Les identifiants numériques de nos textes classiques sont-ils arbitraires ?

Telle était la question posée aux étudiants du cours « Humanités numériques 3 ». Il s’agissait – dans le temps qu’une fin de semestre hybride permettait de consacrer à cet exercice à distance – d’étudier les numéros attribués aux corpus grecs par le TLG et aux corpus latins par le PHI. Voici comment la consigne était formulée :

Cette tâche collaborative consiste à répondre à une question simple : les numéros du TLG pour le grec et du PHI pour le latin sont-ils arbitraires ? En d’autres termes, y a-t-il une ou des raisons claires à ce que Thucydide soit désigné par l’identifiant tlg0003 et Virgile par l’identifiant phi0690 ? La question pourrait se poser pour n’importe quel ensemble d’identifiants uniques au sein d’une collection, mais le cas des corpus grecs et latins semble intéressant, car ces numéros sont devenus des identifiants standards dans les bases de données en ligne – par exemple sur la Perseus Digital Library, dans ses sources grecques et latines et dans son catalogue. C’est à vous de décider de la façon dont vous voulez répondre à cette question. Le cahier des charges minimal est de vous procurer une liste des identifiants et des métadonnées pertinentes pour en dire quelque chose (noms d’auteurs, époques, genres…), de mener des analyses qui vous semblent utiles et de les présenter et commenter dans un document R Markdown.

Le résultat est tout sauf minimal, que ce soit dans ses ambitions ou dans sa mise en œuvre technique. Je suis impressionné par la qualité et la précision de ce travail d’application, sur des données ouvertes, des méthodes introduites au cours du semestre. Nous partageons cette enquête sous la forme d’un fichier HTML à télécharger sur l’entrepôt GitHub du cours. Puisqu’il s’agit d’un notebook produit dans l’environnement de développement R Studio, le code R Markdown utilisé y est intégré. Le document comprenant une excellente documentation et un sommaire actif, je n’en dis pas davantage, mais vous laisse découvrir cette exploration d’un jeu de données fondamental pour les antiquisants.