Le renard et le lion


Le lion, bien que sa vue déclinât avec l’âge, était parti à la chasse. Pendant ce temps, le renard parcourait également la forêt à la recherche de sa proie, mais le lion avait déjà éloigné tous les petits animaux qu’il aurait pu attraper. Le renard remarque les difficultés du lion face à ses proies et a une idée pour éliminer son concurrent. En se déplaçant furtivement d’un côté à l’autre de la forêt, il imita différents animaux, attirant ainsi l’attention du vieux lion. En suivant le renard, le lion finit par sauter dans un fossé où le renard l’avait conduit. Triomphant, le renard s’en alla chasser, laissant le pauvre lion pour mort. Après des heures au fond de ce trou, sentant sa fin imminente, le lion poussa un ultime rugissement qui attira l’attention de tous les habitants de la forêt. Pris de compassion envers ce lion autrefois si grand, les animaux mobilisèrent tous leurs moyens pour le libérer. Apprenant la tromperie du renard, une rancœur nait dans le cœur de tous. Ce jour-là, le terrier des renards fut envahi, et toute la forêt, y compris le lion, se repaît d’un festin de renard rôti.

Cette histoire montre que la tromperie n’apporte jamais rien de bon. 

 

J’ai choisi de m’inspirer pour mon pastiche des fables d’Esope. Esope est un auteur grec d’origine phrygienne qui écrit à l’époque classique. Il est surtout connu pour les quelques centaines de fables qui lui ont été attribuées et passe donc pour l’inventeur de ce genre. Ses fables, μῦθοι en grec, sont des récits en prose, souvent très brefs, mettant en scènes des animaux anthropomorphes ou d’autres personnages représentant un archétype, par exemple le vieillard, le fermier ou encore le berger. Chacun de ses personnages est associé à certains traits de caractère et sert à illustrer des leçons de morale. Le genre de la fable m’a paru intéressant pour cet exercice parce qu’il présente une grande régularité dans sa structure et son mode de narration, que j’ai voulu étudier et reproduire. 

Le corpus que j’ai utilisé est un recueil de 426 fables d’Esope, que j’ai chargées dans Voyant Tools en un seul document. Voyant Tools me permet surtout de retrouver les mots et groupes de mots les plus récurrents, et de me faire une idée de la structure d’une fable “typique”. Les termes les plus récurrents sont καὶ, δὲ, ὁ, τῶν, τὴν. La grande représentation des articles définis dans le cirrus est intéressante, elle montre une façon particulière de présenter les personnages, toujours avec un article qui les individualise, mais aussi de répéter plusieurs fois le nom de l’animal dans la fable au lieu d’y faire référence elliptiquement. J’essaie de rendre cet effet, en français, dans mon pastiche. 

Si l’on écarte tous les petits mots grammaticaux, les dix termes les plus fréquents sont: ἔφη, δηλοῖ, μῦθος, λόγος, εἶπεν, λέων, ἀλώπηξ, ἀνθρώπων, λύκος, εἶναι. Cette liste nous renseigne d’abord sur les animaux les plus utilisés, que je reprendrai dans mon pastiche. ἔφη et εἶπεν indiquent du discours indirect, un dialogue entre les personnages au sein du récit. δηλοῖ, μῦθος et λόγος sont les mots clés de la conclusion qu’on trouve à la fin de presque chaque fable d’Esope, “cette histoire montre que…”, dont on peut mieux connaitre la structure grâce à l’outil “syntagmes”. La phrase finale, qui fait office de morale, commence typiquement par ὁ λόγος/ὁ μῦθος δηλοῖ suivi d’une complétive introduite par ὡς ou ὅτι. L’outil “collocation” nous apprend que ὅτι est largement privilégié à ὡς, et μῦθος un petit peu plus utilisé que λόγος. J’ai essayé d’en savoir plus sur les traits caractéristiques des propositions complétives de cette morale, et j’ai remarqué qu’elles étaient très concises et comportaient souvent ἐστι ou δεῖ, puisqu’elles se présentent comme des vérités générales.

J’ai décidé de prendre comme personnages principaux le renard et le lion, parce que ce sont les deux animaux qui reviennent le plus souvent et que leur relation est souvent traitée dans les fables. J’ai voulu savoir comment ils étaient habituellement caractérisés, d’abord avec l’option “colocation” de Voyant Tools. En cherchant le terme λέων, je trouve surtout des verbes dont il est sujet, γηράσας (vieillissant), συναντήσας (rencontrant),  , κατεμέμφετο (blâmer), θυμωθεὶς (étant irrité). Avec ἀλώπηξ: λιμώπουσα (étant affamé), ἀκούσασα (écoutant), ὑποτυχούσα (répondant). J’en ai tiré le constat que le lion était souvent représenté en position de faiblesse, et le renard 

La lecture de quelques fables m’a donné davantage d’information sur la caractérisation du lion et du renard. Le renard est intelligent et malhonnête, le lion est évidemment puissant, et même en position de faiblesse, il garde une supériorité morale sur le renard. C’est toujours le lion qui l’emporte et le renard qui est humilié, avec souvent une morale qui rappelle au plus faible de rester humble. J’ai aussi rapidement identifié une structure commune à beaucoup de fables: une rencontre, une trahison de la part d’un des personnages, les conséquences de celle-ci, la morale. 

Métamorphoses Contemporaines

 

Le corpus que j’ai choisi pour réaliser mon pastiche est celui qui compose mon mémoire, à savoir les Métamorphoses d’Ovide. Comme l’indiquent les informations présentées dans l’interface Document de Voyant Tools, j’ai à ma disposition environ 78 000 mots.

Je peux déjà relever dans cette fenêtre les 5 mots les plus fréquents que je vais utiliser pour mes recherches : ora  sanguine, ore, corpore et corpora.

On peut souligner la répétition de deux termes à des cas différents : à la fois sujet et objet, le corps et le visage sont également le moyen de la métamorphose, et bien sur l’origine.

Le champ est encore réduit et je veux voir davantage de relations entre les termes. 

Après l’application de la liste de stopwords latins, j’ai produit un Cirrus des 35 termes les plus fréquents. C’est visuel, mais pour être plus précise, je dois m’aider du tableau des termes; je peux alors identifier les termes avec une occurence de 70 et plus. Ces mots me permettront d’affiner mes recherches de syntagmes. 

Ces occurrences reflètent bien la volonté de dire la métamorphose des formes et des corps, puisque l’on peut ajouter aux 5 premiers mots les termes bracchia, pectora et caput. On relève d’autres mots relatifs au corps sur le Cirrus

En tant que tel, le Cirrus me permet en évidence les mots précédemment cités, mais ne me permet pas d’extraire des ensembles de mots récurrents. Je me suis donc intéressée au tableau des syntagmes pour identifier rapidement les longues expressions les plus récurrentes. 

Il y a d’assez longues expressions qui reviennent, avec une occurence assez faible mais existante. Toutes ne comportent pas nécessairement un des mots les plus récurrents.

J’ai voulu m’intéresser aux corrélations entre les termes les plus fréquents et les expressions les plus fréquentes. J’ai donc utilisé le tableau des termes pour sélectionner un terme fréquent et identifier dans le tableau syntagme une expression récurrente le comprenant. Pour ce faire, je sélectionne un terme dans le tableau des occurrences et rafraichit le tableau des syntagmes, qui ne me donne alors que les syntagmes qui comprennent le terme sélectionné.

Pour corpora/corpore, comme pour ora/ore et sanguine, les résultats sont tels qu’il y a très peu de syntagmes de plus de trois termes parmi les 10 plus récurrents qui se répètent. La présence de ces mots ne s’inscrit pas dans un cadre formulaire chez Ovide, mais plutôt dans une utilisation toujours variante.

J’ai donc sélectionné les 2 syntagmes de plus de 3 mots que l’on pouvait dégager grâce à la combinaison du Cirrus et du tableau des syntagmes, ainsi qu’un syntagme plus long : corpora missa neci, ora solvit et, et in multis libris leguntur hi. J’intègre également au fil du texte les 5 premiers mots et ceux qui se rattachent à différentes parties du corps à cause de leur présence plus que notable dans l’ensemble du corpus.

DOSSI, Dosso – Circé parmi ses amants changés en animaux (vers 1525)
Washington, National Gallery of Art

Le reflet ne renvoie pas une image très flatteuse. Une tache bleue commençait à se dessiner sur l’épaule, tandis que du rouge palpitait doucement sur la joue droite. Heureusement qu’il n’a pas atteint l’œil cette fois. C’est un enfer à camoufler. Elle fixait son image, à peine consciente de son propre corps. Chaque semaine, elle le redécouvre à la lumière des nouvelles taches qui s’y dessinent, parfois avant même que les anciennes n’aient complètement disparu.

La porte principale claque et le sursaut de surprise laisse place à un soupir de soulagement. Plus de nouvelles taches pour le moment. Mais pour combien de temps, se demande-t-elle en s’allongeant dans son lit. Les taches du plafond l’accompagnent vers le sommeil. 

Elle marche dans un champ de fleurs. Le printemps est partout, le soleil commence à réchauffer la peau et une brise légère complète son souvenir d’enfance. De sécurité. Elle avance vers un arbre, un orme feuillu, seul au milieu du champ. Il est impressionnant, de ses trente mètres de haut, mais c’est à cause du tableau qui y est accroché qu’elle s’approche de lui avec curiosité.  

Le cadre du tableau, sculpté de délicates circées communes, est éclatant. Il occulte presque la richesse du tableau. Une jeune femme en occupe le centre, assise sous un arbre. Elle est entourée par des animaux : des chiens, des cerfs, des oiseaux. Ils sont tous tournés vers elle, en attente. Cela ressemblait à une scène enchanteresse, que l’on peut lire dans de nombreux livres pour enfants, si ce n’est la tenue de la jeune femme au centre. Elle était uniquement vêtue d’une couronne de fleurs, et tenait dans ses bras une grande tablette. Quelques lignes sont inscrites à sa hauteur, mais dans une langue qu’il était impossible de déchiffrer. Elle dégageait une aura de puissance et d’apaisement, sublimée par sa nudité naturelle au centre de son écrin de verdure. 

Plus elle s’approche de l’œuvre, plus elle arrive à sentir ce qui se cache dans le regard des animaux : un mélange de rancœur, de crainte et de recherche d’attention. Pourtant, la jeune femme au centre ne les regarde même pas, son regard se perd vers la droite du tableau. Alors qu’elle se concentre sur son visage, cherchant à définir son expression, les yeux de la femme du tableau accrochent les siens. Son cœur marque un battement lorsqu’une voix se fit entendre dans son esprit : 

« Cesse de te détourner, douce âme, car je t’adresse mes mots dans l’écho de ton cœur meurtri. Regarde-moi, non comme une image figée, mais comme une force vivante qui s’élève en toi. Je suis Circé, celle qui refuse de plier devant la noirceur des hommes. » 

Le champ de fleurs entier sembla vibrer au son de la voix de la magicienne. 

« Je ne tolère pas que les hommes soient mauvais avec moi. La force de te battre réside dans ton cœur, et il est temps que tu la reconnaisses. L’amour ne devrait jamais être source de souffrance, mais plutôt une douce mélodie qui berce les cœurs unis. »

Ses mots résonnaient comme une promesse de libération. Cependant, au milieu de sa tirade, un homme avait commencé à s’avancer dans le tableau et paraissait vouloir l’interrompre. Il s’approcha dans le dos de Circé, et lorsqu’il fut au plus près, il leva un bras comme pour la saisir. À l’instant où sa main toucha Circé, ses membres s’effilèrent, sa peau se couvrit d’une fourrure blanche, son nez devint un fin museau et en un instant, il se retrouva aux pieds de la magicienne, simple lapin abasourdi. 

« Ils ont montré leur amour en choisissant de trahir mon corps et mon cœur. Je leur ai montré ce qu’il en coûtait de tenter de me dominer au lieu de m’aimer. Sache, douce âme, que tu es capable d’aimer et d’être aimée sans craindre la douleur. Si un homme ne peut reconnaître et accepter ta force, qu’il subisse le poids de sa propre médiocrité. Lève-toi, affranchis-toi, car tu es bien plus que les marques sur ta peau. Tu es la gardienne de ta propre lumière et nul ne devrait pouvoir l’éteindre. » 

Le regard de la magicienne quitta ses yeux pour venir fixer un point derrière elle. Elle crut déceler un changement d’émotion, comme un pointe de tristesse. Elle se retourna alors, cherchant à trouver ce que la magicienne regardait. Un peu plus loin, elle crut distinguer un petit mont informe. Les fleurs formaient un cercle autour de ce monticule. Elle décida de s’approcher, mais fut arrêtée par l’odeur qui s’en dégageait. En observant de plus près, elle réalisa avec horreur que des corps de femmes mortes étaient massés en ce tas. Au moment où elle le comprit, elle ouvrit la bouche et un cri de douleur s’échappa du fond de sa poitrine. Toutes les fleurs du champ s’envolèrent alors en un tourbillon coloré et elle fut projetée hors de sa vision onirique. 

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, son premier réflexe fut d’aller s’observer dans le miroir. Les bleus étaient encore présents, mais ce qu’elle voyait maintenant, c’était la détermination dans son regard. Elle retrouvait un peu de sa lumière.

Elle ouvrit son armoire et commença à rassembler ses affaires.

Three narrators, three perspectives

Pastiche

Now I am far north of Norway, and I feel a cold northern breeze upon my gills. I swam up from the south. And there, I had a friend on the wide ocean.  Once I had a desire of finding a friend. An oddly shaped island, unlike any we’ve seen before, has sprung up. There was always plenty of food around the island so I moved closer to him to find something to eat. As he began to tell me his story, we became friends.  His tale was connected to the simplest truth and desire. Not being miserable.

Does the death ends one’s life and the life ends one’s death? Does artificial invention ends natural discovery, or can artificiality coexist with nature? I made an island out of rubbish that was no longer useful. I wanted to create another use for the rubbish that had reached the end of its usefulness.  The small pieces gathered to form an area and began to show signs of an island on the surface of the water. The island once spoke to me. “I am miserable. Why did you make me a collection of rubbish? Is that right to call me as an island? Why there are no one near me?”

I’ve seen countless sunrises and sunsets since I’ve been here.  Other islands observed the scenery with an eye of feeling and delight. Whereas I, a miserable wretch, haunted by a curses shut down every ocean to enjoyment. But one day, I started to see beneath the surface. Part of my body was at the very bottom of the ocean, and all the lands of the ocean were connected to the islands. On each island, there was fish that came to find something to eat. And so it came to pass that I also had a friend to tell my story to.

 

Explanation of pastiche

 I followed the narrative structure of Frankenstein, with each paragraph being a different narrator and the point of view shifting from Walton to Frankenstein to the monster.

 The monster’s desire was to be connected with others like a human, and this reminded me of someone’s analogy of people as islands. The islands floating in the ocean are all connected to one land, even though they seem to be separated. If you want to reject relationships and choose isolation, look above the ocean, and if you want to be connected, look below the ocean. So I wrote the pastiche with this metaphor in mind: people are like islands.

 In the first paragraph, I introduced the main character of the story, an artificial island, using the word “friend” from the perspective of a fish looking for food around the island. In the second paragraph, the story is told from the point of view of the person who created the artificial island by collecting rubbish, and he  mentions the difficulties he faced in creating the island. The last paragraph is told from the point of view of the artificial island. I borrowed heavily from passages in which he contemplates his existence. In the end, by looking beneath the surface, the artificial island realises that all the islands are connected and his wish to be connect to others is fulfilled.

 

Introduction| Preparing a text

 Literature is made up of characters, events, and settings, but in the end, the events and settings are described by someone speaking. Therefore, I thought understanding the narrator is important before analyzing. <<Frankenstein>> has three narrators. The first part is told from the perspective of an explorer named Robert Walton, and then, Dr Frankenstein, who creates life through the power of science, and lastly, Dr Frankenstein’s creation. If the story is told from a single narrator’s point of view, the words used by the narrator will have consistency in their usage because they come from a single consciousness. However, if the story is told from multiple points of view, such as the novel I chose, the meaning of the words and the emotions of the characters when they use them will vary depending on which narrator is speaking at a particular moment. Therefore, before analyzing the text, I tried to identify the narrator who changes as the story progresses.

 Among them, I paid particular attention to the speech of the creature. The creature was borned but had trouble with integrating into the human world. He  perceived as a monster and excluded from society because of his appearance. He was treated as a monster against his will, but through his storytelling, he conveys that he was a human being who dreamed of being integrated into society and interacting with others.

 

What I found

 As mentioned earlier, the text analysis was divided into three parts.

https://voyant-tools.org/?corpus=91afb1115dcd11f41c85cb8b97a712eb

Firstly, the novel begins by the explorer named Robert Walton and follows his point of view for four letters and part of the final chapter. Walton encounters a monster during an Arctic expedition, and he records his encounter by listening to the monster’s stories. I focused on the frequent use of “friend” in Wilton’s narrative. Walton was able to listen to and record the monster’s story because he perceived it as a friend, not as an object to be feared or someone to be kept at a distance. His repeated use of the possessive “my” when referring to the monster suggests a degree of intimacy between the two characters.

https://voyant-tools.org/?corpus=9512bc5680fa7053e33d1ccb3bbadc0d

 The next narrator was Dr Frankenstein. He was also the main character of the story and describes his experiments, pain, and solitude. He expresses his inner conflict and anguish over his responsibility as the creator of the monster. It is shown by the frequency of using the word”life” which is accompanied by the “death”. As the creator of the monster, his every word must have had an impact on the creature. Dr Frankenstein refers to his creation as a “hideous wretch”, “miserable monster” and “demoniacal corpse” because of its ugly and grotesque appearance. His words must have had a profound effect on the creature’s self-perception. 

https://voyant-tools.org/?corpus=ef1840334fa54ac1d3b7ba0e9455933a

Finally, the monster appears as a speaker in the last part of the book. The monster is a creature that has been brought back to life from the death, and although he has been abandoned by his creator, he continues to want to be connected to others, demonstrating the characteristics of a social animal that refuses to live alone and wants to live with companionship. Notable words in the monster’s speech include “heart,” “miserable,” and “feel(felt)”. He knew that the language is an important part of being human and living a human life, so he was not afraid to express his thoughts and even convince his creator to make him a companion who can live with him in a similar situation. His storytelling and persuasive skills came from his ability to express his emotions. This can be seen by noting how often he uses the verb “feel”, which is the most common verb used to express emotion. For him, a human life would be one in which he was no longer miserable. And finally he gained his life lived in relationships with others on a person-to-person, although his demands of the father were not granted, the fact that he is referred to as a “friend” by Walton suggests that the monster’s wishes were fulfilled.

 

Conclusion | What I learned

First of all, I went to the cirrus options and selected the stopword removal option for English, and I could see the results in a table with colour-coded negative and positive words, as well as collocates. Collocates were words that are frequently used together semantically or grammatically in a language. It had two types of them: semantic collocations and grammatical collocations. It is worth to convey more specific meanings and form idiomatic expressions. In natural language processing, it is said that the semantic relationship or context between words can be identified. And also, it was convenient to see the contexts in which words were used. This made it easier to find the location of the word in the overall context and to understand its meaning.

In addition, by breaking down each character’s utterances using VOYANT TOOLS, I was able to interpret the story from a new perspective. In particular, by paying attention to the words that the monster frequently used, I was able to understand what kind of human life he wanted. Also, by observing the utterances of Walton and Dr Frankenstein, I was able to know how they viewed the monster through the expressions they frequently used.

 

L’Enfer sur terre

1) Le pastiche

L’inferno sulla Terra

Nel mezzo del cammin di nostra vita,
l’umanità si trovò per una selva oscura,
che la dritta via parea smarrita.

Con gli occhi increduli l’uomo stava lì a guardare:
Il posto che abitava parea di chi trascura.
Plastica e rifiuti ricoprivano Terra e mare.

Non avea coscienza l’uomo di cosa fosse il danno ambientale
Finché un giorno non si arrese e chiese aiuto alla Natura
ma nessun Dio glielo avrebbe potuto spiegare.

Ciò che l’uomo compie coscientemente è follia pura:
Egli pugnala il dolce viso della sua madre Terra
e lo fa senza alcuna paura.

Ogni impeto di soluzione egli aberra
Non importa di chi urli aiuto a gran voce:
lui si prepara e un altro colpo sferra.

Oh, uomo, quando verrà il giorno di luce,
In cui anche il lume della tua ragione ormai sepolta,
Ritornerà a scorrere come un fiume dalla sua foce?

Serve che il mondo si ribelli un’altra volta?
Come puoi non capire che del loco in cui vivi
Non rimarrà nemmeno più la porta?

Poscia tu valutare bene il futuro di cui ti privi:
il capitalismo ti può render duca
ma è grazie all’aria del ciel che sopravvivi.

E se non fosse che, di quel che’l ciel ti dà,
tu meriti ben poco?  Vani ormai son i tuoi tentativi
e come stella in cielo, cader dovrai

Se a tutto questo Inferno non sceglierai di porre fine.

2) Voyant Tools
Analyse de recherche

Mon pastiche est basé sur l’ensemble des trois œuvres de la Divine Comédie, “Inferno”, “Purgatorio” et “Paradiso” de Dante Alighieri. Pour le créer à l’aide du programme Voyant Tools, j’ai téléchargé les trois fichiers et analysé les résultats de la recherche.
Grâce à l’outil Cirrus, j’ai pu trouver les mots les plus récurrents en un coup d’œil des trois œuvres de Dante.
J’ai dû entrer manuellement une série de mots qui n’étaient pas inclus dans les Stepwords italiens, car les trois textes présentent beaucoup de mots de l’italien ancien, aujourd’hui tombés en désuétude.
Les mots les plus fréquents qui sont sortis de la recherce en conséquence sont : yeux (occhi), monde (mondo), terre (terra), Dieu (Dio), maître (maestro), ciel (cielo), esprit (mente), visage (viso), duc (duca), doux (dolce), lumière (lume), nature (natura).

C’est aussi pour cette raison que j’ai choisi comme élément d’actualité à traiter dans mon pastiche l’urgence environnementale, thème qui à moi comme à nous tous est très proche.
J’ai essayé de faire un texte de rime qui respecte autant que possible le style et la structure poétique, plus similaires à ceux de Dante.
Et quel moyen sinon la poésie avec un son aussi important que le chiffre stylistique de Dante pour demander à l’homme de prendre des mesures contre le désastre environnemental? J’ai imaginé pour cela un appel à l’homme directement de l’auteur florentin au sujet du thème.

Dans la dernière strophe de mon pastiche, il y a trois des syntagmes les plus récurrents que j’ai trouvés dans le texte, en particulier: ” di quel che l ciel”, “e come stella in cielo”, “e se non fosse che”. Grâce à cet outil, j’ai pu constater que les syntagmes les plus utilisés ne se répétaient pas plus de deux fois dans les différentes œuvres. 
Mon choix s’est porté sur ces trois syntagmes parce que j’avais déjà décidé de régler le pastiche sur un temps présent, en imaginant le grand poète faire appel aujourd’hui à l’humanité entière, cependant beaucoup de résultats concernaient des synthèses avec des temps au passé.

Autre outil que j’ai trouvé beaucoup utile pour l’analyse du registre et du langage est Tendences; dans mon cas, j’ai dû prendre en considération trois œuvres avec un langage si délibérément différent les uns des autres, étant donné que dans chaque œuvre Dante utilise un langage toujours plus aulique et distinct pour représenter l’élévation de l’âme, cet outil permet d’identifier un fil rouge dans le choix stylistique même dans trois œuvres bien distinctes. 
C’est précisément grâce à ce graphique statistique que j’ai identifié certains des mots fondamentaux à utiliser dans mon pastiche.

En plus de ceux déjà mentionnés outils que j’ai utilisés pour créer mon pastiche, en explorant Voyant Tools, j’ai remarqué deux fonctions très intéressantes d’un point de vue philologique : Mandala et Dreamscape.
Mandala est une fonction qui, suivant la structure des mandalas réels, simplifie dans un schéma circulaire les liens entre les différentes œuvres et leurs mots les plus pertinents dans le texte, de manière à simplifier toujours à première vue la prépondérance de certains mots par rapport à l’œuvre considérée.

Dreamscape m’a semblé très intéressant comme outil : il est possible à travers celui-ci, d’afficher sur une carte géographique les lieux mentionnés dans le texte. Dans l’écran que j’ai ajouté en bas, Voyant Tools identifie deux villes qui émergent dans l’œuvre dantesque à savoir Pise et Ravenne.
Ce qui m’a stabilisé, c’est que je n’ai pas trouvé la ville de Florence représentée sur la carte et la raison de cet inconvénient est simple : Dante parle de sa ville natale exclusivement pour des métaphores ou d’autres figures rhétoriques (ainsi que pour d’autres villes). Ce phénomène peut être une limite dans l’utilisation de l’outil pour les textes poétiques, mais il reste en tout cas très intéressant à analyser et utile.

3) Conclusions

L’aspect schématique et interactif de la plateforme permet un accès facile aux données, il est facile de trouver une information même en donnant un premier coup d’œil aux graphiques avec l’outil Tendences ou avec Cirrus grâce aux différentes couleurs et grandeurs attribuées aux mots les plus récurrents dans le texte.
Personnellement, je trouve la plate-forme une excellente rencontre entre l’occasion de la recherche linguistique et l’analyse plus détaillée concernant les traits récurrents des textes.

 

Le malheur des bergers

Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens, 
Si après si longtemps, on expulse les hommes ?

De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?

Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.

Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.

Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.

Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.

Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.

Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :

Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.

Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.

J’ai choisi pour réaliser mon pastiche de m’inspirer de l’oeuvre des Bucoliques de Virgile. La poésie pastorale, ou poésie bucolique, est un genre poétique qui a pour but de représenter la vie champêtre et les mœurs des bergers. Elle se construit à travers la description et la célébration d’un univers rural. Plusieurs choix m’ont conduit à la réalisation de mon pastiche. En effet, en me servant de Voyant Tools pour connaître les mots et les syntagmes les plus utilisés par Virgile, j’ai pu me rendre compte que cela ne témoignait pas vraiment de l’oeuvre dans son entièreté.

L’églogue 8 par exemple fausse les données globales. En effet, un vers notamment est répété à de nombreuses reprises, ce qui modifie les termes et les syntagmes les plus répandus alors qu’ils ne sont présents que dans une églogue en particulier.

Les Bucoliques de Virgile sont composés de 10 églogues différentes, témoignant chacune d’une idée précise et mettant en scène des personnages différents. Ainsi, lors de la réalisation de mon pastiche, je me suis inspirée des mots les plus courants de l’oeuvre entière, mais pas seulement; en effet, mon poème est composé de 10 strophes qui s’identifient chacune à une églogue particulière en en reprenant syntagmes et termes les plus répandus. J’ai donc utilisé Voyant Tools à la fois pour disposer d’une vision globale de l’oeuvre mais aussi pour obtenir une vision distincte des caractéristiques de chaque églogue.

En ce qui concerne l’oeuvre entière, après avoir fait abstraction des noms des différents personnages qui composent le poème, j’ai retenu une liste de 10 termes majeurs : carmina, ducite, incipe, amor, ovis, versus, puer, urbe, venit et montibusque j’ai essayé de disséminer tout au long de mon pastiche.

 

Concernant chaque strophe individuellement, elles s’appuient chacune sur l’églogue correspondante. Ainsi, pour la première strophe, j’ai essayé de reprendre les syntagmes et les mots les plus présents dans la première églogue, et ainsi de suite.

Églogues

Strophes
Églogue 1

longo post tempore
fortunate senex

deus/viridi/fortunate/senex/rupe
Au nom de Rome, heureux vieillards que nous sommes !
Dépossédés de nos biens, nous n’avons plus rien :
Ni terres, ni brebis, sommes-nous citoyens ?
Si après si longtemps, on expulse les hommes.
Églogue 2

o formose puer

umbra/vaccinia/silvis/sequitur
De nos bœufs pourtant, on nous vantent les mérites,
A l’ombre des forêts, notre seule richesse,
Quand dans notre cœur, ne reste que la tristesse,
Ô mon bel enfant, même l’amour nous évite ?
Églogue 3

necdum illis labra admovi sed condita servo
est mihi

pecus/vitulam/pueri
Car même entre nous, les querelles sont constantes :
A la meilleur génisse, au meilleur poète.
Les dieux en sont témoins, on se creuse la tête,
On s’admire, on se loue mais nos lèvres se mentent.
Églogue 4

incipe parue puer
pan etiam arcadia

puer/ultima/vestigia/tellus/parue
Mais ensemble chantons le bonheur de la terre,
Elle est la sainte mère de tous nos bienfaits.
Mon enfant reconnaît, remercie ses effets,
Pour que l’âge d’or succède à l’âge de fer.
Églogue 5

ad astra
ad sidera

puer/flumina/carmina
Et quand la mort frappe, toute la vie s’arrête.
Le ruisseau cesse d’être, et plus rien ne s’agite.
De notre malheur, les étoiles sont instruites,
Lorsque de nos cœurs blessés, les vers se transmettent.
Églogue 6

a uirgo infelix
nec tantum
Hélas depuis longtemps, les nymphes disparaissent.
Vierges infortunées, mélodies oubliées,
Si pour dresser l’acier, les forêts sont rasées,
Nos chants ne vantent plus Pan et la chasseresse.
Églogue 7

fraxinus in siluis
pinus in hortis
aut si

umbra/ambo/viridis
Aux frênes des forêts, succèdent les brasiers,
Aux pins de nos jardins, le béton et les briques,
D’Apollon et des Muses que nos vers lyriques,
Ou s’affrontent tous deux : immeubles et beauté.
Églogue 8

crudelis tu quoque mater

urbe/versus/carmina/ducite
Car de nos pâtures, l’amour nous est ôté;
Ville, cruelle mère qui ravit, qui détruit
Mais nourrit nos vers d’une douce hérésie.
Retournons en arrière, et chantons, ô bergers :
Églogue 9

huc ades
in urbem

carmina/via/veteres
Chantons un temps béni du noble art de la terre :
Où nous possédions tout, au plus loin de ces villes;
Viens, regarde comme nous étions si habiles,
Près des anciens chemins, la pureté de l’air.
Églogue 10

mihi phyllis
nam neque/nec si

amor/venit/carmina/nives/frigora
Viens, viens donc avec moi, chanter l’amour d’antan
Chanter l’amour d’avant, celui des frondaisons.
Ni la neige ni le froid, au cœur de la saison
Ne m’enlèverons jamais, mes arbres et leurs chants.
Dans ce tableau j’ai voulu représenter les mots à partir desquels je me suis inspirée lors de la rédaction des strophes. Les mots en italiques dans la colonne de droite correspondent aux mots et/ou syntagmes les plus courants dans l’églogue correspondante. Quant-à ceux encadrés, ce sont les mots les plus répandus au sein des Bucoliques dans leur globalité.

J’ai également utilisé Voyant Tools pour mettre en avant les collocations les plus courantes dans l’oeuvre entière pour tenter de les représenter à travers mon pastiche.

Pour mon pastiche j’ai également fait le choix d’écrire en alexandrins pour reprendre les hexamètres dactyliques présent dans les Bucoliques. De même, à partir de la sixième strophe, soit la moitié du poème, j’ai inclus une notion plus contemporaine qu’est celle de la déforestation et de l’urbanisation. En effet, dans les termes les plus courants, on peut voir le terme urbe de plus en plus présent vers la fin du poème et qui m’a conforté dans ce choix. Ainsi, la fin de mon pastiche met en avant la disparition de la vie rurale au profit des villes toujours plus démesurées et impersonnelles, mais également l’expropriation des petits propriétaires terriens qui se languissent de cette perte à travers leur chants.

J’espère en tout cas que ce pastiche et ces explications vous ont plu !

Tristesse illyrienne

Lorsque je revois en pensée l’extrême tristesse de cette journée
Qui fut le dernier moment de notre existence sans grises nuées,
Lorsque je repense à cette matinée qui a vu notre destin basculer,
De mes yeux maintenant encore coulent des larmes salées.
Le jour venait de se lever, où avec lui le Kanun se réveillait
Et allait sans délai ordonner notre départ précipité.
Du fond des âges revenait une cruelle tradition
Qui demandait une injuste justice par sa loi du talion.
Pour un crime d’amour était exigée une vengeance de mort.
Pour la faute d’un seul, c’était le destin de tous soumis au sort.
Ils sont venus, insultes à la bouche, pour salir ma maison,
Ils sont venus, haine dans les yeux, pour réclamer la rançon,
Ils sont venus, colère sur les joues, pour perdre la raison,
Ils sont venus, armes à la main, pour tuer mon garçon.
Les dieux ont permis que mon fils ne soit que blessé
Et m’ont laissé le temps de le faire soigner.
Désormais nous étions rongés par la peur
De les voir revenir pour acter notre malheur.
Désormais nous ne pensions qu’à fuir notre patrie
Pour aller trouver un refuge sous le ciel de l’Italie.
Mais il fallait tout laisser derrière nous,
Partir sur les routes, sur la mer, sans un sou.
Et après l’Italie, nous rêvions de la France
Qui était le pays de toutes les espérances.
Alors nous avons rassemblé dans la précipitation
Les morceaux de notre vie vouée à la désolation.
Lorsque, la terreur passée, mes membres sidérés reprirent vie,
Lorsque j’eus enfin repris mes esprits après la tragédie,
Je m’adressai pour la dernière fois aux lieux de ma naissance :
« Cité qui a vu s’épanouir les jeux de mon insouciante enfance,
Je te laisse derrière moi avec mille regrets amers.
Hélas ! Bientôt je ne te verrai plus car je serai sur la mer.
Hélas ! Bientôt je ne vivrai plus car j’aurai perdu ma citadine compagne.
Rivières dont j’ai vu l’eau printanière couler des montagnes,
Aujourd’hui ce sont mes yeux qui sont ruisseaux de larmes !
Forêts où le vent automnal a soufflé son vacarme,
Aujourd’hui c’est ma bouche qui expire son alarme !
Murs de pierre que le soleil estival chauffait de ses rayons,
Aujourd’hui c’est la fièvre des adieux qui accable mon front !
Terres chéries que la neige hivernale recouvrait de sa blanche douceur,
Aujourd’hui c’est la douleur du départ qui glace mon triste cœur !
C’est la loi ancestrale qui m’ordonne de quitter le séjour de mes ancêtres.
C’est la dette du sang qui exige du fautif qu’il quitte les siens.
Puisses-tu, Kanun, apaiser ta colère pour un jour à nouveau nous admettre !
Puisses-tu oublier les maux pour qu’un jour nous retrouvions nos biens ! »
Déjà c’était le moment de quitter la maison familiale,
Déjà c’était le moment de fuir pour une fuite infernale.
J’emportai avec moi seulement dans mon cœur
Un sac de souvenirs pour adoucir mon malheur.
Pour protéger mes fils, je laisse mes parents, mes frères, mes sœurs.
Je pars avec femme et enfants sur les chemins du déshonneur.
Sur le bateau où j’embarquais au port de la Dyrrachium antique
Je regardais s’éloigner les côtes illyriennes au paysage idyllique.
J’adressai alors cette dernière prière au moment de l’exil :
« La colère du Kanun t’ordonne de quitter ta chère patrie,
Les querelles des hommes déchaînent les orgueils virils,
Les traditions empêchent les familles de vivre leur vie.
Mais au Pays des Aigles je fais cette solennelle promesse :
Un jour je reviendrai pour que tout cela enfin cesse.  »

Analyse du pastiche

En écrivant ce pastiche, j’ai souhaité donner la parole à ceux qui quittent leur pays et que l’exil condamne souvent à des situations très précaires. J’ai eu l’occasion de recueillir un témoignage dont je me suis très librement inspiré pour écrire cette élégie à la manière d’Ovide. J’ai donné la parole à un père albanais dont la famille est victime du Kanun, qui est un code juridique fixé vers le milieu du XVe siècle et qui admet, en Albanie, l’assassinat pour venger la mort d’un membre de la famille.

La première étape de mon travail a consisté à insérer les cinq livres du recueil des Tristes dans Voyant Tools. Le site propose une profusion d’outils qui sont parfois déroutants. L’outil TERMES est sans doute le plus intéressant car il fait apparaître la fréquence des mots les plus employés par l’auteur.

A partir de la liste des mots latins, j’ai ainsi identifié plusieurs réseaux lexicaux qui définissent les thèmes ou les motifs de l’élégie ovidienne. Il faut prendre en considération la variation morphologique des mots aux différents cas de la déclinaison : tout d’abord l’élégie est le poème de la plainte douloureuse comme en témoigne le lexique des sentiments et des émotions : dolor ; mala ; ira ; poena ; lacrima. Ensuite un autre réseau lexical décrit l’espace géographique dans lequel s’exprime cette douleur : urbs, patria, mare, terra, orbe, tellus, unda, aqua, caelum. Le champ lexical de l’existence qui est soumise à la providence tente de trouver soit une explication, soit un réconfort dans la tourmente : dies, tempus, vita, mors, deus, fortuna, fatum. Enfin Ovide a dû quitter précipitamment Rome à la suite d’un ordre d’Auguste : non seulement il a quitté les lieux qu’il aimait mais aussi les êtres qu’il chérissait. C’est pourquoi le champ lexical des liens familiaux et amicaux sillonne le texte : pater, natus, nata, puer, uxor, frater.

Les Tristes sont des poèmes épistolaires et souvent le poète s’adresse à Auguste directement ou indirectement pour réclamer sa clémence. Le nom Caesar est un des mots les plus employés avec une quarantaine d’occurrences. Grâce à l’outil SYNTAGMES, j’ai constaté que le génitif Caesaris apparaît 14 fois, dont 7 fois en fonction de complément du nom ira. Dans OUTILS de CORPUS puis MICRO SEARCH, on peut voir que la forme Caesar est présente à travers les cinq livres. Pour mon pastiche, j’ai décidé de personnifier le rude Kanun pour en faire en partie le destinataire intraitable du locuteur qui doit s’exiler de sa terre natale.

La deuxième partie de mon travail a consisté à choisir une élégie précise que je souhaitais imiter : j’ai choisi la troisième élégie du livre I dans la très belle traduction de Danièle Robert aux éditions Actes sud. Dans cette élégie, Ovide fait le récit de son départ précipité. J’ai essayé de suivre la structure du récit. Pour donner une couleur poétique à mon pastiche, j’ai non seulement utilisé des rimes mais aussi des structures anaphoriques afin de recréer la musicalité de la plainte. Seuls les vers ne respectent pas un schéma métrique précis.

Pour finir, en insérant une traduction française des Tristes dans Voyant Tools, j’ai identifié l’emploi du subjonctif exprimant un souhait avec les formes Puisse / Puissent . Dans le texte latin, ces souhaits sont exprimés par la forme latine utinam et surtout le verbe precor. En effet, au fil des poèmes, Ovide multiplie les prières pour voir un jour sa peine s’assouplir. C’est ce qui m’a permis de conclure sur une note positive… en espérant que les Albanais n’attendront pas 2000 ans pour revoir leur patrie comme Ovide qui, depuis les Champs-Élysées, a peut-être reçu la nouvelle de sa réhabilitation symbolique par le Conseil municipal de Rome en 2017 !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search