La colère du divin Zizou

‘Ραψωδία A

La peste et la querelle

Chante, déesse, la colère de Zidane; détestable colère, qui aux Français valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d’illusions de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel — pour l’achèvement du dessein de Zeus. Pars du jour où une querelle tout d’abord divisa Materazzi, protecteur de son peuple, et le divin Zidane.

Qui des dieux les mit donc aux prises en telle querelle et bataille ? C’était Materazzi, aux mille tours.

 

La tête de Zizou

Mais qui a préparé une tête aussi forte? Un dieu sans aucun doute !

Héphaïstos, il commence par couper ses cheveux de sa grosse et forte tête. Le dieu met une bordure scintillante autour d’elle – une triple frontière avec une lueur lumineuse. Il y attache un harnais en argent. Le crâne a cinq couches. Hephaestos y crée un décor multiple, fruit de ses savantes pensées.

Il représente la terre, le ciel et la mer, le soleil infatigable et la pleine lune, ainsi que toutes les étoiles dont le ciel est couronné, les Pléiades, les Hyades, la Force d’Orion, l’Ours.

Il y met enfin la force puissante du fleuve Océan, à l’extrême bord du crâne solide. Sur sa tête, des navires français étaient tirés, des mots d’encouragement et la gloire de son peuple

Une fois fabriqué la tête large et fort, il fabrique encore à Zizou une maillot blanche plus éclatante que la clarté du feu; il fabrique des protège-tibia de souple étain.

Avec son crâne rasé comme un moine zen et le corps d’un gladiateur, Zinedine Zidane a prouvé que tous les jeux se font avec la tête.

 

Le duel des héros

Si, par contre, tu n’es qu’un mortel vivant du fruit de la terre, alors viens plus près, et tu arriveras plus vite au terme fixé pour ta perte. »

Le glorieux Zizou répond : « Magnanime fils de ton père, pourquoi me demander quelle est ma naissance? Français? Algérien? Comme naissent les feuilles, ainsi font les joueurs de football. Les feuilles, tour à tour, c’est le vent qui les épand sur le sol, et la forêt verdoyante qui les fait naître, quand se lèvent les jours du printemps. Ainsi mème dans le foot : une génération naît et joue, et à l’instant même où une autre s’efface. Qui se souvient de Platini maintenant? Aujourd’hui tout le monde pense qu’Eric Cantona est un acteur de cinéma.

Les gens crient en faveur, soit de l’un, soit de l’autre, et, pour les soutenir, forment deux partis.

C’est ainsi que, dans le stade, apeurés comme des faons, ils étanchent à l’air leur sueur et boivent pour calmer leur soif, appuyés aux beaux parapets, les spectateurs pendant ce temps approchent des murailles.

Seul Zidane, aux pieds légers, reste là, lié par un destin funeste, dedans le stade de Berlin.

Pourquoi me poursuivre ainsi de tes pieds rapides? Tu n’es qu’un homme; je suis, moi, le meilleur joueur de la coupe du monde, c’est-à-dire, un dieu immortel.

Tu n’as donc pas encore reconnu le dieu en moi, que tu t’obstines en ta fureur? N’avez-vous pas vu mes prouesses contre les féroces Brésiliens?

À cet instant, l’audacieux Materazzi a déclaré:

Je ne veux plus te fuir : c’est fini. Si j’ai fait trois fois en courant le stade, au lieu d’oser attendre ton attaque, cette fois en revanche mon coeur me pousse à t’affronter. Que le destin s’accomplisse. Frappez-moi avec votre tête!

Allons ! prenons ici les arbitres pour garants : ils seront les meilleurs témoins et gardiens de nos accords.

Zizou, celui avec la tête dure dit:

« Materazzi, ne viens pas, maudit, me parler d’accords. Il n’est pas de pacte loyal entre les hommes et les lions, pas plus que loups ni agneaux n’ont des coeurs faits pour s’accorder. Il ne nous est pas permis davantage de nous aimer, toi et moi. Il n’est plus pour toi de refuge; c’est à l’instant même que Pallas Athéné te va dompter sous mon tête; et tu vas payer d’un seul coup tous les chagrins que j’ai sentis pour ceux des miens qu’a frappé ta ruse furieuse. »

Le divin Zizou pousse sa tête contre Materazzi en pleine ardeur et battre la poitrine délicate. L’Italien tombe au milieu de la douleur : il peut ainsi répondre et dire quelques mots. Et cependant qu’il s’écroule dans la poussière dit:

Qu’est-ce que tu as fait? C’est un délit terrible et c’est une expulsion directe. Bête!

En effet, l’arbitre voit tout et expulse le divin Zidane. Carton rouge. Tout est fini.

Un atroce chagrin serre le coeur de le entraîneur Raymond Domenech, à voir son meilleur joueur expulsé. Les murs italiens ne seront pas blessés.

Parfois, le football est une tragédie grecque (ou une comédie grecque… ou italienne).

Mamma mia!

 

Procédure

J’ai choisi l’Iliade d’Homère comme corpus. Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre que l’épopée d’aujourd’hui se reflète dans le sport et que le jeu le plus populaire est le football.

On croit souvent aux forces profondes qui régissent les matchs de football. Borges, qui n’aimait pas ce sport, écrivait à propos des pièces d’échecs: « Ils ne connaissent pas la primauté de la main qui gouverne leur destin, ils ignorent qu’une rigueur sans frein commande leur journée, leur liberté. » Les joueurs de football sont ces pièces d’échecs, animés par des impulsions et des énergies imprévisibles.

Quel Dieu derrière Zidane a écrit l’intrigue finale de la Coupe du monde dans laquelle, dans ses adieux, il s’était lui-même expulsé après avoir renversé Materazzi avec sa tête ? Dans les gestes qui apparaissent invariablement dans l’histoire du football, c’était un geste qui ne se prêtait pas à une simple interprétation. Zinedine Zidane, sur le point d’être consacré définitivement, se sent indigné que Materazzi insulte sa sœur tout au long du match et décide, à quelques minutes de la fin, de rendre justice légitime, quoi qu’il arrive.

La plupart des joueurs essaient d’imiter les dieux de l’Olympe. Lors de la finale à Berlin en 2006, Zidane a dit au revoir au football; ses actes avaient déjà une valeur testamentaire. Son dernier mouvement n’était pas une quête de gloire: il le renvoyait dans la boue commune des hommes. Tous les grands ont essayé d’être Achille. Très peu ont voulu être Hector. Zizou a accepté la sentence d’être un homme.

Lors de ma première recherche dans Voyant Tools j’ai cherché les cinq premiers mots les plus répétés. Bien sûr, c’était inutile car seules des conjonctions apparaissaient.

J’ai agrandi la liste pour trouver des noms, et voilà: ἔπος, κῦδος, νηός (νηῦς), τεῖχος et φρένας.

Des mots faciles à appliquer au sport. Et plus encore avec la description intéressante et belle du bouclier d’Achille, ou de la tête de Zidane.

Exemples de phrases contenant les mots les plus utilisés par l’auteur (ou les auteurs) de l’Iliade:

L’un des principaux avantages de cet outil est qu’il est dynamique et interactif.

VoyantTools est un très bon outil pour visualiser les informations. Cependant, il ne faut jamais perdre la notion générale de l’œuvre.

Le traité du ΛΩΛ

Après les nombreuses controverses qui ont fait grand bruit dans le monde du calage des tables bancales et qui ont opposé des spécialistes de tous les pays, il a été établi que ce fragment ne pouvait avoir été composé par Aristote lui-même, ni d’ailleurs par le pseudo Aristote ; ils l’attribuèrent donc, après de longues délibérations au pseudo pseudo Aristote. Le manuscrit dont on dispose est lacunaire, bien qu’assez bien conservé d’un côté on ressent la marque du poids des années et surtout celle du pied de bureau. Mais s’arrêter si tôt dans la présentation de ce traité, serait mal traiter ce dernier et traiter de rien, le ΠΕΡΙ ΓΩΓ1 a été rebaptisé : LOL, (ΛΩΛ) tout court à cause d’un fâcheux désaccord entre la ligne éditoriale et le traducteur.

Préface 

Ici est le lieu tout indiqué pour expliquer la brièveté de ce traité. En effet trop occupé à débrouiller le problème qui nous occupe, j’ai envoyé Proscratinatos Podos cet (…..)2 d’esclave, chercher des manuscrits à Graphorama seulement voilà, il est arrivé trop tard, tout le stock avait été pris par ces soit disant philosophes du jardin. Voilà en acte ce qui me rend furieux, mais à propos de la colère, en quel sens elle se constitue, ou elle ne se constitue pas, ce qu’elle est, nous l’avons assez exposé dans d’autres traités. Quand je lui ai rappelé que Kingpenn le celte faisait nocturne, il m’a répondu que depuis que son fils avait fait un vol <plané>3 sur l’étalage parce qu’en lui faisant faire le tourniquet il l’avait malencontreusement lâché, que l’échoppier, qui n’était pas d’humeur à plaisanter, l’avait poursuivi jusqu’en Béotie, il n’y retournait plus. A cela par nécessité il a rappelé à ma bonne mémoire un fait que la sienne n’avait pas oublié ; vu que je n’avais pas de ses nouvelles ce jour là, j’avais prévenus les gardes suisses4 et l’accueil que lui avait réservé sa femme lui avait permis de voir de nombreuses parties anhoméomères ; que cet esclave trouve toujours une excuse cela est plus clair maintenant. Mais pour l’instant, il nous faut revenir sur nos pas, et parler de cette matière qui par accident et en acte me fait un tel défaut.

Si j’en suis réduit à une coudée de papyrus, c’est aussi parce que les fils de Procrastinos Podos ont fabriqué des masques avec les rouleaux de ma réserve, qu’ils sont venus me voir avec cet attirail qui leur cachait le nez et la bouche pensant que je ne les reconnaîtrais pas et que cela m’amuserait, mais sur ce sujet tenons en nous là, surtout que mes masques sont biens mieux que les leurs. De quelle nature est cette idée saugrenue de déguisement Procrastinos Podos n’a pu en répondre, mais l’affirmation au sujet de laquelle il a voulu insister, qu’il était nécessaire de faire breveter ces masques, sembla avoir été réfutée ; Sur ce sujet, pour s’en tenir à l’essentiel, voilà à peu près tout. Bien qu’il nous faille considérer que s’il n’avait pas perdu son temps à me dire que je le regretterai, que je ne savais pas reconnaître les signes d’éléments novateurs en terme de développement sanitaire et de protection adéquat, que le seul moteur qui avait mu ses enfants à créer cette protection en entéléchie était faite à partir d’une protection en puissance, à savoir un papyrus qui composé d’un écrit devient substance, il serait arrivé avant la rupture de stock. Telle est donc la prémisse et le moyen terme avancés, par cet animal bipède pour se dédouaner, que conclut un paralogisme ; quel argument j’ai interposé il nous faut donc le découvrir.

De quelle nature et de quelle forme est cette réponse la suite la rendra plus clair : tout bavard arrive en retard, Procratinatos Podos est un bavard donc Procrastinatos Podos arrive en retard et qu’il devait mettre le sien de moteur en mouvement au plus vite s’il ne voulait pas écrire la partie du traité manquante sur les murs de la maison. Il ne voulut pas partir à Graphorama sans ces remarques additionnelles d’opposition ; qu’il avait fait une étude de marché, que le produit était d’une bonne qualité, qu’il avait reçu un accueil favorable, que se posait juste la question du coloris, sur ces entre-faits en voilà assez. De quelle manière nous avons évincé ces dernières résistances, c’est maintenant qu’il faut le dire. Nous lui avons fait faire un solécisme, car il est possible d’en faire et de paraître en faire sans en faire et de ne pas sembler en faire quand on en fait. Nous lui avons habilement dit que ce n’était pas au propre un τόπος préférable déductif ni par genre ni par accident, ce à quoi rompu à toutes argumentations supplémentaires il s’en alla en vociférant « Que faire sur cette terre ? Devenir une taupe », par ces paroles nous réalisons qu’il a lu notre ouvrage Topique c’est évident et pour s’en tenir à l’essentiel de cette déclaration modale, voilà à peu près tout. En ce qui concerne les écritures sur les murs du lycée les explications données sont, je pense suffisantes, néanmoins, tout ce qu’il faut dire à propos du rire, exposons le maintenant.

Définitions préliminaires :

Rires, éclats de rire, fou rires

Sont dits rires, les réactions dont le5

1 ΠΕΡΙ ΓΕΛΩΝΤΩΝ ΤΩΝΔΕ ΜΕΓΙΣΤΩΝ  KE : sed in K _ελωντων τ_νδε με_ in ras : Corr. Mero Feruens|| 2 (….) Propter improbam linguam haec uerba non conuersa sunt. ||3 πλὰνην K om. || 4 τους τοξὰτας Σκυθας KE (Nous avons accordé cette liberté d’interprétation au traducteur, ce grand amateur du jardin de Versailles et de Louis XIV, il fallait bien trouver un compromis pour notre retard de règlement des honoraires). || 5 Suite du traité sur les murs du Lycée.

En régie

J’ai choisi de faire un pastiche parodique d’Aristote pour trois raisons ; l’importance de son corpus (d’après Diogène Laërce, il a écrit plus de quatre cents livres), pour l’aridité de son style et la particularité de ses tours.

Une approche « Voyantooltliste » 

Pour préparer ce pastiche nous avons tenté de réunir tous les textes d’Aristote, après quelques recherches nous n’avons pu regrouper que les trois quarts (20 textes sur 28), soit 181 liens à soumettre à Voyant Tools. Une fois les stopwords activés. La liste du nuage de mots donnée par Voyant Tools est vraiment caractéristique des termes employés par le philosophe.

Nuage de termes

On retrouve les fréquents verbes impersonnels (δεῖ, φαίνεται, συμβαίνει, διαφέρει) combinés aux non moins fréquents verbes à l’infinitif, comme nous pouvons le voir sur le nuage de liens et dans le tableau des contextes.  On retrouve aussi tout le vocabulaire technique surtout que les textes analysés par le Voyant Tools se trouvent pour la plupart dans les sections Organon (5 textes sur 6), et Physique (11/12) du classement des traités aristotéliciens qui proposent une approche très technique et dont les mots (ἀνάγκη, ἀναγκαῖον, τρόπον, γένος, ἀδύνατον, φύσιν, ζᾠων) sont récurrents.

Nuage de liens
Les termes récurents

Le style didactique se retrouve dans tous le corpus δεῖ est omniprésent, δοκεῖ est très fortement représenté aussi et les syntagmes avec ces deux modes impersonnels sont légions.  

Occurrences de δεῖ et δοκεῖ

Une fois toutes ces données à portée de mains, il nous a fallu trancher, devait-on s’inspirer uniquement de la partie de l’Organon en excluant les autres ou bien prendre les deux sections du corpus les plus représentées ? Peut-être que cela aurait été pertinent si nous avions du suivre impérativement les résultats donnés et non pas les utiliser comme outils. A cela nous ajoutons que le style de l’auteur rebute beaucoup de lecteurs et peu de livres des sections Organon et Physique sont lus, ce qui n’est pas le cas de la section pratique ou poétique. A partir de ces analyses nous avons décidés d’adopter un style directif et concis et d’utiliser le vocabulaire qui ressort de l’ensemble du corpus.

Une approche personnelle

Le pastiche s’est aussi construit par rapport au style très personnel d’Aristote pour introduire un concept et pour le clore, les formules qu’il utilise sont redondantes, c’est d’ailleurs la première chose que nous avons souhaité mettre en avant car elle nous semble être la marque de fabrique du style de l’auteur. En deuxième lieu nous avons parcouru les traités afin de recueillir les termes qui définissent ces concepts, puis ceux dont il se sert pour donner des exemples, et nous avons remarqué que ces derniers étaient très souvent repris.

Nous nous sommes ensuite reportés aux traductions pour voir l’esprit du style afin de mieux le retranscrire. Nous avons ainsi appuyé sur les formules d’introduction et de conclusion, nous avons mis l’accent sur les différents concepts du corpus en essayant de faire référence aux différents traités.

La collaboration entre les consultations personnelles et Voyant Tools ont confirmé cette approche, il ne restait plus qu’à trouver l’idée du sujet. Elle vient d’une fusion de pleins de sources qui vont d’Aristote lui-même jusqu’aux cours suivis ce semestre, en passant par la scolastique cinématographique, les conditions sanitaires actuelles, la vie athénienne bref pas mal de choses. J’ai voulu faire quelque chose de décalé, un peu absurde prenant le revers du sérieux général qui entoure ce style d’écrit. L’idée du papyrus est venue du fait des innombrables sources liées au corpus aristotélicien qui furent maintes et maintes fois copiées et recopiées, dans le lot il peut y avoir des erreurs.

La solitude n’existe pas chez le sage stoïcien.

Contexte : Sénèque, après avoir reçu une lettre de son ami et disciple Lucilius sur ses intentions et ses inquiétudes en ces temps troublés de pandémie mondiale, répond par une lettre comme il en a l’habitude… Il veut dissiper les doutes de son ami et lui rappeler que le sage ne se sent jamais seul et ne défaille jamais dans l’adversité.

Mon cher Lucilius,

Tu fais chose excellente et salutaire pour toi si, comme tu me l’écris, tu entreprends de tourner ton âme vers l’étude de toi lors de ce confinement. Toutefois ce faisant tu m’as écrit te sentir seul et ennuyé par ta réclusion. Mais d’une part s’il est absurde pour le sage de vivre ainsi la solitude, il l’est encore plus d’autre part de ressentir l’ennui dans pareille période. De fait, lorsque ton esprit est tourné vers la sagesse, il n’a que faire de sortir dans ce monde éphémère comme ceux qui toujours se dirigent en courant vers la palestre pour s’entraîner, ou ceux qui toujours sortent leurs animaux dans l’espoir de rencontrer d’autres personnes avec qui parler, alors même que cela est interdit. Tu demandes pourquoi ? Il ne sert à rien de t’évertuer à braver les interdictions de sortie pour rencontrer autrui, ou encore de saluer par la fenêtre toute personne que tu apercevrais à l’extérieur dans l’espoir d’une réponse, parce que tu possèdes bien plus que cela. Tu demandes ce que c’est ? La philosophie, et dans la philosophie les philosophes. Par l’étude des plus grands, assurément, tu ne seras jamais seul. Loin de toi les discussions stériles avec tes clients, loin de toi l’illégalité d’une promenade en forêt, tu as dans ta bibliothèque assez d’interlocuteurs brillants : plusieurs mulets ne valent pas un seul étalon. La solitude du corps amène bien souvent le salut de l’esprit, donc ne viens pas le détruire avec la banalité d’échanges quotidiens : préfère le bon au mauvais. Ton corps, objet rongé par le temps, doit supporter sa solitude sans toi, ton esprit quant à lui doit entamer sa relation la plus intime avec toi, de sorte que tu ne seras jamais seul puisqu’il fréquentera les sages.

La vraie solitude est celle de l’esprit, ne la laisse pas te gagner par les discours vains des promeneurs dehors ou de ta famille. Fuis l’extérieur, non seulement pour éviter de contracter le virus, mais aussi pour éviter de contracter la sottise. Envoie tes esclaves faire tes courses, ferme les fenêtres qui donnent sur la rue, ne te promène que dans ton jardin, même si tu peux le faire à vingt kilomètres autour de chez toi. Jette toutes tes attestations : en effet, si tu n’en as pas, tu ne pourras pas sortir. Pourquoi cette retraite en plein confinement me demandes-tu ? Ce n’est pas une retraite en plein confinement que je t’offre, c’est un confinement en pleine retraite. Je te donne de fait un moyen de sortir de la douloureuse perte de motivation, de la douloureuse perte de productivité, du douloureux confinement national. Tu n’es plus confiné malgré toi et tu ne t’ennuies plus si tu es à l’origine de ta situation. Goûte le bonheur pour toi de tes fréquentations nouvelles, sens l’amitié qui se noue entre ton esprit et celui des plus grands, ainsi tu ne te sentiras plus restreint dans tes déplacements, mais plus ouvert au monde que tu ne l’as jamais été. Il y en a pour dire que ceux qui agissent ainsi, sans sortir de chez eux, restant sagement dans leur maison, sont des esclaves alors qu’au contraire ce sont des hommes. Ils vivent, ils vivent vraiment, leur esprit guide le corps et le corps ne guide pas l’esprit : ils sont vivants et non vécus, c’est vers cela que l’on doit tendre dans l’intérieur de nos âmes.

Tu dis que les jours passent et que tes amis te manquent ? Pour qu’ils ne te semblent pas lointains, ne pense qu’à ton bonheur de les retrouver sans laisser place aux souvenirs douloureux de ton bonheur passé. En effet je veux te montrer que tu ne dois penser qu’à eux dans une optique future, abandonne les pour le présent de tes amis les sages et ignore les grands appels du temps vers le passé. Par ta main tu peux leur écrire des lettres, mais sans jamais mentionner le passé : votre âme serait attristée, car il ne faut pas te tirer vers un bonheur révolu pour te sentir mal mais au contraire tendre à un bonheur futur pour chercher à atteindre l’avenir. Je sais que cela n’est pas chose facile : en effet tu peux voir passer dans la rue, depuis ta fenêtre, l’esclave de l’ami qui te manque, tomber, dans ta lecture, sur de vieilles lettres échangées, marcher dans ton jardin à des endroits où vous aviez l’habitude de vous retrouver… Mais ton esprit est grand, il ne doit pas occasionner la tristesse, il faut dompter tes passions : contrôle-les sans qu’elles ne te contrôlent, mon cher Lucilius, tu en es capable, tu dois le faire. Ces souvenirs, extérieurs à qui tu es maintenant, autres que toi, n’exciteront pas en toi le malheur, cela ne doit pas se produire : si les vieilles peines ne rendent pas heureux, les vieilles joies ne rendent pas misérable. Ne pas t’apitoyer sur ton sort est ta principale vertu en ces temps difficiles.

Porte-toi bien.

ANALYSE

J’ai donc choisi de pasticher Sénèque dans ses Lettres à Lucilius afin d’imiter quelque peu notre situation actuelle : ne pouvant plus dialoguer que par messages, le parallèle me semblait évident, et un peu de stoïcisme ne fait jamais de mal !

J’ai donc récupéré une cinquantaine de lettres de Sénèque sur Scaife-Viewer, ce qui fait plus de 14 000 mots tout de même (c’est beaucoup, et il fut long de trier et de récupérer tout cela…). Une fois ceci fait, il m’a suffit de coller les différents liens constituant mon corpus dans VoyantTools pour voir apparaître ce Cirrus.

Sans utiliser les stopwords (une option permettant de supprimer les mots « inutiles ») de VoyantTools on voit que ce ne sont quasiment que des connecteurs logiques qui sont utilisés, ce qui ne surprend pas du tout, d’autant plus quand la source est antique.

Une fois celui-ci enclenché, et après avoir ôté avec en plus de cela les annotations du xml en anglais qui apparaissent étrangement dans les mots retenus, on découvre alors que les mots les plus récurrents sont le nom de Lucilius, animus/anima sous toutes ses formes, l’adjectif magnus, philosophia, bonus, malus, vis, tempus, homines, vita… En bref un lexique très philosophique qui tourne autour de la morale et de l’esprit. Rien de bien surprenant pour un stoïcien. Rien de bien surprenant non plus, on est dans une lettre, on voit apparaître vale ainsi que des verbes conjugués à la première personne « volo » et à la deuxième « quaeris » qui montrent que ces lettres sont adressées, et surtout que Sénèque a tendance à passer par la question rhétorique en se mettant à la place de son interlocuteur. Il a tendance à recourir au verbe « scribo » et au nom « manus » pour bien signifier qu’il s’agit d’une lettre écrite. Outre cela on peut dénoter des verbes qui expriment bien souvent l’agitation, le mouvement, notamment des passions comme « cito ». Bref, on l’aura compris, Sénèque en bon stoïcien va opposer régulièrement le corps « corpus » et l’esprit/l’âme « animus ».

Il apparaissait donc évident le vocabulaire à utiliser. Mais comment mettre les différents lexiques ensemble d’après le thème choisi qui se veut traiter philosophiquement d’une retraite, de la vie, de la solitude ? C’est là qu’intervient l’outil « Thèmes », qui permet notamment de voir avec quels mots apparaissent le plus souvent « philosophia », « vitae », « homines »… Tout est mis par groupe de 10 mots les plus usités. Il m’a suffit de piocher dedans pour construire mon pastiche.

Ainsi on voit qu’esprit, vie et philosophie sont forcément liés, de même que les idées de corps, d’esprit, de bien, de mal… Ces thématiques éclairent donc sur les mots qui vont souvent de pair.

Pour voir cela plus précisément ensuite, de façon moins thématique mais bien plus syntaxique, plus proche du texte, il suffit d’utiliser l’outil « lien », qui permet alors de montrer la fréquence et l’usage des mots ensemble. On peut ainsi constater que le verbe « accidit » est souvent utilisé de pair avec « animi » et « concutit ».

Ensuite, pour s’intéresser à la structure des phrases et à la façon de rédiger j’ai utiliser principalement deux outils : l’arbre de mots, qui a donc permis de bien voir les constructions les plus utilisées par Sénèque quand il mentionne l’âme notamment…

…et surtout, pour rendre le texte vivant, l’utilisation des syntagmes.

L’ennui avec mon corpus c’est que ceux qui sont le plus usités sont en deux mots alors qu’il fallait s’appuyer surtout sur des formules contenant 3 mots minimum. Ni une, ni deux, je décide de quand même intégrer des formulations à deux mots comme « non est » notamment, et de sélectionner des syntagmes moins usités mais que je pouvais intégrer dans mon pastiche d’après mon thème, à savoir notamment « etiam si non », « servi sunt immo », « et eos qui semper » et « servulus familiaris amisso ».

A cela j’ai ajouté par la suite un nombre important de connecteurs logiques retenus dans le Cirrus sans les stopwords et le tour était joué.

Je pense que cet outil qu’est VoyantTools est extrêmement utile à la recherche aujourd’hui. Il réduit considérablement la durée de l’exercice du pastiche notamment : nul besoin de lire tout le corpus, nul besoin de relever soi-même les occurrences et d’être sujet sans aucun doute à l’erreur humaine… Tout est calculé par l’ordinateur qui analyse le texte plus efficacement qu’aucun être humain. Reste ensuite à son utilisateur d’utiliser correctement ses outils et de savoir interpréter la chose…

Confiné avec Socrate

Extrait du numéro sur la Renaissance de Philosophie Magazine
Extrait du numéro sur la Renaissance de Philosophie Magazine

Contexte : Socrate ayant reçu par papyrus une attestation l’autorisant à venir au banquet organisé par deux amis, Néodactyle et Chrestobiblon, il s’y rend avec joie et, avec les cinq autres adultes (se trouvent également là Alcibiade et Platon) réglementairement autorisés à dîner ensemble, ils discutent des effets du confinement sur l’âme, et l’importance des outils numériques.

ΣΩΚΡΑΤΗΣ – Ainsi donc, selon tes dires, Néodactyle, nos téléphones, ou plutôt devrais-je dire phronimophones, sont une extension de notre être. Mais penses-tu qu’il s’agisse d’une extension de notre âme, ou de notre corps ?

ΝΕΟΔΑΚΤΥΛΟΣ – À ce qu’il me semble, ô Socrate, ils sont une extension du corps. En effet, il est évident que ces derniers sont constitués de matière, et c’est avec nos doigts et nos yeux que nous agissons sur eux.

ΧΡΗΣΤΟΒΙΒΛΩΝ – Tu parles d’or, mon ami, mais il en est de même des livres qui dorment désormais dans nos bibliothèques. Pourquoi les avoir ainsi remisés, je me le demande…

ΝΕΟ – Je pense que tu fais erreur, Chrestobiblon, en ce que nos téléphones nous permettent en réalité un accès bien plus direct à l’intelligible dont nous parlait Socrate.

ΑΛΚΙΒΙΑΔΗΣ – Il est clair pour moi que les images que je poste sur Aiphnessgram participent du Beau.

ΣΩ – Certes, merci Alcibiade. Mais comment cela, Néodactyle ? Peux-tu l’expliquer ?

ΝΕΟ – Eh bien, il est évident qu’un téléphone d’aujourd’hui permet d’avoir accès à tous les livres qui te sont si chers, Chrestobiblon, quand au contraire un seul livre ne contient que son texte, qui dit et redit toujours la même chose à chaque lecture. Ils permettent en outre de voir des images, comme notre bel Alcibiade l’évoquait, ou d’écouter de la musique.

ΣΩ – Je vois que tu as écouté ma discussion passée avec ce cher Phèdre.

ΝΕΟ – Mais oui, par Zeus ! Il me semble donc que nos téléphones sont, en cette période de confinement, comme la fenêtre qui nous permet d’observer le monde extérieur.

ΣΩ – Voudrais-tu dire que nous sommes confinés chez nous comme dans une caverne ?

ΝΕΟ – C’est cela, Socrate.

ΣΩ – Et que donc les téléphones nous montrent des images et des sons venus du monde extérieur ?

ΝΕΟ – Exactement.

ΣΩ – Et donc, confinés que nous sommes, sans autre accès à l’extérieur, les téléphones sont tout ce qu’il nous reste et sont donc la réalité ?

ΝΕΟ – Comment le nier, en effet, Socrate ?

ΣΩ – Mais alors, que sont-ils de plus que les ombres dans cette caverne, ombres dont nous devons nous détacher ?

ΝΕΟ – En effet, tu parles justement et ton analogie est frappante.

ΣΩ – Il faudrait donc arriver à dépasser ces téléphones pour accéder à une meilleure réalité. Alors que les livres de Chrestobiblon, te semblent-ils être des ombres, ou bien le discours réel de ceux qui les ont écrits ? Je veux dire : s’ils sont des ombres, cela voudrait dire qu’il y aurait une réalité supérieure qu’ils ne feraient qu’imiter.

ΝΕΟ – Oui, certes.

ΣΩ – Es-tu donc d’accord avec moi pour dire qu’un livre n’est pas une imitation du discours, mais bien le discours lui-même, sa forme matérielle ?

ΝΕΟ – C’est évident.

ΧΡΗ – Enfin une parole sur les livres qui me semble être la vérité ! Je me félicite que nous t’ayons invité, Socrate !

ΣΩ – Et moi d’être en si bonne compagnie ! Mais revenons sur ce que disait Néodactyle au début. Que les téléphones sont des extensions du corps.

ΝΕΟ – Je le disais, c’est vrai.

ΣΩ – Alors celui qui n’en a pas se trouverait handicapé et ne pourrait être considéré comme complet ?

ΑΛ – C’est clair !

ΝΕΟ – Il serait bien ennuyé par les temps qui courent, oui.

ΣΩ – Mais les circonstances actuelles ne sont que temporaires. On ne peut fonder un raisonnement sur la nature des êtres à partir de circonstances. Il faut se placer dans un régime normal et habituel de vie. Dirais-tu en temps normal qu’un homme sans son téléphone subit une privation, et qu’il serait moins homme que toi ou moi ?

ΝΕΟ – Je devrais reconnaître que non.

ΣΩ – Donc, peut-être que s’ils ne sont pas une extension de notre corps, c’est qu’ils sont une extension de notre âme ? Penses-tu qu’elle contienne en fait une quatrième partie, τὸ νυμέρικον ?

ΝΕΟ – Je ne sais, Socrate. Que veux-tu dire ?

ΣΩ – Eh bien, qu’il faut peut-être ajouter une quatrième partie à notre âme si l’on suit ce que tu as dit. A quoi servirait-elle, selon toi ?

ΝΕΟ – À nous connecter aux autres, évidemment !

ΣΩ – Mais nous avons dit que les téléphones ne donnent que des ombres du monde extérieur.

ΝΕΟ – Nous en avions convenu.

ΣΩ – Or pourquoi dans ce cas donneraient-il mieux que des « ombres » des autres hommes également ?

ΝΕΟ – Tu dis vrai. Je n’y avais pas pensé.

ΣΩ – Donc ils ne servent pas à nous connecter réellement aux autres. Ne feraient-ils pas plutôt appel à la partie concupiscible de notre âme, en flattant nos instincts et appétits, et en répondant à notre besoin d’attention et d’immédiateté ?

ΝΕΟ – C’est ce qui semble être le cas, en effet.

ΣΩ – Alors à quoi servent-ils ?

ΠΛΑΤΩΝ – À avoir enregistré tout ce dialogue, dont l’écriture, pour une fois, ne reposera pas sur ma seule mémoire ! Merci mes amis !

Analyses

Comme vous l’aurez compris, je me suis inspiré des dialogues platoniciens (bien que mélangeant parfaitement les idées de Socrate et de Platon pour l’exercice !).

Grâce à VoyantTools, j’ai pu récupérer l’intégralité ou presque du corpus de Platon ; 36 textes sont disponibles en grec ancien sur Perseus (et GitHub). J’ai supprimé de ma liste les textes apocryphes (Hippias majeur, Clitophon, …), pour n’en retenir finalement que 27, ce qui est déjà beaucoup (plus de 520 000 mots).

Une première analyse « brute » grâce à Voyant, même en utilisant la liste de stopwords existante pour le grec ancien, se révèle peu concluante, pour deux causes principales.

Tout d’abord, l’encodage de Perseus fait que les interlocuteurs apparaissent en abrégé à chaque début de réplique (comme j’ai choisi de le présenter dans mon pastiche), avec deux ou trois lettres, aisément distinguables de véritables mots par leur absence d’accent ou d’esprit : σω (pour Socrate), μεν (pour Ménon), αλ (pour Alcibiade), etc. Je complète alors ces premiers termes à ajouter à la liste par le vocatif de Socrate, Σώκρατες, qui revient évidemment un grand nombre de fois (plus que le vocatif d’aucun autre interlocuteur). J’ajoute aussi « φίλε » qui revient beaucoup, car cela n’apportera pas grand-chose à l’analyse (mais nous pouvons le noter pour le pastiche !).

Ensuite, l’encodage Perseus, pour une raison inconnue, n’a pas retenu le même signe d’apostrophe que la liste existante pour le grec ancien, et toutes les particules, prépositions et conjonctions élidées ne sont pas identifiées : les textes choisis indiquent par exemple « ἀλλʼ » alors que la liste prévoit « ἀλλ´ ». Ce problème est relativement simple à corriger également en identifiant, via l’outil « Termes », toutes ces élisions.

Voici donc le « cirrus » que j’obtiens sur mes 27 dialogues platoniciens :

Rien de très étonnant pour ces dialogues philosophiques : des verbes d’opinion/perception active ou passive (δοκεῖ, οἶμαι, φαίνεται, ἔοικεν) ou de modalité (χρή, δεῖ), et adverbes et adjectifs qui ponctuent les échanges (ὀρθῶς, καλῶς, δῆλον, ἀγαθός, δίκαιος), et surtout ce qui occupe le cœur des dialogues, la « matière première » : λόγος, ἀληθῆ, ψυχή, σῶμα, νοῦς.

Il m’a cependant semblé compliqué, au-delà des verbes conjugués à la première ou la deuxième personne, de capturer ainsi ce qui rend vivants les dialogues et en fait en partie le sel, je pense : les particules et adverbes qui ponctuent les réponses de chacun, car ils sont fatalement inclus dans la liste de stopwords du grec ancien. L’outil Syntagmes permet dans une moindre mesure de pallier ce « défaut », comme on le verra plus bas.

On notera au passage que ἕν (sans en compter la variante à accent grave) arrive en cinquième position avec 605 occurrences, mais cela est le fait écrasant d’une partie du corpus…

… comme on pouvait s’y attendre, il s’agit du Parménide, où l’Un occupe donc la première place dans les débats.

De même, πόλις (décliné) revient de nombreuses fois, mais principalement à cause des deux dialogues qui constituent à eux seuls plus du tiers du corpus : la République et les Lois.

J’ai regretté que Voyant ne permette pas de lemmatiser plus précisément (ou alors je n’ai pas trouvé) : les différentes variantes d’un même mot (décliné, ou accentué différemment en fonction de sa place dans la phrase) sont considérées comme des formes distinctes ; d’où l’abondance de λόγος, λόγον, λόγῳ, λόγων pour ne citer que lui, au lieu de ne faire apparaître que λόγος.

Ces analyses étant faites, le thème du pastiche m’a alors paru évident, dans les circonstances actuelles : un dialogue philosophique, âme, corps, confinement et numérique !

Me restait cependant à identifier des syntagmes pertinents. C’est chose relativement aisée avec la prose de Platon, car on pourrait presque parler de formules. Trois ont retenu mon attention : « selon tes dires / ton discours / ton raisonnement » (κατὰ τὸν σὸν λόγον), « à ce qu’il me semble » (ὡς ἐμοὶ δοκεῖ), « il est évident que » (δῆλον γὰρ ὅτι).

Il m’a semblé que Voyant serait le plus utile dans l’analyse des discours (en particulier politiques), où, en affinant les analyses, il permettrait de faire ressortir les thèmes majeurs (mais ces derniers sont généralement bien perçus consciemment par l’auditoire) et surtout les liens et corrélations entre les termes utilisés (vocables positifs pour telle idée, peur associée à tel phénomène, etc.), qui sont moins évidentes à percevoir sans revenir à froid sur le texte.

Il m’a par ailleurs rappelé, en creux car je pense qu’une telle analyse serait impossible à mener avec Voyant, un article que j’avais lu : un grand nombre de discours de tous les Présidents de la Ve République avaient été analysés, pas tant sur les thèmes que sur la richesse du vocabulaire, avec notamment un indicateur, le nombre de nouveaux mots apparaissant au fil du discours, traduisant ainsi l’expression d’idées nouvelles (ou la précision d’idées déjà développées). Loin de me faire décliniste, l’analyse avait cependant montré que ce nombre décroissait avec le temps, signe que les discours plus récents préféraient se répéter (d’aucuns diront : tourner en rond) plutôt que de s’essayer à la nuance…

Humanité dans le doigté

 

Je suis conscient du fait que j’ai pris beaucoup de retard pour publier ce premier billet. J’en suis navré. Je me nomme Yousri Bentahar et je suis étudiant en master cinéma et audiovisuel, dans la mention Histoire des Formes et Théorie des Images. En d’autres termes, je ne suis pas forcément amené à côtoyer ce qui se rapproche des humanités numériques dans mon parcours. Je peux même affirmer en toute humilité que l’informatique est un domaine dans lequel je suis loin d’être avancé. En choisissant ce séminaire, j’avais en tête de peut être en apprendre un peu plus sur ces technologies que je ne maîtrise pas vraiment. D’un point de vue culturel ou même pratique, ce cours ne peut apporter que du positif et quelque chose de productif. 

Ce billet ne va cela dit pas se contenter d’une biographie. La première chose à laquelle j’ai pensé en voyant que l’Antiquité était une période historique qui semble centrale comme sujet d’étude, c’est une image qui, bien qu’étant un peu cliché,  la symbolise. il s’agit d’une photo de temple grec.

En effet ce dernier symbolise selon moi une partie de la notion d’humanité mais ce type de construction fait aussi appel à la notion d’artisanat.  L’artisanat, c’est la puissance de la main humaine. J’ai donc fait un lien qui peut sembler capillotracté entre l’étymologie du mot « digital » de « Digital Humanities » que j’ai pris dans son sens français. Le mot « digital » venant de « doigt », le lien était vite fait. Je me suis dit que le lien entre antiquité, humanité, et construction semblait pertinent dans le cadre de ce séminaire.

SANYO DIGITAL CAMERA

Persévérance, arborescence et bienveillance

 

Puisqu’il n’est jamais trop tard pour s’exprimer, je livre aujourd’hui mes premières impressions. 

Lorsque je me suis inscrite dans ce séminaire, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Bien entendu, j’imaginais que l’on parlerait d’informatique, de codage, de langage et finalement on a parlé tous les langages aussi bien numériques, qu’antiques. 

Peut-être vous demandez-vous pourquoi j’ai choisi cette image pour illustrer mon premier billet ?

Eh bien, étant en Master Cinéma sous la mention Histoire des formes et théorie des images, l’illustration visuelle fait partie de mes champs d’expression. Habituellement, je raconte des histoires que je dessine et que je mets en mouvement dans mes court-métrages. Mais ici l’image se fige comme ces mots, pour vous livrer aussi clairement que possible le fond de ma pensée. 

Alors, comprenez bien l’idée qui m’anime, une arborescence figurée par un arbre dans cette illustration  Arbor scientiae de Raymond Lulle, symbolise tout simplement l’enracinement dans lequel je me suis enfoncée au fils des jours en comprenant la notion « Humanités numériques ». A force de semer, ce que j’appellerai ici des « énigmes » (entendez consignes) à résoudre, j’ai vu que ce qui se cachait sous le feuillage du savoir des historiens numériques, n’était qu’une vaste zone de ramification de connaissances toutes plus  intéressantes et complexes les unes que les autres.

Il faut bien avouer que durant ma progression je me suis sentie chuter dans les cercles infernaux de « L’Enfer » de Dante. Mais, n’y voyez pas là une comparaison sinistre, bien au contraire c’est ce « vertige » dans lequel on s’engouffre qui devient captivant. 

Alors oui, plus d’une fois, j’ai bien cru marcher dans les ténèbres de sciences occultes tant mes connaissances étaient succinctes. Cela dit, je crois qu’aujourd’hui, à force de persévérance et de patience de la part de mes camarades et de mon enseignant, j’entrevois enfin la lumière. 

 

Il parait qu’au centre de la Terre brille aussi un Soleil…

Pour ma part, je crois que cela vaut le coup de creuser un peu le sujet.