Jeux Cosmiques…..

Hérodote d’Halicarnasse, Enquête, Livre I, «  Clio », Préambule.

Hérodote d’Halicarnasse, féru d’ethnologie et d’ethnographie, nous fait part, dans ces premières lignes, de la tenue prochaine d’un concours sportif d’envergure mondiale= les Jeux Cosmiques….. Témoin privilégié, en tant que reporter, il nous expose en avant-première, les arcanes de cette manifestation sans précédent.

 Hérodote d’Halicarnasse expose au sein de cet ouvrage, les conclusions de son   Enquête  sur les Jeux cosmiques,  afin que les aristies humaines ne s’envolent tels les mots  ou bien finissent dans le Léthé, qu’elles aient été réalisées  soit par les Perses, vaincus  quelques années plus tôt soit par les Grecs, défiés par les premiers, leurs ennemis de toujours, soit par les Barbares, Je dépeins également dans ce tableau, l’origine et le cadre de ces fameux Jeux.

 

Les Perses les plus érudits, aussi bien, quant aux affaires internes, liées à leur contrée, que concernant l’actualité internationale, expliquent le fondement de leur projet, par un désir de vengeance manifesté depuis fort longtemps, envers les Hellènes. Ils affirment, en effet, que la dernière et cuisante défaite, subie par leurs compatriotes, causée par les Grecs, demeure gravée dans leur mémoire. Comment un empire si puissant et aux ressources militaires abondantes a- t-il pu atteindre l’acmé de la déchéance ?  Non satisfaits de leur réputation entachée dans toute la terre habitée, les Mèdes, établis en assemblée à Ecbatane, prennent le temps d’examiner leur situation, empirant de jour en jour. Deux de leurs représentants, des hérauts d’un certain âge, concluent cette rencontre, par l’instauration de ces Jeux Cosmiques, ce qu’ils ont proposé, ou plutôt devrais-je dire, réussi à imposer à leurs homologues grecs. Enfin, la réunion s’achève, mais l’envie de vengeance hargneuse alourdit l’atmosphère. Alors ces Jeux débuteront dans deux mois.

 

 

Les Grecs, quant à eux, semblent vivre, depuis les derniers événements, dans un univers complètement à part, déraciné et déconnecté du monde connu.  En effet, après la fin de leur conflit avec les Perses, ils se mirent à célébrer de manière pompeuse et extravagante, leur victoire. Seulement l’ambiance, excessivement festive, a perduré au fils des années. Sans le souci du lendemain. L’orgueil hellène fut rapidement contrecarré par l’habileté rhétorique dont sont doués les Mèdes, qui finissent par les contraindre à participer auxdits Jeux. L’obligation édictée, ne permet pas la fin des hostilités, dans la mesure où les Grecs, méprisant profondément cette nation, leur adressent continuellement insultes et quolibets, tous plus  originaux  les uns que les autres : « poulettes », « femmelettes » « poupettes », «  tapettes », soulignant  de ce fait, l’apparence  efféminée   des guerriers perses. Par ailleurs, les cités grecques cherchent à préserver leur renommée, notamment dans  le domaine des exploits  accomplis à la guerre, en acceptant de prendre part à la manifestation sportive.

 

Venons- en aux peuplades barbares. Par les temps qui courent, elles se montrent très discrètes, et ce n’est pas du goût de la maison, de chercher querelle aux autres ethnies, à commencer par les Etats voisins, Pourtant dès lors qu’il s’agit d’acquérir une certaine aura, un certain prestige, les Barbares, chevelus, sont les premiers arrivés, donc les premiers en scène. Ils rapportent qu’un jour, les messagers perses ont réalisé une expédition, en terre lointaine, avec la ferme intention de les contraindre à entrer en lice. En vérité, les Mèdes voulaient rallier « leurs voisins du bout du monde », désignés de cette façon d’après un célèbre sobriquet, à leur cause, contre la Grèce. Mais ce ne fut pas une mince affaire. Parce que, des « guerres persiques », les Barbares s’en moquent : cela ne les concerne pas, cela ne les intéresse pas. Malgré tout, lorsqu’il s’agit d’obtenir un certain renom, comme je viens de l‘exposer, ces peuplades du bout du monde sont les premières arrivées. Pour la première fois, à leur humble avis, cette compétition serait l’occasion de graver leurs aristies, à jamais dans l’histoire de l’humanité tout entière […].

Voilà donc les éléments déclencheurs, motifs de ces Jeux Cosmiques.

 

Méthodes de travail:

Suite à une longue réflexion, quant au choix de mon corpus, j’ai fini par opter pour l’Enquête d’Hérodote, en particulier les premières lignes.  Je vais instamment, vous exposer ma vision de ma question. Tout d’abord,  perçu tel le père de l’Histoire, il est en effet le fondateur d’un savoir,  d’une science fondamentale, à son origine et par la suite, aux yeux des hommes, en vue de les aider à comprendre le monde qui les entoure, et à en saisir les enjeux qui y ont trait.

Ensuite, les procédés utilisés par cet auteur émérite, pour concrétiser son entreprise m’ont d’emblée plu.  Premièrement, il affirme la validité  de ses opinions en les assumant ( recours à la première personne). Puis, le caractère  consciencieux  de son ouvrage s’explique par la primauté donnée à l’expérience, à ses sens, en particulier la vue, symbole du témoignage, puisqu’il est contemporain des faits racontés.

Autre point: Bien que, dans l’oeuvre originale, il prenne  parti en faveur des Hellènes,  il rapporte les dires des autres peuples évoqués.

Enfin,  pour l’époque, le conflit gréco-perse, recouvre une “dimension internationale”, à l’instar des deux guerres mondiales qui ont divisé la terre habitée, au début du siècle dernier. Pour illustrer ce commentaire, j’ai recouru à l’outil Voyant Tools. Celui- ci  a permis de rendre compte de l’ampleur du différend entre les nations, ce que montre le graphe inséré ci-dessous.

 

L’événement contemporain réunissant tous les pays du globe,  calqué ici, dans le style d’Hérodote sont les Jeux  Olympiques qui, par ailleurs se dérouleront à Paris en 2024!

 

 

Annonce de candidature

Lysistrata a donné rendez-vous à ses amies Calonice, Myrrhine et Lampito pour leur annoncer une grande nouvelle, mais celles-ci tardent à arriver.

LYSISTRATA: Chère amie, merci d’être venue mais où sont donc les femmes?

CALONICE: Je ne peux vous répondre ma chère, l’heure et le lieu du rendez-vous étaient pourtant on ne peut plus clair dans votre story Instagram et il me semble que le message a été relayé.

LYSISTRATA: Je le crois bien. Enfin bon, elles devraient arriver, ne dit-on pas que les femmes sont toujours en retard?

CALONICE: Certainement. Mais quelle est donc cette affaire pour laquelle vous nous avez convoquées? 

LYSISTRATA: Je ne peux vous en dire plus si je n’ai pas plus d’auditrices ma chère amie, mais prenez votre mal en patience, Myrrhine me fait savoir qu’elle arrive, il y avait apparemment un bagage oublié dans le RER B.

CALONICE: Mais tout s’explique! J’aurais dû y penser plus tôt, le trafic est perturbé, voilà la raison du retard de nos amies. Nous avons été mauvaises langues.

MYRRHINE: Lysistrata! Calonice! Mes chères amies, veuillez m’excuser, un malaise voyageur m’a retardé.

LYSISTRATA: Hâte-toi Myrrhine, nous avons déjà assez attendu. J’ai une grande nouvelle à vous annoncer. Voilà d’ailleurs Lampito qui arrive.

LAMPITO: Me voilà, quel est donc ce secret Lysistrata? Pourquoi cette réunion des femmes?

LYSISTRATA: Allons bon, écoutez-moi donc très chères amies. Durant de longues insomnies j’ai tourné et retourné dans ma tête de nombreuses idées. Comprenez que le monde va mal, le dérèglement climatique, les violences sexistes et sexuelles, les discriminations, les guerres, les famines, la pauvreté dans le monde, cette pandémie qui n’en finit pas… 

CALONICE: Par les dieux Lysistrata, tu veux nous faire pleurer dès le matin, ce n’est pas bien joyeux cette assemblée.

LYSISTRATA: En effet cela ne l’est pas douce Calonice. C’est pourquoi après de nombreuses réflexion, j’ai décidé qu’il nous fallait agir…

LAMPITO: Mais enfin comment Lysistrata? Nous ne sommes que des femmes, crois-tu que les hommes nous laisseront un tant soit peu de place?

MYRRHINE: Je suis d’accord avec Lampito, et puis la politique n’est-ce pas une affaire d’hommes après tout? Regarde le paysage médiatique et politique actuel, vois-tu des femmes? Il est certainement imprudent de se lancer dans une telle entreprise!

LYSISTRATA: Vous avez raison sur un point mes amies, il n’y a pas assez de représentation de femme en politique. C’est pourquoi je veux me présenter aux élections présidentielles! Et si je suis élue, vous serez mes ministres mes bonnes amies!

CALONICE: Mais tu as perdu la tête Lysistrata? Que va dire ton mari? Ton père? Une femme à la tête de la cité, les vieillards ne s’en remettraient pas…

LYSISTRATA: Ne sois pas peureuse Calonice, qu’avons nous à perdre à essayer? Je ne suis pas plus bête que les hommes briguant la candidature, il faut bien commencer quelque part pour changer les choses. Tu parles comme si l’on était au Vème siècle à Athènes… Les temps changent ma chère!

MYRRHINE: Cette idée me paraît insensée mais pourquoi pas… C’est vrai que nous n’avons rien à perdre, j’en suis Lysistrata. Et toi Lampito tu es bien songeuse?

LAMPITO: Je songe en effet, je n’aurais jamais eu l’audace de penser à une telle entreprise mais ma foi, je crois que Lysistrata à raison, vous connaissez le proverbe “on est jamais mieux servie que par soi-même”. Nous avons de bonnes idées, il serait dommage de les laisser au gynécée. 

LYSISTRATA: C’est entendu alors! Rendez-vous demain à la même heure, les dieux m’en sont témoins!

MYRRHINE: J’espère que la RATP aussi, j’aimerais ne pas arriver en retard cette fois-ci…

Le processus

J’ai longuement réfléchi au corpus que j’allais choisir, d’autant plus que j’ai eu un peu de mal à comprendre comment fonctionnait la banque de donnée sur GitHub. Mon choix s’est finalement arrêté sur Aristophane, et comme nous avons conservé de cet auteur comique un corpus important de texte, j’ai décidé de me focaliser sur la pièce Lysistrata, que j’apprécie particulièrement.

J’ai donc introduit l’intégralité de ce texte dans Voyant Tools, après avoir tenté de me familiariser avec cet outil. Grâce à Cirrus, nous observons le rendu ci-dessous.

Les mots qui ressortent davantage sont donc “λυσιστράτη” soit le nom du personnage, ou le “χορός” qui est également un personnage dans ce texte. Viennent ensuite des mots très courants en grec ancien, tels que “καί”, “ἄν”, “ἀλλά”, “ού”, les particules “γάρ” et “δέ”, ou encore les articles “τόν”, “τήν”. Une fois ces formes écartées, l’on peut néanmoins observer quelques mots qui semblent sortir du lot, notamment si l’on augmente le nombre de mots à intégrer dans Cirrus.

On voit ainsi, outre les autres noms de personnages (Καλονίκη, Μυρρίνη), les mots “γυναικῶν” (femme), “κινησίας” (mouvement, trouble), “γερόντων” (vieillard), “πρόσβουλος”

L’un des obstacles que j’ai rencontré est que Voyant Tools ne semble pas reconnaître les déclinaisons grecques, ainsi des mots qui sont en  réalité les même, mais déclinés à plusieurs cas, ne sont pas classés ensemble. Par exemple, malgré l’omniprésence de “γυναικῶν”, les autres cas “γύνη”, “γυναῖκες”, “γυναῖκας”, apparaissent comme étant des données différentes. L’on peut supposer que si ces termes étaient pris en compte conjointement, le mot “γύνη” aurait encore plus d’importance. Tout comme la déclinaison de “ἀνηρ” et de “γέρων”.

J’ai donc essayé d’imiter Aristophane en remodernisant le sujet de Lysistrata, et en réemployant les mots les plus utilisés, ainsi que quelques tournures de phrases.

J’espère que cela vous aura plu!

 

La bataille de Minneapolis

Démarche

J’ai travaillé pour réaliser les enquêtes par Voyant Tools sur un corpus non-lemmatisé de l’Histoire Romaine, importé depuis la bibliothèque The Latin Library . L’objectif était de réunir suffisamment d’élément sur l’écriture de Tite Live, tant sur son contenu que sur sa forme, afin de réaliser un pastiche de son texte pour évoquer le combat du mouvement Black Lives Matters.  

1- Le vocabulaire

  • Les termes fréquents

Premièrement, une analyse des termes les plus fréquemment employés, sans prendre en compte les StopWords relèvent du champ militaire ou politique.

2- Les termes en contexte 

J’ai voulu raffiner ce résultat en regardant de plus près les cooccurrents de ces termes, en regardant le contexte, classé selon le contexte droit du pivot. J’ai choisi les termes les plus fréquents : bellum, hostium, milia, castra. On peut observer l’importance de l’emploi du syntagme bellum gerere, ou l’emploi du groupe bellum + in (préposition ou préfixe de verbe), ou encore bellum cum/adversus. Cela sous-entend que la guerre n’est pas un concept chez Tite Live, mais a une réalité bien contextualisée. On constate le même emploi fréquent de in avant ou après hostium. Milia a pour cooccurrents principaux soit des nombres, soit des personnes (socium, hostium, peditum, militum). Cela renvoie à l’ampleur des armées, et donne également peut-être une dimension épique au récit. Enfin castra  est soit associé à un camp ( romana, hostium) soit à une opération militaire (locare, movere, verbe préfixés par in).

3- Les thématiques 

J’ai ensuite cherché à analyser d’un peu plus près les contextes d’emploi des termes principaux, afin de comprendre la place qu’ils occupaient dans le travail de Tite Live. J’ai d’abord eu recours pour cela à deux outils, la visualisation par nuages de points, qui permettent de voir les groupements thématiques des termes, et l’outil Liens  qui montre la force des collocutions entre les termes.

On voit assez nettement dans le nuage de point l’opposition entre le temps de guerre et le temps de paix, et se distinguent d’une part les éléments institutionnels de Rome (en bleu et violet), d’autre part les acteurs militaires (en rose et en vert). Dans le premier contexte, Tite Live fait essentiellement référence aux acteurs de la vie politique, tandis que dans le deuxième, il est question des soldats, des armées en marche, des lieux et des repères temporels.

 

Les liens montrent des réseaux intéressants, notamment d’opposition entre hostium et romana, bellum et pacem, peditum et equites. Cela suggère peut-être une tendance à la description binaire chez Tite-Live, et à la représentation des conflits en œuvre.

Enfin, j’ai utilisé l’outil Thèmes pour confirmer les rapprochements opérés entre les termes.

  Thèmes 
1 imperium animum fama virum sacra belli deorum agrum spes parte
2 regis rex nomen rege belli exercitus latinis hostium imperio romanis
3 bellum regnum tarquinius romulus arma armis ratus sabinis magna vim
4 populi animo deos auctores publica pater ius populo artibus domi
5 bello loco corpus appellati domo primores reges brutus manibus castra
6 romam regni animos imperii patrum latinorum populus locis romulo numae
7 urbis patres populum acies consilio latinum exercitum aeneae regiam iuppiter
8 albani hostes homines iure patris iussit patria finitimis statuit classis
9 romana primo patrem centum tarquini deum templi publico agere quadraginta
10 tullus tarquinium romanum regia filius pace miraculo castris aetatem legibus
11 regem maxime romae regi caput populi foedus tempus viribus duo
12 opes iubet tullo filium dies longe utrimque albano viri consilium
13 romani urbem annos civitatem pacem fortuna prima iuvenum tribus romano

On remarque deux types de rapprochements : certains sont épisodiques (10, 7, 3, 6 et s’organisent autour d’oppositions entre personnages), d’autres sont plutôt thématique. A ce titre, il est intéressant de voir le rapprochement entre imperium, belli, virum et deorum (1), entre populi, deos, ius (4) ou entre romani, pacem, iuvenum et tribus (13). Ces résultats mettent en avant des effets d’unité thématique forts dans le texte. Il faudra essayer de respecter ces effets de proximité thématique dans le pastiche.

b) Le style 

Deuxièmement, j’ai voulu analyser des éléments du style narratif de Tite Live. En effet, dès lors que l’Histoire appelle la rhétorique, il semble pertinent dans le cadre d’un pastiche de reprendre ces tournures rhétoriques liviennes.

J’ai pour cela eu recours à l’outil Syntagmes, ce qui m’a permis d’extraire quelques formules fréquemment utilisées par l’historien.

En ce qui concerne les expressions complexes à plus de trois syntagmes, nous voyons un soin particulier accordé aux liens logiques (non modo sed etiam, haud secus quam, solum sed etiam) et aux indications temporelles (primo quoque tempore, intra paucos dies, per aliquot dies, ad eam diem, per eos dies). Cependant il faut souligner que ces données temporelles sont le plus souvent relatives, on trouve d’ailleurs peu de dates. L’importance du syntagme ex senatus consulto rappelle l’importance de la législation dans les événements de l’histoire romaine, de même que e re publica. Cette tendance se confirme par l’analyse des syntagmes plus brefs (2 termes), on peut ajouter l’importance de la formule comparative (magis quam), qui semble faire écho aux phénomènes binaires déjà évoqués.  

J’ai également réintégré les stopwords afin de voir quels outils l’auteur utilisait dans son propos.

 

L’emploi fréquent de préposition indique un emploi des compléments circonstanciels importants, nécessaires à la contextualisation. On retrouve dans ces termes fréquents des conjonctions comme cum, ut, quod, sed, et qui suggèrent le goût de Tite Live pour les phrases complexes à plusieurs propositions, et l’importance du développement des événements. J’ai pu également noter que les phrases employées par Tite Live sont généralement assez longues (84mots en moyennes).

Conclusions des analyses :

Les outils proposés par Voyant Tools sont très nombreux, et fonctionnent plus ou moins bien selon la taille du corpus. Certaines ressources permettent de créer des visualisations graphiques très intéressantes, notamment pour les fréquences d’emploi et les répartitions; d’autres permettent de créer des tableaux synthétiques de corrélations, cooccurrences, classifications qui facilitent la compréhension des modes d’apparition des mots dans le texte. Ces deux types d’outils se complètent. Il est également possible de générer des cartes représentant les entités nommées spatiales (ce qui pourrait être intéressant dans certaines études). Il faut cependant être vigilant quant à l’interprétation des résultats fournis, et analyser le processus qui permet de faire ressortir les données afin de les exploiter correctement. 

Pour le pastiche, j’ai choisi le premier jour des révoltes du mouvement Black Lives Matters, dont les premiers épisodes ont des allures de guerre civile, nous serons donc dans un récit en temps de guerre. Voici donc les objectifs à respecter pour reprendre le style de Tite-Live :

  • La dimension rhétorique du texte
  • Les oppositions binaires
  • Les cooccurrents spécifiques des termes les plus fréquents du texte.
  • Le vocabulaire militaire
  • Des descriptions spatio-temporelles, avec des indications de lieux précises et des mesures de temps relatives.
  • Une transposition des réalités romaines au contexte contemporain, tout en reprenant l’importance du cadre institutionnel des événements.

Pour vérifier l’exactitude du pastiche, je l’ai soumis à Voyant Tools, et ai constaté des phénomènes correspondant aux objectifs, notamment pour le vocabulaire et les cooccurrents spécifiques.

Le pastiche : 

La Bataille de Minneapolis 

(XLI) D. Trump entrait dans sa dernière année de présidence. Cette année-là fut une grande année pour les combattants des discriminations et des violences en Amérique et dans le monde entier. En effet, les défenseurs des libertés avaient redoublé de courage contre les ennemis, dans la guerre qu’ils menaient contre les violences gratuites envers le peuple noir, bien que les lois et la police aient multiplié leurs injustices. Dans un premier temps, ce fut une lutte tacite, ponctuée de petites révoltes rapidement réprimées par la Police. Cependant, six jours avant les calendes de juin, les armées de l’Etat avaient tué un des membres du peuple, non seulement elles avaient agressé sans motif un homme de stature moyenne et de face noire, mais encore elles avaient refusé de lui porter secours dans sa détresse, comme cela est montré dans les documents qui nous sont parvenus. Après ces événements, le peuple américain décida d’assiéger la ville de Minneapolis et déclencha une guerre non sacrée contre les Policiers.

(XLII) Le jour suivant, mille alliés réunirent leurs forces et lancèrent l’assaut et occupèrent les rues de la ville, ce fut le début de la guerre contre les forces de police. En effet, toutes les forces du peuple sortirent au même moment de leurs camps dans la rue, et, après avoir consulté l’avis des dieux, avancèrent en masse vers le poste de police, les mains levées au ciel et clamant des cris d’indignation pour défendre la liberté. Cependant, ce premier assaut fut vain, car les ennemis étaient bien plus forts en nombre et en habileté, les uns étaient armés de pancartes et de hauts parleurs, les autres, au contraire, revêtaient des armes brillantes et dominaient leur adversaire de leur stature imposante, protégée par des casques et des boucliers infranchissables, si bien qu’ils dispersèrent l’armée réunie avant la nuit. Dès le lendemain, comme il était juste, selon les dieux, de défendre ses droits, les hommes du peuple lancent un deuxième assaut, se dirigent à pied sur l’avenue Chicago Sud, et luttent de nouveau contre les ennemis, qui avaient dû déplacer leur camp en prévision des nouvelles attaques. Ainsi, des soldats de la Police quittent les camps retranchés qu’ils occupent et s’avancent vers les ennemis, pour les affronter en corps à corps, d’autres se positionnent en retrait et tirent des balles de caoutchouc sur les armées du peuple, blessant nombre d’entre eux. L’armée en marche prend alors East Lake Street et met le feu à cette partie du camp de la Police avec grand bruit. Face à cette situation, le chef des armées ennemies, Jacob Frey envoya un renfort d’un demi milliers de soldats à pied, armés lourdement et équipés de protections plus solides que leurs adversaires. Les ennemis lancèrent des gaz lacrymogènes contre ceux qui assiégeaient la ville, mais déjà le peuple dépassait les forces de police en nombre et en détermination, eux qui ne combattaient pas tant pour la victoire que pour leurs valeurs, non tant par haine que par colère. On raconte que de nombreux commerces furent détruits par les flammes cette journée-là. La même nuit, le camp du chef de l’armée est pillé et saccagé, avant d’être détruit par le feu.

(XLIII) Le lendemain, le chef de la police s’adressa à son peuple, et déclara d’une voix forte et claire :
« Les événements qui ont lieu en ce moment à Minneapolis sont d’une gravité sans précédent, et je ne saurais exprimer devant vous aujourd’hui ma désapprobation, ma honte et ma révolte face à ces actes inacceptables. Je veux que vous sachiez, Mesdames, Messieurs, citoyens américains, que je condamne toutes les personnes qui sont mêlées à cette violence, et que celles-ci seront tenues responsables des dégradations constatées. Les forces de police font tout ce qui est en leur pouvoir pour rétablir l’ordre et la paix dans notre cité. Minneapolis est et restera forte comme l’enfer. » Sur ces paroles, le chef de la police partit, et l’agitation de la foule s’accentua. Pendant ce temps, dans les rues de Minneapolis, le front armé continuait de clamer par de puissants cris leurs incriminations contre les ennemis, ils plaidaient la justice dans leur camp, et dénonçaient le manque de respect et la haine des autres. Ils encerclaient les camps de la Police, retranchée derrière des barrières résistant aux assauts multiples et enragés ; pas autrement ne se comportaient les loups furieux qui cherchaient à atteindre leurs proies au-delà des enclos du berger, ainsi le front heurtait les hauts boucliers de leurs épaules ou de projectiles de fortune.

(XLIV) Les combats durèrent plusieurs jours, par décision des autorités locales, l’état d’urgence avait été décrété dans toute la ville, la peur rendaient silencieuses les demeures et Minneapolis ne respirait plus que les braises d’elle-même. Sans cesse les manifestations se multipliaient, la sympathie des cités voisines et étrangères se portaient vers le peuple, la réputation des hommes dans cette guerre menée contre la Police donnaient de l’espoir à tous les défenseurs des droits, et la colère atteint un tel point qu’on se réunit entre chefs afin de résoudre le conflit. Ils décidèrent que l’armée de la Police devait être finalement dissoute, et elle disparut de Minneapolis par décision des autorités. Les temps qui suivirent furent troublés tant en temps que paix qu’en temps de guerre, Fama, à l’aide de Médias, répandit les nouvelles des combats et de leur issue à travers le monde, si bien que les guerres se multiplièrent aux Etats Unis contre les pouvoirs en place, non seulement pour lutter contre des événements ponctuels, mais aussi pour défendre les droits des individus face aux discriminations féroces des forces policières.

Socrate vous souhaite un joyeux noël

GORGIAS et SOCRATE discutent sur les traditions et les fêtes de noël. GORGIAS soutient que les fêtes de noël rendent nos âmes heureuses. Au contraire, SOCRATE soutient que les fêtes de noël, par bien des aspects, appauvrissent nos âmes.

GORGIAS

Ce sont les plus grandes de toutes les fêtes, Socrate, les plus joyeuses, et les meilleures. La musique est au rendez-vous, on y mange un véritable festin et les décorations de noël remplissent les âmes de joie.

SOCRATE

Ainsi tu dis que les décorations de noël et les repas de noël remplissent les âmes de joie, Gorgias ?

GORGIAS

Oui.

SOCRATE

Il n’en est rien.

GORGIAS

Pourquoi, ô Socrate ?

SOCRATE

Je vais essayer d’expliquer ce que sont à mes yeux les fêtes de noël. La cuisine est une routine, un empirisme et une flatterie. Les décorations de noël et les beaux habits que nous revêtons pour cette occasion sont une énorme tromperie.

GORGIAS

Par Zeus, Socrate, je ne comprends pas ton langage.

SOCRATE

Je n’en suis pas surpris; car je ne me suis pas encore expliqué clairement. En effet, les repas, les beaux costumes et les décorations de noël remplissent les corps de joie et non les âmes. Ils flattent les convives en leur faisant éprouver de l’agrément et du plaisir mais ils ne visent pas leur bien. Ne crois-tu pas que beaucoup de gens qui paraissent avoir le corps en bon état ont en réalité une mauvaise santé ?

GORGIAS

Si.

SOCRATE

La cuisine se glisse sous la médecine et feint de connaître les aliments les plus salutaires au corps. La plupart des aliments de noël sont des aliments trompeurs et mauvais pour notre santé. Le foie gras, principalement mangé à noël, a un goût délicieux mais il a un effet catastrophique sur notre santé. En effet, il contient beaucoup d’acides gras saturés. Or les acides gras saturés sont un facteur reconnu d’apparition de maladies cardiovasculaires.

GORGIAS

C’est vrai ce que tu dis Socrate.

SOCRATE

Le foie gras est loin d’être le seul mets de noël nocif pour notre santé, Gorgias. Nous accumulons les plaisirs et nous nous gavons. Nous consommons énormément bien au-delà de la mesure. Noël est pour nous l’occasion de nous laisser aller à tous nos plaisirs sans la moindre modération. Nous offrons et recevons de nombreux cadeaux inutiles. Le sucre est un aliment phare des mets de noël. Or, le sucre est un danger pour notre santé. Il favorise le diabète et augmente le taux de triglycérides et de cholestérol. Il affaiblit également nos défenses immunitaires. Le sucre entraîne un vieillissement des cellules de notre peau.

GORGIAS

Tout ce que tu dis est juste Socrate.

SOCRATE

Pour Noël, nous revêtons nos plus beaux habits et nos plus beaux bijoux. Nous nous maquillons et nous parfumons. Nous faisons nos plus belles coiffure. Or, la toilette est une chose malfaisante, décevante, basse et indigne d’un homme libre. Elle séduit les hommes par les formes, les couleurs, les parfums, le maquillage et les vêtements. Ainsi, en recherchant une beauté étrangère, on néglige la beauté naturelle que donne la gymnastique. Ce que la toilette est à la gymnastique la cuisine l’est à la médecine. Les corps apprécient les plaisirs tandis que les âmes commandent les corps et distinguent la cuisine de la médecine et la toilette de la gymnastique.

GORGIAS

C’est juste.

SOCRATE

Il en va de même pour les décorations de noël, Gorgias. Au lieu de ranger et de bien tenir sa maison, on la décore avec les plus belles décorations pour masquer ses défauts. Faire ce qui vous plaît, quand on est dénué de bon sens, tu avoues toi-même que c’est un mal n’est-ce pas ?

GORGIAS

Oui.

SOCRATE

Penses-tu que les hommes veulent ce qu’ils font ou ce en vue de quoi ils font ?

GORGIAS

Il est évident qu’ils veulent ce en vue de quoi ils font.

SOCRATE

Il semble alors évident qu’ils perdent leur but en vue lorsqu’ils festoient en grande quantité pendant les fêtes de noël. Ils pensent à leur plaisir imminent et non à leur santé. Ainsi, les fêtes de noël procurent des plaisirs aux corps tandis qu’elles abaissent l’âme.

La loi du plus fort est toujours la meilleure

POLOS

De nombreux exemples permettent de te démontrer que les gens injustes sont heureux Socrate.

SOCRATE

De quels exemples parles-tu ?

POLOS

Tu vois bien sans doute Napoléon Bonaparte, premier empereur français ?

SOCRATE

Si je ne le vois pas, j’en ai du moins entendu parler.

POLOS

Napoléon Bonaparte te paraît-il heureux ou malheureux ?

SOCRATE

Je n’en sais rien, Polos : je ne me suis pas encore rencontré avec lui. Je ne sais pas où il en est sur le rapport de l’instruction et de la justice.

POLOS

Un homme ne peut-il être heureux s’il est injuste ?

SOCRATE

Oui, Polos. Je prétends que quiconque est honnête est heureux et quiconque est injuste et méchant est malheureux.

POLOS

Alors Napoléon Bonaparte est malheureux ?

SOCRATE

Oui, mon ami s’il est injuste.

POLOS

Et comment ne serait-il pas injuste ? Il n’avait aucun droit au trône qu’il occupait. Le coup d’état du 18 brumaire est un tournant majeur de l’histoire française. Un nouveau régime se met en place, le consulat, et bien qu’illégitime au trône, Napoléon Bonaparte est nommé premier consul. La condition de Napoléon Bonaparte n’est-elle pas plus envieuse que celle de la plupart des hommes, Socrate ?

SOCRATE

Non, Polos, puisqu’il a commis cette grande injustice dont tu viens de parler.

POLOS

Je vais te convaincre avec un autre exemple, Socrate. Tu connais sans doute la fable de Jean de La Fontaine intitulée Le loup et l’agneau ?

SOCRATE

Je la connais, Polos.

POLOS

Crois- tu qu’il est préférable d’être l’agneau mangé par le loup ou le loup lui-même ? Jean De la Fontaine ne dit-il pas que la loi du plus fort est toujours la meilleure ? Le loup étant le plus fort et le plus injuste est le gagnant de l’histoire. L’agneau, même si celui-ci se défend à l’aide d’arguments rationnels et justes est le perdant de l’histoire puisqu’il se fait mangé.

SOCRATE

Il est préférable d’être l’agneau, Polos. Pour toi, vaut-il mieux commettre la justice ou la subir ?

POLOS

Il vaut mieux la commettre, Socrate.

SOCRATE

Mais quel est le plus laid ? Est-ce de la commettre ou de la subir ?

POLOS

Il est plus laid de la commettre.

SOCRATE

C’est donc par conséquent un plus grand mal puisque c’est plus laid. Ainsi, l’homme est plus malheureux en commettant l’injustice qu’en la subissant. Il vaut mieux être l’agneau.

Procédure

Comme vous l’aurez sûrement compris, je me suis inspirée du dialogue platonicien du Gorgias. À l’aide de Voyant tools, j’obtiens ce cirrus :

Évidemment, les prénoms des différents interlocuteurs sont majoritairement présents dans ce corpus : σωκρατης, καλλικλης, πωλος et γοργιας . On a également de nombreuses particules et conjonctions. Ainsi, Και est le terme le plus employé dans ce corpus. Au niveau des verbes, le verbe ειναι est le verbe le plus employé. Ce n’est pas étonnant car Socrate est toujours à la recherche de la vérité. Le verbe δοκει à la troisième personne du singulier est utilisé 92 fois dans tout le corpus. En effet, les verbes de perception sont majoritaires dans les dialogues philosophiques de Platon. Juste après δοκει vient le verbe λεγεις à la deuxième personne du singulier. En effet, nous avons un dialogue où Socrate reprend sans cesse les dires de ses interlocuteurs. Il est évident que l’adjectif αγαθος est l’adjectif le plus utilisé puisque le thème principal est celui de la justice. Les mots du vocabulaire de la justice sont omniprésents comme le terme δικαιον. A une trentaine de reprises environ, nous retrouvons les mots πολει et ανθρωπων. La ψυχης et τεχνην sont présents environ huit fois dans le texte.

J’ai alors décidé d’illustrer le célèbre passage où Socrate compare la cuisine et la toilette à la rhétorique avec les fêtes de noël. C’est un thème actuel et on ne célébrait pas noël à l’époque de Socrate. La cuisine et la toilette ont une place centrale dans les fêtes de noël. J’ai également repris le dialogue où Polos et Socrate débattent sur la notion de justice. J’ai changé les exemples où Polos essaye de démontrer que l’homme le plus fort et le plus injuste est heureux par des exemples plus contemporains.

Trois syntagmes ont retenu mon intention : εστιν ου γαρ, άληθῆ λέγεις σωκρατες et κατὰ τὸν σὸν λόγον. J’ai essayé de toutes les utilisées pour l’écriture de mon pastiche savant.

Voyant tools est un outil très intéressant pour relever les occurrences des mots et les expressions pertinentes et significatives au sein d’un corpus. C’est un outil très utile pour imiter le style d’un auteur.

Une brève en latin

Préparation du texte

Nous allons tenter de réaliser un “pastiche savant” en nous basant sur le De divinatione de Cicéron. On essaiera de raconter un fait divers en latin dans le style de ce discours.

Tout d’abord, si j’ai choisi Cicéron, c’est pour la simplicité et la clarté de sa syntaxe, qui devrait donc, comme je le pensais, être facile à reproduire. Cependant, si ce texte en particulier fut choisi, c’est de façon arbitraire, en ayant déjà traduit un extrait par le passé et sachant donc à peu près à quoi m’attendre.

On analysera les informations apportées par les fonctions de Voyant Tools qui semblent être les plus pertinentes et faciles d’usage afin d’en tirer des éléments utiles à la rédaction de notre texte.

On constate d’abord, au moyen de l’outil Cirrus, que les mots les plus fréquents ne sont pas liés à un vocabulaire particulier mais sont des mots grammaticaux : in, est, non, quae, ut qui marquent respectivement l’appartenance à quelque chose, l’existence de quelque chose, la non-existence de quelque chose, un relatif, et le but (ou la comparaison).

Les phrases du texte sont assez longues, elles contiennent en moyenne 20 mots par phrase, ce que l’on essaiera de reproduire.
Parmi les syntagmes les plus usités (qu’on peut voir grâce à l’outil Syntagmes), on peut citer les suivants : et in, eodem tempore, est in, ab eo, atque etiam, de quibus, non enim

Ces éléments suffisent à la rédaction du pastiche.

Parlons maintenant du fait divers que l’on abordera dans ce billet.
Il s’agit d’un événement encore frais, couvert par le journal 20 minutes (disponible à cette adresse). Cela concerne un vol de téléphones dans un magasin. Le voleur s’était caché dans les toilettes du magasin et a attendu la fermeture pour sortir de sa cachette. Il s’est fait surprendre par un vigile et a été condamné à six mois de prison avec sursis.
Si je choisis cela, c’est car, n’ayant pas d’idée précise de ce dont parler, un fait divers, même quelconque, me semble être la source la plus sûre de comique – lorsque ledit fait n’est pas tragique – dans l’actualité. Et comme il s’agit d’amuser les lecteurs…
En revanche, l’article est assez court (dix lignes) donc il s’agira de gloser à partir des éléments relevés grâce à Voyant Tools.
Bien sûr, étant donné que l’on essaiera de transposer et d’adapter un événement contemporain à une réalité linguistique antique, notre entreprise nécessitera peut-être des adaptations de vocabulaire, des créations de noms ou de verbes. Etant donné que le texte final sera en latin, on fera en sorte que ces créations soient aussi reconnaissables que possible, mais qu’en même temps, ils aient bien l’air latins.

On essaiera d’utiliser au moins une fois chacun des mots les plus employés et de puiser dans cette liste de sorte que chaque phrase comprenne 20 mots modulo 3 mots.
C’était du moins l’objectif que je m’étais fixé mais force est de constater que, étant donné que le latin est beaucoup plus concis que le français, pour produire d’aussi longues phrases, il faudrait avoir de quoi gloser, or ce n’est pas le cas ici. On ira donc directement à l’essentiel, quitte à produire des phrases plus courtes que ce qu’aurait fait Cicéron.

Texte

Saturni die latro a custodi Leclerci urbi Cogolini, quae est in meridie Franciae, captus est. Sole occaso se in toilettis Leclerci inclusit, de quibus non enim in lingua latina verbum est, atque etiam noctem expectavit, ut Francia Caerulea Provincia narrat. Clientibus curatoribusque exitis latro in falsum tectum, quid erat super eum, ivit. Ab eo autem latro in rayonem altae technologiae ivit ; voluit enim telephonos qui portari possunt rapere. Sed cum id faciat, eodem tempore custos Leclerci eum invenit et custodes urbi vocavit. Igitur latro prehensus est et multis mensibus in carcere multatus est.

Conclusion

On le voit : faire un pastiche en langue latine, c’est faire du thème latin, et le thème latin académique n’est d’ailleurs pas autre chose qu’un pastiche d’auteurs classiques.
Pour ce qui est de Voyant Tools, il me semble qu’il s’agit d’un outil qui apporte plus de confusion que de clarté lorsqu’il s’agit d’autre chose que de données statistiques. Selon moi, la fonction la plus pertinente parmi celles proposées est celle de l’outil Syntagmes puisqu’il permet d’avoir directement accès à des données utilisables facilement et qui renvoient à quelque chose de concret, qui nous apprend quelque chose sur le style de l’auteur, sans interprétation ou déchiffrage supplémentaire requis. Dans le cas d’un pastiche, savoir quelles sont les expressions employées le plus souvent par un auteur est effectivement important. Cependant, cet exercice me paraît somme toute assez superficiel et il me semble que le meilleur moyen de faire un pastiche crédible serait de se confronter soi-même au texte sans outil intermédiaire et de saisir les caractéristiques du style d’un auteur en s’en imprégnant par une ou plusieurs lectures attentives.