Au début de l’odyssée…

Quand tu prendras le chemin d’Ithaque,
souhaite que la route soit longue,
pleine d’aventures, pleine d’enseignements.

— C. Cavafis, extrait de Ithaque (traduction D. Grandmont)


Χαῖρε

Le poème cité est le premier qui m’a touché parmi ceux de l’Alexandrin Cavafis, probablement parce que le message somme toute classique (le chemin importe plus que la destination) se pare ici des atours de l’Antiquité et de ses mythes, et qu’il intime en plus à son lecteur, devenu Ulysse intemporel, de ne pas avoir peur.

Alors tâchons d’être comme Ulysse, ce héros imparfait, mais tellement humain !

Les moins jeunes d’entre vous auront reconnu ici une image tirée de la série d’animation des années 80 Ulysse 31, censée se dérouler au XXXIème siècle ; cet Ulysse spatial n’est peut-être pas un si mauvais guide pour des humanités classiques et numériques !

Mais trêve de plaisanteries. J’arrive dans ce master en ayant déjà (bien) entamé mon long voyage vers Ithaque : après des études d’ingénieur et quelques expériences professionnelles, j’ai décidé en 2016 de reprendre des études de philosophie à distance à Nanterre, puis lors de l’inscription, voyant des options latin et grec ancien, je me suis dit : « Oh ! Mais j’ai toujours voulu reprendre le latin et découvrir le grec, c’est l’occasion ! ».

Ni une, ni deux, je prends les options, lâche à regret l’allemand que je voulais reprendre également (Ulysse n’est qu’humain, il aurait fallu être Achille demi-dieu pour tout mener de front !), et m’embarque donc vers des pages de philosophie, d’ablatifs absolus et de verbes en -μι.

Quatre ans plus tard…

… j’ai avancé dans mon odyssée, mais compris qu’elle serait bien plus longue que prévu, alors autant prendre le temps et savourer le voyage.

Ce master est je l’espère une étape, d’une part pour approfondir mes connaissances en latin et en grec ancien (et poursuivre l’étude de la philosophie), mais également découvrir les secrets de la technologie des Phéaciens pour naviguer nos océans numériques !

Premier cours

J’ai pu aujourd’hui assister à mon premier cours d’Humanités numériques à distance, et si je reconnais que le format des captations vidéo m’effraie un peu (au-delà des éventuels problèmes techniques, il n’est pas forcément évident de rester devant son écran), le contenu promet de répondre à mes attentes : apprendre à se servir des outils numériques (veille informationnelle, édition, etc.) est fondamental aujourd’hui.

J’espère donc, à l’issue de mon voyage, pouvoir acquiescer aux mots de Cavafis à la fin de son poème :

Sage comme tu l’es, avec une expérience pareille,
tu as sûrement déjà compris ce que les Ithaques signifient.

Alors pour clore en latin un billet commencé en grec :

Valete !

Une visite sur le site

Pourquoi ces larmes ?

Χαίρετε !

Pardon… J’espère ne pas vous avoir fait peur. Qui l’aurait dit, que je finirais avec un aspect tel ! Cela va certainement vous surprendre quand je vous dis mon nom… Je suis Aphrodite.

Oui, c’est moi, Aphrodite, déesse grecque de la beauté et de l’amour… Vous voulez peut-être savoir mon âge, mais vous hésitez à poser la question… alors je vous le dirai : J’ai 1800 ans. Une carrière de statue vénérable, puis un long séjour souterrain, enfin un nouveau logement plutôt sympathique au Musée de l’Acropole d’Athènes, où j’habite actuellement. Les millions de regards qui se sont croisés avec le mien depuis que je suis ici ! Des yeux venus des quatre coins du monde. Des yeux de tout âge, des visages de toute forme… Mais toujours, toujours la même question. Pourquoi ces larmes ?

« Maman, pourquoi elle pleure ? » Et là, je ne vous dis pas combien je m’amuse avec tout ce que j’entends comme explication. « Parce qu’on lui a coupé son nez, mon chou! » « Parce qu’elle a perdu son corps ! » « Parce qu’elle a peur la nuit dans le musée ! ». Il y en a qui soupçonnent, douteux, un modernisme précoce chez mon créateur. Non, je vous assure, je ne suis pas une œuvre avant-gardiste du IIè siècle ! Les déçus et les pessimistes sont convaincus de leur interprétation : « Mais oui, il ne faut pas s’étonner qu’elle pleure, regarde un peu comment était la Grèce à son époque et comment va le pays maintenant ! » Les plus romantiques se tiennent longtemps immobiles devant moi et ont toujours beaucoup à dire : que je déplore un monde perdu, une gloire passée, que je suis émue de retrouver enfin la lumière du jour après des siècles d’enterrement, que le monde d’aujourd’hui est un spectacle bien triste…

Enfin, j’avoue que cela fait plaisir d’entendre tellement de poésie autour de ma personne ! Gardez donc l’interprétation qui vous plaise, ou créez la votre… ou bien lisez la suite pour savoir ce qu’il en est !

Mais qui l’a ramenée ici, cette Aphrodite ?

Bonjour, je m’appelle Maria Constantinou, je viens de Chypre (comme Aphrodite oui, mais moi je suis de notre siècle!) et je commence cette année le Master Humanités Classiques et Numériques à l’université Paris-Nanterre.

C’est moi qui la ramène sur ce site, sur une carte postale achetée au musée d’Acropole. Je suis l’une de ces millions de visiteurs qui sont passés devant cette Aphrodite et qui se sont arrêtés, interpellés par ses larmes. Je retourne la carte-postale et je trouve enfin l’explication que voici :

The colour that has leaked below her eyes is a product of the oxidation of the statue’s bronze eyelashes.

Je ne l’avais pas imaginé, et vous ? Quoi qu’il en soit, ce qui compte le plus pour moi, c’est la beauté de l’accident, qui fait que tellement de personnes s’arrêtent et s’interrogent… Et je pense que je viens de vous dire les mots-clés de cette petite présentation…

Ce n’est pas toujours facile de répondre quand on me demande pourquoi je fais lettres classiques, ce que je compte faire par la suite avec ça… C’est beau, voilà ma première réponse, ou au moins la plus honnête. Me voilà donc en études de Lettres Classiques, cherchant à connaître et à comprendre ces textes, ces mythes, ce monde avec ses mystères, souvent intriguée par la distance qui nous en sépare.

« On est un peu coupés du monde, nous les classicistes ». On peut ne pas être d’accord, on ne peut pas ignorer l’observation… Quel rapport donc entre les mondes antiques et notre époque immergé dans la technologie ? Quelle interaction entre les lettres et le numérique ? Quand je me pose la question, je ne peux pas imaginer de formation plus pertinente que le Master Humanités Classiques et Numériques pour répondre à ce questionnement ! Les premières séances m’ont immédiatement intéressée : de nombreux outils à découvrir, le choix de faire le cours en anglais que je trouve très utile, de nouvelles perspectives de travail sur le corpus antique déjà visibles,

Je commence cette année déjà très satisfaite de me trouver ici, et très curieuse pour la suite…

Un don aux Humanités classiques ?

Un Romain entre dans une taverne : « Tavernier, je veux un martinus ! »

Interloqué le tavernier répond : « Un martini plutôt non ? »

Le Romain, sûr de lui, déclare : « Je te l’aurais dit si j’en avais voulu plusieurs ! »

Ma bêtise

Qui suis-je ?

Bonjour bonjour,

je m’appelle Zacharie et je suis un petit nouveau aussi bien dans ce master qu’à Nanterre ! Jusque là j’étais pendant 3 longues années dans ma petite prépa à Strasbourg… Entre les interrogations de vocabulaire, les versions, les DS de 6h et les blagues latines de mon crû, je ne m’ennuyais pas ! Maintenant me voilà ici et j’espère bien qu’une classe de 35 ne me manquera pas trop ! Mais autre formation, autre classe, autre classe, autre nombre, autre nombre… autre nombre !

Initialement j’avais prévu un master plutôt à Strasbourg, dans un intitulé banal de « Philologie classique », mais après avoir entendu parler du master « Humanités Classiques et Humanités Numériques » proposé ici, et en raison du sujet de mon mémoire qui nécessitait une spécialiste de la comédie antique et de l’image du corps chez Aristophane, me voilà ! 

Alors, ces débuts en M1 ?

Après une semaine de cours force est de constater que je m’y sens fort à l’aise et que l’aspect numérique est vraiment une force, un master rare (unique?) en France est un master précieux. Je n’avais qu’une seule appréhension : celle de l’anglais pour les Humanités Numériques mais après une première expérience, ce n’est pas si terrible, et mine de rien ça permet de conserver un peu d’anglais de façon détournée ce qui n’est pas plus mal pour quelqu’un d’un peu fâché avec comme moi…

Au-delà de cet aspect, les Humanités Numériques sont au-dessus de toutes mes attentes, durant l’été j’avais pris un peu d’avance mais je ne réalisais pas tout ce qu’on pouvait faire pour les humanités classiques avec les ressources numériques, je savais que c’était sans doute utile, et qu’on pouvait faire plein de choses, mais c’était vraiment très abstrait (bien qu’aujourd’hui ce ne soit pas si concret que ça, disons que je devine simplement un peu mieux vers quoi on va tendre…). Les compétences que l’on va obtenir, je les juge indispensables aujourd’hui, aussi bien pour la recherche que pour le plan personnel : là est mon avis mais utiliser un langage de code pour faire quelque chose qui fonctionne est grisant ! En bref, je considère que les outils numériques sont un don pour les classiques qu’il est temps de maîtriser.

Vais-je respecter les consignes ?

Ah oui, j’ai mis cette image d’Hermès Trismégiste parce que je m’intéresse beaucoup à l’alchimie, par conséquent mettre l’Hermès Trois Fois Grand, détenant le Secretum Secretorum de notre monde, me semblait vaguement en lien avec mon titre : s’il a fait don aux alchimistes de son savoir dans ses Hermetica et qu’on lui attribue les origines de l’alchimie, peut-être son ingéniosité et son savoir font-ils de lui le patron des humanités numériques ? Nos ordinateurs seraient alors un peu les Athanor d’antan !

Je laisse ce passage de la Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste pour marquer le début de mes études ici (quelle prétention) mais surtout pour donner un horizon de clarté aux découvertes numériques, afin qu’elles puissent être aussi absolues que les découvertes alchimiques :

Sic mundus creatus est.

Mercurius Trismegistus de Pierre Mussard, 1675
Mercurius Trismegistus de Pierre Mussard, 1675

 

Humanités Numériques, mais pourquoi donc ?

Bonjour à toutes et à tous, 

Je suis Chloé, nouvelle arrivante en M1 Humanités Classiques et Humanités Numériques.

Cela fait quelques années maintenant que je m’intéresse à la culture gréco-romaine. En effet, j’ai fait un bac littéraire spécialité latin et option grec, puis deux ans de prépas en spécialité lettres classiques , pour terminer ma licence en Humanités classiques arts et patrimoine à Nanterre.

Vous l’aurez devinez mon choix pour ce master s’est entièrement tourné sur la terminologie « Humanités classiques » en délaissant totalement les « Humanités numériques ». 

Pourtant les « Humanités numériques » m’intriguent et je me demande à quoi cela fait référence. Espérant y trouver une manière de valoriser les humanités classiques, je me retrouve en réalité avec un obscur concept : l’encodage. J’avoue avoir d’énormes doutes quant à ma présence dans cette salle et mes inquiétudes croissent lorsque j’apprends que le cours -nouveauté de cette année- sera réalisé en anglais…

Cependant ma curiosité est piquée au vif et j’ai la forte impression que  les Humanités numériques -une fois le langage et les logiciels assimilés- peuvent réellement servir les Humanités classiques.  J’ai hâte de découvrir cela !