Découvertes

Bonjour, je m’appelle Inès, j’ai 21 ans et je viens d’intégrer le master humanités classiques et numériques. Passionnée de littérature, je me suis toujours sentie particulièrement attirée par l’antiquité et surtout par la langue et la culture grecque. J’ai donc finalement décidé de me plonger dans cet univers après un cursus plutôt lettres modernes, et il me tarde de le découvrir pleinement! Je vous joins ce tableau de Sappho et d’Alcée qui m’a beaucoup marquée. 

Lawrence Alma-Tadema, Sappho and Alcaeus, 1881, huile sur panneau de bois, 66×122, Walters Art Museum, Baltimore. 

 

 

Le bonjour de Carcassonne

 

Salut à tous, moi c’est Hugo, 24 ans, étudiant en distanciel en master 1 d’Humanités classique Humanités numériques. Nous ne nous verrons pas beaucoup de l’année car j’étudie à distance à Carcassonne (selon google maps nous sommes éloignés d’exactement à 776 kilomètres de distance !).

Les éternels remparts qui surplombent la ville au crépuscule

    Voilà maintenant deux ans que je ne suis plus en présentiel et c’est moins par goût que par pragmatisme. En effet, je travaille à côté comme Assistant d’Education dans un petit lycée où j’ai la chance d’être au contact d’un milieu qui me plait beaucoup: c’est à dire l’éducation, la pédagogie. Et de plus, mon salaire me permet de couvrir assez bien mes frais de scolarité ainsi que mes dépenses courantes (et oui à Paris comme à Carcassonne la vie est chère, c’est ainsi). 

   En tout cas j’ai hâte de pouvoir valider mon master et de prétendre au métier d’enseignant, ainsi que de poursuivre mon étude des lettres classiques avec ce master HCHN, qui comprend l’étude la plus complète du grec et du latin parmi tous les autres master de France en distanciel. Je suis également enthousiaste à l’idée de réaliser, sous la direction de monsieur Wolff, un mémoire qui repose sur une traduction de texte, car c’est de loin ce que je préfère faire dans mes études.

Reproduction modernisée d’un moine copiste, bougie allumée et plume à la main, œuvrant sur son manuscrit

Coup de théâtre !

Je m’appelle Laura, j’ai 25 ans et je viens d’Italie, plus precisément de la ville de Milan. Je suis étudiante erasmus à Paris alors qu’à Milan je fréquente l’Université des sciences humaines pour la communication.
Mon intérêt principal est lié au monde du théâtre, le but de cette expérience est d’élargir mes connaissances grâce à des cours qui peuvent m’aider à élargir mon bagage culturel artistique-historique et social, mais aussi informatique et pour cette raison là le cours d’Humanités Numériques semblait faire l’affaire. Goffman disait que la vie quotidienne n’est rien d’autre qu’une représentation théâtrale et en m’appuyant sur sa vision du monde, j’attends impatiemment les prochains actes et rebondissements !

Mosaïque représentant des masques grecs
Mosaïque représentant des masques grecs

Look closer to find a new story

 I am Harin from South Korea. In Korea, I am majoring Korean Language and Literature. As the name it is, what I am majoring is about how Koreans are using and had used their language in the present and the past. While studying my major, I was not sure if it is the right path for me. In the meantime, I wanted to learn a marketable technology, which led me to double major in computer science. By starting double major, I found digital technology combined with the humanities to be a fascinating field, and I’ve been studying it ever since.

 Digital technology seemed to open the new possibilities for leveraging the humanities. I came to Nanterre University because I wanted to study digital humanities in earnest. Until last year, I had been studying humanities and computer science separately in Korea, but during this placement, I hope to return Korea with a good understanding of digital humanities, which combines humanities and computing technology. I think it will be a very great learning experience for me.

  And to explain the painting I choose, I saw it a month ago when I was at the National Gallery in London. The movement is so beautiful that I didn’t realize that the two people in the painting were having a combat until I saw the title. But if you look closely at the way they move, you can see that they are using tools: a bow and a shield. The bow, which can be used to attack someone, represents the struggle for love, and the shield, which can be used to protect oneself, represents the protection of purity. Even the clothes they’re wearing reveal two contrasting people. This painting stuck with me because when I looked closer, I saw the story in a new light.

Gherardo di Giovanni del Fora; The Combat of Love and Chastity; The National Gallery, London; http://www.artuk.org/artworks/the-combat-of-love-and-chastity-115497

 

 

Du rêve à la réalité

Originaire de « la petite Rome des Gaules », j’ai eu la chance d’être élève dans un collège qui était situé entre l’amphithéâtre et le théâtre antiques arlésiens. Tous les jours, les vestiges romains étaient sous mes yeux et me fascinaient tout en rendant plus concrets les cours de latin.

Plus tard, pendant mes études universitaires de lettres modernes, je n’ai cessé d’être attiré par les lettres classiques, validant des UV (UE d’une autre époque) de littérature latine et grecque dès que j’en avais la possibilité. Après l’obtention du CAPES à la session toute ronde de l’année 2000, je suis devenu professeur de français et j’ai été muté en ligne droite à la frontière entre la Savoie et l’Italie. Un voyage scolaire m’a permis de découvrir avec enchantement l’Urbs et la ville de Pompéi.

Et ce n’est qu’en août 2022 que j’ai osé faire le premier pas vers mon rêve : reprendre des études de langue et littérature ancienne. Le DUCLA – option latin a été la première marche. Avec ce master, j’ai envie de gravir quatre à quatre les marches qui conduisent aux « humanités classiques et numériques ». J’ai choisi ce master car il permettait de faire des études classiques sans être helléniste. La charge de travail est lourde en travaillant à plein temps au centre de la Gaule. Mais je suis heureux de faire partie de cette communauté apprenante et humaniste pour cette année universitaire 2023 – 2024 !

Frédéric

Les Cryptoportiques de la ville d’Arles, avril 2022

Nouvelles perspectives

Je m’appelle Axelle, ancienne khûbe tout droit débarquée de Guadeloupe et présentement nouvelle élève du master humanités classiques et humanités numériques.

J’ai été très agréablement surprise par la composante de ce master, qui met en avant la recherche à travers des outils numériques de façon poussée. Issue d’une formation scientifique, c’est un plaisir pour moi de retrouver un peu de programmation, et il me tarde de comprendre toutes les possibilités des humanités numériques. 

Je termine ce court billet avec une représentation d’Athéna Niké bien connue, la déesse de la sagesse étant une de celle dont l’histoire et la symbolique m’a le plus marquée. 

Victoire de Samothrace, Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines

Veni, Vidi, Legi

Kalimera à toutes et à tous,

Moi c’est Léa, bientôt 21 ans, qui, après des études m’ayant menée vers un bac scientifique, ai décidé de retrouver mes premières amours, à savoir tout ce qui a trait à l’histoire antique et la mythologie. C’est donc tout naturellement que je me suis orientée vers une CPGE A/L avant de me spécialiser en Lettres Classiques. Si j’ai opté pour ce master pour poursuivre mes études c’est en grande partie grâce à ma curiosité qui voulait en savoir plus sur cette double dimension alliant Humanités Classiques et Humanités Numériques.

Pour l’instant, je ne sais pas encore vers quoi je souhaiterais m’orienter par la suite, mais laissons  au temps le temps, je finirais bien par trouver. Je vais avant profiter des deux années qui se profilent pour apprendre un maximum de choses et m’ouvrir à de nouvelles perspectives. J’ai d’ailleurs choisi, pour accompagner ma présentation, une photo que j’ai eu la chance de prendre au mois d’avril dernier en Grèce, et je ne compte pas m’arrêter là, prochaine étape je l’espère : l’Italie !

Temple d’Apollon, Delphes

Ravie de faire partie de l’équipe cette année avec et pour vous tous 😉

Léa M.

Mort et Amour indissociables ?

Bonjour à tous et à toutes,

Je me nomme Inès, actuellement je suis en master 1 Humanités Numériques & Humanités Classiques. L’année précédente après ma licence Humanités Classiques, Arts et Patrimoine, ma curiosité m’a dirigé vers le master Archéologie; ce dernier m’a permis de réaliser que les Humanités étaient la voie que je devais suivre ! 

Et bien soit, me revoilà, un an après dans la maison Phillia ! Cette année là j’aborde le lien omniprésent entre mort et amour dans l’oeuvre de Properce que sont les Élégies. Ce rapport se pose entre la belle “Cynthie” et Properce lui-même, qui nous illustre un amour complexe, pur et douloureux… 

Oprhée & Eurydice

Amours, gloires et… ?

Musée des Beaux-Arts de Dole. La mort de Didon, Simon Vouet 1642. Huile sur toile H. 2,15; L. 1,70

L’infortunée reine de Carthage, Didon, amante brisée par l’abandon D’Enée se donne la mort. La nourrice Barcé, en jaune, lui tient la poitrine, tandis qu’Iris ailée à gauche pour couper le fil de sa vie, se saisit d’un cheveu de la souffrante.

Le tableau ci-dessus nous montre le rite funèbre de Didon. Vouet au 17è siècle, interprète le chant IV de L’Enéide de Virgile. Les corps graciles et en mouvements figent un épisode dramatique et légendaire de la fondation de la nouvelle Troie en Italie.

Je me prénomme Lorine, je suis en 1ère année de Master et d’Humanités classiques et numériques. J’aime l’histoire des arts, la mythologie classique et ses textes poétiques, leurs adaptions iconographiques et cinématographiques. C’est une joie de pouvoir analyser et de constater les influences antiques sur l’Histoire et sur les artiste qui l’ont écrite.

Pays différent, mêmes études

Je suis arrivé en France en 2019 pour travailler. Je voulais quitter l’Italie, voir autres choses, faire des nouvelles expériences, apprendre une nouvelle langue. Mais les intérêts les plus profonds nous suivent partout et maintenant me voilà ici, inscrit à ce Master (à distance) pour essayer de terminer mes études commencés en Italie avec un lycée classique et une licence en lettres classiques. Pendant mon parcours scolaire le grec et le latin m’ont toujours accompagné, l’un à côté de l’autre, et faire un choix peut être difficile, mais tant que je ne dois pas faire un choix je cultive les deux littératures.

Ce master est pour moi un ensemble de nouveautés, pas seulement parceque je suis en France maintenant et il y a donc une différente manière de concevoir l’étude du monde ancien, mais aussi pour l’élément numérique, totalement absent en Italie. 

C’est donc avec enthousiasme et un peu d’inquiétude que je reprends la vie d’étudiant travailleur.

Pour mon mémoire de M1 j’ai choisi de travailler sur Ménandre, premièrement parceque la poésie hellénistique est depuis le lycée le centre de mes intérêts et deuxièmement parceque l’histoire de la transmission du texte des comédies de Ménandre est complexe et passionnante.

Statue de Ménandre au théâtre de Dyonisos

Alter ego

Professeure de lettres modernes dans un collège brestois, j’ai repris mes études universitaires il y a trois ans en m’inscrivant à deux D.U.C.L.A. (Diplômes d’Université en Compétences en Langues Anciennes) proposés à distance par l’Université de Nanterre : l’un en langue grecque, l’autre en latin. Parvenue au bout de cette formation, le Master humanités classiques et numériques s’imposait comme une évidence. Joie de découvrir de nouvelles matières comme l’édition et la paléographie mais aussi les humanités numériques !  C’est comme plonger dans une arborescence pour retrouver les racines grecques et latines et les faire fleurir sur nos tablettes… Finalement, quand je vois cette jeune femme que l’on prend souvent pour Sappho avec son stylet et sa tablette à la main, je me dis que les Anciens avaient déjà tout deviné du monde à venir.

Petite présentation

Bonjour ! Je m’appelle Thibault,

C’est ici que les vents favorables de la littérature grecque m’ont porté. Quant à mes premières impressions sur le versant numérique, je reste dans l’expectative d’apprendre à manier les divers outils qui me permettront d’avancer dans mes recherches.

Voici donc une photo du tableau L’apothéose d’Homère (Jean-Auguste-Dominique Ingres, 1827, Louvres), en espérant que l’aède m’insufflera du Parnasse un peu d’inspiration.

Jean Auguste Dominique Ingres, Apotheosis of Homer, 1827.jpg

 

L’inversion des rôles

Tous les matins, je me lève tôt pour poser, vers 8h, mes affaires sur mon bureau, effacer mon tableau, faire mes photocopies, me remettre en mémoire les différentes étapes de la matinée  sans oublier de faire couler le café. 

Puis j’écris la date au tableau, comme depuis des années, j’écris le programme du jour. À 8h30, le spectacle commence! 6 heures pendant lesquelles on expérimente toutes les manières possibles de capter l’attention d’élèves de CP. On apprend à lire et à écrire. 

Cette année, ou plutôt l’année dernière, j’ai décidé que cette fois-ci, ce serait moi qui allais m’installer derrière mon écran et découvrir, apprendre. J’arrivais toujours à me débrouiller pour faire découvrir à mes élèves leurs prénoms en lettres grecques ou la mythologie à travers “Le feuilleton d’Hermès”, bien connu des tous les PE, et là, c’est moi qui apprendrai, approfondirai ma pratique de la langue des Hellènes et des pratiques numériques. 

Je me retrouve comme mes élèves face aux mêmes impressions de difficultés, d’incompréhension ou, mieux, ressentir cette folle sensation d’avoir compris le “truc” qui nous bloquait auparavant! 

Content d’en être!

 

 

 

L’empire des signes

« C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière »

Edmond Rostand

Cérémonie des Compitalia (fresque de Pompéï)

Poupées de laines suspendues de nuit aux carrefours lors des Compitalia, chiens crucifiés chaque été, Vestales ensevelies vivantes en cas d’inceste, tout cela peut sembler n’être que de la superstition, mais ces rites nous en apprennent beaucoup sur la manière dont les les Anciens se représentaient le monde qui les entourait, et finalement, comment ils se représentaient eux-mêmes. Docteur en histoire des religions, je me suis spécialisé dans l’étude des rites. Je déchiffre les images comme les textes que nous ont légués les Romains dans l’espoir de donner un sens à leur réalité. Jusqu’à maintenant, je me travaillais plutôt dans mon coin, en amateur, sans véritablement faire usage du numérique. Je contournais l’obstacle. Le besoin était pourtant là, ne serait-ce que pour pouvoir comparer et éditer les manuscrits de textes magiques sur lesquels je travaille. Mais je repoussais sans cesse. La curiosité m’a finalement poussé à aller plus loin et à m’inscrire à ce Master. Encore des codes à déchiffrer, une nouvelle manière de pensée, de nouveaux usages à interpréter : un nouvel empire des signes s’ouvre à moi. J’espère juste ne pas me perdre dans un immense labyrinthe 🙂

Nicolas CORRE

Alea victis est !

 

Je m’appelle Caroline, Je suis doctorante en Etudes Latines à Sorbonne Université, actuellement en 2ème année de thèse. Je suis tombée dans le latin depuis plus de 10ans, le grec depuis 9ans, et je n’en suis jamais sortie depuis (et n’en ai pas franchement envie, pour être honnête !) 

J’ai toujours été convaincue que le numérique était une clef pour revaloriser les langues anciennes, dans leur diffusion, leur enseignement, ou leur étude. J’ai appris des bribes dans ce domaine, en autodidacte, depuis quelques temps, mais j’ai décidé qu’il était temps de mettre de l’ordre dans tout cela et de suivre une vraie formation sur le sujet… Alors, allons-y, Alonso! ** 

Je crois que les langues anciennes sont définitivement vivantes, et qu’elles ont encore beaucoup à nous apprendre, mais je n’ai pas de baguette magique, ni de tournevis** , alors je suis ici, pour apprendre de nouvelles choses et avancer ! Réussir ses rêves et ses ambitions ne laisse rien au hasard. Quelque chose me dit que je suis au bon endroit… 

Bref ! Les lettres classiques sont un domaine bien plus vaste qu’elles n’en ont l’air de l’extérieur**. J’espère pouvoir continuer à les explorer dans ce master!  

Je suis à distance et la plupart du temps derrière un écran, mais j’essaierai d’avoir une existence plus que digitale d’ici peu ! 
Valete ! 

 

** PS : quelqu’un peut-il élucider le mystère des 3 références (**) ? 

>> Voici un petit aperçu de l’univers dans lequel je passe mes journées : le périple des Argonautes, au coeur du sujet de ma thèse sur les Argonautiques de Valerius Flaccus !  

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search