brève présentation

Bonjour , je suis Julien DJIBA , je viens de Strasbourg  et j’étais inscrit en Philologie Classique.Passionné de Lettres classiques et spécialement de Rhétoriques antiques ,fan de prosateurs antiques et de rhéteurs aux verbes pénétrants , j’ai été interpellé par le terme numérique  .En effet,j’étais curieux de voir  ce que donnerait le panache humanités numériques et monde classique : l’une et l’autre d’époques bien différentes mais dont la mixité serait certainement intéressante .J’avoue que jusque là j’y comprend pas grand chose et mon inscription tardive n’a pas arrangé les choses(j’ose espérer que par les dieux les choses s’arrangent ).

Je finirai par cette citation de Ciceron,De oratore «l’histoire est le témoin des temps ,la lumière de la vérité,la vie de la mémoire,l’institutrice de la vie , la messagère de l’antiquité.»

Beati pauperes numeris

Bonjour, je commence à suivre les cours numériques, et je ne comprends rien, de rien. Je pique des crises de colère, heureusement je n’ai pas encore détruit, ni même frapper,  l’ordinateur. Il faut dire qu’à mon âge, 58 ans, j’ai vraiment l’impression d’entrer dans un autre monde. Je sens que je vais être pitoyable, lamentable, exécrable, impardonnable, bref une honte.

Jusqu’à ce carnet auquel je n’arrive pas à m’habituer, car je travaille ordinairement avec blogger. 

En tout cas, félicitations et admiration pour tous ceux et toutes celles dont je lis, depuis l’année dernière, les efforts et les travaux sur ce carnet. Félicitations parce qu’ils sont dégourdis, et je n’ai parfois rien compris à ce qu’ils écrivaient, admiration pour le courage qu’il faut avoir pour aborder les études anciennes. Après quelques années de découragement devant l’évolution de  la remise en cause du savoir dans l’enseignement, un  nouveau voyage à Rome m’a fait comprendre que j’étais définitivement un “Lettres Classiques” indécrottable, attaché à la langue latine  (regina linguarum) et à son incroyable aventure intellectuelle.  Pour le reste, je suis loin de Nanterre, je travaille à distance depuis la Bretagne, et je travaille sur un texte latin médiéval : le procès de canonisation d’Yves Hélori. Présenté ainsi, mon travail peut paraître austère : en fait je suis à la recherche d’un homme, et des réactions du peuple breton face à lui. 

Version moderne du célèbre tableau de Poussin

Premier billet

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sandrine Rieu et je viens du même monde que la personne qui se prénomme Nadine et a publié son billet le 25 septembre.

J’ai utilisé pour la première fois un traitement de texte sur ordinateur pour mon mémoire de maîtrise, en philosophie, voilà plus de 20 ans.  Je garde encore au fond d’un placard, comme un précieux souvenir, ma machine à écrire… électronique, tout de même ! Si j’arrive à trouver des cartouches, elle fonctionne encore.

Les étudiants que j’ai vus de dos dans les vidéos de cours semblent en âge d’avoir été mes élèves, car je travaille à l’Education nationale. Je suis professeur documentaliste. Je m’occupe du CDI (bibliothèque, pour ceux qui ne connaîtraient pas le système éducatif français) d’un lycée, où je suis en poste pour la quatorzième année. J’aurai peut-être l’occasion de faire bénéficier mes élèves d’une partie des connaissances que je vais acquérir dans ce master.

Rassurez-vous : les livres de mon CDI sont moins antiques !
(Image de https://pixabay.com, CC0, libre de droits et sans attribution requise.)

Passionnée par la civilisation antique, en particulier romaine, je cherchais depuis longtemps un moyen de développer mes connaissances dans ce domaine. Mais, je n’ai malheureusement pas le niveau en grec ancien pour des études de lettres classiques. La souplesse de la structure du master “Humanités classiques et humanités numériques” m’a permis de ne choisir que des enseignements en latin. J’ai, surtout, été séduite par l’alliance de l’Antiquité et de la modernité dans une perspective historique à long terme. Dans un monde qui semble souvent axé sur la rapidité et l’innovation sans recul réflexif, l‘esprit critique (constructif, évidemment) me semble essentiel. En tout cas, ce master, à la pointe de la technologie mais ancré dans la tradition, prouve que les langues anciennes ne sont pas mortes et que ceux qui les pratiquent ne sont pas des dinosaures poussiéreux !

Je sais qu’il me sera difficile de trouver le temps de concilier études et travail à temps plein (et j’ai déjà du retard !). Mais, si je parviens simplement à visionner les vidéos de cours, j’aurai atteint mon objectif principal : m’enrichir intellectuellement. Les examens (pour lesquels je ne suis même pas certaine de pouvoir me libérer) constitueront juste un challenge supplémentaire… et me donneront l’illusion d’avoir 20 ans ! Mais, telle que je me connais, je vais stresser quand même… par habitude.

Premier billet: tentative


Chères lectrices, chers lecteurs,
Je viens d’un monde où ordinateurs et téléphones portables n’exis-
taient -presque- pas, où les photos étaient argentiques, les travaux
scolaires étaient « tapés» à la machine, les fautes effacées avec du
«Tipp-Ex» («Blanco» dans le parler de l'Île-de-France), les disques
vinyles copiés sur des cassettes audio à bande lisse, les recherches
en bibliothèques effectuées sur fiches cartonnées. J'aurais aimé vous
offrir un texte sur un fond blanc mais je n'ai pas trouvé mieux pour
obtenir l'effet «machine à écrire».

…Je poursuis donc dans une écriture plus lisible

J’habite à Bruxelles, dans un pays jeune -il n’a pas deux siècles-, réputé surréaliste, où cohabitent tant bien que mal trois communautés: celle des Flamands, néerlandophones appartenant autrefois au Royaume de France, et celle des Wallons, francophones et germanophones  ayant été partiellement rattachés à l’Empire Germanique.

Je suis conteuse et je m’intéresse particulièrement aux mythes et à l’Antiquité ainsi qu’aux traces qu’ils ont laissées dans les contes traditionnels. Je mêle dans mes spectacles contes populaires et mythes, textes antiques et rebetiko -style de chants grecs du début du XXe siècle, issus de la diaspora grecque de Turquie.

C’est pour cela qu’il y a trois ans, je me suis inscrite aux cours du DUCLA langues anciennes à Nanterre. En juin dernier,  je n’avais pas envie d’arrêter l’étude du latin et du grec; j’ai donc décidé de poursuivre en Humanités Classiques et Numériques à distance.

Je trouve les matières passionnantes, je découvre des domaines tout nouveaux pour moi, des domaines dont j’ignorais l’existence. Toutefois, je me sens un peu “dépassée” par la matière, le travail à fournir, les consignes à comprendre, les délais, c’est pourquoi vous recevez ce billet un peu tard.


J’utilise régulièrement l’ordinateur, non seulement pour des activités basiques comme le traitement de texte et internet, mais aussi dans le cadre de mes activités professionnelles, puisqu’il m’arrive souvent d’effectuer des montages et mixages sonores.

Mon système d’exploitation est Linux; c’est agréable pour moi de ne pas devoir, dans le cadre de ce cours, “patauger” durant des jours pour adapter mon système aux exigences de logiciels fonctionnant avec des systèmes d’exploitation plus courants.

Numériques, Classiques… Deux termes qui sembleraient ne pouvoir se marier?

Dans  quel univers le cours nous plongera-t-il? Je sais que le mariage de techniques et d’univers différents engendre toujours créations et découvertes.

Des chiffres pour sauver les Lettres ?

Bonjour,
Je m’appelle Kévin FRAIR et cette année j’ai décidé de faire un Master Humanités classiques et Humanités numériques après trois années de CPGE AL en option Lettres classiques au Lycée Gerville Réache de Basse-Terre, en Guadeloupe.
Je ne suis donc habitué qu’à une seule partie de ce cursus et si j’utilise mon ordinateur portable et mon smartphone quotidiennement, mes connaissances de la culture numérique sont au mieux… superficielles.
Cependant, je ne trouve pas ces deux éléments opposés. Au contraire, je pense que ces deux disciplines s’enrichissent. En effet, les papyri ne seraient-il pas en train de pourrir loin des philologues du monde entier si on ne les avait pas numérisés ? Et comme le dit Properce :

Quantum oculis, animo tum procul ibit amor

(Elégies, III, 21)

Curieusement, c’est donc un amour des Lettres qui pousse les chercheurs vers les moyens de communication contemporains, car, quels que soient l’époque ou le support, ce que nous, les humains, cherchons à faire, c’est communiquer, trouver un moyen de nous lier pour exister. Ainsi, plutôt que de se méfier derrière des volumes poussiéreux, ne vaudrait-il pas mieux s’y intéresser pour permettre la sauvegarde, l’étude de ces textes voire, leur transmission au plus grand nombre ? Je trouve que cet usage des nombres ne déplairait pas aux Pythagoriciens. En tout cas, je suis intéressé de savoir ce que j’apprendrai cette année.

Le Tetrakys, symbole important dans la philosophie pythagoricienne.

Une brève présentation

Le premier billet,
c’est donc le moment de se présenter. Que dire sur moi, je ne sais pas vraiment. Que ce soit ici ou à l’oral, la gêne est toujours présente alors je vais essayer de faire simple et rapide.
Je m’appelle Julien, je suis inscrit à la fois en Master Humanités classiques et numériques et en Master Histoire, avec une spécialisation en latin et en histoire romaine.
Le numérique est omniprésent de nos jours, et j’espère le redécouvrir à travers ce séminaire pour développer des compétences en lien avec la recherche.

Le hasard fait bien les choses

Bonjour à toutes et à tous,

Je m’appelle Nina et je suis arrivée ici par hasard, en quelque sorte. J’ai fait un bac ES par curiosité, sachant pourtant que je souhaitais faire des études de lettres, puis, en deuxième année de classe préparatoire, j’ai choisi de me spécialiser en lettres classiques, encore une fois par curiosité, et parce que je pensais que ce serait là la dernière occasion pour moi de faire du latin et du grec (je ne savais pas encore à quel point je me trompais!). 

J’ai choisi ce master en partie à cause de son intitulé, à cause du mot “humanités” qui a de si belles résonances, et de l’ouverture qu’il promet. J’avoue que l’adjectif “numériques” n’a pas attiré mon attention au premier abord, et que je me suis satisfaite dans un premier temps du descriptif de la formation. Je commence seulement à comprendre l’importance du numérique dans ces études classiques, et la pratique que nous allons en avoir se précise peu à peu. 

Enfin en ce début d’année je suis à la fois intriguée, motivée, et curieuse de la suite.

Ne jamais juger un livre à sa couverture

Bonjour ! Je suis Paul Beaumarchais, étudiant en première année du Master Humanités Classiques et Numériques. Et j’ai failli ne pas en être.

Revenons l’année dernière, en L3, lorsqu’il était temps pour moi de trouver un master qui me correspondrait. Venant d’une licence Humanités qui m’avait plu, je me dirigeai du coté des master humanités où un master en particulier retenu mon attention: le Master Humanités Classiques et Numériques. je ne pu au départ m’empêcher d’être sceptique: “Humanités classiques, je veux bien, mais c’est quoi des humanités numériques? Sûrement un gimmick qu’ils ont ajouté au master et qui n’aura aucune importance au final”, et je repris ma recherche. Puis je me suis arrêté, et j’ai réfléchi. j’ai réfléchi à mon cursus qui avait commencé en seconde où bien que bon en science j’ai choisi une filière littéraire. Quelle horreur pour certains de mes professeurs lorsque j’ai choisi la filière des cancres, la filières sans avenir (vous savez, les cartons, tout ça). Trois ans plus tard ,j’intégrai une khâgne cinéma affectueusement surnommée par d’autres membres de la prépa la “khâgne vacance” (des bisous Leconte de Lisle, on vous en veut presque pas). Pour finalement arriver en L3 Humanités mentions arts du spectacle. Et ce fut le festival. On commence par la question très trop récurrente “et du coup tu vas donner à manger aux enfants en Afrique et tout ?” pour suivre avec le toujours très apprécié “ha ben bravo! ça fait des études pour finir à l’école du cirque” (et je ne peux que présumer que pour eux les humanités arts du spectacle consistaient à jongler avec des enfants affamés en Afrique). Alors, me dis-je, peut-être qu’avant de faire une grosse bêtise je devrais vraiment me renseigner sur ce master. Et ce que j’y ai vu m’a beaucoup plu.
Tout d’abord, vouloir re-dynamiser et réactualiser l’étude de l’antiquité me semble être un projet formidable pour un domaine qui n’a pas vraiment le vent en poupe. Ensuite, en me penchant sur mon cursus en latin je réalise que le numérique fait déjà partie intégrante de ma manière d’étudier: je tape toutes mes versions à l’ordinateur pour que ma copie soit le plus lisible possible et parce que cela facilite énormément le juxtalinéaire; mes professeurs ont recours depuis longtemps à des banques de textes comme The Latin Library car acheter des oeuvres intégrales pour n’en utiliser qu’une page reviendrait bien trop cher; et enfin, en tant que latiniste le Gaffiot numérique de Lexilogos m’est indispensable (le charme du Grand Gaffiot n’a d’égal que son poids).

En conclusion je suis très heureux de ne pas m’être arrêté à des a priori infondés et d’avoir donné sa chance à ce master qui je l’espère me permettra de porter un regard nouveau sur l’antiquité et le numérique.

péliké attique à figure rouge naissance d Athéna

Premières impressions

Je m’appelle Kassandre Fradelin et je suis actuellement inscrite en M1 Humanités Classiques et Humanités numériques (en EAD). Avant la découverte (agréable pour l’instant) de la faculté, j’étais en classe préparatoire littéraire à Claude Monet dans le 13ème arrondissement. 

Ce sont bien sur les langues anciennes (le latin et le grec) qui m’ont attirée, mais également l’idées “d’humanités”, qui nous ouvre un champ de réflexion plus vaste en nous faisant étudier la linguistique, la littérature, l’édition de textes anciens et la tradition des humanités. 

En ce qui concerne plus précisément les humanités numériques, j’avoue être un peu sceptique, ou plutôt étrangement intriguée et je ne sais pas encore à quel point cela pourra me servir plus tard. En revanche, je peux affirmer dès maintenant que ce croisement “classiques et numériques” me semble très pertinent et surtout très riche : il y a tant à apprendre dans les deux !

Achille et Ajax jouant aux dés, Exékias

πρεσαντατιον

Bonjour à toustes !

Je m’appelle Sarah et je viens d’obtenir une licence à Paris IV en Culture antique et Monde contemporain. C’est grâce à ce cursus que j’ai développé un grand intérêt pour l’étude du grec ancien et de la littérature grecque et latine. Comme son nom l’indique, cette licence proposait une pluralité d’enseignements et tentait de relier le monde antique occidental avec le monde moderne. C’est donc assez naturellement que j’ai souhaité m’inscrire dans le Master Humanités Classiques et Humanités Numériques pour la poursuite de mes études.

Je suis par ailleurs passionnée de musique. Je consacre beaucoup de mon temps à la pratique du piano et depuis l’année dernière à la danse contemporaine.

J’utilise bien entendu des outils numériques tous les jours, notamment pour lire des textes grecs et latins ou des partitions. Internet a une influence certaine sur mes études et sur ma vie en règle générale (sur celle de tout le monde, non ?).

Pourtant, je n’ai qu’une connaissance superficielle de ces outils et je n’ai jusqu’ici pas cherché à comprendre leur fonctionnement. Cela m’a toujours paru incompréhensible et réservé à une sphère scientifique… Je débute donc cette année universitaire avec une curiosité particulière pour ce séminaire d’humanités numériques ! Pour être tout à fait honnête, je dois tout de même avouer que j’ai eu une petite frayeur en essayant de comprendre l’article Wikipedia sur le système binaire… Mais c’est tellement agréable justement, d’essayer de comprendre quelque chose qui nous est totalement inconnu !

Premiers pas

Je m’appelle Constance Détroyat et je viens d’intégrer le Master Humanités Classiques et Numériques après avoir fait une classe préparatoire à l’École Nationale des Chartes et une troisième année de licence Humanités à l’Université Paris Nanterre.

C’est mon amour pour les langues qui m’a poussé jusqu’ici. Aussi, j’espère réussir à faire de l’étude des langues anciennes mon métier, et avoir l’occasion de continuer à les faire vivre. Je m’intéresse pour l’instant tout particulièrement à la linguistique et à la poésie archaïque grecque (plus c’est vieux et obscur, mieux c’est), sujets auxquels je devrais pouvoir me consacrer cette année dans le cadre de mon mémoire. 

Papyrus d’Oxyrhynque

En ce qui concerne mes premières impressions sur le séminaire d’Humanités Numériques, je suis assez curieuse de voir où il me mènera. L’informatique m’a toujours intéressée, et c’est avec plaisir que je m’apprête à comprendre un peu mieux cette science. J’ai assez hâte de mieux utiliser des outils auxquels je suis confrontée chaque jour. Mais surtout, aborder les langues anciennes de cet angle nouveau annonce de belles découvertes.

Brève présentation de mon projet d’étude et de mes attentes

Platon et Aristote : genèse de la tension entre utopie et pragmatisme
” Platon et Aristote “, l’école d’Athènes, vers 1510, Raphaël, musées du Vatican

Bonjour à toi, cher lecteur.

     Après trois ans de classes préparatoires aux grandes écoles au lycée La Bruyère de Versailles et une année à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati, j’étudie cette année en première année de master “humanités classiques et humanités numérique ” dans le dessin d’approfondir ma maîtrise des langues grecque et latine, de développer d’autres compétences me permettant d’appréhender ces disciplines et de me tourner progressivement vers la préparation de l’agrégation. Je développe un intérêt particulier pour l’histoire, la philosophie, l’éducation et la pédagogie. À côtés de mes études universitaires, je suis membre actif de l’association ” Légion VIII Augusta ” (association d’archéologie expérimentale et de médiation culturelle s’intéressant à la notion d’ “Antiquité vivante”, notamment autour de la pratique de la reconstitution historique), que je serai peut-être amené à diriger en qualité de président dans les années à venir.

En ce qui concerne mes attente vis-à-vis de ce cours d’humanités numériques et afin d’être le plus sincère possible, Je préciserai seulement que, profane fort peu initié aux doctrines et arcanes de la science informatique, je m’en remets totalement à mon Professeur, Aurélien Berra, pour m’enseigner à comprendre cet univers méconnu, regorgeant d’outils qui, j’en suis sûr, me conduiront à mieux appréhender la recherche scientifique et à me donner de nouvelles idées en matière de pédagogie, notamment par la mise en page et l’édition de textes, d’images.

 

 

 

 

Des canards dans la caverne

Je suis étudiante à Nanterre depuis déjà quelques années et actuellement inscrite en première année de Master Humanités classiques et humanités numériques à distance. Je suis une rescapée d’une autre époque puisque j’ai connu à Nanterre les cours à distance sous forme de polycopiés. Désormais, les humanités se sont mises au numérique et je regarde les cours en vidéo.

Dans mon écran, je vois un écran dans lequel il y a un autre écran. Il se passe là-dedans un cours d’Humanités numériques. J’ai l’impression d’être au fond d’un amphi. Loin devant, il y a des gens tout petits que je ne connais pas et que je vois tout le temps de dos. Tout cela me rappelle l’allégorie de la caverne, qui nous a été transmise par Platon. Comble de la chose, une voix provenant d’une silhouette noire explique que ce que je vois n’est qu’une sorte de réalité virtuelle conçue uniquement à partir de 0 et de 1! Le numérique rapproche, certes, mais tout de même… l’Antiquité ne nous paraît-elle pas encore plus lointaine? Combien d’écrans y a-t-il entre elle et nous?

Quand l’ordinateur de l’enseignant se met en veille, d’autres silhouettes défilent pendant de longues minutes. Je vois alors passer de très belles planches représentant des plantes très variées, des insectes, différentes espèces de trilobites, des méduses de toutes les couleurs, des oursins, des coraux, des poulpes et de nombreux autres organismes dont la nature m’échappe. Comme dans la République, j’entends l’écho d’une voix, mais je sais qu’elle n’appartient pas aux ombres qui passent devant moi puisqu’elle parle des formats de fichier, du problème des boîtes noires et du HTML. Partant à la recherche de l’identité des organismes inconnus, je ne l’écoute plus qu’à moitié.

Il s’avère que les planches sont tirées des Formes artistiques de la Nature, ouvrage publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel au tournant des XIXe et XXe siècles, et que mes organismes inconnus sont des cirripèdes (on en apprend des choses dans ce cours…). Ce sont des animaux marins appartenant aux crustacés, et auxquels est associée, entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne, une histoire abracadabrante d’arbre à canards. Cette théorie – très surprenante pour nous – trouve son origine dans la forme particulière de certains cirripèdes (les anatifes par exemple), qui sont munis de coquilles à double valve (faisant penser à un bec), qui s’accrochent aux rochers à l’aide d’un long pédoncule (faisant penser à la branche d’un arbuste) et desquels sortent de longs poils (pouvant faire penser à un plumage). Une confusion autour de ces observations a fait croire pendant plusieurs siècles à l’origine végétale de certaines espèces de canards. Dans une version de cette théorie, les canards éclosent des fruits de l’arbre lorsqu’ils sont mûrs. Dans une autre, les feuilles de l’arbre s’en détachent et se transforment en poissons ou en canards selon qu’elles tombent dans la mer ou sur la terre. Ces arbres ont été représentés par Claude Duret dans son Histoire admirable des plantes et herbes en 1605 (source : gallica.bnf.fr /BnF).

Hypothèse intéressante. Pourquoi pas, après tout? Je plaisante, en fait je n’arrête pas d’en rire. C’est bien d’une caverne qu’est sorti un pareil mythe !

Humanités numériques : est-ce possible?

Je m’appelle Fanny LAURET et cette année j’ai choisi de faire un Master d’Humanités classiques et numériques.

L’intitulé de ce cours d’humanités numériques m’a longtemps laissé perplexe, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre car pour moi classique et numérique ce sont tout de même des mots contradictoires. Alors la question qui me turlupinait était de savoir comment ce cours allait bien pouvoir concilier ces deux notions (mystère et boule de gomme). De plus la technologie et moi … hum … je galère déjà à installer des programmes sur mon ordinateur alors quand on a commencé à me parler de Markdown je me suis dis :  “mais où suis-je tombée? On est censé traduire des textes vieux comme le monde ici” ! Entre les outils informatiques que nous devons utiliser cette année et la complexité du langage informatique, comment dire que j’ai un peu paniqué. Il est vrai que je n’aurai jamais pensé devoir utiliser mon ordi dans une formation de Lettres Classiques. Mais bon, on apprend à tout âge. Ce cours me permettra peut-être de combattre mes vieux démons. Dans tous les cas je suis enthousiaste pour la suite. Je me rends compte qu’associer les humanités classiques au numérique n’est pas une chose si improbable, au contraire. C’est une façon d’améliorer les humanités classiques avec les moyens que nous disposons aujourd’hui : le numérique.

Tintin à la découverte des humanités numériques