Le bonjour de Carcassonne

 

Salut à tous, moi c’est Hugo, 24 ans, étudiant en distanciel en master 1 d’Humanités classique Humanités numériques. Nous ne nous verrons pas beaucoup de l’année car j’étudie à distance à Carcassonne (selon google maps nous sommes éloignés d’exactement à 776 kilomètres de distance !).

Les éternels remparts qui surplombent la ville au crépuscule

    Voilà maintenant deux ans que je ne suis plus en présentiel et c’est moins par goût que par pragmatisme. En effet, je travaille à côté comme Assistant d’Education dans un petit lycée où j’ai la chance d’être au contact d’un milieu qui me plait beaucoup: c’est à dire l’éducation, la pédagogie. Et de plus, mon salaire me permet de couvrir assez bien mes frais de scolarité ainsi que mes dépenses courantes (et oui à Paris comme à Carcassonne la vie est chère, c’est ainsi). 

   En tout cas j’ai hâte de pouvoir valider mon master et de prétendre au métier d’enseignant, ainsi que de poursuivre mon étude des lettres classiques avec ce master HCHN, qui comprend l’étude la plus complète du grec et du latin parmi tous les autres master de France en distanciel. Je suis également enthousiaste à l’idée de réaliser, sous la direction de monsieur Wolff, un mémoire qui repose sur une traduction de texte, car c’est de loin ce que je préfère faire dans mes études.

Reproduction modernisée d’un moine copiste, bougie allumée et plume à la main, œuvrant sur son manuscrit

Coup de théâtre !

Je m’appelle Laura, j’ai 25 ans et je viens d’Italie, plus precisément de la ville de Milan. Je suis étudiante erasmus à Paris alors qu’à Milan je fréquente l’Université des sciences humaines pour la communication.
Mon intérêt principal est lié au monde du théâtre, le but de cette expérience est d’élargir mes connaissances grâce à des cours qui peuvent m’aider à élargir mon bagage culturel artistique-historique et social, mais aussi informatique et pour cette raison là le cours d’Humanités Numériques semblait faire l’affaire. Goffman disait que la vie quotidienne n’est rien d’autre qu’une représentation théâtrale et en m’appuyant sur sa vision du monde, j’attends impatiemment les prochains actes et rebondissements !

Mosaïque représentant des masques grecs
Mosaïque représentant des masques grecs

Look closer to find a new story

 I am Harin from South Korea. In Korea, I am majoring Korean Language and Literature. As the name it is, what I am majoring is about how Koreans are using and had used their language in the present and the past. While studying my major, I was not sure if it is the right path for me. In the meantime, I wanted to learn a marketable technology, which led me to double major in computer science. By starting double major, I found digital technology combined with the humanities to be a fascinating field, and I’ve been studying it ever since.

 Digital technology seemed to open the new possibilities for leveraging the humanities. I came to Nanterre University because I wanted to study digital humanities in earnest. Until last year, I had been studying humanities and computer science separately in Korea, but during this placement, I hope to return Korea with a good understanding of digital humanities, which combines humanities and computing technology. I think it will be a very great learning experience for me.

  And to explain the painting I choose, I saw it a month ago when I was at the National Gallery in London. The movement is so beautiful that I didn’t realize that the two people in the painting were having a combat until I saw the title. But if you look closely at the way they move, you can see that they are using tools: a bow and a shield. The bow, which can be used to attack someone, represents the struggle for love, and the shield, which can be used to protect oneself, represents the protection of purity. Even the clothes they’re wearing reveal two contrasting people. This painting stuck with me because when I looked closer, I saw the story in a new light.

Gherardo di Giovanni del Fora; The Combat of Love and Chastity; The National Gallery, London; http://www.artuk.org/artworks/the-combat-of-love-and-chastity-115497

 

 

Du rêve à la réalité

Originaire de « la petite Rome des Gaules », j’ai eu la chance d’être élève dans un collège qui était situé entre l’amphithéâtre et le théâtre antiques arlésiens. Tous les jours, les vestiges romains étaient sous mes yeux et me fascinaient tout en rendant plus concrets les cours de latin.

Plus tard, pendant mes études universitaires de lettres modernes, je n’ai cessé d’être attiré par les lettres classiques, validant des UV (UE d’une autre époque) de littérature latine et grecque dès que j’en avais la possibilité. Après l’obtention du CAPES à la session toute ronde de l’année 2000, je suis devenu professeur de français et j’ai été muté en ligne droite à la frontière entre la Savoie et l’Italie. Un voyage scolaire m’a permis de découvrir avec enchantement l’Urbs et la ville de Pompéi.

Et ce n’est qu’en août 2022 que j’ai osé faire le premier pas vers mon rêve : reprendre des études de langue et littérature ancienne. Le DUCLA – option latin a été la première marche. Avec ce master, j’ai envie de gravir quatre à quatre les marches qui conduisent aux « humanités classiques et numériques ». J’ai choisi ce master car il permettait de faire des études classiques sans être helléniste. La charge de travail est lourde en travaillant à plein temps au centre de la Gaule. Mais je suis heureux de faire partie de cette communauté apprenante et humaniste pour cette année universitaire 2023 – 2024 !

Frédéric

Les Cryptoportiques de la ville d’Arles, avril 2022

Nouvelles perspectives

Je m’appelle Axelle, ancienne khûbe tout droit débarquée de Guadeloupe et présentement nouvelle élève du master humanités classiques et humanités numériques.

J’ai été très agréablement surprise par la composante de ce master, qui met en avant la recherche à travers des outils numériques de façon poussée. Issue d’une formation scientifique, c’est un plaisir pour moi de retrouver un peu de programmation, et il me tarde de comprendre toutes les possibilités des humanités numériques. 

Je termine ce court billet avec une représentation d’Athéna Niké bien connue, la déesse de la sagesse étant une de celle dont l’histoire et la symbolique m’a le plus marquée. 

Victoire de Samothrace, Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

Veni, Vidi, Legi

Kalimera à toutes et à tous,

Moi c’est Léa, bientôt 21 ans, qui, après des études m’ayant menée vers un bac scientifique, ai décidé de retrouver mes premières amours, à savoir tout ce qui a trait à l’histoire antique et la mythologie. C’est donc tout naturellement que je me suis orientée vers une CPGE A/L avant de me spécialiser en Lettres Classiques. Si j’ai opté pour ce master pour poursuivre mes études c’est en grande partie grâce à ma curiosité qui voulait en savoir plus sur cette double dimension alliant Humanités Classiques et Humanités Numériques.

Pour l’instant, je ne sais pas encore vers quoi je souhaiterais m’orienter par la suite, mais laissons  au temps le temps, je finirais bien par trouver. Je vais avant profiter des deux années qui se profilent pour apprendre un maximum de choses et m’ouvrir à de nouvelles perspectives. J’ai d’ailleurs choisi, pour accompagner ma présentation, une photo que j’ai eu la chance de prendre au mois d’avril dernier en Grèce, et je ne compte pas m’arrêter là, prochaine étape je l’espère : l’Italie !

Temple d’Apollon, Delphes

Ravie de faire partie de l’équipe cette année avec et pour vous tous 😉

Léa M.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search