Humanité dans le doigté

 

Je suis conscient du fait que j’ai pris beaucoup de retard pour publier ce premier billet. J’en suis navré. Je me nomme Yousri Bentahar et je suis étudiant en master cinéma et audiovisuel, dans la mention Histoire des Formes et Théorie des Images. En d’autres termes, je ne suis pas forcément amené à côtoyer ce qui se rapproche des humanités numériques dans mon parcours. Je peux même affirmer en toute humilité que l’informatique est un domaine dans lequel je suis loin d’être avancé. En choisissant ce séminaire, j’avais en tête de peut être en apprendre un peu plus sur ces technologies que je ne maîtrise pas vraiment. D’un point de vue culturel ou même pratique, ce cours ne peut apporter que du positif et quelque chose de productif. 

Ce billet ne va cela dit pas se contenter d’une biographie. La première chose à laquelle j’ai pensé en voyant que l’Antiquité était une période historique qui semble centrale comme sujet d’étude, c’est une image qui, bien qu’étant un peu cliché,  la symbolise. il s’agit d’une photo de temple grec.

En effet ce dernier symbolise selon moi une partie de la notion d’humanité mais ce type de construction fait aussi appel à la notion d’artisanat.  L’artisanat, c’est la puissance de la main humaine. J’ai donc fait un lien qui peut sembler capillotracté entre l’étymologie du mot « digital » de « Digital Humanities » que j’ai pris dans son sens français. Le mot « digital » venant de « doigt », le lien était vite fait. Je me suis dit que le lien entre antiquité, humanité, et construction semblait pertinent dans le cadre de ce séminaire.

SANYO DIGITAL CAMERA

Persévérance, arborescence et bienveillance

 

Puisqu’il n’est jamais trop tard pour s’exprimer, je livre aujourd’hui mes premières impressions. 

Lorsque je me suis inscrite dans ce séminaire, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Bien entendu, j’imaginais que l’on parlerait d’informatique, de codage, de langage et finalement on a parlé tous les langages aussi bien numériques, qu’antiques. 

Peut-être vous demandez-vous pourquoi j’ai choisi cette image pour illustrer mon premier billet ?

Eh bien, étant en Master Cinéma sous la mention Histoire des formes et théorie des images, l’illustration visuelle fait partie de mes champs d’expression. Habituellement, je raconte des histoires que je dessine et que je mets en mouvement dans mes court-métrages. Mais ici l’image se fige comme ces mots, pour vous livrer aussi clairement que possible le fond de ma pensée. 

Alors, comprenez bien l’idée qui m’anime, une arborescence figurée par un arbre dans cette illustration  Arbor scientiae de Raymond Lulle, symbolise tout simplement l’enracinement dans lequel je me suis enfoncée au fils des jours en comprenant la notion « Humanités numériques ». A force de semer, ce que j’appellerai ici des « énigmes » (entendez consignes) à résoudre, j’ai vu que ce qui se cachait sous le feuillage du savoir des historiens numériques, n’était qu’une vaste zone de ramification de connaissances toutes plus  intéressantes et complexes les unes que les autres.

Il faut bien avouer que durant ma progression je me suis sentie chuter dans les cercles infernaux de « L’Enfer » de Dante. Mais, n’y voyez pas là une comparaison sinistre, bien au contraire c’est ce « vertige » dans lequel on s’engouffre qui devient captivant. 

Alors oui, plus d’une fois, j’ai bien cru marcher dans les ténèbres de sciences occultes tant mes connaissances étaient succinctes. Cela dit, je crois qu’aujourd’hui, à force de persévérance et de patience de la part de mes camarades et de mon enseignant, j’entrevois enfin la lumière. 

 

Il parait qu’au centre de la Terre brille aussi un Soleil…

Pour ma part, je crois que cela vaut le coup de creuser un peu le sujet. 

Avancer vers la sagesse grâce au numérique

Accademia di Platone - mosaico

Mosaïque des philosophes, Ier s ap JC, Pompéi, Musée archéologique de Naples

http://www.museoarcheologiconapoli.it/en/room-and-sections-of-the-exhibition/mosaics/

Salvete!

Cette mosaïque représente mon état d’esprit: pour avancer vers la connaissance, il faut échanger, lire, parler, observer le monde (d’où la sphère terrestre montrée par le personnage que l’on a identifié à Platon), ce qui est une manière de bien utiliser son temps (notez la présence d’un cadran solaire au dessus de la colonne centrale). C’est ainsi que l’on progresse dans notre cheminement vers la sagesse dans la vie qui nous a été confiée: agissons avec intelligence et passion. Traversons ce théâtre du monde sans avoir peur de la mort (regardez les masques de théâtre et ce qu’on a identifié comme des urnes funéraires). J’ai vu cette mosaïque au Musée archéologique de Naples et elle représente tout ce que j’aime: la littérature, la philosophie, l’équilibre entre nature et culture, l’amitié, la curiosité et l’échange, la beauté. C’est dans cet état d’esprit que je rejoins ce carnet numérique. C’est aussi avec quelques craintes: vais-je réussir à bien maîtriser mon temps? Saurai-je affronter les obstacles rencontrés? La sagesse est un voyage dont on ignore parfois la destination exacte mais l’essentiel est de l’engager et de découvrir, car comme dit Montaigne dans les Essais, la chasse est tout aussi, voire plus importante, que la prise. 

une brève présentation

Bonjour,

je m’appelle Penda ,je viens du Sénégal précisément à Dakar où j’ai eu ma licence en lettres classiques. Je suis également nouvelle à Nanterre et naturellement  dans ce master humanité numériques et classiques aussi.

Je me suis inscrite dans ce master parce que j’ai été interpellés par les humanités numériques sans pour autant avoir une idée précise de ce qu’elles sont vraiment. Pour l’instant j’avoue que je ne suis pas encore dans le bain,  en espérant qu’ avec un plus de travail, j’arrive à cerner un  peu plus ;même si le cours dispensé en anglais ne simplifie pas les choses vu mon niveau « my broken english » comme on le dirait outre manche.

Cependant , toutes ces petites difficultés me motivent d’avantage et me permettront par ailleurs, de bonifier mon niveau d’anglais.Tout compte fait , tout n’est qu’apprentissage.

Humanités numériques

Salvete!

Je m’appelle Shubert, Je viens d’Uruguay, un pays avec une tradition de football très importante mais pas dans les études classiques.

J’ai fait une licence en littérature, le seul endroit où l’on peut apprendre le grec et le latin à Montevideo.

Le latin et le grec sont à l’origine de nos langues, mais également sont en lien avec la philosophie, la littérature, l’histoire, les mathématiques, les sciences, une langue vivante et même l’éducation physique et sportive avec les jeux olympiques, ainsi que dans la religion.

Ce que j’aime vraiment de ce master, c’est la possibilité d’étudier la philologie en savoir plus sur des outils numériques afin de contribuer à la diffusion de ces connaissances grâce aux nouveaux outils technologiques.

Aussi, je crois qu’apprendre une langue et une culture sert à comprendre de nouvelles blagues: c’est pourquoi j’aime les mèmes classiques !

Digital

Bonjour à toutes et à tous,

Je m’appelle Thierry et je poursuis en Master Humanités Classiques & Humanités Numériques (eàd) des études de lettres classiques, commencées il  y a trois ans et effectuées à distance également.

Il va sans dire que c’est la première mention de l’intitulé du master et le large éventail d’enseignement proposé qui m’a incité à m’inscrire, car je souhaite me séparer le plus tard possible de matières qui me tiennent à cœur et que j’aurais du abandonner dans d’autres offres à distance.

Quant à la seconde partie de l‘intitulé que j’avais un peu occultée avant de commencer les cours, elle m’intéresse fortement, d’un coté elle me rappelle mes cours de logique propositionnelle que j’avais particulièrement appréciés, et d’un autre elle aiguise ma curiosité d’apprendre un nouveau langage.

En tout cas je trouve cette association pertinente, ainsi d’une part les étudiants, les chercheurs, enfin toutes les personnes intéressées vont pouvoir bénéficier de cette modernisation de l’accès aux sources, aux connaissances et aux différentes bases de données souvent indispensables dans cette discipline et d’autre part les lettres classiques évoluent avec leur temps dans le futur monde digital déjà promis.

Je finirai avec :

« l’homme du futur est incompréhensible si l’on n’a pas compris l’homme du passé […] tout ce qu’il y a de possibilités, de virtualité dynamique dans l’espèce humaine demande à être saisi depuis sa base et suivi paisiblement jusqu’à son développement final » 

Leroi-Gourhan

c’est à dire, un doigt ‘outil’, la folle réduction de la main,  pour taper sur un clavier.

Au début de l’odyssée…

Quand tu prendras le chemin d’Ithaque,
souhaite que la route soit longue,
pleine d’aventures, pleine d’enseignements.

— C. Cavafis, extrait de Ithaque (traduction D. Grandmont)


Χαῖρε

Le poème cité est le premier qui m’a touché parmi ceux de l’Alexandrin Cavafis, probablement parce que le message somme toute classique (le chemin importe plus que la destination) se pare ici des atours de l’Antiquité et de ses mythes, et qu’il intime en plus à son lecteur, devenu Ulysse intemporel, de ne pas avoir peur.

Alors tâchons d’être comme Ulysse, ce héros imparfait, mais tellement humain !

Les moins jeunes d’entre vous auront reconnu ici une image tirée de la série d’animation des années 80 Ulysse 31, censée se dérouler au XXXIème siècle ; cet Ulysse spatial n’est peut-être pas un si mauvais guide pour des humanités classiques et numériques !

Mais trêve de plaisanteries. J’arrive dans ce master en ayant déjà (bien) entamé mon long voyage vers Ithaque : après des études d’ingénieur et quelques expériences professionnelles, j’ai décidé en 2016 de reprendre des études de philosophie à distance à Nanterre, puis lors de l’inscription, voyant des options latin et grec ancien, je me suis dit : « Oh ! Mais j’ai toujours voulu reprendre le latin et découvrir le grec, c’est l’occasion ! ».

Ni une, ni deux, je prends les options, lâche à regret l’allemand que je voulais reprendre également (Ulysse n’est qu’humain, il aurait fallu être Achille demi-dieu pour tout mener de front !), et m’embarque donc vers des pages de philosophie, d’ablatifs absolus et de verbes en -μι.

Quatre ans plus tard…

… j’ai avancé dans mon odyssée, mais compris qu’elle serait bien plus longue que prévu, alors autant prendre le temps et savourer le voyage.

Ce master est je l’espère une étape, d’une part pour approfondir mes connaissances en latin et en grec ancien (et poursuivre l’étude de la philosophie), mais également découvrir les secrets de la technologie des Phéaciens pour naviguer nos océans numériques !

Premier cours

J’ai pu aujourd’hui assister à mon premier cours d’Humanités numériques à distance, et si je reconnais que le format des captations vidéo m’effraie un peu (au-delà des éventuels problèmes techniques, il n’est pas forcément évident de rester devant son écran), le contenu promet de répondre à mes attentes : apprendre à se servir des outils numériques (veille informationnelle, édition, etc.) est fondamental aujourd’hui.

J’espère donc, à l’issue de mon voyage, pouvoir acquiescer aux mots de Cavafis à la fin de son poème :

Sage comme tu l’es, avec une expérience pareille,
tu as sûrement déjà compris ce que les Ithaques signifient.

Alors pour clore en latin un billet commencé en grec :

Valete !

Une visite sur le site

Pourquoi ces larmes ?

Χαίρετε !

Pardon… J’espère ne pas vous avoir fait peur. Qui l’aurait dit, que je finirais avec un aspect tel ! Cela va certainement vous surprendre quand je vous dis mon nom… Je suis Aphrodite.

Oui, c’est moi, Aphrodite, déesse grecque de la beauté et de l’amour… Vous voulez peut-être savoir mon âge, mais vous hésitez à poser la question… alors je vous le dirai : J’ai 1800 ans. Une carrière de statue vénérable, puis un long séjour souterrain, enfin un nouveau logement plutôt sympathique au Musée de l’Acropole d’Athènes, où j’habite actuellement. Les millions de regards qui se sont croisés avec le mien depuis que je suis ici ! Des yeux venus des quatre coins du monde. Des yeux de tout âge, des visages de toute forme… Mais toujours, toujours la même question. Pourquoi ces larmes ?

« Maman, pourquoi elle pleure ? » Et là, je ne vous dis pas combien je m’amuse avec tout ce que j’entends comme explication. « Parce qu’on lui a coupé son nez, mon chou! » « Parce qu’elle a perdu son corps ! » « Parce qu’elle a peur la nuit dans le musée ! ». Il y en a qui soupçonnent, douteux, un modernisme précoce chez mon créateur. Non, je vous assure, je ne suis pas une œuvre avant-gardiste du IIè siècle ! Les déçus et les pessimistes sont convaincus de leur interprétation : « Mais oui, il ne faut pas s’étonner qu’elle pleure, regarde un peu comment était la Grèce à son époque et comment va le pays maintenant ! » Les plus romantiques se tiennent longtemps immobiles devant moi et ont toujours beaucoup à dire : que je déplore un monde perdu, une gloire passée, que je suis émue de retrouver enfin la lumière du jour après des siècles d’enterrement, que le monde d’aujourd’hui est un spectacle bien triste…

Enfin, j’avoue que cela fait plaisir d’entendre tellement de poésie autour de ma personne ! Gardez donc l’interprétation qui vous plaise, ou créez la votre… ou bien lisez la suite pour savoir ce qu’il en est !

Mais qui l’a ramenée ici, cette Aphrodite ?

Bonjour, je m’appelle Maria Constantinou, je viens de Chypre (comme Aphrodite oui, mais moi je suis de notre siècle!) et je commence cette année le Master Humanités Classiques et Numériques à l’université Paris-Nanterre.

C’est moi qui la ramène sur ce site, sur une carte postale achetée au musée d’Acropole. Je suis l’une de ces millions de visiteurs qui sont passés devant cette Aphrodite et qui se sont arrêtés, interpellés par ses larmes. Je retourne la carte-postale et je trouve enfin l’explication que voici :

The colour that has leaked below her eyes is a product of the oxidation of the statue’s bronze eyelashes.

Je ne l’avais pas imaginé, et vous ? Quoi qu’il en soit, ce qui compte le plus pour moi, c’est la beauté de l’accident, qui fait que tellement de personnes s’arrêtent et s’interrogent… Et je pense que je viens de vous dire les mots-clés de cette petite présentation…

Ce n’est pas toujours facile de répondre quand on me demande pourquoi je fais lettres classiques, ce que je compte faire par la suite avec ça… C’est beau, voilà ma première réponse, ou au moins la plus honnête. Me voilà donc en études de Lettres Classiques, cherchant à connaître et à comprendre ces textes, ces mythes, ce monde avec ses mystères, souvent intriguée par la distance qui nous en sépare.

« On est un peu coupés du monde, nous les classicistes ». On peut ne pas être d’accord, on ne peut pas ignorer l’observation… Quel rapport donc entre les mondes antiques et notre époque immergé dans la technologie ? Quelle interaction entre les lettres et le numérique ? Quand je me pose la question, je ne peux pas imaginer de formation plus pertinente que le Master Humanités Classiques et Numériques pour répondre à ce questionnement ! Les premières séances m’ont immédiatement intéressée : de nombreux outils à découvrir, le choix de faire le cours en anglais que je trouve très utile, de nouvelles perspectives de travail sur le corpus antique déjà visibles,

Je commence cette année déjà très satisfaite de me trouver ici, et très curieuse pour la suite…

Un don aux Humanités classiques ?

Un Romain entre dans une taverne : « Tavernier, je veux un martinus ! »

Interloqué le tavernier répond : « Un martini plutôt non ? »

Le Romain, sûr de lui, déclare : « Je te l’aurais dit si j’en avais voulu plusieurs ! »

Ma bêtise

Qui suis-je ?

Bonjour bonjour,

je m’appelle Zacharie et je suis un petit nouveau aussi bien dans ce master qu’à Nanterre ! Jusque là j’étais pendant 3 longues années dans ma petite prépa à Strasbourg… Entre les interrogations de vocabulaire, les versions, les DS de 6h et les blagues latines de mon crû, je ne m’ennuyais pas ! Maintenant me voilà ici et j’espère bien qu’une classe de 35 ne me manquera pas trop ! Mais autre formation, autre classe, autre classe, autre nombre, autre nombre… autre nombre !

Initialement j’avais prévu un master plutôt à Strasbourg, dans un intitulé banal de « Philologie classique », mais après avoir entendu parler du master « Humanités Classiques et Humanités Numériques » proposé ici, et en raison du sujet de mon mémoire qui nécessitait une spécialiste de la comédie antique et de l’image du corps chez Aristophane, me voilà ! 

Alors, ces débuts en M1 ?

Après une semaine de cours force est de constater que je m’y sens fort à l’aise et que l’aspect numérique est vraiment une force, un master rare (unique?) en France est un master précieux. Je n’avais qu’une seule appréhension : celle de l’anglais pour les Humanités Numériques mais après une première expérience, ce n’est pas si terrible, et mine de rien ça permet de conserver un peu d’anglais de façon détournée ce qui n’est pas plus mal pour quelqu’un d’un peu fâché avec comme moi…

Au-delà de cet aspect, les Humanités Numériques sont au-dessus de toutes mes attentes, durant l’été j’avais pris un peu d’avance mais je ne réalisais pas tout ce qu’on pouvait faire pour les humanités classiques avec les ressources numériques, je savais que c’était sans doute utile, et qu’on pouvait faire plein de choses, mais c’était vraiment très abstrait (bien qu’aujourd’hui ce ne soit pas si concret que ça, disons que je devine simplement un peu mieux vers quoi on va tendre…). Les compétences que l’on va obtenir, je les juge indispensables aujourd’hui, aussi bien pour la recherche que pour le plan personnel : là est mon avis mais utiliser un langage de code pour faire quelque chose qui fonctionne est grisant ! En bref, je considère que les outils numériques sont un don pour les classiques qu’il est temps de maîtriser.

Vais-je respecter les consignes ?

Ah oui, j’ai mis cette image d’Hermès Trismégiste parce que je m’intéresse beaucoup à l’alchimie, par conséquent mettre l’Hermès Trois Fois Grand, détenant le Secretum Secretorum de notre monde, me semblait vaguement en lien avec mon titre : s’il a fait don aux alchimistes de son savoir dans ses Hermetica et qu’on lui attribue les origines de l’alchimie, peut-être son ingéniosité et son savoir font-ils de lui le patron des humanités numériques ? Nos ordinateurs seraient alors un peu les Athanor d’antan !

Je laisse ce passage de la Table d’Emeraude d’Hermès Trismégiste pour marquer le début de mes études ici (quelle prétention) mais surtout pour donner un horizon de clarté aux découvertes numériques, afin qu’elles puissent être aussi absolues que les découvertes alchimiques :

Sic mundus creatus est.

Mercurius Trismegistus de Pierre Mussard, 1675
Mercurius Trismegistus de Pierre Mussard, 1675

 

Humanités Numériques, mais pourquoi donc ?

Bonjour à toutes et à tous, 

Je suis Chloé, nouvelle arrivante en M1 Humanités Classiques et Humanités Numériques.

Cela fait quelques années maintenant que je m’intéresse à la culture gréco-romaine. En effet, j’ai fait un bac littéraire spécialité latin et option grec, puis deux ans de prépas en spécialité lettres classiques , pour terminer ma licence en Humanités classiques arts et patrimoine à Nanterre.

Vous l’aurez devinez mon choix pour ce master s’est entièrement tourné sur la terminologie « Humanités classiques » en délaissant totalement les « Humanités numériques ». 

Pourtant les « Humanités numériques » m’intriguent et je me demande à quoi cela fait référence. Espérant y trouver une manière de valoriser les humanités classiques, je me retrouve en réalité avec un obscur concept : l’encodage. J’avoue avoir d’énormes doutes quant à ma présence dans cette salle et mes inquiétudes croissent lorsque j’apprends que le cours -nouveauté de cette année- sera réalisé en anglais…

Cependant ma curiosité est piquée au vif et j’ai la forte impression que  les Humanités numériques -une fois le langage et les logiciels assimilés- peuvent réellement servir les Humanités classiques.  J’ai hâte de découvrir cela !

Mes salutations

un café

La captatio benevolentiae étant faite grâce à ce café, je me présente.

Je m’appelle Yohann BRAKHA, j’ai étudié la philosophie jusqu’en licence, j’étudie les lettres classiques en master, après une licence de lettres classiques, grâce à ce M1 humanités classiques et humanités numériques.

Je suis heureux d’être dans cette formation mais je dois encore gérer mon temps, je suis suppléant dans un collège lycée-privé de l’Essonne, mais dès que j’ai un peu d’avance, j’en profite pour rattraper les cours intéressants.

L’école est mon lieu du loisir quand je suis étudiant et mon lieu de travail quand je suis enseignant, une amante riche et difficile à satisfaire!

Je suis venu en lettres classiques pour l’étude des langues anciennes, le latin et le grec ancien, et je suis très intéressé par la linguistique et les nouvelles technologies. Ce master est formidable, j’ai hâte de pouvoir m’organiser assez pour pouvoir en profiter pleinement!

Aussi, si des camarades veulent discuter sur un groupe messenger ou discord, je suis ouvert à cela!

Merci de m’avoir lu.

Ad maiora

Bonjour, je m’appelle Beatrice Richetti et je suis une étudiante Erasmus ici à Nanterre pour le prèmiere semestre. Je suis italienne et j’ai étudié le grec et le latin au lycée et au l’Université de Turin. Je n’ai jamais étudié le français, mais je suis en train de l’apprendre à l’aide de le grec et le latin. Je sais que ça peut paraître fou, mais j’adore les défis! Et quel meilleur défis que suivre un cours qui mélange humanités classiques et informatique  en français?

 

 

 

Dum spiro spero…

Pour me présenter, il va falloir que je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre … 

Je suis née à Nancy et y ai fait toutes mes études, jusqu’à la maîtrise (le dinosaure du M1 !). Je voulais faire mon mémoire sur un étude comparée d’Eschyle et de Claudel, mais mon directeur de mémoire ne devait pas m’aimer et m’a dit :  » Il y a déjà trop de parutions dessus, vous ferez plutôt une étude linéaire d’une des Cinq Grandes Odes de Claudel ! ». Si vous avez un problème d’insomnie, n’hésitez pas, je vous la prêterai volontiers !

Après l’obtention du  CAPES de Lettres Classiques, l’Education Nationale m’a envoyée au milieu des champs de betteraves dans l’Aisne. Puis j’ai demandé ma mutation à Senlis, très jolie ville médiévale de l’Oise. 

15 ans de collège, 3 enfants, l’agrégation, 4 ans de lycée plus tard, j’assiste à une formation sur le grec vivant. Au détour d’une conversation avec le formateur, j’apprends que Nanterre propose un Master à distance. Et voilà mon coeur d’éternelle étudiante qui se réveille. J’hésite (un peu !), et je m’inscris. 

« Humanités classiques et humanités numériques » ? …. ben oui, un Master de Lettres Classiques dans lequel on va m’apprendre à manipuler l’outil informatique !… eh bien non ! Lettres Classiques, oui, mais plutôt programmation informatique ! Tu vas devoir apprendre une nouvelle langue, un nouvel alphabet, une nouvelle syntaxe ! Tu croyais faire des versions, mais tu passes tes soirées à essayer de faire les exercices sur Eschyle ou Démosthène, tu places dans chaque conversation le mot « Markdown », comme pour t’assurer que tu n’es pas la seule à en ignorer les règles ! Pour te rassurer aussi… Et cette « boîte à moustache » qui n’en est pas une !

Dali moustacheCette matière m’interpelle, m’amuse, me résiste, et sans aucun doute me surprend ! Mais Dum spiro spero… Je ne désespère pas de ma sentir plus à l’aise dans cette matière ! J’y travaille, j’y travaille ! 

Valete ! 

 

 

 

Présentation

Bonjour chers collègues,

Je m’appelle Patrick, je suis enseignant de Lettres et étudiant en première année de master Humanités classiques et numériques. Je rejoins le groupe avec quelque retard et j’espère grandement réussir à vous rattraper parce que je compte beaucoup sur cette U.E. pour développer mes compétences en  pédagogie TICE.

TIC, TICE, NTIC…pour enfin aboutir au « numérique », et plus précisément aux Humanités numériques. L’enseignement des Lettres classiques (des Humanités classiques) est peut-être le lieu le plus adéquat pour réfléchir et mettre en place des outils pédagogiques novateurs en vue de l’apprentissage d’une culture humaniste et d’une technique de l’apprentissage. 

L’illustration que j’ai choisie est une photographie que j’ai réalisée lors d’une promenade. Le hasard de la rencontre et la capture de l’évènement – la photographie d’une « peinture » murale – font écho à notre pratique quotidienne du numérique qui oscille entre deux pôles opposés: l’un qui est raisonné, ordonné, l’autre aléatoire, dispersé, ludique.  Mais quel que soit son usage, la rencontre peut se faire, celle avec l’Autre. Le promeneur se perd d’abord, identifie un territoire, établit un chemin pour enfin découvrir un monde autre. Ce n’est pas un mythe – pas de promeneur solitaire ni de caverne – mais bien une réalité quotidienne. 

L’élève et l’apprenant, comme l’instituteur, l’enseignant ou le professeur sont des promeneurs 2.0.