La représentation du personnage d’Alexandre le Grand dans la Vie d’Alexandre de Plutarque et les Parekbolai sur l’Iliade d’Homère d’Eustathe de Thessalonique (XIIème siècle).  Analyse lexicale

Présentation du corpus choisi et orientation initiale du projet 

Alexandre le Grand reste, sans doute, une des plus grandes figures de l’histoire et de la culture grecques. Pendant les douze années de son règne (de 336 jusqu’ à 323 av. J.-C.) a réussi non seulement de transformer l’image du monde antique, comme on le savait avant avec l’existence des cités-états grecques, en inaugurant l’ère des grandes monarchies hellénistiques et en répandant l’influence de la civilisation et de la culture grecques jusqu’au cœur d’Orient, mais aussi de donner naissance à un mythe autour de sa personnalité qui continue à fasciner jusqu’à nos jours.  

Dans le cadre du cours Humanités numériques 4. Projets personnels (enseignant M. Aurélien Berra) du master Humanités numériques – Humanités classiques de l’université Paris-Nanterre pour l’année universitaire 2023-2024, j’ai décidé de réaliser une recherche liée au sujet de mon mémoire de recherche M2 : L’évolution et la métamorphose de la figure d’Alexandre d’un empire à l’autre : de l’époque impériale jusqu’à Byzance.  

Néanmoins, comme mon sujet de mémoire contient déjà un très grand corpus de textes et décrivains assez différents entre eux, qui s’étend sur une longue période [de l’époque impériale avec Plutarque jusqu’au XIIIème siècle avec l’éloge de Théodore II Doukas Laskaris (1254-1258) pour son père l’empereur byzantin Jean IV Doukas Vatatzès (1222-1254)], j’ai pris la décision de me concentrer seulement sur deux textes de mon corpus pour amener des recherches qui seraient fructueuses pour mon sujet

Pour cette raison, j’ai choisi de travailler sur la Vie d’Alexandre de Plutarque et les commentaires homériques sur l’Iliade d’Homére d’Eustathe de Thessalonique et d’effectuer une recherche lexicale en examinant de termes, d’adjectifs qui témoignent la vision adoptée de chaque époque sur la personnalité d’Alexandre le Grand. Plus précisément, j’ai choisi pour ma recherche lexicale les adjectifs φιλόμηρος/qui aime Homère, μέγας/le grand et Μακεδών/le Macédonien qui sont déjà liés par la tradition au personnage d’Alexandre.  Le premier adjectif exprime l’amour d’Alexandre pour lIliade qui était pour lui non seulement son œuvre littéraire préféré, mais aussi l’ultime guide guerrier (pendant son expédition il avait toujours dans sa cassette l’édition de l’Iliade qu’Aristote avait préparé pour lui), le deuxième désigne sa supériorité en tant que monarque et conquérant et le troisième son origine.

À propos de mon corpus pour le projet, il s’agit d’une œuvre de la littérature érudite, la Vie d’Alexandre de Plutarque, un texte biographique de l’époque impériale et d’une autre de la littérature érudite également, les Parekbolai sur l’Iliade d’Homère dEustathe de Thessalonique, un texte des commentaires homériques à l’Iliade qui s’inscrit sur la tradition exégétique d’Homère.  

En ce qui concerne le premier texte de mon corpus, la biographie d’Alexandre par Plutarque (vers 40-120 av. J.-C.), un érudit grec de l’époque impériale, nous avons une représentation du personnage historique d’Alexandre. La Vie d’Alexandre, une œuvre biographique qui fait partie de la paire biographique Alexandre-Caesar, Plutarque fait la comparaison entre les deux grandes figures monarchiques, constitue jusqu’à aujourd’hui une œuvre de référence pour esquisser la personnalité d’Alexandre à travers la présentation d’anecdotes et d’incidents de la vie du Conquérant pour lesquelles l’œuvre plutarquienne est la source unique. 

Plutarque comme nous indique lui-même dans le prologue de la Vie d’Alexandre, ne vise pas à une simple présentation de la vie de ces hommes célèbres, mais à la présentation de leur caractère et leur destin, comme ils sont esquissés eux-mêmes à travers l’illustration d’événements et d’incidents particuliers de leur vie qui mettent en lumière ces aspects de leur personnalité. Il ne s’agit pas donc d’un éloge de la vie d’Alexandre où il n’y avait que des points positifs sur la personnalité d’Alexandre. Dans la Vie d’Alexandre, nous trouvons aussi les faiblesses du caractère d’Alexandre, comme sa colère ou son ivresse. Plutarque, parmi cette dualité du caractère oscillant, entre le bien et le mal dans la droite ligne de la conception platonicienne, invite ses lecteurs non seulement à imiter les bons éléments du caractère qui se présentent, mais aussi d’apprendre par les fautes, d’après le modèle platonicien. Donc, nous constatons un objectif largement pédagogique à travers cette double présentation.    

Quant au deuxième texte, les Parekbolai sur l’Iliade d’Eustathe de Thessalonique, il s’agit d’une œuvre très importante pour la tradition éxégetique d’Homère. L’écrivain, Eustathe de Thessalonique, érudit et ecclésiastique byzantin du XIIème siècle, est une de plus grandes figures de l’érudition byzantine. Il est largement connu grâce à ses scholies homériques à l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, une œuvre d’importance cruciale pour la tradition homérique, étant donné que l’érudit, au sein de ses commentaires, inclut et sauve finalement des commentaires homériques antérieurs, aujourd’hui perdus, dont son œuvre est déjà la source unique. De plus, ses scholies constituaient un manuel ‘universitaire’ pour préparer ses élèves au cadre de ses cours à l’École patriarcale de Constantinople. Son objectif était de transférer à ses élèves, la future élite de la cour impériale, non seulement son amour pour Homère, mais également des exemples moraux avec l’espoir de constituer un bagage précieux pour leur avenir, comme il le précise dans l’introduction de ses Parekbolai 

En travaillant sur les commentaires homériques d’Eustathe de Thessalonique, la première question est de savoir s’il fait référence à Alexandre le Grand, et si oui, pourquoi ? Il est vrai que la première personne qui vient à l’esprit en étudiant les scholies homériques d’Eustathe sous le nom dAlexandros est Alexandre ou Paris, le fils de Priam de Troie. Pour quelle raison Eustathe de Thessalonique fait-il référence à Alexandre le Grand ? Pour des raisons géographiques liées à ses conquêtes ou parce que l’image d’Alexandre le Grand, comme philhomèros, a survécu dans les cercles d’érudits jusqu’à Byzance ? 

Méthode et outils utilisés 

Tout d’abord, la première étape que j’ai faite a été de trouver les textes qui constituent mon corpus en format électronique afin de pouvoir procéder aux analyses lexicales que je voulais faire. J’ai trouvé mon premier texte, la Vie d’Alexandre de Plutarque dans la bibliothèque digitale de Perseus (http://www.perseus.tufts.edu/hopper/) sous le format d’un fichier XML et mon deuxième sur la base de données TLG [Thesaurus Linguae Graecae] de l’Université de Californie à Irvine.  

Ensuite, la deuxième étape a été de préparer mes textes en format électronique afin que je puisse les utiliser pour mes analyses lexicales. Concernant le premier texte, la Vie d’Alexandre, la procédure était simple. Il fallait bien nettoyer le texte qui était en format XML des symboles inutiles pour ma recherche et le sauvegarder en format .odt. Pour l’autre texte, les Parekbolai sur l’Iliade, la procédure était plus compliquée et à la fois pénible. Je devais diviser le fichier contenant les Parekbolai en autres petits fichiers .odt pour pouvoir passer plus facilement à l’étape suivante de ma recherche, qui était la lemmatisation des textes, étant donné que mon fichier initial était trop lourd (le livre en format papier dépasse déjà les 1300 pages !) et, par conséquent, très difficile à manipuler dans les environnements en ligne pour la lemmatisation et l’analyse lexicale de textes. J’ai effectué donc une division par chant pour faciliter ma recherche (25 fichiers au total avec l’introduction des Parekbolai).

La troisième étape était la lemmatisation –une analyse lexicale qui nous permet de regrouper ensemble tous les mots d’une même famille. Il s’agit donc d’un regroupement par lemme- des textes qui constituent mon corpus. Pour la lemmatisation de mes textes, j’ai utilisé l’environnement en ligne Deucalion, le service de lemmatisation de l’École nationale des Chartes (https://tal.chartes.psl.eu/deucalion/grc) qui nous permet d’avoir nos textes lemmatisés après avoir y introduit notre texte nettoyé et avoir appuyé sur le bouton tag!. [image 1].Par la suite, j’ai sauvegardé les résultats de la lemmatisation dans un fichier .odt en faisant un simple copier-coller et j’ai créé à nouveau un autre fichier .odt en gardant que la colonne lemma qui était utile pour ma recherche. Cette colonne me permet d’avoir une très claire image des lemmes rencontrés dans les deux textes, afin de pouvoir me réfléchir sur le vocabulaire utilisé par les auteurs autour le nom ‘Alexandros’. 

Image I

La quatrième étape était l’analyse lexicale de mes textes avec l’aide de l’environnement en ligne Voyant Tools (https://voyant-tools.org/?lang=fr) pour la lecture et l’analyse des textes. D’abord, j’ai introduit dans l’environnement de Voyant Tools les deux textes, qui constituent mon corpus pour le projet, pour avoir simultanément non seulement une image précise et complète de différences et similitudes qui se présentent autour le nom Alexandros et les adjectifs employés pour désigner le Conquérant, mais également du vocabulaire utilisé ou des fréquences des termes précis dans les deux auteurs. Ensuite, j’ai supprimé les stopwords ou ‘mots vides’ de mon corpus pour avoir des résultats plus précis sur le vocabulaire dominant. Comme nous observons sur l’image ci-dessous [image ii] le lexique dominant de notre corpus vient de la rhétorique et de la tradition de l’exégèse homérique (σημείωσαι, ἰστέον, ἐρρέθη etc.) et des noms des protagonistes de l’Iliade comme Hector, Achilles ou Troyens.  

Voyant Tools_image II

 

Par la suite, j’ai continué ma recherche avec les occurrences du prénom Ἀλέξανδρος (dans tous les cas du singulier) chez les deux auteurs pour bien observer toutes les références qui se réfèrent à Alexandre le Grand et à Alexandros-Paris et les distinguer. La recherche par contexte [image III] nous aide à bien distinguer toutes les références entre les deux héros, comme nous avons la possibilité d’observer toutes les colocations (adjectifs ou noms caractéristiques) autour ces héros en cherchant de mots clés qui facilitent la distinction entre eux, par exemple le prénom Hélène à côté dAlexandros signe Alexandros-Paris ou l’adjectif μέγας caractérise traditionnellement Alexandre le Grand.

Voyant Tools_image III

L’étape suivant était de continuer ma recherche par contexte avec les adjectifs φιλόμηρος/qui aime Homère, μέγας/le grand et Μακεδών/le Macédonien (en tapant que la racine de chaque adjectif à la fois pour avoir tous les cas du singulier et du pluriel), qui s’adressent à Alexandre le Grand pour observer s’il y a des différences entre les deux auteurs -qui appartient dans deux époques différentes de la culture grecque οù les enjeux et les exigences politiques différent considerablement- par rapport à l’emploi de ces adjectifs.  

Pour finir, le dernier étape de mon travail était une simple recherche textuelle de la colocation μέγας Ἀλέξανδρος [image IV] dans tous les cas du singulier sur TLG pour trouver toutes occurrences de cette colocation dans le corpus d’auteurs grecs de la platforme et observer la fréquentation de son emploi entre les deux époques (deuxième sophistique et époque byzantine) en essayant de determiner quand cette colocation a été établie.  

TLG_image IV_Alexandre le Grand_simple recheche textuelle

Problèmes rencontrées et solutions adoptées 

Le principal problème auquel j’ai été confronté était la trés grande taille du fichier .txt contenant les Parekbolai sur l’Iliade d’Homère d’Eustathe de Thessalonique. Comme mon fichier était trop lourd et pour cette raison difficile à manipuler, il m’était impossible de réaliser la lemmatisation du texte d’Eustathe de Thessalonique sur l’environnement de Deucalion. C’est pourquoi j’ai décidé de diviser mon fichier en 25 fichiers (L’introduction et les commentaires homériques des 24 chants de l’Iliade) de format .txt. Un autre problème était egalement l’impossibilité de me connecter sur l’envirronement en ligne TLG avec mon compte universitaire pendant quelques semaines en raison du retard de paiement de la cotisation annuelle par notre établissement. La solution était bien évidemment d’attendre que la connexion soit rétablie pour finir avec ma recherche.  

Découvertes et perplexités 

Grâce à mes recherches pour le projet, je suis arrivée à des conclusions importantes qui m’ont aidé également pour ma recherhe liée à mon sujet de mémoire, et j’ai l’intention de les inclure dans mon argumentation.  

Tout d’abord, concernant l’adjectif φιλόμηρος nous ne trouvons aucune occurrence dans la Vie d’Alexandre de Plutarque. Bien entendu, au sein même de la Vie d’Alexandre nous trouvons d’éléments et de citations ou références homériques qui composent le portait d’Alexandre comme monarque philhomèros, comme par exemple la référence de Plutarque sur l’admiration d’Alexandre pour Achilles qui prétendait lui descendre, sur son pèlerinage à Troie pendant son expédition et sur sa préférence pour la lyre d’Achilles ou sur son amitié avec Héphestion qui pourrait être comparait avec celle d’Achilles et de Patrocle.  Au contraire, dans les commentaires d’Eustathe de Thessalonique nous trouvons quatre occurrences au total de l’adjectif au datif du singulier (trois occurrences avec le nom du Sophocle et une occurrence en colocation avec Alexandre le Grand) [image v]. Certes, il faut présicer que cet adjectif, employé par Eustathe de Thessalonique pendant l’époque byzantine, fait écho à l’image que les érudits byzantins avaient pour Alexandre le Grand. Alexandre le Grand, le Conquérant, qui fondait des villes à l’Orient, le grand admirateur d’Homère.  

Voyant Tools_image v_philhoméros

Ensuite, en ce qui concerne l’adjectif μέγας nous ne trouvons aucune occurrence dans la Vie d’Alexandre. Au contraire, Eustathe de Thessalonique emploie quinze fois l’adjectif μέγας en colocation avec le prénom Alexandros (cinq occurrences au nominatif du singulier, quatre occurrences au génitif du singulier, une occurrence au datif du singulier et deux occurrences à l’accusatif du singulier), pour désigner le Conquérant. Il est également important de dire que Eustathe de Thessalonique emprunte cet adjectif toujours en colocation avec de prénoms de grands héros homériques comme Ajax, Hector ou Achilles qui sont admirables pour leurs grands exploits [image VI]. Mais, nous ne trouvons jamais sur ses commentaires cet adjectif en colocation avec le prénom d’Alexandros-Paris. Nous constatons que cet adjectif quand il désigne le Conqérant reflète l’image ultra-positive que les byzantins avaient pour le Conquérant grâce à ses exploits sur les champs de bataille et ses vertus, dejà très répandues par le monde plutarquien. Il s’agit certainement d’une utilisation de l’adjectif avec le prénom ‘Alexandre’ bien ancrée pour désigner le Conquérant chez les auteurs byzantins. Cepandant, nous ne savons pas avec certitude quand cet emploi a été établi pour Alexandre. 

Voyant Tools_image VI_adjectif μέγας

 

Pour finir, quant à l’adjectif Μακεδών nous ne trouvons que trois occurrences au nominatif du singulier au sein des commentaires d’Eustathe de Thessalonique pour désigner Alexadre le Grand. Grâce à Voyant Tools, nous observons facilement que Plutarque n’emploie jamais cet adjectif pour caractériser l’Alexandre. Au contraire, il emprunte cet adjectif au nominatif du singulier (deux occurrences), qui souligne l’origine de quelqu’un, que pour d’autres gens qui étaient originaires de Macédoine. Pour Plutarque Alexandre était un Grec, un héros grec d’exellence qui suivait les traces des grands héros de l’Iliade. Donc, nous pouvons dire que Plutarque parle par sa silence en évitant la colocation de cet adjectif avec Alexandre. Bien etendu, il faut mentionner que nous rencontrons quatre occurences de cet adjectif en colocation avec le nom Alexandros au sein de deux textes. Mais ici, il faut souligner la différence sémantique du génitif pluriel par rapport au génitf du singulier, comme le pluriel peut indiquer une partie d’un ensemble de personnes ou d’objets. En d’autres termes, Plutarque emprunte cet adjectif au génitif du pluriel pour désigner Alexandre, comme il était le roi des Macédoniens, comme également de tous les Grecs. De plus, pour les écrivains byzantins cet adjectif ne posait pas de problémes d’identité, étant donné que les Macédoniens étaient considérés, sans aucun doute, comme de Grecs.  

Paraskevi DIMITRA

Portraits robots /Grandeur et décadence de Rome: empereurs du IIIe siècle de notre ère. . .

Histoire Auguste des deux Valérien à Numérien

1.  Mon  document de référence

L’Histoire Auguste (en latin : Historia Augusta) est le nom que l’on donne couramment  à un recueil constitué d’une suite de biographies d’empereurs romains et d’usurpateurs des IIe et IIIe siècles. Il a été composé en latin prétendument au début du IV siècle par une série d’auteurs inconnus(=scriptores). Les faits  relatés s’ étendent de 117 à 285  avec une lacune de seize années entre 244 et 260.

2.  Mon  sujet de mémoire ( Master 2)

 

La section étudiée par mes soins s’étend plus précisément de la Vie des deux Valérien à la fin. Mon champ d’investigation a trait à I’analyse de la grandeur et de la décadence de Rome au travers des caractéristiques physiques, morales, comportementales des empereurs concernés, selon les dires d’autrui, ou bien,d’après leurs propres propos. Pour ce faire, j’utilise, en tant que source, le document en langue latine

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est histoire-auguste-tome-4-3e-partie-vies-des-trente-tyrans-et-de-claude-500x500.jpg.

2.  Mon ( mes?) corpus

Mon  principal  outil de travail  est  l’oeuvre en version papier:Histoire auguste :les empereurs romains des IIe et IIIe siècles / traduction du latin par André [et Jacqueline] Chastagnol ; édition établie par André Chastagnol Paris : Robert Laffont; 1994. Chapitre XXII-XXX,pp.777-116

J’utilise  également les corpus numériques  de The   Latin  Library=

https://www.thelatinlibrary.com/sha.html

et de la Bibliotheca Augustana=  

https://www.hs-augsburg.de/~harsch/Chronologia/Lspost05/HistoriaAugusta/hia_vi00.html

https://www.dropbox.com/home/HCHN/hn4_projets_personnels/deubras_myriam?preview=02-G2-EAD+deubras1704.docx   (notes et espace de travail sur  l’ Histoire Auguste)

3. Projet numérique HN4

Mon projet numérique portait sur l ‘ élaboration  de portraits robots relatifs à l’ ensemble des empereurs qu’ englobe mon champ de recherche. Il consiste  en le repérage, pour chacun d ‘eux, de caractéristiques, définies puis choisies selon une série de critères préalables :  Portrait physique et moral parenté filiation statut social modalités d’ exercice de leurs fonctions( art de vivre et de gouverner). Pour ce faire, j ‘ai eu recours à divers outils en ligne et d ‘ analyse textuelle.

 

 

  

Lire la suite : Portraits robots /Grandeur et décadence de Rome: empereurs du IIIe siècle de notre ère. . .
4. Éléments de méthodologie

Après avoir lu plusieurs fois mon texte d ‘appui en français, j’ai procédé à une lecture juxtaposée en « petit latin» pour  essayer de saisir l’ enjeu de chaque  Vie d ‘empereur.Suite à cela, j ‘ ai réalisé un premier corpus de l’ Histoire Auguste  dans Voyant Tools mais étant donné l ‘étendue du texte de travail, j’ai pris l‘option, sur avis de M. Berra, de créer des sous corpus en format . txt.  Certes cela engendrait un plus grand nombre de documents, mais de densité plus réduite  donc plus aisés à envisager.A la fin de cette première étape, j’ ai opéré dans la mesure du possible, un léger «toilettage» de mes sources.

Ensuite j’ ai tenté de déterminer  dans les grandes lignes les angles d’approche de ces corpus: champs lexicaux et objets d’étude dans la mesure du possible,  comme par exemple les fonctions, les qualités… J ‘ai aussi songé le cas échéant à des critères d’ analyse textuelle: nombres de mots, occurrences, rang , fréquences…..  J ‘ ai principalement recouru aux outils suivants: Voyant tools( termes, tendances, liens, contextes), Anatext(type de lemmes, rang fréquences, contextes  et coocurrences), etc… . J’ ai ainsi  pris en compte les termes qui  comportaient le plus d’ occurrences, en étant  attentive à leurs variantes. En outre , grâce  aux fonctions Liens et  Contextes, j ‘ai pu  regrouper  autour de chaque nom d’ empereur, les  divers éléments qui le caractérisent.

5. Premières impressions

Les sous-corpus sont de tailles variées. Quand  la vie de certains  empereurs s’ étend sur trois ou quatre pages, dans d’autres cas, elle se résume à quelques lignes. L’Histoire Auguste, en particulier, mon corpus initial  présente  la particularité de posséder de nombreux espaces lacunaires / abréviations ( rem p.= rem publicam,  conss= consulibus, etc…. ). La  présence de personnages féminins ayant été à la tête de  l ‘ Empire romain,  Zénobie et Victoria/ Vitruvia, est aussi à noter. À la lecture de L’Histoire Auguste, j’ai remarqué que les fils empereurs ont une vie plus brève que celle de leurs parents  au sens temporel mais également textuel. Quant à la langue utilisée, elle se rapproche, globalement du latin classique, la compréhension n’ apparaît au premier abord , pas  insurmontable.  Enfin le nombre de personnages évoqués, protagonistes ou autres est très flagrant.

 

6. Analyse de corpus : exemple de  Salonin Gallien/ observations

Portrait de  Salonin Gallien :

– Dans cette sous- partie, apparaissent 13 occurrences du nom « Gallien», pour Gallien fils(formes variées du nom gentilice Gallienus ),

-Comment le lecteur  de l’ Histoire Auguste le découvre-t-il? Ce personnage est abordé au moyen de son ascendance, de sa bonne naissance.( 4 occurrences).

 

Bien qu ‘il ne soit pas l‘auteur  de res gestae, – son histoire ne contenant rien de remarquable, dixit, le narrateur va donc saisir l’occasion de s’ apesantir sur des anecdotes, au premier abord  insignifiantes mais riches de sens.    L’écrivain et ses confrères  historiens semblent exprimer un profond désaccord au sujet de son nom. L’emploi des verbes de dénomination et d‘affirmation amèneraient le lecteur à penser qu’il s’ agit de rumeurs rapportées puis consignées par le scriptor . Mais il convient de ne pas omettre le travail des historiens . Comme lors de  la tenue d ‘un conseil scientifique, dans l ‘acception d’ expertise d’une discipline, le narrateur consulte, analyse  et critique, au sens  étymologique, les apports de ses confrères. La fin du passage évoque une légère modification du statut de l’écrivain. Ce dernier devient chroniqueur, puisqu’il se soucie de la chronologie relative à l’existence de Salonin Gallien, par un questionnement, nécessitant des recherches complémentaires.

– De plus le narrateur, en esquissant le  portrait de Salonin  Gallien, saisit l’occasion de vanter les mérites liés à sa production. Selon lui, c’est le moment opportun d ‘annoncer la parution de son prochain ouvrage.  Ce livre,  équivalent d’un horssérie, dit -il  traitera des Trente tyrans , titre du chapitre suivant.  Des informations sur ces  individus   sont disséminés dans les deux Vies précédentes. Le narrateur, par l’ emploi de formes et de tournures impératives, souhaite marquer un temps de pause,  tout en montrant qu’il désire  se contenter d’ indices essentiels. Tel un spécialiste maître de son sujet, il n ‘oublie pas de citer des références bibliographiques, si jamais le lecteur voulait en savoir davantage.

– Le portrait de Salonin Gallien s ‘avère  émaillé de détails en relation avec sa généalogie. Il est originaire de Saline et de haut rang , fils de Galien et petit fils de Valérien.. D’un point  de vue moral et intellectuel, il semble avoir hérité des qualités et défauts de ses deux parents. Avec humour , le  narrateur montre que les seuls exploits accomplis par Salonin Gallien son des actes de débauche, démontrant une vie dissolue. et des larcins, dont il  était coutumier,. Cette attitude   justifie  l’emploi d’ un imparfait duratif, associé à des adverbes temporels de fréquence.

7. Apports et perspectives possibles

L’ esquisse de ces portraits robots, relatifs aux empereurs issus de mon corpus , me permet d’  effectuer un travail préparatoire à la réalisation  de mon  mémoire. En effet , un grand nombre de renseignements a été réuni sur chacun d’eux. Cela  facilitera une étude comparative  des divers personnages, afin de définir les traits du bon prince et ceux du mauvais prince . Dans les deux situations, leur attitude est à l’image de la grandeur et /ou de la décadence de Rome. De plus, généralement, une figure d’ empereur ne s’avère jamais totalement “bonne” ou ” mauvaise”: il faut considérer que leur portrait  se fonde sur une sorte de diptyque rassemblant,  qualités et défauts. Avec le langage R, par exemple,  et ses fonctions statistiques, il sera sans doute aisé       d ‘obtenir des données plus vastes et des éléments applicables à l ‘ ensemble de L’Histoire Auguste. Des prolongements peuvent   être réalisés avec les sources grecques ( Dion Cassius…) et latines ( Aurélius Victor…) , de L’Histoire Auguste,  pour enrichir cette ébauche.

Abbon, poète du IXème siècle et ami de Virgile : héritier du Moyen-Age ou continuateur de l’Enéide ?

Le fil conducteur de mon projet a été de cerner par des données chiffrées, le rapport entretenu entre l’œuvre d’Abbon, ses collègues médiévaux d’une part, et d’autre, les auteurs classiques qui demeuraient alors la base de l’apprentissage des lettres. Cela dans le but de justifier dans le cours de mon mémoire la mobilisation de tel ou tel autre auteur, ainsi que de cerner lequel se prêterait le plus à une étude comparée pour tel ou tel thème particulier (l’emploi d’un terme ou d’une expression par exemple). Bien entendu, chacune des recherches entreprises et relatées ci-après a été opérée en dialogue et sur les conseils de notre professeur M. Berra.

Choix du corpus, récupération des données exploitables

La première étape fut l’établissement du corpus étudiable. Il me parut opportun de sélectionner les œuvres classiques ayant le plus de lien avec Abbon ; à ce titre furent retenues la Thébaïde et l’Enéide ainsi que les Bucoliques et les Georgiques, mon auteur confessant avoir approché au moins les églogues.  Son œuvre était heureusement disponible en ligne, sur le site Itinera electronica. Virgile et Stace furent quant à eux récupérés depuis la Latin library. Les auteurs médiévaux étant nombreux et ne bénéficiant pas d’une édition en liœœgne, furent de ce fait laissés un temps de côté. Après avoir purifié les textes latins de tout leur apparat sur VScode grâce à une série de recherches par expressions régulières, je procédai à une analyse stylographique, à partir d’un script R. Les résultats certifièrent l’opposition stricte entre Abbon et les classiques, et appelèrent à un nécessaire enrichissement du corpus devenu par-là stérile.

La deuxième étape consista donc en la récupération des textes médiévaux. Ne furent retenus des poètes du IXème siècle, c’est-à-dire de peu antérieurs à mon auteur, seuls les textes qui partageaient soit la teneur épique du Bella Parisiacae urbis (c’est là le nom de l’œuvre d’Abbon): Ermold le Noir, Poèmes sur Louis le Pieux, Angilbert, Karolus magnus et Leo papa (poème à teneur épique quant à Charlemagne et le pape Léon III) ; soit son attachement aux récits miraculeux (Alcuin, De patribus regibus et sanctis euboricensis ecclesiae, récit des prélats du diocèse d’York). Ces derniers se trouvaient en une version numérisée (« Poetae Aevi Carolini »), dont il fallut télécharger les images des pages. L’inspecteur de page donnait justement l’adresse de récupération desdites images jpg, lesquelles demeuraient accessibles. En fonction des numéros de page recherchés, je créai sur VScode une liste d’adresses, chacune correspondant à une page. Puis, ayant téléchargé l’outil wget et procédé aux ajustements nécessaires, je téléchargeais automatiquement ces fichiers. La chose faite, je continuai par l’utilisation d’un script R permettant par OCR de détecter et créer des fichiers textes à partir de l’image. Il fallut à nouveau les purger de leur apparat et des confusions fréquentes entre les c, les o et les e par exemple. Pour ce faire, j’utilisai VScode. Pour Abbon, l’outil diff me permit par comparaison avec la première version trouvée sur Itinera electronica, d’identifier rapidement les erreurs de forme, chose qui permit ensuite de faire aisément des recherches ciblées sur les mots concernés pour chacun des autres textes médiévaux.

Analyses des textes aux lemmes

Ceci étant fait, la majeure partie du travail l’était aussi. Du reste, il s’agissait de remployer le script R relatif à la stylographie, afin de pouvoir désormais situer plus précisément mon texte. L’arbre ainsi obtenu permet plusieurs interprétations :

Si nous y constatons toujours la distinction entre classiques et médiévaux, la présence d’Angilbert démontre combien l’imitation de ceux-là se montre efficace. En effet, après de nouveaux tests étendant le nombre de mots employés pour établir l’arbre d’analyse de groupes (des 100 aux 1000 premiers), les résultats se sont confirmés. Quant à Abbon lui-même, nous pouvons remarquer que, des deux chants composant son œuvre, le second apparaît plus proche des sources médiévales. Afin de mettre en relief ces résultats, je produisis un nouvel arbre en divisant cette fois le texte en groupes de mots via l’option n-grams. Voici l’arbre obtenu pour 3 n-grams (celui pour deux étant très semblable) :

Quoique les résultats soient très sensiblement divergents, nous observons la confirmation de l’originalité d’Abbon par rapport au tout, et de son chant II par rapport à l’ensemble.

C’est néanmoins à partir du premier graphique que je cherchai à déterminer avec quel auteur il serait le plus opportun de lier Abbon. Ermold et Alcuin se situant sur un pied d’égalité, je dressai à nouveau un arbre d’analyse de groupes, mais à partir des lemmes et non-plus des mots (tableaux des lemmes extraits grâce à l’outil Deucalion, réduits à la colonne « lemmes » grâce à VScode). Le résultat obtenu témoignant d’une plus grande proximité avec Alcuin, je choisis de poursuivre mes analyses avec ces deux seuls auteurs.

Le script R frequencies correlation me fut d’une aide singulière. Par ce dernier, je pus comparer par les présents tableaux les mots d’une part et les lemmes de l’autre, les plus couramment attestés chez chacun d’eux. Les résultats que voici montrent toutefois que, hors des procédés d’écriture que renseigne l’étude des lemmes, les deux œuvres sont très différentes l’une de l’autre. Praesul et rex qui font le lien entre les deux s’expliquent davantage par les realia partagés de l’époque.

En outre, la différence de préoccupations des deux écrivains apparaît évidente à la lecture de ce graphique basé sur le calcul des scores TF-IDF des poèmes : ressortent ici les mots distinguant le plus les deux ouvrages. Paris, décrit par son titre urbs, ses lieux et ses défenses se distingue de la patria d’Alcuin, illustrée quant à elle par ses prélats et ses mœurs.

Cet état de fait invitait à repenser la proximité entre Abbon et Alcuin, et à interroger le texte d’Ermold à son tour, bien plus empreint de récits de bataille. De nouveau, seuls deux termes sont identiques : arma et rex. Cela renvoie en fait à la situation décrite dans notre premier arbre : Abbon se distingue de tous ces auteurs avec lesquels il ne semble pas entretenir une relation de continuité.

Analyses des lemmes aux textes

De cette série de test ressort la difficulté posée par la différence de taille des corpus, les épopées classiques étant considérablement plus grandes, et la seule recherche de mots pour déterminer la proximité entre écrivains étant très limitée. Pour enrichir la chose, je cherchai donc sur les conseils de M. Berra, la liste des termes déterminants à la construction des arbres d’analyse de groupe.

Nous voyons ici que le premier substantif exploitable est arma. Or, grâce au script R frequencies correlations nous pouvons faire ressortir pour chaque auteur les mots les plus employés hors stop-words. Les résultats obtenus indiquent, en observant pour chacun la position de arma, combien différemment il est employé par les uns et les autres. En particulier, nous constatons que, en tant que mot, arma relie plutôt les pratiques d’Abbon et d’Angilbert (emploi relativement fréquent qui se différencie de son omniprésence chez les classiques et Ermold, et de son absence chez Alcuin). En tant que lemme toutefois, il isole Alcuin de tous les autres.

Cette méthode de travail peut s’avérer très utile dans le cours de mon mémoire, afin de pouvoir cerner rapidement, dans l’étude d’une expression particulière, quel auteur a le plus de chance d’offrir des éléments de comparaison intéressants. Pour affiner encore les recherches, le script R distribution permet, en visualisant les occurrences d’un terme, ici arma, dans chaque œuvre, d’identifier lesdites occurrences offrant le plus de similarités (ici les trois finales). La distribution de ce genre de termes saillants peut s’avérer tout à fait pertinent pour mettre en relief et distinguer des épisodes particuliers ; ici de batailles. Par exemples, nous voyons que nos deux auteurs utilisent surtout arma à l’ouverture et à la conclusion de leur poème, ce qui peut correspondre à la convocation de topoi semblables d’incipit et d’excipit de récits de bataille.

Pour finir, une dernière idée fut d’employer le TF-IDF afin de montrer l’originalité d’Abbon par rapport à tous les autres poètes médiévaux sélectionnés regroupés en un document unique :

Cela donne quelques indications, dans l’étude d’expressions chez cet auteur, quant aux termes les plus propres à son écriture (Odo par exemple, nom d’un personnage), et ceux ayant le plus de chance d’avoir été empruntés à tel ou tel autre (Ordine, munera), eu toutefois égard au fait que les corpus demeurant relativement brefs, ces résultats ne sont que relatifs et fournissent au mieux des axes de recherche ultérieure.

 

En conclusion, nous pouvons dire que les différentes études que permettent les outils numériques invitent à la prudence : les corpus sont en effet très différents et par la langue et par la taille, ce qui invite sans cesse à affiner les observations. Dans le cadre de mon mémoire, toutefois, cela permet d’orienter des études de vocabulaire et d’expressions afin d’avoir accès plus immédiatement aux bons textes. Quant aux essais de rapprocher Abbon, soit plutôt des Antiques, soit plutôt des poètes médiévaux, nous sommes contraints dans l’état actuel de notre utilisation des ressources sus-dites de le faire mot à mot, sur des cas bien précis. Cependant, nous pouvons tout de même certifier qu’il faut envisager toutes les œuvres médiévales épiques comme autant de manifestations du génie particulier de poètes qui faisaient chacun une œuvre assez novatrice pour leur époque, avec un rapport particulier et propre aux classiques qu’ils étudiaient.

Les noms divins dans les traités de magie attribués à Salomon. Edition numérique du Liber Hynotheon (ADIV 5fb 1)

         Dans le cadre de mon master HCHN, j’ai pour objectif d’éditer un manuscrit de magie encore inédit, le Liber Hynothéon, conservé au sein des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine sous la côte 5 Fb 1. L’auteur indique que ce livret serait la traduction en latin d’un ouvrage plus ancien écrit en chaldéen et recèlerait la magie du très sage Salomon, mais à en juger par son écriture, il a dû être rédigé au XVII-XVIIIe siècle et saisi par la justice avant la Révolution française. La source principale de ce texte semble être l’Almadel. Ce traité de magie rituelle est fameux : il servait à invoquer et à conjurer les anges. Il tirerait ses origines de l’Iran ancien et de l’Extrême Orient, mais ses versions médiévales ont été tout à fait christianisées. Cependant, tout comme l’Almadel avait fait l’objet d’un profond processus de réécriture et d’acculturation à partir d’un prototype arabe, l’élaboration de ce manuscrit s’apparente par de nombreux côtés à un « bricolage » au sens de C. Levi-Strauss. L’auteur s’est arrangé avec les « moyens du bord » pour construire son texte. Il a eu recours à des éléments recueillis et conservés au cours de ses lectures : des extraits des différents livres de la Bible, – Genèse, Psaumes ou Apocalypse -, des notes prises à partir de textes de magie rituelle, ou bien encore des concepts empruntés à Aristote. À terme, l’édition numérique en ligne de notre manuscrit, devrait permettre de faciliter la comparaison avec d’autres textes similaires, et ainsi déterminer comment les traités de magie se construisent, et d’une certaine manière, préciser les modalités de transmission et d’innovation des connaissances.

         L’élaboration d’une édition diplomatique et interprétative de ce manuscrit a nécessité tout d’abord un travail de toilettage et de préparation minutieux. À l’issu de la transcription du manuscrit, il était tout d’abord nécessaire d’encoder la texte en langage XML, ou « extensible markup language » et suivant les règles de la TEI (Text Encoding Initiative). Dans l’en-tête, représenté par élément <teiHeader>, sont rassemblés les métadonnées qui décrivent le document : taille, origine, lieu de conservation… Le texte lui-même a ensuite été structuré et encodé selon un certain nombre de balises relativement courantes. L’élément <div> nous a notamment permis de diviser le texte selon un certain nombre de « livre » et de « chapitre » qui n’existaient pas à l’origine, mais que nous avons défini afin de faciliter le repérage au sein du Liber. La particularité du texte nous a amené à repérer plus spécifiquement les noms qualifiés dans le texte de « divins ». Sur le modèles des « noms barbares » des formules magiques, du type abracadabra ou hocus pocus, ces noms correspondent en théorie aux noms secrets des anges ou de Dieu. La plupart du temps, ils n’ont aucun sens véritable et leur étymologie est la plus souvent fantaisiste, du moment qu’ils résonnent à l’oreille comme des vocables d’origine hébraïque, grecque, ou arabe. Sur le modèle de la théurgie, leur prononciation permettrait à l’opérant d’entrer en communion avec les puissances divines. La balise <name type= « divin »> les signale tout au long du texte, ce qui permettra à terme l’élaboration d’un lexique, et une comparaison avec les manuscrits magiques qui ont recours à ce même type de vocable.

      Sur les conseils de M. Berra, j’ai commencé à utiliser GitHub, une plate-forme open source qui permettait d’héberger en ligne sur un certain nombre de dépôts ou repositeries, tels que le ‘HN4-Liber-Hynotheon’ qui regroupait les images du manuscrit en format jpeg, la version du texte en format hmtl et xml. Monsieur Berra a ensuite été désigné comme administrateur afin qu’il puisse m’aider à résoudre les principaux problèmes rencontrés. L’utilisation de l’application open-source GitHub Desktop me permettait d’interagir directement avec GitHub : sur mon ordinateur personnel, je pouvais organiser et encoder progressivement le Liber Hynotheon à l’aide du logiciel Visual Studio Code, et ensuite, à l’aide de la fonction Push, envoyer directement les modifications sur le dépôt en ligne. Inversement, grâce à Pull, il m’était possible de mettre à jour mes fichiers en fonction des corrections proposées par Mr Berra. Une fois que le manuscrit a été encodé, j’ai pu poursuivre le même travail sur les versions parallèles de l’Almadel accessibles sur le site de Jospeh H. Peterson, Esoteric archives. De plus, deux versions françaises de l’Almadel sont conservées au sein de de la Cabale Divine ou la Stéganographie. Ces manuscrits sont actuellement à la Bibliothèque Wellcome (Wellcome 4666) à Londres, et à la Bibliotheca Philosophica Hermetica (BHP 277) à Amsterdam. Sur les sites de ces deux bibliothèques, le chercheur a accès à leur reproduction en format jpg ou pdf, ce qui m’a permis de les transcrire et de les encoder ensuite sous le format xml-tei. GitHub m’a donc permis de mettre en œuvre un travail collaboratif particulièrement efficace et de rassembler sur un même espace l’ensemble des données nécessaires.

       Afin de mettre directement en ligne l’édition du Liber Hynotheon en XML-TEI, il a finalement été décidé de recourir à l’outil EVT (Edition Visualization Technology). Ce logiciel en open source est relativement aisé d’utilisation : l’administrateur peut notamment modifier l’apparence de n’importe quel élément portant une certaine balise TEI, et agir sur la présentation de l’apparat critique, les corrections réalisées par le scribe, les annotations marginales, et les propositions de correction. À l’aide d’EVT, GitHub peut ensuite mettre en ligne l’édition du manuscrit rennais. Ceci offre plusieurs avantages. L’Almadel jouit en effet d’une certaine popularité sur Internet : on peut acheter un autel portatif destiné à invoquer les anges sur Amazon, des groupes de rock présentent certains clips sous ce nom sur Youtube, mais le texte français n’est pas directement accessible. Par rapport à une édition classique, de style Belles Lettres, ou par rapport à l’édition en ligne proposée par Jospeh H. Peterson, cette édition numérique a l’avantage de faciliter de l’inclusion des images et de mettre en œuvre un traitement automatisé des index. Les changements de configuration proposés par M. Berra permettent de plus de travailler tout aussi bien sur une édition diplomatique qu’interprétative. J’ai fait le choix de présenter aussi sur le même site la traduction du texte, ainsi qu’un ensemble de notes qui facilitent la compréhension du manuscrit. C’est un travail relativement agréable à réaliser car il donne rapidement  des résultats : afin de se rendre compte des conséquences des modifications et des choix effectués, il est notamment possible de visualiser le site en local sur Google Chrome, en transmettant les commandes adéquates par le biais de l’application  Terminal.

       L’édition numérique du Liber Hynotheon est en voie d’achèvement. Par contre, l’intégration de la traduction en français et des autres manuscrits transcrits est plus complexe que prévue et nécessite encore des aménagements d’EVTViewer. A terme, j’ai encore bon espoir de pouvoir comparer directement le Liber Hynotheon avec les différentes versions de l’Almadel (latines, anglaises et françaises). Mon hypothèse est que cela permettrait, au-delà de la diversité des langues, d’établir des généalogies ou plus exactement d’un manuscrit à l’autre. Sur une base aussi étroite d’un point de vue quantitatif, il ne s’agira pas de prouver scientifiquement quoi que ce soit, ou de mettre en œuvre automatiquement un stemma. Par exemple, la citation de la Donation de Constantin porte uniquement sur deux mots accolés diadema corona. De plus, la comparaison s’effectue sur des textes en langues étrangères. Pour l’instant, quelques analyses telles que l’établissement de lexiques des noms divins et la comparaison entre les différentes représentations de l’autel d’invocation devraient souligner des liens de parenté à travers le temps et l’espace européen. Comme il n’est pas possible de lemmatiser ces « noms divins » et comme chaque scribe les comprend à leur manière, il est encore nécessaire de recourir à l’intuition humaine pour penser par exemple que Hynotheon correspond à l’Honoyteon retrouvé sur un manuscrit italien du XVe, ou à d’autres noms bizarres tels qu’Onoytheon, Onaypheon ou Onayefeon. D’une certaine manière, c’est réconfortant à l’heure où l’IA commence à s’implanter dans tous les domaines de la recherche.

Nicolas CORRE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search