La nécessité dans l’Hercule furieux d’Euripide et de Sénèque

Parmi les hypothèses « corpus-based » formulées en début de semestre, l’une d’entre elles était que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces œuvres avec notamment la récurrence remarquée de l’impersonnel χρή  chez Euripide. J’ai cherché ensuite si cette première approche « corpus-based » était confirmée par une approche « corpus-driven » où les hypothèses sont formulées au vu des résultats fournis . La principale raison de ce changement d’approche est que Voyant Tools, que j’ai choisi pour étudier d’abord le texte grec, est un outil dont les données sont quantitatives et non qualitatives car il ne prévoit pas de lemmatisation.

La récurrence de χρή  mais aussi de δεῖ était observée par Voyant Tools, ce qui semblait confirmer l’hypothèse formulée.


A partir ce résultat, je décidai de formuler l’hypothèse suivante : les mots faisant partie du champ lexical de la nécessité, en particulier les verbes, marquent le caractère tragique, inéluctable de l’épisode dans les deux pièces. J’ai donc poursuivi l’analyse pour tout le corpus cette fois sur Voyant Tools mais aussi sur Hyperbase.


Hercule furieux d’Euripide

J’ai d’abord approfondi ma recherche sur le texte d’Euripide avec Voyant Tools. Les deux images correspondent à la répartition du mot δεῖ et au contexte des occurrences de ce mot dans le texte.

Méthodologie : j’ai, à partir des données du nuage, cherché dans Voyant Tools δει*. Ensuite, j’ai pris les mots qui correspondaient à l’impersonnel δεῖ et n’ai trouvé par ce biais que la forme au présent de l’indicatif; j’ai donc exclu δεῖται, une forme au présent moyen-passif de δέω ainsi que
δείξαι et δειξον (une occurrence chacun) , formes de δείκνυμι.

J’ai trouvé 9 occurrences de δεῖ, surtout au début et à la fin de la pièce :

_ δειλίαν Ηρακλεες συν μαρτυσιν θεοις δεῖ μ’απαλλαξαι σεθεν La première occurrence apparait au vers 175 dans une tirade d’Amphitryon, père humain d’Héraclès qui souhaite le défendre face à des accusations de lâcheté. Le mot renvoie donc au devoir.

_ εὖ δρῶν, οὗ φίλων μάλιστα δεῖ; : apparait au vers 266 dans une tirade du chœur composé de vieillards qui veut s’opposer à Lycos parce qu’Heraclès a besoin d’amis, ils lui sont nécessaires à cet instant.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν apparait au vers 283 dans la tirade de Mégare qui répond à celle du chœur pour les remercier et décliner leur aide au motif qu’elle considère qu’il faut accepter la fatalité de la mort. Ici, la nécessité apparait plus clairement renforcée par la présence du participe χρεὼν .

_ Καὶ δεῖ μ’ ὑπὲρ τῶνδ’, εἴπερ οἵδ’ ὑπὲρ πατρός,/θνῄσκειν ἀμύνοντ’· apparait au vers 577 quand Heraclès revenu des Enfers dit dans une violente et délirante tirade contre Eurysthée qu’il doit mourir pour ses enfants. Le mot renvoie donc au devoir.

_ ἔμπνους μέν εἰμι καὶ δέδορχ’ ἅπερ με δεῖ apparait au vers 1089 au moment du réveil d’Héraclès qui est content d’avoir recouvré ses esprits après son délire meurtrier. Il a oublié ses meurtres. Le mot δεῖ renvoie au sens de «ce qu’il est normal » puisque le héros se réjouit de sa vue retrouvée.

_ ἦλθον, εἴ τι δεῖ, γέρον, /ἢ χειρὸς ὑμᾶς τῆς ἐμῆς ἢ συμμάχων. Au vers 1170, δεῖ apparait dans une tirade de Thésée qui arrive pour prêter main [lien article de Sandrine] forte à Héraclès contre Lycos avant d’apprendre le malheur qui vient de toucher la maison. Le mot renvoie au besoin, confirmé par la conjonction de subordination conditionnelle εἴ.

_ μόχθους οὓς ἔτλην τί δεῖ λέγειν; au vers 1270 δεῖ apparait dans une tirade d’Héraclès pour résumer en peu de mots ses exploits connus de tous. Le mot renvoie au besoin.

_ Τί δῆτά με ζῆν δεῖ; Dans cette même tirade, au vers 1301, Héraclès songe à mourir, ne voyant pas l’intérêt de vivre avec une telle infamie. Le mot renvoie au besoin.

_ θεοὶ δ’ ὅταν τιμῶσιν, οὐδὲν δεῖ φίλων· Le mot apparait dans la tirade de Thésée qui répond à celle d’Héraclès et où il lui propose de le suivre à Athènes pour être purifié. Ici, δεῖ renvoie au besoin d’amis. Cette sentence signifie qu’un homme favorisé des dieux n’a pas besoin d’amis, ce qui n’est plus le cas d’Héraclès.


J’ai ensuite fait de même avec la répartition des mots χρή , χρῆν, χρέος et χρεών et leurs contextes d’apparition dans le texte.

Méthodologie : comme précédemment, j’ai cherché χρ* dans Voyant Tools d’après les résultats du nuage. En vérifiant dans le fichier XML de base avec le raccourci Ctrl + F qui permet de rechercher des mots-clés, je me suis rendu compte qu’il y avait deux formes d’imparfait de l’indicatif de
χρή : l’une sans augment χρῆν trouvée par la méthode détaillée ci-dessus et une autre avec augment ἐχρῆν, présente deux fois dans le texte. D’autres formes peuvent par conséquent avoir « échappé » à l’analyse de Voyant Tools.

J’ai trouvé 8 occurrences de χρὴ, 3 de χρῆν, 2 de ἐχρῆν 1 de χρέος et 10 de χρεών :

_ εἰ τι δὴ χρὴ κἄμ’ ἐν ἀνδράσιν λέγειν / γέροντ’ ἀχρει̂ον . Le mot χρή  apparaît au vers 41 dans le monologue d’Amphitryon qui ouvre la pièce et en situe l’action. Le père humain d’Héraclès se dévalorise en tant qu’homme, parce qu’âgé dans une remarque en incise. Le mot a le sens de « si je dois » et renvoie donc au devoir mais au conditionnel.

_ δοκει̂ν δὲ τἀδόκητ’ οὐ χρή, γέρον. Le mot χρή  apparait au vers 92 dans une réplique de Mégare à Amphitryon qui espère que son fils, présumé mort, revienne des Enfers. χρὴ a une valeur de défense puisque l’épouse d’Héraclès dit qu’il ne faut pas croire à l’impossible.

_ Τὸν Ἡράκλειον πατέρα καὶ ξυνάορον, / εἰ χρή μ’, ἐρωτῶ  : le mot χρή  apparait au vers 141 où Lycos qui arrive sur la scène souhaite interroger Mégare et Amphitryon. χρὴ a le sens de « s’il le faut ».

_  χρὴ δ apparait au même vers dans la phrase suivante où Lycos se répond à lui-même pour s’octroyer ce droit qu’il demandait. Le sens est donc : « il le faut » qu’il justifie par son statut de maître.


_ ὅ χρῆν σ᾽ ὑφ᾽ ἡμῶν τῶν ἀμεινόνων παθεῖν le mot χρῆν (imparfait de χρή) apparait au vers 210 où Amphitryon dit à Lycos que c’est ceux qu’il veut lâchement mettre à mort qui devraient le tuer. Il y a une valeur d’éventualité normative (« ce qui devrait être ») et le sens du devoir.

_ ἥν χρῆν νεοσσοῖς τοῖσδε πῦρ λόγχας ὅπλα/ φέρουσαν ἐλθεῖν dans la même tirade au vers 224, Amphitryon juge la Grèce ingrate de ne pas avoir aidé la cité de son fils qui l’ a pourtant sauvée plusieurs fois. Le mot χρῆν a les mêmes sens et valeur que précédemment.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρή apparait dans la tirade de Mégare pour remercier les vieillards de leur aide. Comme nous l’avons vu avec δεῖ, elle explique qu’il faut accepter son destin. Ici, χρή veut dire « ce qui est nécessaire » au sens de la nécessité, contrairede la contingence. Il renvoie donc au destin

_ ἃ σὲ λέγειν πρὸς τόνδ’ ἐχρῆν : au vers 535 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρή) apparait dans une réplique de Mégare à Héraclès qui vient d’arriver où elle s’excuse de prendre la parole à la place d’Amphitryon. Il y a une valeur d’éventualité normative. Le mot renvoie au devoir.

_ Τῷ γάρ μ’ ἀμύνειν μᾶλλον ἢ δάμαρτι χρὴ / καὶ παισὶ καὶ γέροντι; : au vers 574, le mot χρὴ apparait dans la tirade violente d’Héraclès, où l’on trouvait déjà le mot δεῖ.  Pour le héros, c’est sa famille qu’il a le devoir de protéger. C’est donc cette signification qu’il faut voir dans cette occurrence.

_ ἃ χρῆν σε μετρίως, κεἰ κρατεῖς, σπουδὴν ἔχειν. : au vers 709, le mot χρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique d’Amphitryon à Lycos qui est sur le chemin pour tuer la famille d’Héraclès, ignorant son retour providentiel et le piège qui l’attend. Amphitryon lui dit qu’il aurait être plus mesuré. Il y a une valeur d’éventualité normative (« comment il aurait dû agir ») et le sens du devoir.


_ τὸ χρή νιν ἐξέσῳζεν : au vers 828, le mot χρή apparait substantivé dans la tirade d’Iris, la servante et messagère des dieux accompagnée de Lyssa sur le point de rendre Héraclès dément, après sa victoire sur Lycos. Cette expression signifie le destin qui selon la déesse, protégeait le héros le temps de ses travaux. Le destin est donc personnifié au moment même où son action semble se terminer.

_ Τότε θανεῖν σ’ ἐχρῆν : au vers 1078 le mot ἐχρῆν (imparfait de χρὴ) apparait dans une réplique du chœur à Amphitryon après le massacre d’où il réchappé de justesse. Le chœur lui dit qu’il aurait dû mourir avant s’il voulait éviter un sacrilège supplémentaire à son fils dont il craint le réveil. Il y une valeur d’éventualité normative dans cette occurrence. Ce n’est pas au sens de destin, de nécessité absolue ou encore de devoir qu’il faut le comprendre.

_ Ὦ πρέσβυ, τοιόνδ’ ἄνδρα χρὴ κτᾶσθαι φίλον. : au vers 1404, le mot χρή apparait dans une réplique d’Héraclès qui apprécie le soutien de son ami Thésée. Le mot renvoie à la nécessité personnelle d’avoir un tel ami.


_ Le mot χρέος (substantif au nominatif singulier) apparait une fois au vers 530 au sens de malheur.


_ εἴτε τοῦ χρεών μέτα. : au vers 20, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable, au génitif singulier) apparait dans la tirade introductrice d’Amphitryon qui suppose que le destin pourrait s’être retourné contre Héraclès, le supposant mort. Il renvoie au destin.

_ εἰ θανεῖν ὑμᾶς χρεών : au vers 147, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Lycos qui méprise les lamentations d’Amphitryon et de Mégare. Il renvoie à la nécessité, au destin.

_ τῶνδ᾽ ἄρ᾽ οὕνεκα / τούς Ἡρακλείους παῖδας οὐ θνῄσκειν χρεών. : dans cette même tirade, au vers 156, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au sens de devoir. Lycos méprise les exploits d’Héraclès comme raison pour épargner ses enfants.

_ ῶν φίλων γὰρ οὕνεκα /ὀργὰς δικαίας τοὺς φίλους ἔχειν χρεών· au vers 276 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une tirade de Mégare où elle remercie les vieillards. Elle dit que les amis se doivent de s’insurger des injustices faites. Le mot renvoie au devoir.

_ Ἡμᾶς δ’, ἐπειδὴ δεῖ θανεῖν, θνῄσκειν χρεὼν dans cette même tirade apparait au vers 283 le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) au sens de nécessité, de devoir comme nous l’avons vu avec δεῖ.

_ φεύγειν σκαιὸν ἄνδρ’ ἐχθρὸν χρεών au vers 299, Mégare, dans la même tirade, dit qu’il est impossible de changer l‘avis d’un homme mauvais, en l’occurrence Lycos. Le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) renvoie au devoir.

_ ὃ χρὴ γὰρ οὐδεὶς μὴ χρεὼν θήσει ποτέ : au vers 311, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) a le sens de « étant nécessaire » avec la particule de négation subjective μή, pour souligner le caractère irréversible de la situation. Il renvoie donc au destin.

_ Τί δ’ ἐστὶ τῶνδε θᾶσσον ἢ χρεών, πάτερ; : au vers 587, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) apparait dans une réplique d’Héraclès à Amphitryon au sens de devoir. Il interroge son père qui lui enjoint de ne pas agir trop vite.

_ Σὺ δ’ οὖν ἴθ’, ἔρχῃ δ’ οἷ χρεών : au vers 726, le mot χρεών (participe de χρή substantivé en neutre indéclinable) apparait au début d’une tirade d’Amphitryon à Lycos qui entre dans le palais et est sur le point d’être tué par Héraclès. Il a le sens de destin.

_ λάζυσθαι χρεών / μοχλούς δικέλλας au vers 943, le mot χρεών (participe présent au nominatif singulier de χρή) dans la longue tirade du message qui décrit l’accès de folie d’Héraclès et le massacre qu’il commet dans le palais. Ici, le messager le cite au style direct au moment où il demande ses armes dans l’intention de tuer Eurysthée. Le mot renvoie au besoin.


On voit donc que les mots δεῖ, χρή, χρῆν χρέος et χρεών, certes bien présents dans le texte, ne renvoient pas systématiquement à une nécessité tragique, c’est-à-dire le destin, mais évoquent aussi le besoin, le devoir, l’éventualité normative (χρή à l’imparfait), ce qui sort du cadre de la nécessité. On ne peut donc affirmer qu’Euripide utilise ce vocabulaire pour souligner seulement la tragédie. On remarque cependant une concentration des occurrences notamment dans une tirade de Mégare (v. 275-311).

En violet se trouvent les passages contenant un ou plusieurs mots du vocabulaire de la nécessité/ Capture d’écran de la table des matières de la page Perseus de la pièce d’Euripide

Après cela, j’ai utilisé l’outil AFC (analyse factorielle) d’Hyperbase pour savoir si ces occurrences étaient significatives par rapport au corpus des tragédies d’Euripide déjà présentes sur cette plateforme.

Les mots δεῖ, χρή, χρῆνet χρέος sont sous-représentés et le mot χρεών n’est pas représenté de façon significative dans le corpus. Ces mots ne sont donc pas utilisés pour souligner la nécessité ou la tragédie dans l’Héraclès en particulier. D’ailleurs, seuls les mots χρεών dans la tragédie Iphigénie en Aulis et χρή dans le Rhésos (peut-être apocryphe) peuvent prétendre être significatifs, puisqu’ils dépassent le seuil de 2,5.


 J’ai cherché enfin les occurrences du mot ἀνάγκη qui signifie « nécessité, contrainte, destin » qui a 4 occurrences.

_ ἐπεί δ᾽ ἀνάγκην προστίθης ἡμῖν θανεῖν / στέργειν ἀνάγκη :  aux vers 710 et 711, les mots ἀνάγκην et ἀνάγκη apparaissent dans une réplique d’Amphitryon qui feint de se soumettre à Lycos pour qu’il tombe dans l’embuscade d’Héraclès. Ils ont le sens de contrainte ou de destin.

_ ὅταν δέ κρηπίς μή καταβληθῇ γένους / ὀρθῶς ἀνάγκη δυστυχεῖν τούς ἐκγόνους : au vers 1262, le mot apparait dans la tirade d’Héraclès qui explique que sa lignée est maudite. Le sens est donc destin.

_ Ἥκω δ’ ἀνάγκης ἐς τόδ’ : dans la même tirade, au vers 1281, le mot ἀνάγκης a le sens de contrainte puisqu’Héraclès estime qu’il est obligé de s’exiler de Thèbes, après son triple forfait.


Hercule furieux de Sénèque

J’ai ensuite cherché à savoir si cette récurrence du vocabulaire de la nécessité, certes à relativiser, se trouvait aussi dans l’Hercule furieux de Sénèque.

D’abord, en cherchant les verbes impersonnels oportet, necesse est, decet sur Hyperbase. Mais les résultats furent peu probants avec une seule occurrence de necesse est, et 2 de decet.


Puis, grâce au conseil de M. Bortolussi, j’ai cherché les occurrences du mot fatum,i qui veut dire « destin ». J’ai trouvé 3 occurrences de fatum et 4 de fata le pluriel. Elles se trouvent en général dans des sentences.

Malgré un faible nombre d’occurrences, j’ai utilisé l’outil AFC d’Hyperbase pour fatum et fata.


Il apparait que le mot fatum n’est pas significatif quand fata est même sous-représenté. Donc, on ne peut pas dire, bien que le lemme fatum signifiant « destin » soit relativement présent, qu’il est placé de sorte à souligner particulièrement la nécessité tragique dans cette pièce.


En conclusion, si le vocabulaire de l’Héraclès d’Euripide m’a fait supposer que la tragédie, le destin et la nécessité marquaient significativement ces pièces tragiques, l’analyse textuelle à l’aide d’outils numériques et statistiques (Voyant Tools, Hyperbase) a permis de comprendre que la nécessité n’était pas forcément tragique dans le contexte des occurrences et que la présence de ces termes n’était pas significative à l’échelle du corpus. Il serait intéressant de se demander si ce vocabulaire ne renvoie pas plutôt à l’idéal de conduite athénienne selon Euripide.

Le personnage de Mégare chez Euripide et chez Sénèque

Introduction

Ce travail thématique met en lien l’Hercule furieux de Sénèque et l’Hercule furieux d’Euripide. Il a été mené en collaboration entre Nadine Rakofsky (pour la partie grecque) et Constance Détroyat (pour la partie latine), dans le cadre du cours de Master 1 “Projet collaboratif numérique”. C’est suite à une première analyse du texte de Sénèque via Perseus qu’il est apparu qu’il semblait y avoir une grande concentration de négations dans la scène qui opposait Lycus et Mégare, scène qui n’existe pas chez Euripide (étude corpus-driven, donc). Cet élément nous a poussées à faire une étude de l’usage des négations pour le personnage de Mégare, à la fois chez Sénèque et chez Euripide. Nous avons ensuite tenté de voir par le recensent des lemmes les plus courants s’il était possible de dégager des thématiques propres à Mégare chez Euripide et chez Sénèque. Notre travail nécessitant de fréquentes comparaisons du corpus des différents personnages, des fichiers ont donc été créés « par personnage ».

Remarque

Les répliques ne sont pas distribuées de la même manière d’une édition à l’autre. Pour le travail sur Euripide, nous nous référons principalement au texte établi par Léon Parmentier et Henri Grégoire ; cette version diffère légèrement de celle du TLG, qui fait partie des outils que nous avons utlisés. Pour le texte de Sénèque, nous avons utilisé le texte établi par François-Régis Chaumartin. Les résultats de nos observations peuvent différer de ceux que nous aurions obtenus avec d’autres versions. Néanmoins, à l’aide de nos outils d’analyse, nous avons pu dégager des tendances propres à Mégare et même découvrir chez d’autres personnages des particularités que nous ne nous attendions pas à trouver parce qu’elles passaient inaperçues à la lecture.

I. Plan des interventions de Mégare

Petit rappel sur les interventions de Mégare chez Euripide puis chez Sénèque. Pour avoir les plans complets des deux pièces, vous pouvez vous référer aux deux billets de Nadine, l’un sur la pièce d’Euripide, et l’autre sur la pièce de Sénèque.

1. Euripide

v. 60-87: monologue.

Mégare rappelle la gloire d’Amphitryon, sa propre naissance, son mariage avec Héraclès, son bonheur passé, le sort qui les attend, les enfants qui attendent leur père… puis elle demande à Amphitryon s’il faut encore espérer ou accepter la mort.

v. 88-106: dialogue Mégare-Amphitryon.

Mégare pense que si la mort est inévitable, il ne faut plus la retarder. Amphitryon garde espoir.

v. 275-311 : monologue.

Lycos a commandé aux hommes de sa suite de préparer un bûcher. Le chœur de vieillards a défendu les enfants d’Héraclès et accusé Lycos d’avoir ruiné le pays qu’il gouverne.

Mégare conseille aux vieillards de ne pas se mettre en danger en défendant sa famille et demande à Amphitryon d’accepter de se résigner pour mourir dans l’honneur plutôt que dans les flammes. Elle rappelle qu’aucun mort n’est jamais revenu de l’Hadès ; il ne sera pas possible de faire fléchir Lycos ; l’exil plongerait les enfants dans la pauvreté ; lutter contre les décisions des dieux est courageux mais insensé.

v. 327-338 : Mégare-Lycos.

Le chœur a rappelé sa vieillesse et son impuissance et Amphitryon s’est résigné à accepter de mourir, mais il demande grâce pour Mégare et pour lui-même de manière à mourir avant les enfants pour ne pas entendre leurs appels. Mégare demande à Lycos la grâce d’ouvrir le palais pour qu’elle puisse mettre à ses enfants les parures des morts, ce qu’il accepte. Elle entre dans le palais avec ses enfants.

v. 451-496: monologue.

Le chœur a chanté les exploits d’Héraclès et pleuré le sort qui attend sa famille. Mégare pleure sur le sort de ses enfants, sur le destin que leur père leur réservait, sur les femmes qu’elle-même leur aurait choisies. Elle s’adresse à Héraclès, l’appelle encore.

v. 514-522 : Mégare-Amphitryon.

Mégare voit arriver Héraclès.

v. 523-561 : Mégare-Amphitryon-Héraclès.

Mégare et Amphitryon expliquent à Héraclès la situation (mort de Créon et des frères de Mégare, usurpation du trône par Lycos, sort qu’il réservait à Mégare, Amphitryon et aux enfants).

2. Sénèque

Acte II, scène 1 :

Mégare occupe la scène à elle toute seule en un monologue. Elle rappelle ses malheurs et ceux de son époux qui jamais ne trouvera le repos (il enchaîne les tâches confiées par Junon) en énumérant les travaux d’Hercule. Puis, elle se montre triste de l’absence permanente de son mari, qui se voit également obligé de délaisser sa ville, Thèbes. Elle rappelle qu’en son absence Lycus a pris le contrôle de Thèbes, mais elle croit au retour de son mari et l’encourage. 

Acte II, scène 2 :

Mégare a un échange avec Amphitryon, qui essaie de la réconforter et de la rendre plus positive quant au retour de son époux, mais elle reste dans un premier temps fataliste. 

Acte II, scène 3 :

Échange entre Mégare et Lycus. Ce dernier veut la forcer à se marier avec lui, elle refuse avec horreur, en exprimant son dégoût. Cette scène ou équivalent n’apparaît pas chez Euripide. 

Acte IV, scène 2 :

Scène du massacre. Une intervention très courte pour tenter de détourner son mari du meurtre de ses enfants.

3. Remarques

Ce relevé des interventions de Mégare permet déjà de voir que chez Euripide, elle ne parle à Lycos que pour lui demander une faveur et qu’elle ne l’affronte à aucun endroit de la pièce. D’aillleurs, lorsque Lycos met en doute l’origine divine et les exploits d ‘Héraclès, ce sont Amphitryon et le chœur qui le défendent.

Au contraire, chez Sénèque, Mégare apparaît comme une figure de résistance : elle s’oppose à Lycus au cours d’une scène qui n’apparaît pas chez Euripide et elle déplore la situation présente.

II. Les négations.

1. Euripide

a. Première étape : Voyant Tools

Dans un premier temps, une recherche a été effectuée avec Voyant Tools. Cet outil offre l’avantage d’analyser des fichiers que l’on introduit soi-même, ce qui a permis un travail à partir des fichiers que nous avions créés “par personnage”. Voyant Tools a par contre le désavantage de ne permettre un travail que sur les formes, pas sur les lemmes. Notre recherche a d’abord porté sur les formes οὐ, οὐκ, οὐχ, μή, μὴ ainsi que sur οὐδ* et μηδ* chez les personnages “humains” de la pièce : Mégare, Amphitryon, Lycos, Thésée et Héraclès. Nous avons obtenu les tableaux « Termes» et «Tendance» suivants :

termes
tendances
Remarques
  • la colonne “Tendances” de l’outils “Termes” est difficile à interpréter; elle semble plus appropriée pour des fichiers organisés de manière chronologique.
  • Le tableau “Tendances” est difficile à interpréter lui aussi : rappelons qu’il n’est pas possible de travailler sur les lemmes (οὔτ et οὔτε par exemple sont des mots différents) ; d’autre part, il n’est pas possible de grouper les mots en fonction de ce qu’on cherche (par exemple ici, les négations) ; enfin, chaque point indique une fréquence « relative ».
  • Une tendance semble toutefois émerger : on a l’impression que Mégare utilise beaucoup de μή et que Lycos utilise beaucoup de οὐκ. Rappelons que οὐ sert à exprimer la négation de la réalité, alors que μή exprime la subjectivité (le souhait, l’ordre, la défense, la crainte).

La recherche des négations citées plus haut pour le seul corpus “Mégare”, génère le tableau “Tendances” suivant :

tendances négations Mégare

L’impossibilité de grouper les termes ne serait-ce que par lemme ne rend pas l’interprétation plus aisée. En outre, Voyant Tools partage le document en dix segments de longueurs égales sans proposer de repères précis dans le texte indiquant le ddébut et la fiin dde chaque segment.

Voici le tableau obtenu après avoir remplacé -solution peu orthodoxe sans doute- toutes les négations par [neg] :

tendances Mégare [neg]

Cela ne règle pas le problème de la séparation des segments : on voit seulement que Mégare n’utilise aucune négation à deux endroits de ses interventions.

Cette première étape nous a amenées à examiner davantage les négations de Mégare et de Lycos relevées par Voyant Tools.

b. TLG

La première étape ayant fait apparaître que Lycos utilisait peut-être davantage la négation οὐ alors que Mégare utilisait plutôt μή, les négations ont été vérifiées et examinées dans le TLG pour ces deux personnages. Lors de cet examen, il a semblé que les négations étaient fréquentes chez les déesses qui avaient été exclues lors de la recherche avec Voyant Tools. Elles ont donc été examinées aussi.

LES Négations chez Mégare

v. 60-87: monologue.
  • v. 62 : οὐδὲν
  • v. 63: οὔτ’
  • v. 82: οὔτε
  • v. 84: οὔτ’
  • v. 86: μὴ (v. de crainte sous-entendu)
v. 88-106 : dialogue Mégare-Amphitryon.
  • v. 92: οὐ (avec verbe impersonnel exprimant le devoir)
v. 275-311 : monologue
  • v. 278: μηδέν
  • v. 280: οὐ (avec subjonctif)
  • v 285: μὴ (avec part. aor. passif)
  • v. 289: οὐκ (avec verbe impersonnel de convenance)
  • v. 291: οὐκ (avec optatif)
  • v. 294: οὐκ (avec adj. verbal d’obligation)
  • v. 311: οὐδεὶς
  • v. 311: μὴ (se rapporte à un participe exprimant l’obligation : μὴ χρεὼν )
v. 327-338 : Mégare-Lycos

On ne relève aucune négation dans cette section (cela correspond au premier segment sans négation chez Mégare, relevé dans le T_4).

v. 451-496: monologue.
  • v. 454: οὐ
v. 514-522 : Mégare-Amphitryon.
  • v. 517: μὴ (conditionnelle)
  • v. 519: οὐκ
  • v. 521: μὴ (avec subj. aoriste: défense)
  • v. 522: οὐδέν
v. 523-561 : Mégare-Amphitryon-Héraclès.
  • v. 547: μή (μη explétif, même si ce μή n’a pas le même statut que les autres négations nous le comptons parmi celles-ci)

Il apparaît que Mégare utilise 5 μή -dont un explétif-, 2 μηδεις/μηδέν, 7 οὐκ, 3 οὐδείς/οὐδὲν et 3 οὔτε. Cela ne confirme pas la tendance qui semblait apparaître dans Voyant Tools. Néanmoins, plusieurs négations sont liées à la notion d’obligation, de convenance, ce qui est mentionné ci-dessus.

LES Négations chez Lycos

Vers 140-169.
  • v. 144: μὴ
  • v. 156: οὐ (avec participe χρεών exprimant la convenance, dans une interrogative)
  • v. 157: οὐδὲν
  • v. 158: οὐδὲν
  • v. 159: οὔποτ’
  • v. 160: οὐδ’
  • v. 162: οὐχὶ
  • v. 165: οὐκ
Vers 238-251.
  • v. 245: οὐχ
  • v. 248: οὐ (dans l’expression οὐ μόνον)
Vers 332-335.
  • v. 333: οὐ
Vers 701-754.
  • v. 718: οὐ
  • v. 718: οὐδὲ μὴ … ποτέ (v. 718, construction οὐ μή + subjonctif: il n’y a pas de risque que…).

Tout ceci confirme ce qui avait été pressenti dans Voyant Tools : Lycos n’utilise la négation μή que deux fois: dans une question qui sous-entend la mort inéluctable pour Amphitryon, Mégare et les enfants (v. 144) et sous forme de l’adverbe μὴποτέ dans la construction οὐ μή + subjonctif (v. 718)

LES Négations chez les déesses Iris et Lyssa

Vers 822-873
Lyssa
  • v. 845: οὐκ
  • v. 846: οὐδ’
  • v. 849: οὐκ
  • v. 849: οὔτ’
  • v. 850: οὔτ’
  • v. 854: οὐ
  • v. 858: οὐ
  • v. 861: οὔτε
  • v. 862: οὔτε
  • v. 865: οὐκ
  • v. 869: οὐ
Iris
  • v. 824: οὐδὲν
  • v. 828: οὐδ’
  • v. 829: οὔτ’
  • v. 829: οὔθ’
  • v. 842: μὴ
  • v. 855: μὴ
  • v. 857: οὐχὶ

On relève donc 11 négations chez Lyssa : uniquement des οὐκ.
Chez Iris, on relève 5 οὐκ et deux μή (dont un de défense).
Ce chiffre paraît a priori élevé, compte tenu de la très petite intervention parlée des déesses.

c. Constats et analyses

Cette recherche permet de générer le tableau suivant:

tableau des négations

Pour rappel, la pièce entière contient 7 935 mots, le corpus « Mégare » contient 917 mots, celui de Lycos est de 391 mots et celui de Lyssa (207) et Iris (146) confondus est de 353 mots.

Si on compare le nombre de mots de sens négatif par rapport aux corpus de chaque personnage voici ce qu’on obtient lorsqu’on calcule l’écart réduit:

L’écart-réduit pour les déesses est de 2,3, ce qui confirme un nombre de négations particulièrement élevé en comparaison du reste du corpus de l’Hercule Furieux.

Par contre, comme on peut le voir, le nombre de négations n’est pas spécialement élevé ou bas chez Mégare ou Lycos.

Si nous comparons pour chaque personnage étudié la proportion de οὐ à celle de μη, nous obtenons 3.726 au test du χ2, ce qui, avec un degré de liberté de 3 représente 30% de chances que cette répartition soit due au hasard. Le test ne confirme donc pour aucun des personnages de la pièce que l’une ou l’autre forme serait sur ou sous-employée par rapport à l’autre.

Le suremploi des négations chez les déesses est-il propre à l’Hercule Furieux, à Euripide ou apparaît-il aussi dans d’autres tragédies ? S’applique-t-il à tous les dieux ou plus particulièrement aux divinités féminines ? Il serait intéressant de poursuivre la recherche dans d’autres œuvres.

2. Sénèque

a. Étude générale

On remarque dans un premier temps que les négations sont en grand déficit dans l’Hercules furenspar rapport aux autres tragédies de Sénèque.

Tableau généré avec Hyperbase dans la base “Tragédies de Sénèque”.

Si on calcule l’écart réduit, on trouve le résultat suivant pour l’Hercule furieux par rapport aux autres tragédies de Sénèque : -2,13. L’Hercule furieux est donc significativement en-dessous de la norme concernant les occurrences des négations dans la pièce.

Pourtant, Sandrine avait relevé dans sa liste des mots les plus fréquents sans stopwords, que non était à la cinquième place avec 46 occurrences. Ayant obtenu via Perseus le tableau suivant pour les vers 397 à 456, qui comprennent en partie la scène où Mégare refuse de se marier à Lycus, on est en droit de se demander si, bien que les négations soient peu fréquentes dans l’Hercule furieux, cela ne serait pas dans cette scène en particulier qu’elles seraient tout particulièrement présentes. Avec Voyant Tools, on trouve dans la scène en question, qui couvre les vers 358 à 429, 7 négations (4 non et 3 nec). 

Nuage de mots de la scène opposant Mégare à Lycus.

Il a ensuite fallu comparer l’emploi des négations par rapport aux différents personnages, pour voir de qui vient ce sur-emploi des négations, et on trouve le graphique suivant : 

Négations par personnages, via Voyant Tools.

Ce graphique a été réalisé sur Voyant Tools, avec un corpus fait à partir des fichiers séparés qui comportent chacun toutes les interventions des différents personnages.

Ce ne semble donc pas être Mégare qui utilise le plus les négations, mais Lycus. Le nombre de négations assez important dans la scène entre les deux personnages s’explique alors par la présence du roi usurpateur.

b. Lycus et les négations.

Il s’agissait de relever toutes les occurrences des négations chez Lycus pour tenter de discerner une constante thématique, ce qui donne les résultats suivants.

1. NON

  • v. 337 : non + possideo.
  • v. 338 : non sunt mihi.
  • v. 348 : non + reor.
  • v. 403 : arma non servant modum. 
  • v. 408 : non causa, sed nunc pereat omnis memoria. 
  • v. 410 : non ut inflexo genu. 
  • v. 452 : non + erravit.
  • v. 470 : non virilem tymphani movit sonum. 
  • v. 491 : non novum hoc discet nurus.

Les verbes liés au jugement (reor, erravit, discet) sont donc niés (il refuse de s’être trompé et modère son opinion), ainsi que ceux liés au gouvernement et à la violence (pereat, arma, possideo, inflexo, dans le sens ici de plier le genou, c’est-à-dire se soumettre).

2. NEC

  • v. 339 : nec altis inclitum titulis genus. 
  • v. 363 : nec coeptus umquam cedat ex animisfuror.
  • v. 404 : nec temperari facile nec reprimi potest.
  • v. 504 : nec orbe si remolito queat.

On trouve un grand rapport soit avec le pouvoir et la résistance au pouvoir (cedat, potest, inclitum, queat) soit avec l’emportement (céder à la folie de l’âme, ne pas pouvoir tempérer ou réprimer). 

3. HAUT

  • v. 345 : haut stabile regnum est.

Cherche-t-il à justifier son action ? Certainement que le royaume a perdu sa stabilité aussi par sa faute.  

4. NULLUS

  • v. 479 : nullus Eurystheus jubet. 
  • v. 503 : nullus eripiet deus. 

C’est ici en rapport, encore une fois, avec le pouvoir (jubet) et avec la violence (eripiet). 

c. Et Mégare ?

Finalement, après avoir cherché dans la pièce entière les moments d’intervention de Mégare, on constate que ses prises de paroles explosent au moment de cette scène avec Lycus (de nombreux échanges), avant de plonger drastiquement, alors qu’elle semblait prendre de plus en plus d’importance dans la prise de parole jusqu’à cette scène, comme en atteste le graphique suivant :

Les interventions de Mégare.

Le graphique a été établi via Voyant Tools avec le texte téléchargé de Perseus : l’outil a relevé toutes les occurrences de l’abréviation “Még.” 

Il semblerait que le personnage de Mégare prenne tout son sens au moment de la scène avec Lycus, comme un personnage d’opposition au mauvais pouvoir, au pouvoir qui use de la violence.

D’ailleurs, le relevé de certaines de ses interventions semblent confirmer cette impression, comme aux v. 418-421 :

“thalamos tremesco; capta nunc uideor mihi.
Grauent catenae corpus et longa fame
mors protrahatur lenta: non uincet fidem
uis ulla nostram; moriar, Alcide, tua.”

Sénèque, Hercule Furieux.

“Je tremble à l’idée de ce mariage ; je me vois maintenant captive. Que les chaînes pèsent sur mon corps et qu’une mort lente survienne par une longue famine : aucune force ne vaincra ma fidélité ; je mourrai, Alcide, tienne.”

Il y a bien sûr une insistance sur la fidélité, mais Mégare n’hésite pas à exprimer son dégoût personnel, en dehors de son rôle de parfaite épouse, ce qui semble assez original, ainsi que sa détermination.

On trouve aussi, au v. 435, la phrase suivante :

“Virtutis est domare quae cuncti pauent.”

Sénèque, Hercule Furieux.

“C’est le propre du courage que de dominer ce que tous craignent.”

Mégare utilise ici le mot “virtus”, ce qui est assez intéressant, car il peut prendre le sens de “qualité virile”, propre aux hommes. Ainsi, Mégare apparaît, au final, tout de même comme une figure de courage.

L’étude des négations n’ayant pas porté leur fruit avec Mégare, peut-être devons-nous passer à une étude thématique.

III. Étude thématique

Nous avons isolé les répliques des deux Mégare pour tenter de discerner des tendances.  

1. Mégare chez Euripide

Voici le tableau généré par Voyant Tools à partir du fichier “Megare” :

Les mots relevés par Voyant Tools ont été introduits dans le TLG sous forme de lemmes ; les mots prononcés par Mégare ont été retenus. Cela donne, pour les mots relevés au moins trois fois, les résultats suivants :

Les résultats du TLG concernant Mégare confirment ceux de Voyant Tools. D’ailleurs, les mots comme τέκνον (5), τέκνα (4), τέκνων (3) figuraient déjà dans la liste Termes de VT sous leurs différentes formes.

Parmi les mots de la liste de Voyant Tools relevés seulement 2 fois, il peut être intéressant de se pencher sur certains, dont les sens se rejoignent. Nous avons rapproché :

  • θνᾴσκω (mourir), θάνατος, ου (la mort, le mort) et θνητός, ‑ή, ‑όν (mortel)
  • γῆ (la terre) et γαῖα, ‑ας (la terre)
  • τέκνον (l’enfant) et παῖς, παιδός (l’enfant)
  • γέρων (vieillard) et πρέσβυς (vieux)

On obtient les relevés suivants:

Si nous calculons l’écart-réduit pour chacune de ces thématiques, voici ce que nous obtenons:

Comme on peut voir, le thème τέκνον + παῖς obtient 0,54 et γῆ + γαῖα 1,36, ce qui n’est pas significatif.

Πατήρ obtient 2,23, ce qui montre une légère sur-représentation. Mégare l’emploie à plusieurs reprises pour parler d’Héraclès en tant que père de ses enfants (v. 74, v. 331), mais aussi pour évoquer son propre père (v. 63) ou encore les pères d’Héraclès : Amphitryon (v. 492) et Zeus, père du père de ses enfants (πατὴρ δὲ πατρὸς, v. 483).

Γέρων + πρέσβυς obtient 2,46. Notons cependant que 9 des 11 occurrences concernent des vocatifs.

θνᾴσκω+ θάνατος+ θνητός obtient 4,05, ce qui indique une importante surreprésentation du thème en lien avec la mort.

Lorsqu’on examine le tableau Relative Distribution by Lemma du TLG, on constate que les lemmes τέκνον et παῖς sont surreprésentés dans l’Hercule Furieux d’Euripide, ce que semble confirmer le tableau Most Over-represent lemmata qui indique ce qui aurait été attendu pour un texte de l’époque d’Euripide.

Hyperbase indique un coefficient de 6,7 pour τέκνον et un coefficient de 3,4 pour παῖς dans le tableau de comparaison de ces lemmes dans les œuvres d’Euripide. Cela veut dire qu’il s’agit de lemmes surreprésentés dans l’Hercule Furieux. Néanmoins, comme on l’a vu, chez Mégare, on ne trouve que 18 occurrences, -dont 3 vocatifs- sur 137 pour τέκνον et παῖς . Le test de l’écart-réduit (0,54) n’atteste pourtant pas d’un sous-emploi significatif de ces lemmes chez Mégare par rapport au reste de l’œuvre.

Le lemme πατήρ a le coefficient de 3,6 dans Hyperbase pour l’Hercule Furieux. Cela signifie qu’il y est surreprésenté en comparaison des autres œuvres d’Euripide. Or, comme on l’a vu plus haut, le calcul de l’écart-réduit indiquait, avec 2,23, une surreprésentation de ce lemme chez Mégare par rapport au reste de la pièce.

Le lemme θνῄσκω a dans Hyperbase le coefficient 2 (ce qui semble confirmer qu’il ne s’agit pas d’un hasard). Le lemme θάνατος a le coefficient 1,1.

Rappelons que les lemmes θνῄσκω, θάνατος et θνητος réunis affichent pour Mégare (par rapport à l’Hercule Furieux) 4,05 dans le calcul de l’écart-réduit.

Si on compare l’utilisation du seul lemme θνῄσκω chez Mégare au reste du corpus, on obtient 4,00 pour l’écart réduit. Il serait intéressant de comparer au moyen de l’écart-réduit et/ou du χ2 l’emploi de ces termes chez Mégare et dans les œuvres où ils sont surreprésentés chez Euripide (d’après Hyperbase, θνῄσκω est notamment surreprésenté dans Alceste, et Oreste). 

La représentation des cooccurrences indique des liens avec des termes exprimant le devoir ou la convenance (χρεών, δέω, ἀνεκτός), la force et le courage – son contraire – (δειλία, ἀλκη), la douleur (πενθός) ; on trouve aussi la négation μή et ἡμεῖς.

Il serait utile de poursuivre la recherche en examinant chez Mégare les occurrences des lemmes cités.

2. Mégare chez Sénèque

Pour ce qui est du vocabulaire, on obtient le nuage de mots suivant, après avoir retiré les stopwords : 

Nuage de mots sans stopwords généré avec Voyant Tools pour les répliques isolées de Mégare.

On remarque deux points communs essentiels avec le relevé de Nadine pour la pièce d’Euripide : patrem et orbe. Pour le reste, le vocabulaire principal de Mégare est surtout centré sur le destin, sa solitude (lié à son premier monologue) et à son statut d’épouse (coniux, ce qui peut d’ailleurs être rapproché du travail de Nadine) mais aussi au crime de son mari (manussanguinenefas), on remarque également avec intérêt que le verbe dominare occupe une place assez importante. 

En laissant les stopwords, on obtient le tableau suivant : 

Nuage de mots avec stopwords généré avec Voyant Tools pour les répliques isolées de Mégare.

Avec les stopwords, le nuage de mots fait essentiellement ressortir un élément : quid. La présence du pronom interrogatif peut conforter notre intuition concernant le rôle actif de Mégare dans la pièce : elle semble se révolter contre les événements présents. Quant aux négations, elles sont présentes, mais probablement pas de manière significative chez Mégare seule. 

Suite au relevé donné par le nuage du mot, il nous a semblé intéressant d’approfondir la recherche sur les lemmes qui nous paraissaient les plus signifiants. 

Mégare utilise le verbe dominare deux fois. Seul Thésée utilise également le lemme, sous la forme dominantem au vers 658 : Fas omne mundi teque dominantem precor (il s’adresse à Amphytrion). Mégare semble tout de même avoir une utilisation plus significative du lemme par rapport aux autres personnages (même si effectivement ce n’est pas très représentatif étant donné qu’il n’y a que trois formes sur tout le corpus) :

Représentation du verbe “dominare” par personnages, via Hyperbase.

On trouve donc chez Mégare le verbe dominare aux deux vers suivants, dans le cadre de son échange avec Lycus : 

  • v. 384 : dominare tumidus, spiritus altos gere (règne avec insolence ; élève bien haut l’orgueil de tes pensées).
  • v. 395 : haec te manent exempla: dominare ut libet, / dum solita regni fata te nostri vocent (voilà le sort qui t’attend : règne au gré de ton caprice, pourvu que t’appellent les destins habituels de notre royaume).

Il s’agit de provoquer et d’accuser Lycus. Mégare semble être vraiment le personnage qui se place en opposition contre Lycus.

Par ailleurs, Marc Vandermissen, dans son ouvrage Discours des personnages féminins chez Sénèque. Approches logométriques et contrastives d’un corpus théâtral, p. 230 et 232, montre avec une analyse logométrique à partir d’un corpus où les personnages sont séparés, que Mégare et Lycus appartiennent au même groupe thématique : celui du règne, de la violence. La présence des mot regna et sanguine dans le nuage de mot que nous avons généré avec Voyant Tools va également dans ce sens. Tout ceci confirme notre idée selon laquelle Lycus et Mégare sont deux personnages qui fonctionnent en duo.

Conclusion

Notre travail sur les négations nous a finalement portées loin de nos considérations de départ : il nous est apparu d’abord chez Sénèque que ce n’était pas tant Mégare que Lycus qui utilisait le plus de négations. Chez Euripide, Mégare utilise les négations, plus que Lycos, mais pas de manière significative. La sur-utilisation des négations se trouve plutôt chez les deux déesses Iris et Lyssa. Cependant, une étude thématique nous a tout de même permis de trouver le noeud d’opposition entre les deux Mégare. Ainsi, il nous semble que la Mégare d’Euripide et la Mégare de Sénèque ont bel et bien une attitude très différente. Tandis que l’une ne s’oppose jamais frontalement à l’ennemi et semble épouser son destin tragique (sur-représentation dans les paroles de Mégare des lemmes liés à la mort), tout en se concentrant sur son rôle de mère et d’épouse (comme en témoignent les nombreuses occurrences du lemme τέκνον), l’autre semble un peu plus active. En effet, la plainte de la Mégare de Sénèque résonne davantage comme une révolte, comme en témoignent les nombreux quid de son discours. Néanmoins, ses préoccupations de mère et d’épouse ne sont pas absentes non plus. Malgré tout, bien qu’elle reste dans une forme assez passive de résistance dans la majeure partie de la pièce, sa révolte se révèle au moment de sa confrontation avec Lycus, ce qui laisse penser que c’est elle le personnage qui s’oppose véritablement au tyran. Nos pressentiments concernant le rôle de Mégare chez Sénèque ont par ailleurs été non seulement confirmés par les outils numériques, mais aussi par le travail de Marc Vandersmissem qui écrit: “Mégare est l’Autre par rapport à la violence virile de Lycus.” Ce sont donc deux Mégare très différentes dont se dessine le portrait ici : l’une est la parfaite épouse grecque, parfaite figure de la tragédie, tandis que l’autre, tout en conservant des éléments traditionnels de la représentation féminine, sort un peu de son rôle d’épouse pour prendre celui d’un personnage fort. 

Mnémosyne : projet collaboratif

Nous présentons ici notre travail du second semestre de l’année universitaire 2017-2018, dans le cadre du séminaire « Humanités numériques 2 ».

L’idée au début du projet était de concevoir et réaliser un site électronique pour publier les textes encodés au premier semestre. La compréhension de plusieurs paramètres était essentielle, depuis la sélection des textes jusqu’à leur présentation en ligne, sur le modèle des sites du projet Perseus (latin et grec).

Puisqu’il s’agissait d’un projet collaboratif en six séances, le communication a largement eu lieu sur le forum en ligne du cours, mais la première étape était de s’organiser en créant un framapad pour définir les tâches, réfléchir sur une thématique possible pour la sélection du corpus et suggérer des auteurs. La thématique choisie dans la première séance était le sujet féminin, avec des textes écrits par des femmes ou destinées à elles, comme des poèmes de Sappho et L’Assemblée des femmes d’Aristophane. Au final, nous avons décidé de nous occuper surtout de textes classiques : ce choix semblait plus pertinent puisque ce site est destiné aux élèves plus tard, pour servir comme une base de données plus vaste. Par conséquent, le nom proposé était Mnémosyne, qui fait allusion à une mémoire diverse du monde antique (Revelio a aussi été suggéré).

Nous avons commencé par une auteure féminine, Sappho, une décision qui a soulevé beaucoup de problèmes. Premièrement, son corpus n’existait pas dans l’entrepôt de Perseus, qui constituait notre source principale pour rassembler les textes, du coup on a récupéré des fichiers XML à partir d’une page Web qui recueillait les fragments de l’édition Lobel-Page. Au niveau de l’encodage, il fallait supprimer les informations inutiles et structurer les métadonnées pour préparer une version TEI. Dans la source, se trouvaient plusieurs versions des textes, dont il fallait garder certaines indications intégrées au grec. En plus, il fallait respecter les conventions papyrologiques pour quelques fragments, en introduisant des balises EpiDoc. Le but était d’harmoniser le fichier, pour l’ajouter enfin dans le dossier partagé où nous avons préparé le corpus de notre site en ligne.

Nous avons créé un tableur sur Framacalc pour faciliter la documentation des textes et des informations qui seraient utiles pour l’avancée de notre projet. Chacun pouvait modifier et suggérer des auteurs supplémentaires. D’ailleurs, on a discuté sur la plateforme Moodle de l’université pour partager des idées et du code CSS pour l’interface de Mnémosyne au moyen de Capitains-Nemo, pour proposer des améliorations, soit esthétiques soit pour la mise en page soit pour la navigation. Le travail principal était d’ajouter et après modifier les fichiers __cts__.xml pour chaque auteur et chaque œuvre de notre corpus. Concernant les modifications, il fallait contrôler les fichiers CTS, en ajoutant au début de chaque fichier la déclaration <?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>, en supprimant les informations sur les traductions, que nous n’avons pas conservées, en ajoutant le nom de l’auteur et de l’œuvre en français. C’était une tâche exigeante parce que le corpus se composait d’un grand nombre de fichiers, et que parfois les métadonnées CTS n’existaient pas encore. L’harmonisation des fichiers demandait de l’exactitude pour que tous les fichiers soient uniformes et cohérents.

Sur notre site, les auteurs sont séparés automatiquement en deux listes : auteurs grecs et auteurs latins, selon la langue déclarée dans les fichiers. L’interface est en français ou en anglais selon les réglages de votre navigateur. Le corpus sur lequel on a travaillé était constitué des auteurs suivants :

  • Aristophane
  • Aristote
  • Athénée
  • Homère
  • Sappho
  • Sophocle
  • Thucydide
  • César
  • Cicéron
  • Lucrèce
  • Plaute
  • Sénèque
  • Virgile

Toutes les informations sur les données et les outils pour la mise en ligne se trouvent sur la page d’accueil de Mnémosyne, qui renvoie aussi au compte GitHub du séminaire. Étant donné que le moyen pour la mise en ligne était l’infrastructure CapiTainS, nous avons également utilisé ses tests automatisés pour vérifier la compatibilité avec ses principes, tests qui donnaient un résultat de 100 % à la fin du projet. Concernant les droits et les licences des textes, dans le site et dans l’entrepôt, une licence Creative Commons a été ajoutée.

Enfin, un résumé du projet collaboratif a été préparé sous forme de « diapositives » en HTML (produites dans un premier temps avec Pandoc au format Revealjs).

Nous espérons que ce projet donnera aux étudiants des prochaines années un exemple concret des compétences d’encodage acquises au premier semestre et du fonctionnement de standards d’édition numérique (TEI-EpiDoc, CTS, CapItainS).

Ioanna Faita, Pauline Hessel, Fanny Lauret, Tsilla Meyer, Aude Perrineau, Cyril Stephan, Melina Tzamtzi

Notre odyssée

Voir maintenant la version hébergée par la BNF.

Cette année, notre projet du second semestre repose sur deux collaborations. En partenariat avec le master « Création et édition numérique » (université Paris VIII, Vincennes Saint-Denis) et dans le cadre de l’IDEFI CreaTIC, nous concevons une édition numérique augmentée de l’Odyssée. Dans le même temps, nous participons au programme Sunoikisis Digital Classics (université de Leipzig, chaire Humboldt de Digital Humanities), consortium international qui réunit actuellement vingt-deux institutions de treize pays dans le but d’élaborer en commun et de proposer aux étudiants une initiation aux humanités numériques appliquées à l’étude de l’Antiquité.

Si la forme finale de notre exposition virtuelle sur l’Odyssée sera définie chemin faisant, notre point de départ est le thème de la séduction. Notre groupe est plus particulièrement responsable de la « curation » du corpus. Il s’agit ainsi de sélectionner des passages dans le texte original, de les aligner avec des traductions françaises, d’encoder les entités nommées et spécialement les noms de lieux – la cartographie est une dimension essentielle du projet – et de compiler les documents textuels, visuels ou multimédias qui nous paraissent pertinents.

Pour collecter et communiquer les métadonnées, nous utilisons une base de données Omeka, tandis que nous partageons les tâches et les fichiers au moyen de Trello et de DropBox. La partie textuelle enrichie sera au format XML TEI. Nous utiliserons également d’autres outils ou méthodes proposés par les membres de SunoikisisDC.

Bientôt plus d’informations sur ce carnet…

Ulysse_mosaique

Pelagios : géolocaliser les textes antiques

Texte rédigé par les étudiants à l’issue du projet collaboratif (master 1, second semestre).

Dans le cadre de notre master « Humanités classiques et humanités numériques », nous nous sommes proposé de contribuer au projet Pelagios (Pelagios: Enable Linked Ancient Geodata In Open Systems). L’interdisciplinarité et le caractère contributif de cette base de données intelligente de lieux anciens en faisaient un objet idéal pour des étudiants en humanités numériques. Littéraires de formation, nous nous sommes immédiatement intéressés au traitement que Pelagios réservait aux textes littéraires : l’idée était de marquer les noms de lieux d’un texte de notre choix via l’outil Recogito. Cela devait nous permettre d’avoir une expérience concrète des problèmes que pouvait poser le balisage d’un texte littéraire, activité élémentaire et essentielle des humanités numériques. Au cours de notre balisage, puis de notre vérification, du De reditu suo de Rutilius Namatianus (voir la carte), nous nous sommes aperçus qu’il n’était pas si simple, dans certains cas, de déterminer s’il s’agissait ou non d’un nom de lieu et, le cas échéant, s’il fallait le marquer. Les textes anciens ont cela de particulier qu’ils évoquent fréquemment des lieux mythologiques : un lieu mythologique est-il un lieu ? Faut-il marquer l’Olympe quand il s’agit du séjour des dieux ? Lorsqu’un lieu est désigné par le peuple qui l’occupe, des cas se présentent où l’on ne peut pas dire clairement si le narrateur désigne le pays ou s’il désigne le peuple. Baliser un texte s’est donc révélé être une activité passionnante, tout à fait philosophique, et ceux qui la disent fastidieuse ne sont sans aucun doute que des mauvaises langues.