Gallica, une bibliothèque gauloise

Ouverte à tous avec un accès libre depuis 1997, Gallica est la bibliothèque numérique de la BNF et de près de 300 partenaires de l’ensemble du territoire, ce qui en fait une bibliothèque partagée. En 2023, elle offre à ses usagers plus de dix millions de ressources.

Les documents sont nombreux et on trouve aussi bien des manuscrits que des livres, des journaux, des revues, des images ou encore des enregistrements sonores et des vidéos. Les ouvrages sont souvent au format PDF mais certains sont téléchargeables dans d’autres formats comme les formats EPUB, TXT ou JPG.

La plupart des documents sont des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public depuis 70 ans et plus. S’ils sont réutilisés sans but lucratif, ces contenus sont libres et gratuits à condition d’indiquer leur source, par exemple «Source gallica.bnf.fr / BnF». Les chercheurs peuvent utiliser ces ressources gratuitement dans le cadre de leurs publications à caractère scientifique. Quelques contenus sont soumis à des conditions d’utilisation particulières comme les «documents protégés par un droit d’auteur appartenant à un tiers» ou les «documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires de la BNF.»

Lorsque l’usager souhaite faire une recherche, trois modalités s’offrent à lui : soit faire une recherche simple ou une recherche avancée pour obtenir des résultats plus précis, soit consulter des sélections qui proposent des contenus déjà bien classés par types de documents, thématiques ou aires géographiques.

Par exemple, pour rechercher un manuscrit des Tusculanes de Cicéron, on peut multiplier les champs de recherche en précisant l’auteur ou le contributeur ainsi que le titre…

… ou restreindre le champ de recherche en sélectionnant un type de documents parmi sept propositions.

Après avoir lancé la recherche, on obtient une liste de résultats.

Pour les manuscrits, le chargement de la page est parfois long, voire très long. Quand la page s’affiche, une fonction zoom permet au lecteur d’agrandir le texte, ce qui est pratique pour un travail de transcription.

Les documents numérisés en mode TXT offrent un module de recherche plein texte. Dans la barre d’outils à droite du visualiseur de documents, le bouton « loupe » permet de rechercher un mot dans le document et le résultat s’affiche ensuite à gauche.

Gallica souhaite être ouverte à tous. Mais son usage pédagogique me semble très limité non seulement par la densité des informations qui se présentent à l’œil du lecteur mais aussi par la complexité rédactionnelle inadaptée à un jeune public de collégiens et encore moins d’écoliers. Si l’on fait une recherche « par thématiques » et que l’on sélectionne le thème « littérature », puis « littérature jeunesse » et enfin « classiques de la littérature pour la jeunesse », les éditions des romans sont peu attractives pour le public du XXIème siècle, ce qui est logique vu que les éditions ont plus de 70 ans. Cependant elles offrent souvent de nombreuses illustrations comme celles de Gustave Doré ou de Benjamin Rabier pour les Fables de Jean de La Fontaine. C’est cette richesse iconographique qui peut nourrir le cours de littérature au collège.

Gallica | Bibliothèque numérique de la BnF

Créée en 1997, Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. lors de sa première année de mise en service, elle proposait 2750 livres numérisés. En 2023, elle atteint le pallier des 10 millions de documents numérisés, et comprend des manuscrits, des images, des journaux, des revues, des cartes mais aussi des enregistrements sonores. 

Gallica propose une classification thématique (histoire, littérature, économie, droit, géographie, philosophie) mais aussi géographique, ainsi que chronologique au sein d’un thème.

interface de recherche en littérature française de Gallica

Le site est très visuel et attire par les images, dont la source est systématiquement indiquée. La plateforme cherche à être intuitive et propose différents classements pour ses documents, afin de suivre le plus possible le cheminement de pensée d’un utilisateur. Un outil de recherche avancée permet de rechercher un document par type, zone géographique, thématique, et lieu de conservation.

Les sources de Gallica sont majoritairement issues de la numérisation de documents de la BnF, c’est-à-dire des fonds et documents de personnalités ou d’institutions qui ont été récupérés et conservées sur les différents sites de la BnF. Un tiers des documents provient des bibliothèques partenaires, qui sont mentionnées sur les documents en question, quand Gallica ne renvoie pas directement sur le site de la bibliothèque numérique s’il existe. Elle abrite des document d’autres bibliothèques numériques qui utilisent la plateforme numérique “en page blanche”, comme la bibliothèque universitaire de Strasbourg. Elle est elle-même source d’un projet de bibliothèque numérique à l’échelle  européenne, Europeana

Les documents sont numérisés en tant qu’image, et une version du texte est proposée numériquement pour une lecture en parallèle. Il est possible de télécharger des documents sous divers formats (PDF, JPEG, TXT). Que l’on télécharge une page ou un livre entier, il faut s’engager à respecter les conditions générales d’utilisation. 

interface de visualisation d’un document

Tout utilisateur peut accéder à l’ensemble des ressources qui ne présentent pas de restrictions d’accès, c’est à dire celles libres de droits, ou celles dont les droits ont été négociés. Si une partie des ressources, sous droits, n’est pas accessible sur le site internet de Gallica, ils sont disponibles dans le site intra muros, qui n’est accessible que depuis les différents sites de la BnF. Les ressources accessibles sont facilement téléchargeables et partageables par tout utilisateur, sans inscription préalable ni rattachement à une autorité. Les formats d’accès et la possibilité de partage permet de travailler sans difficultés sur tout type de ressource proposé par le site.

Projet Perseus

Perseus Digital Library est une bibliothèque en ligne hébergeant surtout des textes grecs et latins, accompagnés de leurs traductions et commentaires, mais aussi dans une moindre mesure des collections de littérature arabe, allemande ou italienne. Perseus propose aussi une collection d'”artefacts”, photos ou reconstitutions d’objets antiques. Le projet nait à la fin des années 1980 et sa première version est publiée en 1992 par l’université de Tufts, qui l’administre toujours, avec la collaboration des universités de Yale et Harvard entre autres. Son but est de réunir et de rendre accessible une large collection de matériaux et d’outils de recherche, surtout dans le domaine des humanités classiques. 

 

 

La fonction centrale de Perseus est de proposer un grand nombre de textes latins et grecs (environ 10 millions de mots en latin et 13 millions en grec). Le “Perseus catalog” permet de trouver des auteurs, leurs œuvres et différentes éditons et traductions bien plus facilement. La barre de recherche permet aussi de trouver des textes, mais propose également une recherche textuelle plus avancée, une recherche d’entrées de dictionnaires, ou une recherche de toutes les occurrences d’un lieu ou d’un personnage, entre autres fonctionnalités. Pour chaque œuvre, en plus du texte en langue originale, Perseus propose une traduction en anglais et parfois des éléments d’apparat critique, notes ou commentaires. 

La lecture d’une œuvre se fait à même le site, par portions de texte à travers lesquelles on peut naviguer par une sorte de barre de progression en haut de la page et par une barre de recherche où l’on peut entrer une référence de chapitre ou de vers précis. A droite et à gauche, on trouve divers outils de navigation dans le texte ou d’analyse de celui-ci. On peut superposer au texte original une traduction et des notes, en ayant parfois le choix de l’édition, ainsi que, notamment, un tableau des mots les plus fréquents et un accès à un outil de recherche lexicale plus poussé. La particularité la plus importante de Perseus est de pouvoir, en lisant le texte, accéder à des outils d’analyse morphosyntaxique pour chaque mot, en cliquant directement dessus. On a alors un aperçu d’identification et de traduction du mot, et la compréhension du texte est facilitée par cet outil d’identification rapide, même s’il n’est pas toujours complétement fiable. 

Perseus est fondé sur un principe d’accessibilité et de transparence, le site fonctionne donc en open source. Ce projet est donc non seulement complétement accessible à tous, sans devoir s’inscrire, mais son code source est entièrement disponible aussi, et chaque texte accessible en version XML. 

Le projet continue d’être développé, surtout sur des sortes d’extensions de Perseus, notamment Scaife Viewer et Beyond Translation. Le premier est, comme son nom l’indique, un espace de visualisation du texte plus adapté, avec un catalogue plus large. Beyond Translation est une synthèse de Perseus et Scaife Viewer, avec une présentation plus claire et d’autres outils ( métrique, rappels grammaticaux, identification des formes et des fonctions grammaticales, analyses du texte tirées de New Alexiandria). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Welcome to Project Gutenberg

Le Projet Gutenberg est une initiative lancée par l’informaticien Michael Hart en 1971 dans le but de constituer une bibliothèque de versions électroniques librement reproductibles de livres imprimés, aujourd’hui appelés e-book.
Le projet tire son nom du pionnier allemand de l’impression à caractères mobiles du XVe siècle Johannes Gutenberg. 

La vue initiale du site initial présente certains des livres qui peuvent être téléchargés sous forme de ebook et de livres audio.
Après cet écran d’accueil, le site explique comment télécharger des fichiers si vous rencontrez des problèmes de téléchargement en ajoutant qu’il n’est pas nécessaire de s’inscrire car étant un site gratuit et accessible à tous, aucune inscription n’est requise.
Graphiquement, la barre de recherche en haut est simple et intuitive et est accompagnée par quelques mots-clés à travers lesquels on peut lire en quoi consiste le projet, rechercher des informations sur le site, demander de l’aide ou simplement faire un don via paypal pour soutenir la cause de rendre accessibles des livres sous forme numérique pour tous.
Les sources utilisées sont rendues accessibles par les utilisateurs qui ont volontairement numérisé des livres assez vieux pour avoir des copyrights expirés. Le format des livres est disponible soit en EPUB soit en pdf ou directement en ligne sur le site. Il est possible de copier n’importe quel contenu dans les livres et en plus, en bas de la page, les icônes Facebook, Twitter et Mastodon permettent le partage via d’autres plateformes sociales.
L’ergonomie du site est certainement facile à utiliser car très linéaire et simple, très intuitif et facile à utiliser. Le tout affecte évidemment l’esthétique du site qui semble un peu obsolète, même dans le choix des styles et des couleurs des titres, il pourrait certainement être amélioré mais bien sûr cela ne retombe pas sur l’utilité du site qui a un but noble bien supérieur.

PHI Latin Texts

Le site PHI Latin Texts est une bibliothèque numérique de textes latins créée par la Packard Humanities Institute, une association à but non lucratif spécialisée dans la recherche en sciences humaines. On pouvait retrouver ces ressources auparavant sur CD-ROMs rédigé en Beta Code. Le site ne permet pas d’exporter de ressources comme par exemple au format pdf, mais il est possible de faire un simple copier-coller tant que cela sert à un usage personnel.

  • La page d’accueil

La bibliothèque est assez bien fournie, elle est représentée par une liste de plus d’une centaine d’écrivains latins et encore plus de textes (des débuts de Rome à l’Antiquité Tardive). Les auteurs sont écrits la plus part du temps avec leur nomen, praenomen et cognomen. La présentation du site est épurée et le visuel agréable grâce à un jeu de couleurs assez doux. Il est possible en cliquant sur un bouton de faire apparaître des textes un peu moins connus, ce sont souvent de courts épigrammes. On peut noter que la liste n’est pas facile à lire, étant donné qu’elle donne pêle-mêle les noms d’auteur sans ordre remarquable. De plus, il n’est pas fait mention de dates, d’époques, de styles littéraires qui pourraient permettre de se repérer plus facilement dans la page d’accueil.

  • La recherche par mot

Exemple d’une recherche avec le mot “Achille”

PHI donne accès à de nombreux textes et cela sans avoir d’auteur particulier en tête. Une simple recherche par mot-clé et ce sont toutes les phrases des œuvres présentant ce dernier qui apparaissent à l’écran.

  • Les filtres

Des filtres à base de connecteurs logiques sont donnés afin de garantir une recherche plus fine.

  • La concordance

Exemple d’une recherche avec les mots “Achille” et “Armes”

L’outil concordance est très intéressant et pourrait se révéler très utile lorsqu’on veut savoir savoir si un auteur fait le rapprochement entre deux termes que l’on étudie.

  • Les sources

Exemple de la “Guerre des Gaules” de Julius César

Les sources sont accessibles, cependant les textes choisis semblent avoir été empruntés à des éditions anciennes (on ne peut trouver quelque chose de plus récent que 1990). Pour chaque auteur, il n’est question que d’une seule édition.


Le Projet Gutenberg : du Bénévolat au Lectorat

 

Le Projet Gutenberg est né au début des années 1970 grâce à Michael Hart , un informaticien américain. Il s’agit d’une immense bibliothèque informatique en ligne, à travers laquelle on peut accéder à un grand nombre de textes, dans un grand nombre de langues.

Le projet est entièrement gratuit , les ouvrages partagés ne sont de fait plus soumis à des droits d’auteur (vous n’y trouverez donc pas les dernières nouveautés ;)) et se développent grâce au bénévolat de certaines personnes qui relisent, corrigent et ajoutent de nouveaux ouvrages à la base de données.

Le Projet Gutenberg est également facile d’utilisation , les modes de recherches sont multiples et assez intuitifs : le lecteur au choix entre une recherche rapide, à partir d’un mot clé, ou encore une recherche avancée visant à trouver l’ouvrage se rapprochant le plus des critères.

 

Les livres peuvent être obtenus dans plusieurs formats différents , ce qui laisse la possibilité au lecteur de trouver celui qui lui convient le plus par rapport à ses besoins et aux outils qu’il utilise. On note ainsi la possibilité de télécharger au format TXT mais aussi en HTML, en EPUB ou encore en format adapté aux tablettes Kindle.

Pour ce qui est du site en lui-même, son interface reste assez sobre et ne témoigne pas de quelque chose de très moderne, son esthétique est assez rudimentaire.

Concernant son utilisation au sein d’études en lettres classiques , je pense qu’elle reste assez limitée, dans le sens où le site dispose de peu de textes antiques malgré la quantité importante d’ouvrage disponible. Il ne s’agit pas d’un site à vocation savante, mais vraiment d’ouverture à un grand lectorat. 

The National Library of Korea

 In South Korea, institutionalized efforts to collect and organize archives began in the 1960s. The Japanese occupation and Korean war, as well as the rapid progress of industrialization and modernization in less than 50 years, had left traditional archival materials neglected or damaged. The National Library of Korea and libraries in universities, led by scholars who began to take an interest in traditional cultural heritage began to collect and organize archives in earnest. As the materials began to accumulate, they struggled to establish a standardized classification system. In the early days, archives were donated by the individuals. In processing of collecting and organizing the archives, securing the uniqueness and connectivity of the original materials, and diversity and specificity of their contents, were prioritized.

 The National Library of Korea is a state-operated library and has a policy goal of becoming a representative institution for knowledge information services. It collects not only ancient texts but also domestic, foreign, and non-books through delivery, purchase, donation, exchange, and self-production. The National Library of Korea’s manuscripts are acquired through purchases and donations, mostly from individuals who were the owners of the materials. Domestic books account for 72% of the collection, and ancient texts account for only 2.2% of the collection, with 294,534 items. Although this is a fairly low percentage of the total collection, it is symbolic because it was the first institution in Korea to collect ancient texts.

 The National Library of Korea digitizes old materials such as precious and one-of-a-kind manuscripts, as well as materials that have been published for more than five years. While using the digitized resources, resources which their copyrights have expired or their use has been approved can be used by anyone free of charge. However, fees apply for the use of all other copyrighted materials under the Copyright Act. Types of digitized resources are old books and manuscripts, old maps, text books, newspapers, and more. Databases are available inside the library, and the users can only check the availability of DBs outside the library. However, if the user has a National Library of Korea subscription card, he can use some DBs externally after logging in. And they also restrict commercial use for non-research purposes.

朝英通商條約 = Treaty of Friendship and Commerce between Great Britain and Corea(1883)
National Library Media Integrated Web Viewer Service

One of the most interesting documents in library was Treaty of Friendship and Commerce between Great Britain and Corea. This is the original text of the Treaty of Friendship, Commerce, and Trade signed between Korea and Great Britain on November 26, 1883, which documents the early diplomatic and commercial relations between Korea and Great Britain in the 20th year of King Gojong(Joseon Dynasty often used the combined years of the king’s name and reign). This resource is available through the National Library Media Integrated Web Viewer Service and is available in both Korean and English. The web viewer allows you to view the original documents in image format and download them as well. You can check the information and table of contents of the document, and you can also use bookmarks and automated page turning. The web viewer has its own domain and can only be accessed through the designated site root for security purposes.

The National Library of Korea has been working on building a data base since 1980, when it started developing the Korean Literature Automated Cataloging Format (KORMARC). Currently, the National Library of Korea has 60,341 items in its database, which is 20.5% of the total number of items. And searching is more specialized for general materials, not ancient texts, and there are voices that the categories for the ancient materials need to be subdivided.

Library of Latin Texts (LLT)

La Library of Latin Texts (LLT) est la principale base de données mondiale de textes latins. Il rassemble des textes latins de tous genres et de toutes époques, de l’Antiquité à nos jours. Créée en 1991 sous le nom de Bibliothèque Cetedoc de textes latins chrétiens, elle continue d’être développée par le Centre «Traditio Litterarum Occidentalium» et est hébergée par Brepols Publishers. Les textes sont tirés de la série Corpus Christianorum et de nombreuses autres éditions phares. La LLT (un projet lancé en 1991 sous le nom de Cetedoc Library of Christian Latin Texts, CLCLT) est produite par le Centre ‘Traditio Litterarum Occidentalium’(CTLO). La LTT fait partie de Brepolis Latin Complete, un ensemble de bases de données relatives à l’étude du latin.

La LLT est proposée en français : elle donne de nombreuses informations très utiles (contenu de la base de données, fonctionnalités) ; la ‘syntaxe’ offre un résumé utile de certaines fonctionnalités. L’onglet “Recherche rapide” permet d’avoir accès à l’ensemble des occurrences pour un terme précis. La LLT classe les résultats par auteur, de manière très lisible (mais ce classement rend l’exportation de plusieurs références d’auteurs différents plus compliquée) ; On peut également filtrer par siècle. La “recherche de textes similaires” inclut toutes les formes du mot, qu’il se décline (nom commun ou nom propre, adjectif) ou se conjugue (verbe). Elle permet de trouver les origines de citations, paraphrases, etc., mais elle ne peut pas être utilisée avec des recherches complexes (opérateurs de proximité, etc.). Les réponses sont classées par période/auteur/titre, et sont surlignées en jaune. Le mot cherché toujours situé dans un contexte large. La mise à jour est très régulière (la date de mise à jour est visible).

Contrairement à des initiatives similaires, comme Corpus Corporum et The Latin Library, la Libray of Latin Texts n’est pas une base de données en libre accès et elle est disponible sur abonnement (notamment par le biais du portail de la BIU de la Sorbonne). Cela permet l’adoption d’éditions protégées par le droit d’auteur. En fait, alors que les initiatives de libre accès doivent s’appuyer sur des éditions non protégées par le droit d’auteur, voire obsolètes, la politique de la LLT est de sélectionner des textes qui ont été édités conformément aux meilleures pratiques savantes contemporaines. Les textes édités dans la série Corpus Christianorum de Brepols forment le noyau de la LLT, même si numériquement, ils sont plus nombreux que les textes édités dans les séries d’autres éditeurs et, si aucune édition moderne n’est disponible, par les éditions sans droit d’auteur. Néanmoins, à des fins scientifiques, la LLT doit être utilisée conjointement avec les éditions imprimées, car l’appareil critique n’est pas inclus dans la base de données.

Nicolas CORRE

PHI Classical Latin Texts

“Classical Latin Texts” est une base de donnée qui donne accès à un large éventail de textes latins de l’époque classique; et une poignée de textes de l’Antiquité tardive. Elle présente approximativement les oeuvres de 362 auteurs. De plus elle représenterait une très bonne alternative à la Latin Library et The Perseus Project grâce à la multitude d’oeuvres de divers auteurs présentés.

J’ai préféré utiliser cette base de donnée car mon travail se porte sur le poète latin Properce. J’ai trouvé l’interface très simple d’utilisation. Tout d’abord l’interface mène vers une page avec une barre de recherche et également une liste avec une soixantaine d’auteurs latins qui sont parmi ceux les plus connus. Pour ma part, je n’ai pas à rechercher Properce dans la barre de recherche car il est déjà proposé parmi les auteurs latins connus. Par la suite il suffit de cliquer sur le nom de l’auteur latin et nous sommes immédiatement redirigés vers l’/les oeuvre/s de l’auteur. Il est possible de défiler les pages à l’aide d’un curseur. J’ai trouvé l’utilisation très efficace, rapide et pratique. 

A savoir qu’il est possible de faire des recherches par lemme “word search”, ainsi la recherche du mot “Timor” par exemple mènera à tous les textes de l’interface comprenant son emploi au nominatif mais aux autres cas de la déclinaison possibles. Grâce à plusieurs occurrences il est possible de mener une recherche avec plusieurs mots également. 

 

 

Thesaurus Linguae Graecae (TLG): un outil essentiel pour les hellénistes

Page d’accueil de la base des données TLG

Présentation Générale du TLG

Le Thesaurus Linguae Graceae (TLG) consiste à un programme de recherche de l’Université de Californie, Irvine. Il s’agit d’une base des données regroupant l’ensemble des textes écrits dans la langue grecque depuis l’Antiquité (8ème siècle av. J. C.) jusqu’à la chute de Constantinople par les Ottomans en 1453. Le projet a commencé en 1972 et il est en ligne depuis 2001. Le site du TLG est régulièrement mis à jour, il contient actuellement 3700 auteurs et plus de 12000 œuvres. L’objectif de ce programme est la création d’une bibliothèque numérique complète de la littérature grecque depuis l’époque d’Homère jusqu’à nos jours.

Les usages du TLG

Grâce au TLG nous avons la possibilité de lire des textes du corpus, de trouver leurs traductions à travers Perseus, d’effectuer des recherches lexicales et morphosyntaxiques dans l’ensemble du corpus ou dans un seul auteur grec, de conseiller les différents dictionnaires de la langue grecque (LSJ, Lampe, Powell, Kriaras, Triantaffylides etc.) ou faire des études lexicométriques sur un corpus précis. Toutes ces possibilités sont accessibles sur le menu horizontal de la page d’accueil du site :

  • TEXT SEARCH pour la recherche lexicale
  • CANON et BROWSE pour l’exploitation d’un corpus
  • LEXICA pour la consultation d’un mot dans les dictionnaires disponibles
  • VOCAB. TOOLS pour la recherche de la fréquentation d’un mot dans un certain corpus
  • NGRAM et STATISTICS pour la recherche lexicométrique ou la comparaison de textes

En plus, toutes les requêtes pour les auteurs, les titres d’œuvres grecs etc. se font en latin (par exemple EUSTATHIUS Thessalonicensis). Pour les requêtes en grec (par exemple pour la recherche textuelle), elles se font par le clavier grec de notre ordinateur ou par un clavier visuel disponible dans le site.

Pour finir, il faut noter que l’accès sur la plateforme du TLG n’est pas entièrement libre, car l’accès au corpus entier (CANON, TEXT SEARCH) demande une souscription. Cependant, nous pouvons avoir accès au corpus entier sans payer à partir du portail de la BU de notre université.  

Les sources utilisées 

Toutes les sources utilisées du corpus des textes du TLG sont repris d’éditions papiers, qui font autorité. Cependant, la plupart des ces sources, parfois très anciennes, ne sont pas libres de droits d’auteurs. C’est pourquoi nous ne pouvons pas télécharger ces textes ou faire un simple copier-coller en évitant d’ indiquer nos sources. Dans ce cas-là, il faut citer l’édition papier originale de notre texte. 

Ergonomie et esthétique du TLG

Le TLG  est un outil indispensable pour la recherche des hellénistes. La couleur principale du site, qui est le rouge, attire l’attention du visiteur, évoque la chaleur et suscite des forts réactions émotionnelles. Donc, il devient attirant. En plus, une utilisation fructueuse de la plateforme demande de passer du temps dessus, afin de se familiariser avec les différents outils proposés et de les maîtriser. 

 

Scaife Viewer

Il s’agit d’un outil créé par un consortium de chercheurs et de bibliothécaires d’universités américaines et allemande (Leipzig). 

Ils utilisent CapiTainS comme environnement de travail. 

Sur le site, on retrouve de très nombreux textes grecs et latins. Ils ont été codés et vérifiés par des auteurs cités, en haut à droite de la page, ainsi que la structure dans laquelle ils travaillent (universités….).

On y trouve, disponible, le code en .xml à droite, ainsi que de nombreux outils qui peuvent varier le format.

Le code source est bien ouvert, mais sous la licence du MIT. 

Un site que je pense fréquenté beaucoup! 

 

Project Gutenberg

J’avais entendu parler du Project Gutenberg pendant mes années universitaires en Italie, quand le professeur d’allemand nous avait expliqué comment trouver des textes qui ne sont plus soumis aux droits d’auteur. J’ai donc choisi pour mon billet numéro 2 de mieux explorer cette bibliothèque électronique.

Le Project Gutenberg est né en 1971 grâce à Michael Hart, qui est présenté sur le site internet comme l’inventeur des ebooks. Il s’agit d’une immense bibliothèque informatique dans laquelle on peut trouver nombre de textes en différentes langues. On peut effectuer des recherches à partir d’un mot clef, comme le nom d’un auteur ou le titre d’une œuvre, ou choisir une recherche avancée avec plus d’options pour faire un tri.

Les textes peuvent être visualisés en format HTLM, Kindle ou txt.

Malheureusement pour les lettres classique le Project Gutenberg ne s’avère pas très utile puisque la quantité de textes en grec ancien est très réduite et il y a aucun texte en latin. Il reste néanmoins intéressant grâce à l’accès immédiat qu’il offre à beaucoup d’autres ressources littéraires.

 

The Scaife Viewer project

Le Scaife Viewer Project – du nom de son fondateur, Ross Scaife, professeur à l’Université du Kentucky et pionnier des humanités numériques – est une phase transitoire devant conduire à la version 5.0 du Perseus Digital Project. C’est d’ailleurs Persée qui nous invite à entrer et à le suivre dans le site.

Le Scaife Viewer Project se décrit comme un environnement en accès libre de textes originaux en grec et en latin avec le plus souvent leur traduction en anglais. Il est destiné à tous les passionnés d’Antiquité : étudiants, chercheurs, enseignants…

Ce projet est le fruit d’une collaboration internationale de bibliothèques universitaires et de centres de recherches : Harvard, TUFTS  et Leipzig (d’où est d’ailleurs né le projet).  Ils ont rassemblé un important corpus de textes allant de l’Antiquité jusqu’à la Renaissance et précisent leurs sources issues de la plateforme Github.

La page d’accueil du site -d’un design agréable – propose deux entrées : “browse library” et “text search”. Le navigateur (“browser”) offre une liste alphabétique d’auteurs et une barre de recherche par auteur ou par titre, ce qui permet d’accès à plusieurs états du texte et à sa traduction. L’ergonomie est particulièrement bien développée : il est possible de juxtaposer le texte et sa traduction sur deux volets, d’agrandir ou de réduire le texte et de l’exporter en format text ou xml.

L’entrée “text search” permet de trouver les occurrences et la fréquence d’une requête.

Belle découverte que ce site ! Et je vais sans doute beaucoup l’utiliser à l’avenir !

 

Perseus Digital Library

Le site web Perseus Digital Library est rédigé en langue anglaise. Il s’agit d’un projet de bibliothèque numérique débuté en 1985, ayant pour objectif de rendre accessible le plus largement possible les ressources de l’Antiquité. Au départ ces ressources étaient disponibles sur CD-ROM, puis la création d’un site web a été lancée en 1995.

Les créateurs ont choisi de se focaliser sur le monde greco-romain, tout en rappelant l’importance de la civilisation arabe dans la transmission des textes antiques. D’ailleurs ce site propose également des textes arabes, anglais, germaniques et latins plus tardif.

La plupart des ressources sur Perseus sont libres de droit car elles appartiennent au domaine public.

L’interface est à mon avis assez peu pratique car l’on peut avoir du mal à trouver où faire la recherche. Esthétiquement, même si le design commence peut-être à dater un peu, cela n’en reste pas moins sobre et pas forcément gênant pour l’utilisation.

Toutes les rubriques sur la page d’accueil offrent des informations supplémentaires sur le projet de ce site. Pour faire une recherche il faut passer par la barre de recherche en haut à droite.

Ce site permet de trouver des textes, par recherche d’auteur, ou même de mots.

Lorsqu’un texte en grec où en latin s’affiche, il est possible de cliquer sur tous les mots, et ainsi d’accéder à l’interface “greek word study tool”, qui analyse grammaticalement le mot sélectionnée, c’est donc un outil intéressant.

A partir de là on peut aussi rechercher n’importe quel forme, et le site retrouvera le lemme correspondant et en proposera une analyse grammaticale.

Le site propose désormais une nouvelle interface, Scaife Viewer, qui est beaucoup plus récente et nettement plus agréable d’utilisation, plus fluide notamment. En effet la page d’accueil propose soit de parcourir le catalogue, soit de rechercher précisément dans un texte, grâce à des signes en guise de conventions, afin de faciliter la recherche.

 

Selon moi ce site est un outil très utile, notamment pour avoir accès à des textes, grammaticalement analysés qui plus est. Il a su se moderniser et proposer un accès plus aisé.

PHI Classical Latin Texts

Qu’est-ce que PHI Classical Latin Texts?

Phi Classical Latin Texts est une bibliothèque numérique créee par le Packard Humanities Institute, une association à but non lucratif. Cet institut a été crée en 1987 et travaille dans les domaines de l’archéologie, de la musique et des archives historiques. Cette bibliothèque numérique répertorie tous les textes latins écrits avant le IIème siècle après Jésus-Christ et quelques textes latins de l’antiquité tardive. Ces textes sont libres de droit.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Tout d’abord, il faut accepter une licence ” fair use ” qui garantit un usage privé de ce site. Dans la section authors, on a la liste de tous les auteurs classés par ordre alphabétique. On peut également rechercher un auteur en tapant son nom latin dans la barre de recherche. Lorsqu’on clique sur le nom d’un auteur, on a accès à tous les textes de cet auteur. On choisit alors le titre du texte qu’on souhaite examiner et on a accès au texte latin complet. On peut également connaître l’édition du texte en passant la souris sur le titre du texte. La section word search permet de trouver tous les textes qui contiennent le mot recherché mais aussi les mots qui contiennent ce mot. Par exemple, si on cherche le mot arma, le site va également chercher les mots ” armarium ” et ” pharmacopolam “.

 

Par ailleurs, en cliquant sur les petites barres bleues, il est possible de visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.

 

 

La section concordance permet également de rechercher des mots mais les résultats son présentés de manière différente.

 

 

Quel est le format des textes ?

Les textes latins peuvent être affichés en unicode ou en betacode.

Ergonomie et esthétique de la plateforme

L’esthétique est simple et classique. Les noms d’auteurs sont écrits en bleu, les textes en noir et le mot recherché en rouge.  Le site est écrit uniquement en anglais.

Conclusion

Ce site est utile pour réaliser des études comparatives entre les textes en faisant des statistiques sur les occurrences des mots. Il permet également de trouver les passages précis d’un texte en cherchant plusieurs mots dans la barre de recherche. Cependant, ce site est écrit uniquement en anglais et il ne contient pas beaucoup de textes latins de l’antiquité tardive.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search