Mes salutations

un café

La captatio benevolentiae étant faite grâce à ce café, je me présente.

Je m’appelle Yohann BRAKHA, j’ai étudié la philosophie jusqu’en licence, j’étudie les lettres classiques en master, après une licence de lettres classiques, grâce à ce M1 humanités classiques et humanités numériques.

Je suis heureux d’être dans cette formation mais je dois encore gérer mon temps, je suis suppléant dans un collège lycée-privé de l’Essonne, mais dès que j’ai un peu d’avance, j’en profite pour rattraper les cours intéressants.

L’école est mon lieu du loisir quand je suis étudiant et mon lieu de travail quand je suis enseignant, une amante riche et difficile à satisfaire!

Je suis venu en lettres classiques pour l’étude des langues anciennes, le latin et le grec ancien, et je suis très intéressé par la linguistique et les nouvelles technologies. Ce master est formidable, j’ai hâte de pouvoir m’organiser assez pour pouvoir en profiter pleinement!

Aussi, si des camarades veulent discuter sur un groupe messenger ou discord, je suis ouvert à cela!

Merci de m’avoir lu.

Ad maiora

Bonjour, je m’appelle Beatrice Richetti et je suis une étudiante Erasmus ici à Nanterre pour le prèmiere semestre. Je suis italienne et j’ai étudié le grec et le latin au lycée et au l’Université de Turin. Je n’ai jamais étudié le français, mais je suis en train de l’apprendre à l’aide de le grec et le latin. Je sais que ça peut paraître fou, mais j’adore les défis! Et quel meilleur défis que suivre un cours qui mélange humanités classiques et informatique  en français?

 

 

 

Dum spiro spero…

Pour me présenter, il va falloir que je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre … 

Je suis née à Nancy et y ai fait toutes mes études, jusqu’à la maîtrise (le dinosaure du M1 !). Je voulais faire mon mémoire sur un étude comparée d’Eschyle et de Claudel, mais mon directeur de mémoire ne devait pas m’aimer et m’a dit : ” Il y a déjà trop de parutions dessus, vous ferez plutôt une étude linéaire d’une des Cinq Grandes Odes de Claudel !”. Si vous avez un problème d’insomnie, n’hésitez pas, je vous la prêterai volontiers !

Après l’obtention du  CAPES de Lettres Classiques, l’Education Nationale m’a envoyée au milieu des champs de betteraves dans l’Aisne. Puis j’ai demandé ma mutation à Senlis, très jolie ville médiévale de l’Oise. 

15 ans de collège, 3 enfants, l’agrégation, 4 ans de lycée plus tard, j’assiste à une formation sur le grec vivant. Au détour d’une conversation avec le formateur, j’apprends que Nanterre propose un Master à distance. Et voilà mon coeur d’éternelle étudiante qui se réveille. J’hésite (un peu !), et je m’inscris. 

“Humanités classiques et humanités numériques” ? …. ben oui, un Master de Lettres Classiques dans lequel on va m’apprendre à manipuler l’outil informatique !… eh bien non ! Lettres Classiques, oui, mais plutôt programmation informatique ! Tu vas devoir apprendre une nouvelle langue, un nouvel alphabet, une nouvelle syntaxe ! Tu croyais faire des versions, mais tu passes tes soirées à essayer de faire les exercices sur Eschyle ou Démosthène, tu places dans chaque conversation le mot “Markdown”, comme pour t’assurer que tu n’es pas la seule à en ignorer les règles ! Pour te rassurer aussi… Et cette “boîte à moustache” qui n’en est pas une !

Dali moustacheCette matière m’interpelle, m’amuse, me résiste, et sans aucun doute me surprend ! Mais Dum spiro spero… Je ne désespère pas de ma sentir plus à l’aise dans cette matière ! J’y travaille, j’y travaille ! 

Valete ! 

 

 

 

Présentation

Bonjour chers collègues,

Je m’appelle Patrick, je suis enseignant de Lettres et étudiant en première année de master Humanités classiques et numériques. Je rejoins le groupe avec quelque retard et j’espère grandement réussir à vous rattraper parce que je compte beaucoup sur cette U.E. pour développer mes compétences en  pédagogie TICE.

TIC, TICE, NTIC…pour enfin aboutir au “numérique”, et plus précisément aux Humanités numériques. L’enseignement des Lettres classiques (des Humanités classiques) est peut-être le lieu le plus adéquat pour réfléchir et mettre en place des outils pédagogiques novateurs en vue de l’apprentissage d’une culture humaniste et d’une technique de l’apprentissage. 

L’illustration que j’ai choisie est une photographie que j’ai réalisée lors d’une promenade. Le hasard de la rencontre et la capture de l’évènement – la photographie d’une “peinture” murale – font écho à notre pratique quotidienne du numérique qui oscille entre deux pôles opposés: l’un qui est raisonné, ordonné, l’autre aléatoire, dispersé, ludique.  Mais quel que soit son usage, la rencontre peut se faire, celle avec l’Autre. Le promeneur se perd d’abord, identifie un territoire, établit un chemin pour enfin découvrir un monde autre. Ce n’est pas un mythe – pas de promeneur solitaire ni de caverne – mais bien une réalité quotidienne. 

L’élève et l’apprenant, comme l’instituteur, l’enseignant ou le professeur sont des promeneurs 2.0.

 

 

Δαυίδ ὁ Ἑλβήτιος

Χαίρετε ὦ φίλοι !

Chaque fois que je rencontre quelqu’un de nouveau, je passe par la même scène, un rituel que j’ai appris par coeur malgré moi.
J’ouvre ma bouche, je prononce mon nom, mon prénom, et je vois une drôle d’expression se dessiner sur le visage de mon interlocuteur. Je peux presque entrevoir dans son crâne les rouages qui bloquent en essayant de comprendre le pourquoi d’un -e bizarre dans mon prénom. Ses lèvres se crispent pour essayer de prononcer mon nom de famille aux assonances germaniques. Et puis il prononce la fatidique question : « Tu viens d’où? ». Je fais mon petit sourire de circonstance et je réponds gentiment :
« De Suisse. »


Je sais, mon accent n’est pas celui de la pub Ovomaltine des années 2000 ni de celle des Ricola, et encore moins celui de Marie Thérèse Porchet. Je comprends bien le regard perdu de mon interlocuteur. Je ressens une espèce de gêne sous ses oeillades curieuses, et je me lance dans les explications.

Née au Tessin, le canton le plus méridional de la Confoederatio Helvetica, ma langue natale est le lombard occidental qui empreigne mon accent dans toutes les langues que je parle. Pour le malheur de ceux qui m’écoutent, oserais-je dire. 
J’ai obtenu ma maturità au Liceo Cantonale di Locarno avec une option spécifique grec ancien et une option secondaire psychologie.
Avec mon diplôme dans la poche, j’ai décidé de quitter les lacs du sud pour m’inscrire à l’université de Genève en grec ancien et études arabes. Si au début mon parcours se dirigeait plutôt vers le grec, et surtout l’époque byzantine avec l’étude de Saint Jean de Damas, ma voie a changé le jour où j’ai obtenu la possibilité de me rendre au Liban pour approfondir mes connaissances en arabe.

Arrivé à Berytos, pour les modernes Beyrouth, je suis tombé sous le charme du pays du cèdre et de son dialecte. Revenu en Europe après cette expérience presque mystique, j’étais tellement épris par ce pays que j’étais prêt à tout quitter pour m’inscrire à un master de littérature arabe là-bas. Malheureusement, la guerre en Syrie, et une voiture piégée à côté d’une pâtisserie où j’avais l’habitude d’aller, m’ont contraint à laisser de côté mon projet et à choisir une autre destination : Paris. Je me suis inscrit en linguistique arabe à l’Institut des Langues orientales de la capitale française et j’ai continué à travailler sur la diglossie au Liban, notamment dans les médias. Pendant ma deuxième année, j’ai eu la possibilité de m’inscrire dans un parcours de commerce international axé Moyen-Orient que j’ai effectué en même temps que mon M2 de linguistique. Ce deuxième diplôme m’a ouvert de nombreuses portes pour travailler dans le domaine de la formation continue. Avec mes différentes missions, j’ai donc pu me spécialiser en neurolinguistique et continuer à étudier la linguistique cognitive.
En même temps j’ai lancé mon activité de traducteur indépendant, comme bénévole pour les migrants dans différentes associations au début, et comme freelance ensuite.

Mais dans un coin au fond de mon esprit le grec me suppliait de le sortir du coffre où je l’avais abandonné. J’ai pris mes gants blancs et j’ai rouvert mes anciens textes de cours et petit à petit une idée a germé en moi. Je devais absolument continuer à arroser cette fleur que je ne pouvais pas faire périr. Malheureusement je n’étais pas en mesure de lui offrir le luxe de mon temps plein à cause de mes deux activités professionnelles, qui hélas ! sont très chronophages. J’ai donc décidé de construire un projet qui allait tout mélanger : grec, formation continue, traduction, linguistique… Et qui me serait utile professionnellement. L’étude des formations e-learning de grec ancien. Et quel meilleur Master que celui d’Humanités classiques et Humanités numériques à distance, axé justement sur le futur de notre passé?

Humanités numériques ?

Bonjour, je m’appelle Clarysse Gamiette et je suis actuellement en Master 1 Humanités Classiques et Humanités Numériques. Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique, je me suis dirigée vers la classe préparatoire littéraire A/L. J’ai fait deux khâgnes dans la spécialité lettres classiques, puis j’ai intégré ce master HCHN. J’avais bien remarqué son intitulé en deux parties, mais seule la partie “humanités classiques” attirait mon attention. 

Or, le premier cours de l’année est un cours d’humanités numériques, dans lequel il n’est question (pour l’instant) ni du latin ni du grec. Quel est donc ce cours hybride qui prétend (ré)concilier antiquité et numérique ? 

Comme cela, par exemple ?

La mise en évidence d’une distinction entre close et distant reading par M. Berra m’a permis de voir un premier intérêt des humanités numériques pour les humanités classiques. J’ai hâte de découvrir la suite…

Petite présentation

Bonjour, cher lecteur!

je m’appelle Julien Djiba , et c’est ma deuxième année dans ce master .En ce qui concerne les humanités numériques j’étais très curieux de découvrir de quoi il était question.J’avoue que j’ai eu des débuts difficiles dû certainement à l’appréhension que c’était un exercice compliqué, et j’ai pu me rendre compte hélas assez tardivement qu’il suffisait d’un peu de curiosité et d’exercices pour ne pas se perdre dans cet environnement de balises et de codes …

Découverte des Humanités classiques et numériques

Après avoir fait le choix en Première de me diriger vers la filière littéraire, choix déjà risqué à l’époque, j’ai fait le choix en prépa littéraire de me spécialiser en lettres classiques, et plus particulièrement en grec. Après trois ans de prépa à Fustel de Coulanges (Strasbourg), je suis venue ici car on m’avait dit que le département de philologie de Nanterre est le plus dynamique, selon mes anciens professeurs. Le terme d’humanités “numérique” m’est donc d’abord resté indifférent. Lorsque j’ai compris qu’il recouvrait l’apprentissage d’outils aussi obscurs au premier abord que le code, j’ai perdu mon assurance pour me demander si j’avais fait le bon choix. Après tout, mes seules connaissances dans le domaine provenaient d’articles sordides sur le hack, ou de la série excellente mais néanmoins angoissante Mr Robot. A présent, je suis non seulement heureuse à l’idée d’apprendre à utiliser des outils inconnus de beaucoup de chercheurs dans le domaine des lettres classiques, mais je suis aussi soulagée de pouvoir continuer à apprendre quelque chose de fondamentalement nouveau, même au niveau du master qui suppose une spécialisation approfondie dans un domaine déjà un peu connu.

 

 

Hic et nunc

Bonjour à tous,

Je m’appelle Filippo Giovannini et je viens d’intégrer le Master Humanités Classiques et Numériques, après un parcours un peu particulier : j’ai obtenu un baccalauréat professionnel en Art Graphique publicitaire, vu ma grande passion pour les arts visuels et le cinéma en particulier, en effet j’ai toujours aimé écrire et réaliser des films, spécialement des films historiques avec une attention toute particulière à la langue utilisée ; c’est pourquoi au lieu de m’inscrire à une Université de cinéma, j’ai opté pour une faculté littéraire pour combler mes lacunes quant à l’histoire et la littérature. J’ai choisi la faculté de Lettres Modernes à l’Université de Bologne, où j’ai commencé l’étude du latin, matière qui m’a tellement plu que j’ai décidé de faire mon mémoire en littérature latine. Pendant mes études j’ai aussi commencé, en autodidacte, l’étude du grec ancien, sans pour autant passer aucun examen.
Après mon Master 2 en Lettres Modernes, afin de ne pas négliger mon deuxième intérêt, j’ai suivi plusieurs cours de cinéma en Italie et surtout en Angleterre, auprès de la London Film Academy et de la London Film School. J’ai ensuite travaillé plusieurs années dans ce domaine sans jamais négliger la lecture et l’écriture.

En 2011 j’ai décidé de perfectionner mon français (puisque je voulais pouvoir lire les grands chefs-d’œuvre de la littérature française y compris les romans médiévaux en langue ancienne), j’ai donc déménagé en France et dès que j’ai pu, je me suis inscrit à un Master MEEF pour préparer le concours du CAPES de lettres Modernes, que j’ai obtenu en 2014 et grace auquel j’enseigne depuis au collège comme professeur certifié.
Dès l’obtention du concours, je me suis mis sérieusement à l’étude du grec ancien, notamment en suivant des formations auprès des établissements suivants : l’Institut universitaire Saint-Pie-X, à Paris, l’Académie des Langues Anciennes, à Digne-les-Bains, et à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati (Italie) dans lesquels j’ai perfectionné ma connaissance de cette langue.
C’est dans cette logique que j’ai décidé de m’inscrire à ce Master, afin de poursuivre et d’approfondir mon apprentissage des langues grecque et latine autant que leurs cultures.
Mon projet est me préparer à l’agrégation de Grammaire et ensuite da faire un doctorat.

brève présentation

Bonjour , je suis Julien DJIBA , je viens de Strasbourg  et j’étais inscrit en Philologie Classique.Passionné de Lettres classiques et spécialement de Rhétoriques antiques ,fan de prosateurs antiques et de rhéteurs aux verbes pénétrants , j’ai été interpellé par le terme numérique  .En effet,j’étais curieux de voir  ce que donnerait le panache humanités numériques et monde classique : l’une et l’autre d’époques bien différentes mais dont la mixité serait certainement intéressante .J’avoue que jusque là j’y comprend pas grand chose et mon inscription tardive n’a pas arrangé les choses(j’ose espérer que par les dieux les choses s’arrangent ).

Je finirai par cette citation de Ciceron,De oratore «l’histoire est le témoin des temps ,la lumière de la vérité,la vie de la mémoire,l’institutrice de la vie , la messagère de l’antiquité.»

Beati pauperes numeris

Bonjour, je commence à suivre les cours numériques, et je ne comprends rien, de rien. Je pique des crises de colère, heureusement je n’ai pas encore détruit, ni même frapper,  l’ordinateur. Il faut dire qu’à mon âge, 58 ans, j’ai vraiment l’impression d’entrer dans un autre monde. Je sens que je vais être pitoyable, lamentable, exécrable, impardonnable, bref une honte.

Jusqu’à ce carnet auquel je n’arrive pas à m’habituer, car je travaille ordinairement avec blogger. 

En tout cas, félicitations et admiration pour tous ceux et toutes celles dont je lis, depuis l’année dernière, les efforts et les travaux sur ce carnet. Félicitations parce qu’ils sont dégourdis, et je n’ai parfois rien compris à ce qu’ils écrivaient, admiration pour le courage qu’il faut avoir pour aborder les études anciennes. Après quelques années de découragement devant l’évolution de  la remise en cause du savoir dans l’enseignement, un  nouveau voyage à Rome m’a fait comprendre que j’étais définitivement un “Lettres Classiques” indécrottable, attaché à la langue latine  (regina linguarum) et à son incroyable aventure intellectuelle.  Pour le reste, je suis loin de Nanterre, je travaille à distance depuis la Bretagne, et je travaille sur un texte latin médiéval : le procès de canonisation d’Yves Hélori. Présenté ainsi, mon travail peut paraître austère : en fait je suis à la recherche d’un homme, et des réactions du peuple breton face à lui. 

Version moderne du célèbre tableau de Poussin

Premier billet

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sandrine Rieu et je viens du même monde que la personne qui se prénomme Nadine et a publié son billet le 25 septembre.

J’ai utilisé pour la première fois un traitement de texte sur ordinateur pour mon mémoire de maîtrise, en philosophie, voilà plus de 20 ans.  Je garde encore au fond d’un placard, comme un précieux souvenir, ma machine à écrire… électronique, tout de même ! Si j’arrive à trouver des cartouches, elle fonctionne encore.

Les étudiants que j’ai vus de dos dans les vidéos de cours semblent en âge d’avoir été mes élèves, car je travaille à l’Education nationale. Je suis professeur documentaliste. Je m’occupe du CDI (bibliothèque, pour ceux qui ne connaîtraient pas le système éducatif français) d’un lycée, où je suis en poste pour la quatorzième année. J’aurai peut-être l’occasion de faire bénéficier mes élèves d’une partie des connaissances que je vais acquérir dans ce master.

Rassurez-vous : les livres de mon CDI sont moins antiques !
(Image de https://pixabay.com, CC0, libre de droits et sans attribution requise.)

Passionnée par la civilisation antique, en particulier romaine, je cherchais depuis longtemps un moyen de développer mes connaissances dans ce domaine. Mais, je n’ai malheureusement pas le niveau en grec ancien pour des études de lettres classiques. La souplesse de la structure du master “Humanités classiques et humanités numériques” m’a permis de ne choisir que des enseignements en latin. J’ai, surtout, été séduite par l’alliance de l’Antiquité et de la modernité dans une perspective historique à long terme. Dans un monde qui semble souvent axé sur la rapidité et l’innovation sans recul réflexif, l‘esprit critique (constructif, évidemment) me semble essentiel. En tout cas, ce master, à la pointe de la technologie mais ancré dans la tradition, prouve que les langues anciennes ne sont pas mortes et que ceux qui les pratiquent ne sont pas des dinosaures poussiéreux !

Je sais qu’il me sera difficile de trouver le temps de concilier études et travail à temps plein (et j’ai déjà du retard !). Mais, si je parviens simplement à visionner les vidéos de cours, j’aurai atteint mon objectif principal : m’enrichir intellectuellement. Les examens (pour lesquels je ne suis même pas certaine de pouvoir me libérer) constitueront juste un challenge supplémentaire… et me donneront l’illusion d’avoir 20 ans ! Mais, telle que je me connais, je vais stresser quand même… par habitude.

Premier billet: tentative


Chères lectrices, chers lecteurs,
Je viens d’un monde où ordinateurs et téléphones portables n’exis-
taient -presque- pas, où les photos étaient argentiques, les travaux
scolaires étaient « tapés» à la machine, les fautes effacées avec du
«Tipp-Ex» («Blanco» dans le parler de l'Île-de-France), les disques
vinyles copiés sur des cassettes audio à bande lisse, les recherches
en bibliothèques effectuées sur fiches cartonnées. J'aurais aimé vous
offrir un texte sur un fond blanc mais je n'ai pas trouvé mieux pour
obtenir l'effet «machine à écrire».

…Je poursuis donc dans une écriture plus lisible

J’habite à Bruxelles, dans un pays jeune -il n’a pas deux siècles-, réputé surréaliste, où cohabitent tant bien que mal trois communautés: celle des Flamands, néerlandophones appartenant autrefois au Royaume de France, et celle des Wallons, francophones et germanophones  ayant été partiellement rattachés à l’Empire Germanique.

Je suis conteuse et je m’intéresse particulièrement aux mythes et à l’Antiquité ainsi qu’aux traces qu’ils ont laissées dans les contes traditionnels. Je mêle dans mes spectacles contes populaires et mythes, textes antiques et rebetiko -style de chants grecs du début du XXe siècle, issus de la diaspora grecque de Turquie.

C’est pour cela qu’il y a trois ans, je me suis inscrite aux cours du DUCLA langues anciennes à Nanterre. En juin dernier,  je n’avais pas envie d’arrêter l’étude du latin et du grec; j’ai donc décidé de poursuivre en Humanités Classiques et Numériques à distance.

Je trouve les matières passionnantes, je découvre des domaines tout nouveaux pour moi, des domaines dont j’ignorais l’existence. Toutefois, je me sens un peu “dépassée” par la matière, le travail à fournir, les consignes à comprendre, les délais, c’est pourquoi vous recevez ce billet un peu tard.


J’utilise régulièrement l’ordinateur, non seulement pour des activités basiques comme le traitement de texte et internet, mais aussi dans le cadre de mes activités professionnelles, puisqu’il m’arrive souvent d’effectuer des montages et mixages sonores.

Mon système d’exploitation est Linux; c’est agréable pour moi de ne pas devoir, dans le cadre de ce cours, “patauger” durant des jours pour adapter mon système aux exigences de logiciels fonctionnant avec des systèmes d’exploitation plus courants.

Numériques, Classiques… Deux termes qui sembleraient ne pouvoir se marier?

Dans  quel univers le cours nous plongera-t-il? Je sais que le mariage de techniques et d’univers différents engendre toujours créations et découvertes.

Des chiffres pour sauver les Lettres ?

Bonjour,
Je m’appelle Kévin FRAIR et cette année j’ai décidé de faire un Master Humanités classiques et Humanités numériques après trois années de CPGE AL en option Lettres classiques au Lycée Gerville Réache de Basse-Terre, en Guadeloupe.
Je ne suis donc habitué qu’à une seule partie de ce cursus et si j’utilise mon ordinateur portable et mon smartphone quotidiennement, mes connaissances de la culture numérique sont au mieux… superficielles.
Cependant, je ne trouve pas ces deux éléments opposés. Au contraire, je pense que ces deux disciplines s’enrichissent. En effet, les papyri ne seraient-il pas en train de pourrir loin des philologues du monde entier si on ne les avait pas numérisés ? Et comme le dit Properce :

Quantum oculis, animo tum procul ibit amor

(Elégies, III, 21)

Curieusement, c’est donc un amour des Lettres qui pousse les chercheurs vers les moyens de communication contemporains, car, quels que soient l’époque ou le support, ce que nous, les humains, cherchons à faire, c’est communiquer, trouver un moyen de nous lier pour exister. Ainsi, plutôt que de se méfier derrière des volumes poussiéreux, ne vaudrait-il pas mieux s’y intéresser pour permettre la sauvegarde, l’étude de ces textes voire, leur transmission au plus grand nombre ? Je trouve que cet usage des nombres ne déplairait pas aux Pythagoriciens. En tout cas, je suis intéressé de savoir ce que j’apprendrai cette année.

Le Tetrakys, symbole important dans la philosophie pythagoricienne.

Une brève présentation

Le premier billet,
c’est donc le moment de se présenter. Que dire sur moi, je ne sais pas vraiment. Que ce soit ici ou à l’oral, la gêne est toujours présente alors je vais essayer de faire simple et rapide.
Je m’appelle Julien, je suis inscrit à la fois en Master Humanités classiques et numériques et en Master Histoire, avec une spécialisation en latin et en histoire romaine.
Le numérique est omniprésent de nos jours, et j’espère le redécouvrir à travers ce séminaire pour développer des compétences en lien avec la recherche.