peut aussi rechercher n’importe quel mot : l’outil nous fait alors une recherche de toutes les occurrences de ce mot dans tous les textes numérisés. Par exemple, en rentrant le mot  latin « mihi », que l’on retrouve au premier vers du Prologue du Poenulus, on se retrouve avec une longue liste comptant plusieurs pages :


Cependant, il ne s’agit que de résultas en anglais, et en effet on ne peut pas y retrouver le texte du Poenulus, et ce parce que lorsque la recherche comporte un nombre très élevé de résultats, le site effectue un premier tri par langue, comme on peut le voir dans le cadre en haut à droit. En changeant la langue de « English » à « Latin », on n’aura que des résultats en langue latine et, par conséquent, aussi le Poenulus, parmi plein d’autres :

En revanche, le corpus n’a pas dû être entièrement indexé , car en rentrant le mot « Achillem », premier mot du Poenulus, on n’a qu’un résultat, en latin (mais d’ailleurs on n’a même pas la possibilité de changer la langue) :

Les textes

Une fois qu’on a trouvé l’œuvre qui nous intéresse, le site offre une fonctionnalité très intéressante, qui a l’air de bien fonctionner pour tous les mots et dans tous les textes : la possibilité de cliquer sur n’importe quel mot du texte, qui devient alors un lien ouvrant une autre page où le mot est analysé : sa traduction (en anglais), sa classe grammaticale et, selon le type de mot, on en donne le genre, le cas, la personne, le mode, le temps verbal, etc., et, bien entendu, sa forme de base s’il s’agit d’une forme fléchie.

Par exemple en cliquant sur le premier mot « Achillem », on se retrouve dans la page suivante :

Le site nous indique bien qu’il s’agit d’une forme fléchie (en l’occurrence l’accusatif masculin singulier : sg masc acc) du nom (noun) Achilles. Mais on peut aller plus loin, car en dessous du lemme on retrouve des  hyperlien qui nous donnent la possibilité d’ouvrir le lemme dans un dictionnaire (le Lewis & Short’s Latin Dictionary et le Lewis Elementary Latin Dictionary pour le latin ; plusieurs pour le grec, parmi lesquels le Liddell-Scott-Jones Greek-English Lexicon et le Autenrieth’s Homer Dictionary). Par exemple :

D’ailleurs, on peut utiliser cette page comme un véritable dictionnaire, mais avec en plus la possibilité de rentrer (presque) n’importe quelle forme fléchie de n’importe quel mot. Le moteur de recherche se chargera de retrouver le lemme correspondant. Cet outil est disponible dans  toutes les langues susmentionnées. Voici à titre d’exemple la page pour le grec.

Conclusion

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique qui offre plusieurs possibilités à qui travaille dans les humanités, soit qu’il s’agisse de quelqu’un d’expérimenté (on y retrouve presque n’importe quel texte de la littérature antique avec la possibilité de faire des recherches par titre, par auteur ou par mots) soit qu’il s’agisse de grands débutants ou même de novices (notamment la fonction de pouvoir rechercher n’importe quelle forme fléchie pourrait s’avérer très utile lorsqu’on se retrouve dans une impasse).

Le seul inconvenient est, peut-être, l’interface, austère et un peu vieillie, et qui pourrait s’avérer de difficile utilisation au premier abord, notamment à cause des plusieurs liens dont seulement deux permettent d’accéder aux textes. Il n’y a pas non plus (ou du moins je ne l’ai pas trouvé) un accès direct aux dictionnaires. Peut-être que tout cela va être résolu dans la mise à jour du site qu’ils sont en train de préparer : Scaife Viewer (qu’on peut déjà utiliser), la première phase de la nouvelle version de la bibliothèque. Scaife Viewer offre une experience de navigation plus claire et fluide, ainsi qu’une experience de lecture plus agréable, grâce à une interface plus aérée et plus ordonnée. Par exemple, depuis la page accueil, on comprend tout de suite où pouvoir effectuer une recherche. Pour l’instant Scaife Viewer ne propose que des textes latins et grecs.